Maison franco-japonaise programme juin-septembre 2021

Institut français de recherche sur le Japon
à la Maison franco-japonaise (Umifre 19, MEAE-CNRS)

PROGRAMME JUIN-SEPTEMBRE 2021

L’Institut français de recherche sur le Japon à la Maison franco-japonaise a le plaisir de vous inviter aux manifestations qui auront lieu de juin à septembre 2021.
Sauf mention contraire, les horaires correspondent au fuseau horaire du Japon (GMT+9).

MESURES RELATIVES AU CORONAVIRUS

En raison de l’épidémie du coronavirus (COVID-19), nos événements en ligne ont lieu sur la plateforme Zoom.
Un e-mail d’invitation, avec un ID de réunion et un mot de passe, sera envoyé à l’adresse indiquée lors de votre inscription sur notre site internet. Merci de bien vouloir les entrer dans l’application Zoom afin de participer à l’événement.
Attention à écrire correctement votre adresse mail.
Pour plus d’informations sur les modalités d’adhésion, veuillez consulter : www.youtube.com/watch?v=KR6IJM6PRFk
Nous vous remercions pour votre compréhension.

JUIN 2021
Samedi 5 et dimanche 6 juin /  avec traduction simultanée
Festival de l’histoire de l’art. Édition 2021
Samedi 5 juin / 17 h – 20 h : www.mfj.gr.jp/agenda/2021/06/05/fontainebleau/
Dimanche 6 juin / 17 h – 20 h 45 : www.mfj.gr.jp/agenda/2021/06/06/fontainebleau/

Jeudi 17 juin / 12 h 30 – 14 h / En ligne / en anglais sans traduction
Lunch Seminar on Japanese Economy and Society / A Comparison of ICT Entrepreneurial Ecosystems within Japan: The Role of Place
[Speaker] Agata KAPTURKIEWICZ (Waseda University)
[Moderator] Adrienne SALA (FRIJ-MFJ)
www.mfj.gr.jp/agenda/2021/06/17/agata/

Jeudi 24 juin / 18 h – 20 h / En ligne / avec traduction simultanée
Cycle de conférences « Judiciarisation des enjeux sociaux et environnementaux au Japon et en France » / Usages sociaux et politiques du droit en France et au Japon. Exemples de mobilisation autour de causes
[Conférenciers] Liora ISRAËL (EHESS), IIDA Takashi (univ. de Tokyo)
[Discutant] TAKAMURA Gakuto (univ. Ritsumeikan)
[Modératrice] Adrienne SALA (IFRJ-MFJ)
www.mfj.gr.jp/agenda/2021/06/24/judiciarisation/

Mardi 29 juin / 18 h 30 – 20 h 30 / En ligne / avec traduction simultanée
Grand débat / Quatre-vingts ans d’enseignement et de recherche en littérature
[Conférenciers] Antoine COMPAGNON (prof. émérite du Collège de France), NAKAJI Yoshikazu (prof. émérite de l’univ. Tokyo)
[Modérateur] SAWADA Nao (univ. Rikkyō)
www.mfj.gr.jp/agenda/2021/06/29/compagnon/

JUILLET 2021

Samedi 3 juillet / 16 h – 19 h / En ligne / en anglais et en japonais avec traduction
Workshop / Socio-Life Science Interdisciplinary Seminar: Stakes of Covid-19 Vaccination
[Speakers] MATSUDA Fumihiko (Kyoto University), Christiane GERKE (Institut Pasteur), Jeremy K. WARD (INSERM/CERMES3), FUJII Daisuke (RIETI, University of Tokyo)
[Moderator] Anavaj SAKUNTABHAI (Institut Pasteur)
www.mfj.gr.jp/agenda/2021/07/03/vaccination/

SEPTEMBRE 2021

Mercredi 22 septembre / 18 h – 20 h / En ligne / en français sans traduction
Table ronde / Les industries des images en Asie de l’Est
[Intervenants] Kristian FEIGELSON (univ. Sorbonne Nouvelle-Paris 3), Wafa GHERMANI (Cinémathèque Française)
[Discutant] Charles TESSON (univ. Sorbonne Nouvelle-Paris 3)
[Modérateur] Mathieu CAPEL (univ. de Tokyo)
www.mfj.gr.jp/agenda/2021/09/21/industries%20images/

Vendredi 24 septembre / 18 h – 20 h / En ligne / avec traduction simultanée
Conférence / La Révolution française, source inépuisable pour l’imaginaire et la fiction. Le Théâtre de la Révolution de Romain Rolland
[Conférencier] Eric AVOCAT (univ. d’Osaka)
[Modérateur] Bernard THOMANN (IFRJ-MFJ)
www.mfj.gr.jp/agenda/2021/09/24/avocat/

Samedi 25 septembre / 13 h – 18 h / En ligne / en japonais sans traduction
Colloque culturel / Représentation littéraire de la Révolution française par sept écrivains. De Madame de Staël à Chantal Thomas
[Intervenants] MURATA Kyoko (prof. émérite de l’univ. préfectorale d’Osaka), ONO Ushio (univ. Chūō), KASHIWAGI Takao (prof. émérite de l’univ. d’Osaka), NISHINAGA Yoshinari (prof. émérite de l’univ. des langues étrangères de Tokyo), MIURA Nobutaka (prof. émérite de l’univ. Chūō), SEKITANI Kazuhiko (univ. Kwansei gakuin)
[Modérateur] DATE Kiyonobu (univ. de Tokyo)
www.mfjtokyo.or.jp/fr/events/symposium/20210925.html

L’accès aux manifestations décrites ci-dessus est libre et gratuit (sauf mention contraire). Merci de vous inscrire depuis la page Agenda de notre site web.

Diffusé par :
Institut français de recherche sur le Japon à la Maison franco-japonaise (IFRJ-MFJ)
E-mail : contact@mfj.gr.jp
© 2021, IFRJ-MFJ

Conférence « Tsunami de béton, la reconstruction du Sanriku 10 ans après le 11 mars 2011 »

L’Institut français de recherche sur le Japon à la Maison franco-japonaise a le plaisir de vous inviter à la conférence « Tsunami de béton, la reconstruction du Sanriku 10 ans après le 11 mars 2011 ».


MESURES RELATIVES AU CORONAVIRUS
En raison de l’épidémie du coronavirus (COVID-19), nos événements en ligne ont lieu sur la plateforme Zoom.
Un e-mail d’invitation, avec un ID de réunion et un mot de passe, sera envoyé à l’adresse indiquée lors de votre inscription sur notre site internet. Merci de bien vouloir les entrer dans l’application Zoom afin de participer à l’événement.
Attention à écrire correctement votre adresse mail.
Pour plus d’informations sur les modalités d’adhésion, veuillez consulter : www.youtube.com/watch?v=KR6IJM6PRFk
Nous vous remercions pour votre compréhension.


Tsunami de béton, la reconstruction du Sanriku 10 ans après le 11 mars 2011

Jeudi 11 mars 2021
18 h – 19 h 30 (Japon)
En ligne
Traduction simultanée en français et en japonais

Rémi SCOCCIMARRO
(univ. Toulouse Jean-Jaurès, IFRJ-MFJ)

À la veille de la révolution industrielle, les paysages côtiers du Japon étaient déjà fortement anthropisés. L’arrivée des techniques occidentales a permis une accélération de la modification des paysages littoraux qui avait culminé pendant la Haute croissance (1955-1973). C’était ainsi le cas sur la côte à tsunamis du Japon, le Sanriku, dans le Nord-Est, où les ouvrages de protection côtière avaient pris la forme de digues géantes. Défigurant les paysages hérités, elles ont profondément modifié les rapports à la mer, tout en ouvrant de nouveaux territoires à l’aménagement. Aucune de ces digues n’a tenu face au tsunami du 11 mars 2011. Cela n’a pas pour autant remis en question leur pertinence, et la reconstruction post-11 mars consacre plus encore les supers-digues, avec des modifications profondes des territoires et des paysages hérités. C’est un véritable tsunami de béton qui frappe désormais les littoraux de l’Archipel. Lors de cette conférence, nous montrerons qu’en accentuant la coupure entre la mer et les habitants, ces ouvrages les rendent aussi encore plus dépendants des aménageurs (État/département/groupes du BTP), alors qu’on peut parfois douter de leur utilité véritable en termes de protection littorale.

Modératrice : Adrienne SALA (IFRJ-MFJ)

Inscription obligatoire : www.mfj.gr.jp/agenda/2021/03/11/tsunami_de_beton/


L’accès aux manifestations décrites ci-dessus est libre et gratuit (sauf mention contraire). Merci de vous inscrire depuis la page Agenda de notre site web.


