DÉMARCHE DE VOS TROIS CONSEILLERS DES FRANÇAIS DE L’ÉTRANGER ÉLUS POUR LE JAPON POUR LA RÉOUVERTURE DES FRONTIÈRES AUX RÉSIDENTS

Chers Français du Japon,
Madame, Monsieur,

Vos 3 Conseillers des Français de l’Étranger élus pour le Japon ont entrepris une démarche auprès de l’ensemble des parlementaires japonais (députés et sénateurs des Chambres Basse et Haute) et des Ministres du Cabinet du Premier Ministre Shinzô ABE concernés pour les interroger sur la réciprocité et les inciter une réouverture des frontières aux résidents français et des autres pays de l’espace Schengen.

La lettre en japonais et en anglais ci-jointe a été imprimée et distribuée physiquement aux 713 parlementaires de la Diète japonaise le 8 juillet 2020, en personne ou à leurs attachés parlementaires dans les bureaux de la Diète à Kasumigaseki. (traduction en français ci-dessous)

Alors que la France a inclus le Japon dans la liste des pays dont les ressortissants peuvent entrer librement en France, le Japon s’obstine à ne pas ouvrir ses frontières aux Français résidents au Japon.
Nous pouvons sortir du territoire japonais mais nous ne pouvons pas y revenir, alors que nous avons élu domicile au Japon, y travaillons, y vivons avec nos familles, y payons nos impôts.
Dans le même temps, tout citoyen japonais vivant dans l’espace Schengen avec un titre de résidence régulier y est traité comme un citoyen européen à part entière depuis le début de la crise.

Nous interrogeons donc Parlementaires et Ministres :

Où est la réciprocité ?
Quelles mesures concrètes comptez-vous prendre ?

Nous demeurons à votre écoute et à votre disposition.

Les 3 Conseillers des Français de l’étranger élus pour le Japon

Evelyne INUZUKA
François ROUSSEL
Thierry CONSIGNY

Courriel : Les3Conseillersconsulaires.jp@gmail.com
Facebook : Les3Conseillersconsulaires.jp

NOTE SUR LE MANDAT DE VOS REPRÉSENTANTS
Compte tenu de la situation sanitaire à l’échelle mondiale, le Parlement français a définitivement adopté la loi qui reporte les élections des conseillers consulaires, désormais appelés Conseillers des Français de l’étranger. Ces élections se dérouleront en mai 2021.
Nous sommes honorés de continuer à vous servir jusqu’en mai prochain. Pour des raisons de commodité notre adresse mail et notre page Facebook communes restent inchangées.

TRADUCTION DE LA LETTRE EN FRANÇAIS

Depuis plusieurs mois, les résidents français au Japon ainsi que les résidents au Japon des pays européens, y compris les résidents permanents et les conjoints de Japonais, sont confrontés aux conséquences des restrictions imposées par les autorités japonaises à l’entrée du Japon dans le contexte de la pandémie de Covid-19, « Entry Ban».

Ces restrictions, et notamment l’interdiction d’entrée qui empêche les résidents français de rentrer ou par conséquent de quitter le Japon sans prendre le risque de ne pas pouvoir y retourner dans un avenir prévisible sont très pénalisantes.
Elles conduisent à des situations humaines douloureuses, à la séparation des familles, à l’impossibilité de reprendre le travail, à porter assistance à des proches dans le besoin en France, ou à effectuer des déplacements professionnels indispensables. Les hommes d’affaires européens ne peuvent pas se rendre en Europe pour rencontrer leurs clients ou partenaires commerciaux, alors que les ressortissants japonais peuvent en revanche revenir au Japon après un voyage d’affaires en Europe.

Cette situation devient de plus en plus problématique.

Certaines entreprises européennes ont également établi leur « hub » Asie au Japon et leurs cadres européens ne peuvent pas voyager hors du Japon sans l’inconvénient de ne pas pouvoir y revenir. Ces sociétés pourraient commencer à penser à déplacer le siège social du Japon vers d’autres pays.

