SEJT réunion de mars 2002

La prochaine réunion de la SEJT aura lieu le vendredi 29 mars, à 19
heures, salle 601 de la Maison Franco Japonaise (Ebisu, Tokyo). Arnaud Nanta, historien, nous présentera les débats qui ont eu lieu au début de Meiji à propos de l’origine des Japonais (résumé ci dessous). Un thème croustillant à souhait!
Quelques bouteilles seront ouvertes pour conclure.
Nous vous attendons nombreux,
Matthieu Séguela et J-Michel Butel

Pour plus d’informations sur nos activités, consultez notre site:
http://www.mfj.gr.jp/sejt

Au carrefour entre science et nationalisme : La question de l’origine des Japonais chez les anthropologues et archéologues de Meiji

Le dernier quart du XIXe s. est le moment de la réforme gouvernementale de l’Etat japonais et de la formation de l’Etat national. Les décennies 1870-80 sont marquées par le refonte du système du savoir et la mise en place parallèle d’une science historique chargée d’étudier líhistoire de la nation, ainsi que d’un savoir anthropologique qui se donne pour objet l’etude du barbare comme image de l’a-japonité.
A peine fondée en 1884, la Société d’Anthropologie de Tokyo concentre ses efforts sur la recherche de l’origine des Japonais, peuple mythique dont l’existence se perdrait dans les brumes de la mythologie antique. Une grande querelle sur la préhistoire de l’archipel domine les débats entre 1886 et 1913, relativement à, la nature du peuple qui a dressé les amas coquilliers : le peuple des Koropokgrusî ou bien les barbares Ainous? Dans sa tentative de définition de la nation et de la race japonaise, les anthropologues de Tokyo se partagent entre les méthodes ethnologique et anthropométrique : tantôt comparant les poteries Jomon avec l’artisanat de Hokkaido comme le fit le président de la Société Tsuboi Shogoro, tantôt mesurant les squelettes ainous dans le cadre d’enquêtes raciologiques comme le fit le médecin Koganei Yoshikiyo. Nous présenterons dans cet exposé les débats de la Société dans les décennies 1890-1900, ainsi que les grandes enquêtes ethnologiques et les pillages de tombes, méthode généralisée de l’anthropologie de l’époque moderne.

Publié par

Christian Bouthier

Au Japon depuis 1982. Traducteur et interprète.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *