Institut français de recherche sur le Japon à la Maison franco-japonaise : activités de septembre et octobre 2020

L’Institut français de recherche sur le Japon à la Maison franco-japonaise a le plaisir de vous inviter aux manifestations qui auront lieu en septembre et en octobre 2020.

MESURES RELATIVES AU CORONAVIRUS
En raison de l’épidémie du coronavirus (COVID-19), nos événements en ligne ont lieu sur la plateforme Zoom.
Un e-mail d’invitation, avec un ID de réunion et un mot de passe, sera envoyé à l’adresse indiquée lors de votre inscription sur notre site internet. Merci de bien vouloir les entrer dans l’application Zoom afin de participer à l’événement.
Attention à écrire correctement votre adresse mail.
Pour plus d’informations sur les modalités d’adhésion, veuillez consulter : https://www.youtube.com/watch?v=KR6IJM6PRFk
Nous vous remercions pour votre compréhension.

SEPTEMBRE 2020

Vendredi 11 septembre / 17 h 30 – 18 h 30 / En ligne / en français sans traduction
Entretien avec son excellence l’ambassadeur de France au Japon, Monsieur Laurent Pic, à l’occasion de la fin de sa mission
[Participants] Laurent PIC (ambassadeur de France au Japon), Bernard THOMANN (directeur de l’IFRJ-MFJ), MIURA Nobutaka (conseiller d’honneur de la Fondation MFJ)
https://www.mfj.gr.jp/agenda/2020/09/11/entretien_laurent_pic/

Vendredi 18 septembre / 12 h 30 – 14 h / En ligne / en anglais sans traduction
Lunch Seminar on Japanese Economy and Society / Japanese Economy after COVID-19
[Speaker] HOSHI Takeo (univ. of Tokyo)
[Moderator] Adrienne SALA (FRIJ-MFJ)
https://www.mfj.gr.jp/agenda/2020/09/18/ls_hoshi/

Jeudi 24 septembre / 18 h 30 – 20 h / En ligne / en anglais sans traduction
Lecture / Urban Experimentation and the Olympic Games. The Urban Policy Innovations of Tokyo 2020 and the Consequences of the Postponement of the Games
[Speaker] Alexandre FAURE (EHESS)
[Moderator] Adrienne SALA (FRIJ-MFJ)
https://www.mfj.gr.jp/agenda/2020/09/24/alexandrefaure_JO/

OCTOBRE 2020

Vendredi 30 octobre / 15 h – 19 h 30 / En ligne / en français sans traduction
Demi-journée d’étude du réseau thématique JAPARCHI « Spatialité japonaise » Évolutions, transformations urbaines et représentations
[Conférenciers] Sophie BUHNIK (IFRJ-MFJ), Marion LAGADIC (univ. d’Oxford), Cecile LALY (univ. Musashi), MISHIMA Nobuo (univ. de Saga), Barbara RIEF VERNAY (univ. technique de Vienne)
[Modératrices] Sylvie BROSSEAU (univ. Waseda), Catherine GROUT (ENSAP Lille)
https://www.mfj.gr.jp/agenda/2020/10/30/japarchi/

_______________________________
L’accès aux manifestations décrites ci-dessus est libre et gratuit (sauf mention contraire). Merci de vous inscrire depuis la page Agenda de notre site web.
Diffusé par :
Institut français de recherche sur le Japon à la Maison franco-japonaise (IFRJ-MFJ)
3-9-25, Ebisu, Shibuya-ku, Tokyo 150-0013
Accès : http://www.mfj.gr.jp/acces/
Tél. 81-3-5421-7641 / Fax 81-3-5421-7651
E-mail : contact@mfj.gr.jp
© 2020, IFRJ-MFJ

ÉTAPES À SUIVRE AVANT UN DÉPART TEMPORAIRE DU JAPON

Nous relayons un message des 3 Conseillers des Français de l’étranger élus pour le Japon (voir au bas de cet article).

ÉTAPES À SUIVRE AVANT UN DÉPART TEMPORAIRE DU JAPON

Madame, Monsieur,

Si vous souhaitez partir temporairement en France ou pour une autre destination, voici les étapes à suivre avant le départ, selon les informations mises à jour aujourd’hui par le Ministère des affaires étrangères du Japon.

Si vous souhaitez effectuez ces démarches, il est impératif de lire aussi le document officiel original en anglais ici : http://www.moj.go.jp/content/001327551.pdf
(NB : nouveau lien modifié le 1er septembre 2020 sur le site du MOFA)
Ou en japonais ici :
http://www.moj.go.jp/nyuukokukanri/kouhou/nyuukokukanri07_00245.html

Obtention d’une confirmation de re-entrée par le ministère des Affaires étrangères

Vous habitez Tokyo, Kanagawa, Saitama, Chiba, Ibaraki, Tochigi, Gunma, Yamanashi, Nagano ou Niigata
Courriel : reentry-confirmation-req01.immi@i.moj.go.jp

Vous habitez un autre département :
Courriel : reentry-confirmation-req02.immi@i.moj.go.jp

Sujet du message : 再入国予定の申出について

Informations à renseigner :

(indiquez dans le corps du message:)
再入国の予定は以下のとおりです。
My schedule for re-entry to Japan is as follows.

(et renseignez 🙂
1)在留カード番号(Residence Card Number):12 chiffres de votre carte de résident
(2)国籍・地域(Country/Region):nationalité
(3)氏名(Name):nom de famille et prénoms
(4)性別(Sex):sexe
(5)生年月日(D.O.B):date de naissance aaaammjj
(6)渡航予定先(Destination):destination (pays)
(7)出国予定年月日(Departure Date):date de départ aaaammjj
(8)出国予定港(Departure Port):aéroport de départ (HND, NRT ou KIX)
(9)再入国予定年月日(Re-entry Date):date de re-entrée au Japon aaaammjj
(10)再入国予定港(Re-entry Port):aéroport de re-entrée (HND, NRT ou KIX)

Informez-vous à l’avance sur les centres de tests PCR au départ de France et leur aptitude à vous fournir un certificat médical en anglais et aux normes japonaises

Les tests PCR peuvent être réalisés dans des centres de dépistage et des laboratoires, voire même sur la voie publique dans certains lieux très touristiques. À Paris, les laboratoires et centres de dépistage pratiquant les tests PCR sont souvent saturés.

Nous avons vérifié la gratuité (et sans ordonnance) des tests PCR dans nombreux de ces centres et à l’Aéroport Charles-de-Gaulle.

Néanmoins vous nous avez alertés sur le fait que bon nombre de centres de tests PCR répondent qu’ils sont prévus pour le dépistage de la Covid-19 et non pour des voyageurs qui souhaitent un résultat et un certificat médical aux normes japonaises sous 72 heures.

Renseignez-vous à l’avance sur votre centre de test PCR au départ de France, leurs délais d’obtention du résultat et leur aptitude à délivrer un certificat médical en anglais, aux normes japonaises.

Nous vérifions également cette information de notre côté.

Formulaire pour l’attestation de test PCR :
再入国許可により出国した外国人が再入国する際に必要となる新型コロナウイルス感染症に関する検査証明のフォーマット (Document Microsoft Word)

Bonne rentrée demain aux élèves et aux professeurs des Lycée français international de Tokyo (LFIT) et Lycée français international de Kyoto !

Nous nous tenons à votre disposition pour toute question.

Bien cordialement,

Les 3 Conseillers des Français de l’étranger élus pour le Japon

Thierry CONSIGNY
Evelyne INUZUKA
François ROUSSEL

Courriel : Les3Conseillersconsulaires.jp@gmail.com
Facebook : Les3Conseillersconsulaires.jp

Message à la communauté française de l’Ambassadeur de France au Japon – 30 juillet 2020

Madame, Monsieur,

Depuis le 22 juillet dernier, les autorités japonaises ont annoncé une levée progressive de certaines restrictions aux frontières. Il me semble utile, en conséquence, de vous informer de ce qui est prévu.

1/ A compter du 5 août 2020, les autorités japonaises autoriseront, sous conditions, le retour des résidents étrangers bloqués hors du Japon du fait de l’interdiction d’entrée qui vise désormais 146 Etats, dont la France. En ce qui concerne notre pays, seront concernés tous les résidents français ayant quitté le Japon avant le 26 mars 2020, date de la décision d’inscription de notre pays dans la liste de ceux soumis à interdiction d’entrée.

2/ Dans cette perspective, plusieurs conditions devront être satisfaites :
– être titulaire d’une carte de résident (« zairyu card ») et d’une autorisation de retour valide (« re-entry permit », agrafé dans le passeport à chaque fois que vous quittez temporairement le Japon) ;

– obtenir préalablement une attestation délivrée par une ambassade ou un consulat japonais. A l’ambassade du Japon à Paris, les demandes devront être présentées en personne du lundi au vendredi de 09h30 à 12h30 sans rendez-vous. Le formulaire de l’attestation « application form for letter of confirmation of submitting required documentation fo re-entry into Japan » peut être téléchargé sur le site de l’ambassade du Japon à Paris à l’adresse suivante : https://www.fr.emb-japan.go.jp/itpr_fr/retourresidents.html. Des informations sont également disponibles sur les documents à joindre avec la demande ;

– présenter, à l’embarquement du vol vers le Japon, un certificat de test PCR négatif effectué au plus 72 heures avant le départ. Le modèle de certificat est également téléchargeable sur le site de l’ambassade du Japon à Paris : https://www.fr.emb-japan.go.jp/itpr_fr/retourresidents.html.

3/ Pour mémoire, les résidents étrangers relevant de statuts spécifiques (« permanent resident », « spouse or child of Japanese national », « spouse or child of permanent resident », « long term resident ») avaient déjà la possibilité de revenir au Japon, s’ils en étaient partis avant le 3 avril 2020, date d’entrée en vigueur de l’interdiction d’entrée visant la France. Jusqu’au 31 août, le retour est toujours possible, sans formalité additionnelle. En revanche, à partir du 1er septembre, il faudra satisfaire aux trois conditions figurant au point 2/ de ce message.

4/ En revanche, les résidents étrangers, y compris français, qui auraient quitté le Japon après le 26 mars ou le 3 avril, en fonction de leur statut, ne sont pas éligibles à cette mesure d’allègement des restrictions aux frontières. De même, tout départ actuellement se traduira par une impossibilité de revenir au Japon dans un avenir prévisible.

Pour ceux d’entre vous, qui devez aller en France pour des raisons humanitaires impératives, l’ambassade de France à Tokyo se tient à votre disposition pour présenter aux autorités japonaises des demandes de dérogation. Je vous renvoie, à cet égard, à mon précédent message.

5/ Enfin, avec nos partenaires de l’Union européenne et du G7, nous restons mobilisés pour obtenir que tous les résidents étrangers au Japon soient traités comme les citoyens japonais et puissent se déplacer à l’étranger, en tant que de besoin.

Laurent Pic

Ambassadeur de France au Japon

Message de M. l’Ambassadeur Laurent Pic à la communauté française du Japon ; 20 juillet 2020

Madame, Monsieur,

Ces derniers jours, plusieurs régions du Japon, à commencer par Tokyo, font face à un accroissement significatif de la circulation du coronavirus. Certaines d’entre elles ont, en conséquence, augmenté leur niveau d’alerte. A ce stade, cependant, les autorités japonaises, à l’échelle du pays comme localement, estiment, pour la plupart, qu’il n’est pas nécessaire de mettre en place de nouvelles mesures restrictives. Elles invoquent notamment une intensification de la politique de dépistage, le lien entre de nombreux cas et la vie nocturne, la jeunesse des personnes testées positives et l’absence de tension sur le système sanitaire.

Compte tenu du caractère évolutif de la situation, il est plus que jamais nécessaire de faire preuve de prudence et de vigilance. Le respect des gestes barrières doit rester de mise et il convient d’éviter de se rendre dans les lieux clos, mal ventilés, trop fréquentés et où il est difficile de respecter la distanciation sociale. Comme depuis le début de la crise sanitaire, vous êtes vivement encouragés à vous tenir fréquemment informés et à suivre les consignes des autorités japonaises y compris, le cas échéant, en ce qui concerne les déplacements dans le pays.

Par ailleurs, en dépit de ce qu’auraient pu laisser croire les informations diffusées par les médias, les mesures restreignant l’accès au territoire japonais pour les étrangers arrivant en provenance des 129 pays visés par l’interdiction d’entrée, dont la France, restent inchangées. Il en résulte l’impossibilité pour la plupart d’entre eux, s’ils sont à l’extérieur, de revenir au Japon et, pour ceux qui y sont, de quitter le pays, sans prendre le risque de ne pouvoir y retourner dans un avenir prévisible.

Les nombreuses démarches engagées par la France, en liaison avec ses partenaires de l’Union européenne, en particulier, se poursuivent afin d’obtenir des assouplissements qui permettraient aux Français du Japon de retrouver une liberté de mouvement. En attendant, les autorités japonaises acceptent d’accorder des dérogations, au cas par cas et justifiées par des motifs humanitaires, dont elles ont une compréhension extrêmement restrictive. Elles évoquent notamment, parmi les possibles circonstances exceptionnelles, un retour pour assister à des funérailles à la suite du décès d’un membre proche de la famille, pour raisons médicales (intervention chirurgicale et suivi, accouchement) ou encore pour une convocation par la Justice. Une procédure lourde et nécessitant de nombreux justificatifs très détaillés permet à l’ambassade de présenter des demandes et d’obtenir des autorisations de voyage, qui ne font cependant jamais l’objet d’une confirmation écrite par les autorités japonaises, les décisions d’admission sur le territoire appartenant, en dernier ressort, aux officiers de l’immigration à l’arrivée.

Je suis bien conscient des inconvénients majeurs d’une telle approche pour chacune et chacun d’entre vous qui aspirez légitimement, en cette période estivale, à retrouver vos proches et, malheureusement, êtes parfois confrontés à des problèmes familiaux ou de santé qui exigent votre retour urgent en France. Si vous pensez que votre projet de voyage répond à un motif humanitaire et que vous êtes en mesure de fournir les justificatifs exigés, l’ambassade de France à Tokyo est à votre disposition pour vous expliquer et engager la procédure conduisant à l’octroi d’une dérogation par les autorités japonaises. Ce sont elles qui sont seules à décider.

Avec notre Consul général à Kyoto, nous sommes, comme toujours, à votre disposition.

Laurent Pic
Ambassadeur de France au Japon

Une traduction inédite du « Kitano Tenjin Engi Emaki »

L’histoire du poète qui devint un dieu (Anonyme)

Préfacé par François Macé, l’ouvrage propose une traduction inédite du Kitano Tenjin Engi Emaki. Dans son commentaire du texte, Éric Faure, son traducteur, pose notamment la question de la définition et de la place du fait mythologique dans la société japonaise d’hier et d’aujourd’hui.

Résumé

Tenjin-san, « L’Honorable Dieu Céleste », est sans doute le kami le plus populaire du panthéon des divinités autochtones du Japon. Aujourd’hui comme autrefois, les Japonais ont coutume de visiter ses lieux de culte afin qu’il leur accorde la réussite scolaire ou les fasse progresser en calligraphie.

Cependant, Tenjin-san n’a pas toujours été un dieu. Il fut d’abord un homme : Sugawara no Michizane (845-903). Considéré par ses contemporains comme le plus grand poète de son époque, cet aristocrate occupe une place essentielle à la Cour impériale. Mais, exilé injustement, suite aux manœuvres de ses adversaires politiques, il est, à sa mort, assimilé à un esprit vengeur, l’un des plus redoutables que l’histoire du Japon ait pu engendrer. Enfin, élevé au rang de divinité des études et de la calligraphie, il connaît une popularité exemplaire qui traversera les siècles et demeure extrêmement vivace de nos jours.

C’est dire l’importance de cette traduction inédite d’un récit de fondation du XIIe siècle et qui retrace la vie et les miracles de ce poète devenu un dieu et dont le culte a exercé une influence considérable sur le Japon et les Japonais.

[Le traducteur : Professeur des universités Ritsumeikan et Doshisha de Kyôto, Éric Faure est titulaire d’une thèse de doctorat en études japonaises de l’Inalco. Spécialiste des légendes du Japon, il a publié de nombreux ouvrages sur la question.]

DÉMARCHE DE VOS TROIS CONSEILLERS DES FRANÇAIS DE L’ÉTRANGER ÉLUS POUR LE JAPON POUR LA RÉOUVERTURE DES FRONTIÈRES AUX RÉSIDENTS

Chers Français du Japon,
Madame, Monsieur,

Vos 3 Conseillers des Français de l’Étranger élus pour le Japon ont entrepris une démarche auprès de l’ensemble des parlementaires japonais (députés et sénateurs des Chambres Basse et Haute) et des Ministres du Cabinet du Premier Ministre Shinzô ABE concernés pour les interroger sur la réciprocité et les inciter une réouverture des frontières aux résidents français et des autres pays de l’espace Schengen.

La lettre en japonais et en anglais ci-jointe a été imprimée et distribuée physiquement aux 713 parlementaires de la Diète japonaise le 8 juillet 2020, en personne ou à leurs attachés parlementaires dans les bureaux de la Diète à Kasumigaseki. (traduction en français ci-dessous)

Alors que la France a inclus le Japon dans la liste des pays dont les ressortissants peuvent entrer librement en France, le Japon s’obstine à ne pas ouvrir ses frontières aux Français résidents au Japon.
Nous pouvons sortir du territoire japonais mais nous ne pouvons pas y revenir, alors que nous avons élu domicile au Japon, y travaillons, y vivons avec nos familles, y payons nos impôts.
Dans le même temps, tout citoyen japonais vivant dans l’espace Schengen avec un titre de résidence régulier y est traité comme un citoyen européen à part entière depuis le début de la crise.

Nous interrogeons donc Parlementaires et Ministres :

Où est la réciprocité ?
Quelles mesures concrètes comptez-vous prendre ?

Nous demeurons à votre écoute et à votre disposition.

Les 3 Conseillers des Français de l’étranger élus pour le Japon

Evelyne INUZUKA
François ROUSSEL
Thierry CONSIGNY

Courriel : Les3Conseillersconsulaires.jp@gmail.com
Facebook : Les3Conseillersconsulaires.jp

NOTE SUR LE MANDAT DE VOS REPRÉSENTANTS
Compte tenu de la situation sanitaire à l’échelle mondiale, le Parlement français a définitivement adopté la loi qui reporte les élections des conseillers consulaires, désormais appelés Conseillers des Français de l’étranger. Ces élections se dérouleront en mai 2021.
Nous sommes honorés de continuer à vous servir jusqu’en mai prochain. Pour des raisons de commodité notre adresse mail et notre page Facebook communes restent inchangées.

TRADUCTION DE LA LETTRE EN FRANÇAIS

Depuis plusieurs mois, les résidents français au Japon ainsi que les résidents au Japon des pays européens, y compris les résidents permanents et les conjoints de Japonais, sont confrontés aux conséquences des restrictions imposées par les autorités japonaises à l’entrée du Japon dans le contexte de la pandémie de Covid-19, « Entry Ban».