Diffusé par :
Institut français de recherche sur le Japon à la Maison franco-japonaise (IFRJ-MFJ)

© 2021, IFRJ-MFJ

Lettre du GIS Asie – mars 2021 – extrait – Patrimoine militaire dans la ville japonaise

Patrimoine militaire dans la ville japonaise : entre mémoire historique et symbole identitaire

par Delphine Vomscheid, post-doctorante JSPS à l’Université de Kyōto, chercheuse affiliée au laboratoire CRCAO (UMR 8155) et enseignante vacataire à l’ENSA de Lyon

Au Japon, le patrimoine architectural militaire occupe une place particulière dans le paysage urbain. D’un point de vue quantitatif tout d’abord, parce que l’on dénombre plusieurs milliers de sites archéologiques et historiques de châteaux répartis sur l’ensemble de l’archipel, de la simple ruine aux sites grandioses des donjons ceints de douves et de fortifications. D’un point de vue qualitatif également, car le pays compte cinq sites classés trésors nationaux, dont le château de Himeji qui est l’un des premiers biens culturels japonais à être inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco en 1993. D’un point de vue politique enfin, puisque depuis la fin du régime féodal des Tokugawa en 1867, les sites castraux ont joué des rôles divers, tantôt négligés pour leur désuétude, tantôt utilisés pour leur forte symbolique.

Aujourd’hui, les châteaux constituent des atouts de taille pour les villes : leurs conservation, valorisation et utilisation représentent des enjeux économiques et politiques majeurs.

Cet article propose une double lecture du patrimoine castral du Japon, sous l’angle de sa valeur de témoignage du passé mais également des enjeux patrimoniaux actuels qui lui sont associés, liés au tourisme et à la politique internationale.

>> Lire la suite en ligne

Copyright GIS Asie
http://www.gis-reseau-asie.org

Les experts de la NHK répondent aux questions sur le coronavirus – février 2021

Déjà 170 questions et réponses sur des sujets de la vie quotidienne au Japon en lien avec la crise sanitaire du coronavirus.

Voir le site de la NHK internationale :
https://www3.nhk.or.jp/nhkworld/fr/news/qa/coronavirus/

Exemple.

170. Comment postuler au programme de fonds de soutien du gouvernement pour les travailleurs
Les experts de la NHK répondent aux questions que se posent ses auditeurs au sujet du nouveau coronavirus. Aujourd’hui, nous vous présentons le second volet d’une série en deux parties sur le fonds de soutien du gouvernement pour les travailleurs contraints de prendre un congé en raison de la pandémie de coronavirus. La question d’aujourd’hui est de savoir comment postuler au programme et où s’adresser pour obtenir des renseignements.

Ce programme s’adresse aux employés des petites et moyennes entreprises qui ont été contraints de prendre un congé, pendant une certaine période depuis le mois d’avril 2020, en raison de la pandémie et dont les indemnités légales ne sont pas versées par leur employeur. Les stagiaires techniques, qui travaillent dans ces entreprises, sont également éligibles.

Les travailleurs peuvent ainsi recevoir 80 % du salaire qu’ils gagnaient avant la prise de congé. Ce programme est plafonné à 11 000 yens par jour. Le programme de soutien est valable jusqu’à la fin du mois suivant la levée de l’état d’urgence. Il faut donc se référer à la date actée de la fin de l’état d’urgence. Si, par exemple, elle est fixée au mois de mars, le programme sera disponible jusqu’à la fin du mois d’avril.

Au 21 janvier 2021, le gouvernement avait déjà accepté près de 810 000 demandes et décidé de verser un total de plus de 63,6 milliards de yens. Les employés et les entreprises peuvent demander cette aide, par courrier ou en ligne.

Le site internet du ministère du Travail contient des informations à ce sujet en japonais, en anglais, en portugais, en espagnol et en chinois. Le site internet de l’Organisation pour la formation de stagiaires techniques contient, quant à lui, des informations en chinois, en vietnamien, en tagalog, en indonésien, en thaïlandais, en anglais, en cambodgien et en birman.

Le ministère du Travail dispose d’un service téléphonique gratuit pour répondre aux questions sur le programme, uniquement en japonais. Le numéro est le 0120-221-276. Il est joignable de 8h30 à 20h00 du lundi au vendredi et de 8h30 à 17h15 les week-ends et jours fériés.

Ces informations datent du 29 janvier 2021.

Ces informations sont disponibles sur le site internet de NHK World Japan et sur les différents réseaux sociaux.

Le site internet du ministère du Travail : https://www.mhlw.go.jp/stf/kyugyoshienkin.html#otoiawasesaki
(En japonais, anglais, portugais, espagnol et chinois)
*Vous allez quitter le site de NHK WORLD-JAPAN.

Le site internet de l’Organisation pour la formation de stagiaires techniques : https://www.otit.go.jp/CoV2_jissyu_seikatsu/
(En japonais, chinois, vietnamien, tagalog, indonésien, thaïlandais, anglais, cambodgien, birman)

Copyright NHK

Parution de la revue Ebisu – Études japonaises numéro 57 (2020)

Institut français de recherche sur le Japon 
à la Maison franco-japonaise (UMIFRE 19, MEAE-CNRS)
        
La rédaction de la revue Ebisu. Études japonaises a le plaisir de vous annoncer la parution du n° 57 (2020) « Les architectes de l’ère Heisei (1989-2019). Rôles, statuts, pratiques et productions », coordonné par Sylvie Brosseau et Corinne Tiry-Ono.

Le numéro est en accès libre et téléchargement gratuit en intégralité sur OpenEdition.
https://journals.openedition.org/ebisu/4842

Comment décrire et qualifier le travail des architectes japonais durant l’ère Heisei (1989-2019) ?

Le numéro 57 d’Ebisu. Études japonaises propose d’examiner différents aspects de la place des architectes dans le monde de la construction, dans la société et dans la culture. À travers des thèmes clés, des expériences individuelles, des positionnements professionnels et intellectuels, et des réalisations diversifiées, se dégagent des évolutions et des tendances marquantes, voire des ruptures. Sont ainsi questionnées les transformations techniques, économiques et sociales qui façonnent l’architecture japonaise contemporaine.

DOSSIER THÉMATIQUE
« Les architectes de l’ère Heisei (1989-2019). Rôles, statuts, pratiques et productions »
Coordonné par  Sylvie BROSSEAU et Corinne TIRY-ONO

Introduction » par Corinne TIRY-ONO

Articles
•    FUNO Shūji, « Portrait diffracté de l’« architecte » : artiste, archi-technocrate ou community architect ? » (traduction de Mathieu Capel et Amira Zegrour)

•    KUWAHARA Yūki (dir.), « L’ère Heisei et l’architecture » (traduction de Léo Matsuura et Sophie Refle)

•    Benoît JACQUET & Yann NUSSAUME, « L’évolution de l’architecture de Takamatsu Shin et le passage à l’ère Heisei : continuité ou fluctuation ? »

•    Olivier MEYSTRE, « Lignes et lignée. Réflexions sur la représentation graphique chez les héritiers d’Itō Toyō »

•    Salvator-John A. LIOTTA & Aya JAZAIERLY, « Des architectes japonais en France. Les parcours de Ban Shigeru, Kuma Kengo, Fujimoto Sou et Tane Tsuyoshi »


Témoignages

•    Manuel TARDITS, « Vivre l’architecture au Japon »

•    François BIZET, « Homo habitans. Le musée de Teshima »


Conclusion « Disparitions et émergences » par Sylvie BROSSEAU


« Lexique » par Sylvie BROSSEAU et Corinne TIRY-ONO


Diffusé par : Institut français de recherche sur le Japon à la Maison franco-japonaise (IFRJ-MFJ)

Le début des échanges artistiques franco-japonais

Un article de Atsushi Miura publié sur le site http://festivaldelhistoiredelart.com/

Extrait :
Cercle restreint de collectionneurs, groupe d’artistes à la recherche de nouvelles formes d’expression, chefs d’œuvres universels du septième art, puissance des images et des mangas ; parfois fluctuante au fil des décennies, l’attraction exercée par le Japon sur le monde culturel français reste plus vivace que jamais. Si le goût d’un Monet ou d’un Clémenceau pour le Japon ainsi que l’absorption par la France de vastes pans de la production culturelle nipponne semble relever désormais du fait établi, les échanges artistiques entre les deux pays ont bien eu lieu dans les deux sens et dans des proportions tout à fait considérables.
A l’occasion du premier Festival de l’histoire de l’art consacré à un pays non occidental, Atsushi Miura, professeur à l’Université de Tokyo et Directeur du comité japonais pour le FHA revient pour nous sur la genèse des échanges artistiques entre les deux pays et leurs influences réciproques comme autant de jeux de miroirs.

 
« C’est que pour ses robes, la Japonaise a le goût des colorations de nature les plus distinguées, les plus artiste, les plus éloignées du goût, que l’Europe a pour les couleurs franches. »
Edmond de Goncourt, Outamaro, éd. déf. ch. VIII.

Lorsque j’ai appris que le Japon était le premier pays non occidental à être invité à la 10e édition du Festival de l’histoire de l’art à Fontainebleau, j’ai été ravi, mais pas du tout surpris. En effet, depuis plus de 150 ans et l’ouverture du Japon au monde extérieur au milieu du XIXe siècle, la France et le Japon ont noué une histoire commune étroite et significative fondée notamment sur les échanges culturels. Dans le domaine de l’art en particulier, les liens entre les deux pays sont profonds, ils s’influencent, ils s’inspirent mutuellement et non pas unilatéralement. « Japonisme 2018 » en France et le prochain festival « La Saison » au Japon (octobre 2021 – mars 2022) devraient suffire à nous rappeler que l’attraction mutuelle entre les deux pays dans le domaine culturel ne s’est jamais tarie.

Suite avec le lien direct vers l’article complet :

http://festivaldelhistoiredelart.com/blog/france-japon-influences-miroirs/

Tous droits réservés à festivaldelhistoiredelart.com .

Appels à candidatures pour des séjours de recherche en France

La Fondation France-Japon (FFJ) de l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS) vise à accueillir des chercheurs pour des séjours longs et courts afin de leur permettre d’être intégrés au sein de la communauté française des chercheurs.
Le programme de Chaires financées par des entreprises privées et des institutions publiques permet l’accueil à Paris d’un chercheur pendant un long séjour pour travailler sur un projet de recherche en lien avec la thématique de la Chaire. Cette année, l’appel à candidatures est ouvert jusqu’au 31 mars 2021.

Les trois chaires concernées par ces appels à candidatures sont les suivantes :

• Air Liquide Fellowship : « Envisioning the Future of Human-Machine Relations : Collaborative Research between Japan and France »
• Banque de France Fellowship : « Macroeconomics and Economic Policy : Which Lessons from the Japanese Experience ? »
• Michelin Foundation Fellowship : « Urban Mobilities in the 21st Century »

Source et détails :
https://jp.ambafrance.org/Appels-a-candidatures-de-la-FFJ-pour-des-sejours-de-recherche-en-France

Cycle de conférences lié au projet de recherche Populations japonaises (IFRAE-CRCAO)

Ce cycle de conférences mensuelles organisé par « l’axe travail » du groupe de recherche Populations Japonaises (IFRAE-CRCAO) a pour vocation de présenter des recherches en cours portant sur la question du travail dans la société japonaise contemporaine dans une acceptation large et sans distinction de discipline. Les conférences se tiendront en ligne.

Informations pratiques

Un lien Zoom sera communiqué avant les séances.

Responsables scientifiques :

César Castellvi (EHESS-CRJ)
Julien Martine (UDP-CRCAO)

Contacts : cesar.castellvi@ehess.fr / julien.martine@univ-paris-diderot.fr
Cycle de conférences : « Axe travail » 

Vendredi 12 février 2021, 10h-12h (GMT+01 :00)

Marie Buscatto, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Musicien.ne de jazz au Japon. Échapper à sa « destinée » sociale ?

Vendredi 12 mars 2021, 10h-12h (GMT+01 :00)

Philippe Orsini, Université Nihon
Les travailleurs étrangers du Japon et leur perception par leurs collègues japonais

Asie Thèses : la base de données des thèses sur l’Asie du GIS

Asie Thèses : la base de données des thèses sur l’Asie consultable en ligne sur le site web du GIS

Asie Thèse est une base de données unique en son genre, car elle recense toutes les thèses sur l’Asie en sciences humaines et sociales soutenues en France depuis les années 1970.

Cette base, en ligne sur le site web du GIS Asie, est interrogeable par tous suivant différents critères de recherche. Contenant actuellement 8300 thèses, elle est incrémentée tous les six mois à partir de Theses.fr (catalogue qui ne propose pas de filtre « Asie ») et reste ainsi à jour en permanence.

Venez la tester et vérifier que votre thèse est bien répertoriée.
http://www.gis-reseau-asie.org/fr/theses

Cycle de conférences « Judiciarisation des enjeux sociaux et environnementaux au Japon et en France » 2021

L’Institut français de recherche sur le Japon à la Maison franco-japonaise a le plaiMaison Franco-Japonaise de Tokyosir de vous inviter à la première conférence du cycle « Judiciarisation des enjeux sociaux et environnementaux au Japon et en France ».

MESURES RELATIVES AU CORONAVIRUS

En raison de l’épidémie du coronavirus (COVID-19), nos événements en ligne ont lieu sur la plateforme Zoom.
Un e-mail d’invitation, avec un ID de réunion et un mot de passe, sera envoyé à l’adresse indiquée lors de votre inscription sur notre site internet. Merci de bien vouloir les entrer dans l’application Zoom afin de participer à l’événement.
Attention à écrire correctement votre adresse mail.
Pour plus d’informations sur les modalités d’adhésion, veuillez consulter : www.youtube.com/watch?v=KR6IJM6PRFk
Nous vous remercions pour votre compréhension.

Préjudice écologique, responsabilité de l’État, 
contentieux climatiques et droit de l’environnement
Mercredi 20 janvier 2021
18 h – 20 h
En ligne
Traduction simultanée en français et en japonais
Eve TRUILHÉ (CNRS, CERIC-UMR DICE)
« Judiciarisation des enjeux environnementaux en Europe, l’exemple du climat »
Résumé :
Il s’agira de montrer d’abord l’accroissement du recours au procès pour faire face à l’inaction climatique des gouvernements nationaux et de l’Union européenne. Au-delà des manifestations de ce phénomène (plusieurs recours en France, dans le cadre de l’UE et de la CEDH) il s’agit d’en évoquer les causes. Ensuite, je pense analyser les enjeux de ce recours accru au juge : étude des principaux obstacles procéduraux et des moyens de les surmonter à travers l’analyse de plusieurs recours, contre l’État français, en instance devant le conseil d’État ; rejetés par la CJUE ; et dont la recevabilité vient d’être acceptée par la CEDH.

OKUBO Noriko  (univ. d’Osaka)
« Le procès environnemental au Japon : vers une réforme du contentieux ? »
Résumé :
La Constitution et le droit japonais ne comportent pas de dispositions relatives aux droits environnementaux, à la différence de la France. Dans plusieurs cas de pollution graves telle que la maladie de Minamata, les juges ont reconnu la responsabilité des entreprises ainsi que la responsabilité de l’État pour défaut d’exercice des pouvoirs réglementaires entraînant des dommages causés à la vie et à la santé. Toutefois, contrairement à la France, les recours d’intérêt public en matière d’environnement n’ont pas été introduits et ni les actions en réparation du préjudice écologique, ni les actions en justice intentées par des groupes environnementaux ne sont reconnues, en particulier dans le domaine de la protection de la nature et des biens culturels. Le changement climatique n’est pas suffisamment reconnu comme un enjeu fondamental du point de vue des droits de l’Homme, et la tenue de procès relatifs au changement climatique y est rendue plus difficile qu’en Europe. Une réforme du contentieux est donc nécessaire au Japon pour permettre les recours collectifs en matière d’environnement, conformément au respect de l’État de droit.

Isabelle GIRAUDOU (univ. de Tokyo)
« Les procès climatiques : un objet charnière de l’enseignement du droit dans l’anthropocène »
Résumé :
Le droit global du changement climatique fait partie de ces nouveaux objets de l’enseignement juridique qui, devenus incontournables, continuent pourtant d’embarrasser. Le contentieux climatique est à cet égard exemplaire : bousculant déjà chez les enseignants et leurs étudiants certaines représentations familières, cet enfant terrible des cours de droit pourrait bien conduire à une transformation plus profonde de nos pratiques de formation. Comment et à quelles conditions ? Nous examinerons cette question à partir de quelques exemples tirés de la pratique de l’enseignement du droit au Japon, en particulier dans le contexte de nouveaux programmes universitaires multi- ou interdisicplinaires.

Discutante : TAKAMURA Yukari (univ. de Tokyo)
Modératrice : Adrienne SALA (IFRJ-MFJ)

Inscription obligatoire : www.mfj.gr.jp/agenda/2021/01/20/judiciarisation/

L’accès aux manifestations décrites ci-dessus est libre et gratuit (sauf mention contraire). Merci de vous inscrire depuis la page Agenda de notre site web.

Diffusé par :
Institut français de recherche sur le Japon à la Maison franco-japonaise (IFRJ-MFJ)
E-mail : contact@mfj.gr.jp
© 2021, IFRJ-MFJ