Les ambassadeurs au Japon des pays de l’Union Européenne ont pris toute la mesure du désavantage de la situation pour notre communauté et ont agi pour obtenir plus de flexibilité des autorités japonaises et exiger l’application du principe de réciprocité, puisque tous les pays de la zone Schengen traitent les résidents japonais comme leurs propres citoyens pour leur retour en Europe. De plus, depuis le 1er juillet 2020, tous les citoyens japonais peuvent voyager librement dans l’espace Schengen.

À ce stade, les tractations répétées à tous les niveaux ont permis d’obtenir du Japon de bien vouloir examiner au cas par cas des situations à dimension humanitaire, selon une définition stricte. Cependant, cette approche laborieuse ne suffit pas et doit ouvrir la voie à une solution plus durable qui réponde aux attentes des résidents français au Japon et notamment pour les résidents permanents et les conjoints de japonais.

Les pays européens ont autorisé à la fois les citoyens européens et non européens résidant dans l’un des pays de l’UE à y retourner. En conséquence, les résidents permanents et tous les résidents de longue durée devraient être autorisés à entrer au Japon.

Nous ne mettons pas en exergue la libre entrée des touristes au Japon, de tourisme international, mais l’interdiction actuellement en vigueur de l’entrée au Japon de ressortissants étrangers qui y ont une résidence permanente, une famille et une base de travail.

Cette situation est préjudiciable aux intérêts à long terme du Japon.

En notre qualité de représentants élus de la communauté française du Japon (« Conseillers des Français de l’étranger »), nous espérons qu’une solution satisfaisante sera trouvée en respectant la réciprocité pour tous les résidents français au Japon.

Respectueusement vôtre

Les 3 conseillers des Français de l’Étranger au Japon
Evelyne Inuzuka
Thierry Consigny
François Roussel

LETTRE TRANSMISE EN JAPONAIS

衆参国会議員各位、法務省、外務省の皆様

永住者、日本人配偶者等を持つフランス人等の再入国許可要望

令和 2 年 7 月 1 日現在、法務省出入国在留管理庁出入国管理部審判課では永住 者、日本人の配偶者等が再入国許可によって出国した場合でも、原則として再上 陸拒否の対象としています。
http://www.moj.go.jp/content/001318288.pdf

他方、ヨーロッパ連合(EU)とシェンゲン圏への日本人の入境は 3 月 17 日から 閉鎖されていましたが(7 月 1 日に緩和)、フランスでは以下の場合には日本人 を含む外国人の入国を許可しています。
• フランス人の配偶者
• フランスまたはヨーロッパの滞在許可証を有する外国人で、自宅に戻る者
• その他
https://jp.ambafrance.org/article15558

この結果として、緊急を要する家庭やビジネスの事情でフランスに出国すると、 日本人は帰国できるが、フランス人は帰国できません。日本国内に自宅やビジネ スの中心があっても、ひとたび日本を離れるとフランス人は帰国できないのが現 状なのです。その反対に、フランスに永住する日本人、フランス人を配偶者に持つフランス在住日本人にはそのような問題はありません。

こうした事態を受け、欧州連合(EU)各国大使は、相互主義の原則の適用を日本政 府に求め、日本に自宅を持つ者、そして日本人の配偶者等に対する日本への再入 国許可を政府に要請しています。こうした入国管理は、新型コロナウィルス対策 として感染者の多い国/地域からの入国制限、感染者、感染経路の特定、隔離と して EU 諸国でも行われていますが、国籍自体が判断基準とはされていません。

私ども三名の在外フランス人選挙区日本代表は、このような入国管理制度の齟齬 を日本政府が一日も早く是正し、相互主義に基づいて、永住者、日本人配偶者等 に対する再入国を許可されることをここに要望致します。

2020 年 7 月 7 日

在外フランス人選挙区日本代表
犬塚エブリーヌ
ティエリー・コンシニー
フランソワ・ルーセル
代表団連絡先: les3conseillersconsulaires.jp@gmail.com

Conseillers des Français de l’Etranger

LETTRE TRANSMISE EN ANGLAIS

Dear Members of the House of Representatives and Members of House of Councillors,
Dear Minister of Justice and Minister of Foreign Affairs,

For several months, French residents in Japan as well as residents in Japan of other European countries, including permanent residents and spouses of Japanese nationals, have been confronted with the consequences of the restrictions imposed by the Japanese authorities at the entry points of Japan in the context of the Covid-19 pandemic, « Entry ban. »

These restrictions, and in particular the entry ban which prevents French residents returning to (and consequently leaving Japan without taking the risk of not being able to return to their residence in Japan) are very practically penalizing. They lead to painful human situations including but not limited to the separation of families, the inability to return to work, inability to provide assistance to loved ones in need in France, and to make essential business trips outside of Japan.

European businesspeople resident in Japan cannot travel to Europe to meet their customers or business partners, while in contrast Japanese nationals remain eligible to return to Japan after a business trip to Europe. This situation becomes more and more problematic. Some European companies have also established their Asian hub in Japan and their European executives cannot travel out of Japan without the difficulties of not being able to reenter unlike their Japanese colleagues. These companies may consider changing their Asian headquarters from Japan to other countries if this continues.

All the Ambassadors of the European Union have taken full measure of the disadvantage of the situation for the European community in Japan and have acted to obtain more flexibility from the Japanese authorities and to demand the application of the principle of reciprocity, since all Schengen countries treat Japanese residents as their own citizens for entry to their countries. Furthermore, since July 1, 2020, all Japanese citizens can travel freely to the Schengen zone.

At this stage the repeated approaches at all levels have resulted in Japan being available to examine on a case-by-case basis, situations with humanitarian dimensions, according to a very strict and limited definition. However, this laborious case-by-case approach is not sufficient and the authorities must open the way to a more lasting solution that meets the expectations of French residents in Japan – in particular starting with permanent residents and the spouses of Japanese nationals. European countries have allowed both EU and non-EU citizens who are long-term residents in one of the EU country to return there, and consistent with these all-permanent and long-term residents of Japan should be allowed to re-enter Japan. (This matter is not about international tourism but rather that the prohibition currently in place on the reentry into Japan of foreign nationals who have a permanent residence, family and work base in Japan is highly detrimental to Japan’s long term interests.)

In our capacity of the three elected representatives of the French residents in Japan (Conseillers des Français de l’Etranger), we hope that a satisfactory solution can be found respecting reciprocity for all French residents in Japan.

Respectfully yours,

Les 3 Conseillers des Français de l’Etranger au Japon

les3conseillersconsulaires.jp@gmail.com

Evelyne Inuzuka
Thierry Consigny
François Roussel
Tokyo, July 7th, 2020

Le renseignement japonais, par Grégoire Sastre

Extrait de l’article :

Le renseignement et les guerres secrètes se jouent dans des espaces hors la légalité et leurs contours demeurent flous, ce qui en fait un sujet difficile à traiter de manière objective et apaisée. Cela tient également, comme le souligne Alain Dewerpe, à la persistance, autour du renseignement, d’un imaginaire romanesque du secret, des complots, des manipulations et du mensonge, ainsi que d’une méfiance plus ou moins assumée pour ce qui était considéré comme les égouts de la politique. On y retrouve également la dichotomie entre la surveillance et la protection du public : il s’agit, d’un côté, de contrôler les populations et, de l’autre, de déjouer les menaces. Quand un lanceur d’alerte comme Edward Snowden met à jour un abus de pouvoir, les gouvernements en place, démocratiques ou non, mettent en avant la nécessité de se défendre sur le terrain de l’action clandestine, qu’elle soit physique ou non.

Au Japon, ces questions font l’objet d’intenses débats depuis la fin de la guerre du Pacifique. En décembre dernier, la décision denvoyer un navire et deux avions de reconnaissance des Forces dautodéfense (FAD) afin de mener une mission de renseignement dans le golfe dOman a ainsi ému lopinion : elle a été prise par le Cabinet sans être débattue ou votée par la Diète japonaise. Cette décision pose la question de l’usage des forces militaires japonaises, même pour une action non violente comme le renseignement, et du contrôle démocratique de cet usage dans l’évolution du droit japonais en lien avec les questions de défense. Nous allons dans un premier temps évoquer les récents changements de paradigmes du renseignement japonais et dans un second temps en montrer les racines historiques.

Lire la totalité de l’article en ligne :

http://www.gis-reseau-asie.org/fr/le-renseignement-japonais-une-problematique-actuelle-une-histoire-necessaire

La bi-nationalité au Japon : la vérité, enfin !

Cet article de François Roussel, Conseiller Consulaire, fait le point sur la bi-nationalité au Japon.
L’article, très complet et éclairé par un juriste spécialiste de la question est à lire absolument.
Il y a également une version en japonais.
https://solidairesaujapon.com/2019/06/06/etre-binational-au-japon-comment-bien-lire-la-loi-japonaise-sur-la-nationalite/

Bourse d’études et de recherche au Japon – 2019

Le ministère japonais de l’Education, de la Culture, des Sports, des Sciences et de la Technologie (MONBUKAGAKUSHO, MEXT) offre des bourses d’études et de recherche au niveau master et doctorat à des étudiants français* ayant au moins achevé une licence ou un master au moment de partir pour le Japon. L’objectif est de promouvoir la formation de la jeunesse, les échanges intellectuels et une meilleure compréhension culturelle entre la France et le Japon. Ces bourses concernent l’ensemble des disciplines d’études : sciences, sciences humaines, sciences sociales, y compris les disciplines artistiques.

* Les ressortissants monégasques et andorrans peuvent également postuler à ce programme de bourses en France.

Appel à la vigilance : escroquerie relative à la bourse du Gouvernement japonais.

Qualifications requises

• Être de nationalité française, monégasque, ou andorrane.
• Être né(e) après le 2 avril 1985 inclus.
• Avoir achevé des études de licence ou être jugé(e) avoir le niveau équivalent par l’université japonaise d’accueil avant le départ pour le Japon ; les candidats souhaitant étudier la médecine, la dentisterie, la pharmacie ou la médecine vétérinaire devront avoir achevé leur 5e année d’études + la PACES (1re année commune d’études de santé).
• Pour connaître les autres critères de participation, veuillez vous référer au document « Descriptif et instructions 2020 ».

Calendrier 2019-2020

• 23 avril 2019 : publication de l’offre.
17 mai : date limite du dépôt de dossier.
6 juin : examens écrits d’anglais et de japonais (à la Maison de la culture du Japon, 13h-16h30)..
Mi-juin : annonce des résultats des examens et de la sélection sur dossier.
Les candidats retenus pour passer un entretien recevront une convocation une semaine avant.
• Semaine du 24 juin : entretiens des candidats retenus à l’issue de la sélection sur dossier et examen.
*Les dates des entretiens restent à déterminer mais seront publiées dans les plus brefs délais.
Mi-juillet : annonce des résultats de la première étape de sélection en France.
23 août : date limite pour contacter une/des université(s) japonaise(s) au choix du candidat afin d’obtenir une lettre d’acceptation.
Début février 2020 : annonce des résultats définitifs du MEXT.
Mars 2020 : réunion d’orientation avant le départ pour le Japon.
Début avril/septembre-octobre 2020 : arrivée des boursiers au Japon.

Fichiers à télécharger

Merci de bien vouloir télécharger et remplir les documents suivants : « Application Form for FY2020 », « Placement Preference Application Form for FY2020 », « Field of study and Research Plan », « Certificate of Health » via le lien Study Japan, ainsi que les documents ci-dessous :
• Fiche signalétique 2020 pdf / word
• Check-list 2020 pdf / excel

Pour la constitution de votre dossier, merci de lire impérativement le descriptif ci-dessous :
Descriptif et instructions 2020 pdf / word.

Récapitulatif des pièces à joindre au dossier de candidature 1re pochette 2e à 5e pochettes
1. « Application Form 2020 » 1 original 1 copie par pochette
2. « Placement Preference Form 2020 » 1 original 1 copie par pochette
3. « Field of Study and Study Program » 1 original 1 copie par pochette
3.2 Doctorat : 2 pages de projets de recherche
Master : 1 page de motivations
1 original 1 copie par pochette
4. Résultats scolaires du dernier établissement fréquenté 1 copie certifiée conforme + 1 traduction (1 copie + 1 traduction) par pochette
5. Certificat de diplôme ou attestation provisoire d’obtention de diplôme du dernier établissement fréquenté 1 copie certifiée conforme + 1 traduction (1 copie + 1 traduction) par pochette
6. Lettre de recommandation 1 original + traduction 1 copie par pochette
6.2 Doctorat : lettre d’acceptation d’un professeur au Japon, le cas échéant 1 original 1 copie par pochette
7. « Certificate of Health 2020 » 1 original 1 copie par pochette
8. Rapport d’études, mémoire (ou résumé), le cas échéant : 1 copie 2 copies
9. Certificat(s) de langue japonaise/anglaise : 1 copie 1 copie par pochette
10. Lettres de recommandation de l’employeur, le cas échéant : 1 original + traduction 1 copie par pochette
11. Des exemples de travaux (photos, dessins, enregistrement, etc.), le cas échéant : 1 copie 2 copies
Fiche signalétique 2020 1 original 1 copie par pochette
Photocopie du passeport français 1 copie _
Une enveloppe timbrée : 1 _

* Pour rechercher un professeur dans votre domaine d’études au sein des universités japonaises, merci de consulter les liens suivants : https://www.g-studyinjapan.jasso.go.jp/univ_search/ et http://www.jpss.jp/en/

Attention:
1.Merci de veiller à bien conserver vos documents originaux uniques.

Pour rappel, les documents originaux ne pouvant être dupliqués, tels que les relevés de notes et les diplômes, doivent être fournis sous forme de copies certifiées conformes à l’original. La démarche de certification peut être réalisée soit auprès votre université, soit auprès de la mairie de votre lieu de résidence.
2. Merci de veiller à traduire vos documents en anglais ou en japonais.
Tout document en français doit être traduit, sauf la fiche signalétique et la check-list.

Dépôt du dossier (par voie postale uniquement)

• Date limite d’envoi : le 17 mai 2019 (le cachet de la poste faisant foi)
• Destination :
Service Education
Ambassade du Japon en France
7, avenue Hoche
75008 Paris
*Indiquer sur l’enveloppe « Recherche 2019 »
*Envoi du dossier par voie postale uniquement
Pour toute question, contactez : education1@ps.mofa.go.jp

Voir la page des bourses de l’Ambassade du Japon en France

Annales

Cliquez ici pour consulter des exemples de tests d’anglais et de japonais (catégorie « Research students »).

Conférences sur le droit de la famille et du mariage au Japon

Voir la version en ligne

15 avril, 13 mai et 10 juin 2018

francais_du_mode


 


 

 

Droit de la famille et du mariage au Japon :

conférences et consultations juridiques gratuites


 

Français du Monde – Tokyo a le plaisir de vous convier à une série de conférences :
Conférences sur le droit de la famille et du mariage au Japon en contexte franco-japonais

 

Co-organisées par Français du monde – Tokyo et l’association des avocats du Barreau de Tokyo (Tokyo Bengoshi kai)
 
Les dimanches 15 avril, 13 mai et 10 juin 2018, à Suidôbashi 
Entrée libre et gratuite dans la limite des places disponibles
Réservation fortement recommandée 
Par Maître Atsuko OHATA et Maître Nahoko AMEMIYA, avocates au Barreau de Tokyo. Conférences assurées en français


 

1. « Cinq choses à savoir avant de se marier avec un(e) Japonais(e) »
Dimanche 15 avril, 14h00 (ouverture 13h30)3-6-15 Misakichô, Chiyoda-ku (Tokyo Gakuin Buil.)


 


 

2. « Après le mariage : ce qu’il faut savoir si survient une situation de crise Ce qu’il faut faire et ce qu’il ne faut pas faire. Avec des témoignages. »
Dimanche 13 mai, 14h00 (ouverture 13h30)1-2-8 Koraku, Bunkyo-ku (Koraku 1-Chome Buil.)


 


 

3. « Après la séparation : que faire face aux problèmes qui peuvent se poser Conséquences d’un divorce ou d’une séparation, droits des enfants, droit de visite… »
Dimanche 10 juin, 13h00 (ouverture 12h30)3-6-15 Misakichô, Chiyoda-ku (Tokyo Gakuin Buil.)
En présence d’un représentant de l’Ambassade de France


 


 

4. Consultations juridiques gratuites

La conférence du 10 juin sera suivie de 15 h à 18 h par des consultations juridiques gratuites sur les questions touchant au droit de la famille (ou autre) assurées par plusieurs avocats japonais du Barreau de Tokyo (en français, anglais et japonais, selon les cas avec l’aide d’un interprète bénévole), à proximité de la salle de conférence (adresse sur inscription). 45 min par personne. Réservation obligatoire


 


 


 

Vie associative : dimanche 8 avril, Hanami inter-associatif de la Solidarité (ouvert à tous)


 

Hanami inter-associatif de la Solidarité
Français du Monde vous invite au grand Hanami familial* inter-associatif de la Solidarité organisé par l’OLES-Japon et l’AFJ avec le soutien de Français du Monde, de l’UFE-Japon et de l’AFFJJ. Ouvert à tous.

Sous les fleurs ou sous les vertes feuilles venez partager un grand moment de convivialité !

Date : dimanche 8 avril

Lieu : parc Yoyogi, près de la porte de Sendagaya

Lieu exact : point S2 sur le plan et en cas de problème point C5 (voir le plan ici)

Horaire : de 10 h 30 à 16 h.

Participation libre et gratuite (entrée du parc payante, 200 yens environ). Apporter son pique-nique.

* « familial » au sens large : on peut bien sûr venir seul ou avec des amis !


 


 

Soutenir Français du Monde

Au fil d’évènements conviviaux, informatifs ou culturels, Français du Monde aide les Français établis à l’étranger à s’impliquer comme citoyens à la fois vis-à-vis de la France et vis-à-vis de leur pays d’accueil, en « citoyens du monde ». Elle réunit des Français mais aussi des francophones de toutes nationalités partageant les mêmes valeurs.
Si vous appréciez nos actions et souhaitez les soutenir, n’hésitez pas : adhérez à l’association cliquer ici

_____________________________________
Français du Monde soutient l’OLES Japon (Organisme Local d’Entraide et de Solidarité), qui vient en aide aux Français en difficulté au Japon et à leurs familles.

Consultez le site : www.olesjapon.org

Infos, adhésions et dons cliquer ici

Un nouveau site du gouvernement japonais pour les étrangers

Le gouvernement japonais a lancé un nouveau site destiné à informer les étrangers : http://www8.cao.go.jp/teiju-portal/eng/seisaku/.
Il propose des informations pratiques pour l’éducation des enfants, les conditions de travail, l’assurance maladie, la retraite, les futures mamans, etc.

Compte rendu de la réunion du comité de sécurité à l’Ambassade de France du 15 novembre

Un compte rendu de la réunion du comité de sécurité à l’Ambassade de France du 15 novembre a été publié sur le site
http://www.ape-japon.net/
Voir aussi les 4 vidéos de ce comité déjà diffusées sur france-japon.net :
Comité de -sécurité de l’Ambassade de France du 15 novembre 2008, vidéos 1 et 2
Comité de -sécurité de l’Ambassade de France du 15 novembre 2008, vidéos 3 et 4
4 autres vidéos seront bientôt ajoutées sur notre site.

Double nationalité japonaise et étrangère : Proposition de loi au sein du PLD

Thierry Consigny nous informe sur son blog d’une nouvelle proposition de loi visant à faciliter la double nationalité japonaise et étrangère et présente un article paru le 14 novembre dans le Japan Times sur ce sujet.
Copyright Thierry Consigny afe-asie-nord.org et The Japan Times

Une proposition de loi au sein du Parti Libéral Démocrate au pouvoir (LDP – Jiminto) par le député Taro Kono vise à faciliter la double nationalité japonaise et étrangère. Aucun calendrier n’est fixé pour l’examen de cette proposition en session parlementaire, mais on peut se réjouir de cette future avancée pour les générations franco-japonais futures en termes de facilité pour la résidence au Japon, bénéfices sociaux, accès à des postes réservés, et représentation nationale du fait de leur poids électoral. Le Parti Démocrate Japonais (DJP – Minshuto) compte aussi parmi ses élus des promoteurs d’une révision de la loi, notamment en la personne du sénateur francophile et francophone Tadashi Inuzuka.

The Japan Times (C) All rights reserved, Friday, Nov. 14, 2008
LDP panel mulls easing law on dual citizenship
Mixed couples’ kids could have two nationalities
By MINORU MATSUTANI, Staff writer
Liberal Democratic Party member Taro Kono said Thursday he has submitted a proposal to an LDP panel he heads calling for the Nationality Law to be revised to allow offspring of mixed couples, one of whom being Japanese, to have more than one nationality.
Continuer la lecture de Double nationalité japonaise et étrangère : Proposition de loi au sein du PLD

Comité Sécurité de l’Ambassade de France du 15 novembre 2008

Voici les deux premières vidéos de la réunion de travail du Comité Sécurité de l’Ambassade de France du 15 novembre 2008. Commencée à 9h30, elle s’est poursuivie jusqu’à plus de 11h30! Voir les détails du programme sur le site de l’Ambassade. À cause de la longueur de cette séance de travail, nous sommes obligés de fractionner les vidéos pour les mettre en ligne. Les autres seront mises en ligne progressivement. Merci de votre compréhension et de votre patience.

comité de sécurité 20081115 – 01 de Christian Bouthier sur Vimeo.


Comité de Sécurité Ambassade de France 20081115 – 02 de Christian Bouthier sur Vimeo.

Composition du gouvernement Aso

Le Gouvernement Asō est le 92e cabinet du Japon, nommé le 24 septembre 2008 par le nouveau Premier ministre Tarō Asō.
Composition
Premier ministre : Tarō Asō
Ministres, chefs d’un ministère
Ministre des Affaires intérieures et des Communications : Kunio Hatoyama
Ministre de la Justice : Eisuke Mori
Ministre des Affaires étrangères : Hirofumi Nakasone
Ministre des Finances également ministre d’État chargé des services financiers : Shōichi Nakagawa
Ministre de l’Éducation, de la Culture, des Sports, des Sciences et de la Technologie : Ryu Shionoya
Ministre de la Santé, du Travail et du Bien-être : Yōichi Masuzoe (voir ce blog)
Ministre de l’Agriculture, des Forêts et de la Pêche : Shigeru Ishiba
Ministre de l’Économie, du Commerce et de l’Industrie : Toshihiro Nikai
Ministre de l’Aménagement du territoire, des Infrastructures et des Transports également ministre au Tourisme : Nariaki Nakayama
Ministre de l’Environnement également chargé des Problèmes environnementaux mondiaux : Tetsuo Saitō
Ministre de la Défense : Yasukazu Hamada
Chef du Secrétariat et du Bureau du Cabinet
Secrétaire général du Cabinet : Takeo Kawamura
Ministres d’État ne dirigeant pas un ministère
Ministre d’État, Président de la Commission nationale de sécurité publique également chargé d’Okinawa et des Territoires du Nord : Tsutomu Sato
Ministre d’État pour la Politique économique et fiscale : Kaoru Yosano
Ministre d’État pour la Réforme administrative : Akira Amari
Ministre d’État pour la Protection des Consommateurs, la Sécurité alimentaire, la Politique scientifique et technologique : Seiko Noda
Ministre d’État pour la Population et l’Égalité des sexes : Yuko Obuchi

Wikipédia donne des détails sur ce gouvernement ici.