Ces restrictions, et notamment l’interdiction d’entrée qui empêche les résidents français de rentrer ou par conséquent de quitter le Japon sans prendre le risque de ne pas pouvoir y retourner dans un avenir prévisible sont très pénalisantes.
Elles conduisent à des situations humaines douloureuses, à la séparation des familles, à l’impossibilité de reprendre le travail, à porter assistance à des proches dans le besoin en France, ou à effectuer des déplacements professionnels indispensables. Les hommes d’affaires européens ne peuvent pas se rendre en Europe pour rencontrer leurs clients ou partenaires commerciaux, alors que les ressortissants japonais peuvent en revanche revenir au Japon après un voyage d’affaires en Europe.

Cette situation devient de plus en plus problématique.

Certaines entreprises européennes ont également établi leur « hub » Asie au Japon et leurs cadres européens ne peuvent pas voyager hors du Japon sans l’inconvénient de ne pas pouvoir y revenir. Ces sociétés pourraient commencer à penser à déplacer le siège social du Japon vers d’autres pays.

Les ambassadeurs au Japon des pays de l’Union Européenne ont pris toute la mesure du désavantage de la situation pour notre communauté et ont agi pour obtenir plus de flexibilité des autorités japonaises et exiger l’application du principe de réciprocité, puisque tous les pays de la zone Schengen traitent les résidents japonais comme leurs propres citoyens pour leur retour en Europe. De plus, depuis le 1er juillet 2020, tous les citoyens japonais peuvent voyager librement dans l’espace Schengen.

À ce stade, les tractations répétées à tous les niveaux ont permis d’obtenir du Japon de bien vouloir examiner au cas par cas des situations à dimension humanitaire, selon une définition stricte. Cependant, cette approche laborieuse ne suffit pas et doit ouvrir la voie à une solution plus durable qui réponde aux attentes des résidents français au Japon et notamment pour les résidents permanents et les conjoints de japonais.

Les pays européens ont autorisé à la fois les citoyens européens et non européens résidant dans l’un des pays de l’UE à y retourner. En conséquence, les résidents permanents et tous les résidents de longue durée devraient être autorisés à entrer au Japon.

Nous ne mettons pas en exergue la libre entrée des touristes au Japon, de tourisme international, mais l’interdiction actuellement en vigueur de l’entrée au Japon de ressortissants étrangers qui y ont une résidence permanente, une famille et une base de travail.

Cette situation est préjudiciable aux intérêts à long terme du Japon.

En notre qualité de représentants élus de la communauté française du Japon (« Conseillers des Français de l’étranger »), nous espérons qu’une solution satisfaisante sera trouvée en respectant la réciprocité pour tous les résidents français au Japon.

Respectueusement vôtre

Les 3 conseillers des Français de l’Étranger au Japon
Evelyne Inuzuka
Thierry Consigny
François Roussel

LETTRE TRANSMISE EN JAPONAIS

衆参国会議員各位、法務省、外務省の皆様

永住者、日本人配偶者等を持つフランス人等の再入国許可要望

令和 2 年 7 月 1 日現在、法務省出入国在留管理庁出入国管理部審判課では永住 者、日本人の配偶者等が再入国許可によって出国した場合でも、原則として再上 陸拒否の対象としています。
http://www.moj.go.jp/content/001318288.pdf

他方、ヨーロッパ連合(EU)とシェンゲン圏への日本人の入境は 3 月 17 日から 閉鎖されていましたが(7 月 1 日に緩和)、フランスでは以下の場合には日本人 を含む外国人の入国を許可しています。
• フランス人の配偶者
• フランスまたはヨーロッパの滞在許可証を有する外国人で、自宅に戻る者
• その他
https://jp.ambafrance.org/article15558

この結果として、緊急を要する家庭やビジネスの事情でフランスに出国すると、 日本人は帰国できるが、フランス人は帰国できません。日本国内に自宅やビジネ スの中心があっても、ひとたび日本を離れるとフランス人は帰国できないのが現 状なのです。その反対に、フランスに永住する日本人、フランス人を配偶者に持つフランス在住日本人にはそのような問題はありません。

こうした事態を受け、欧州連合(EU)各国大使は、相互主義の原則の適用を日本政 府に求め、日本に自宅を持つ者、そして日本人の配偶者等に対する日本への再入 国許可を政府に要請しています。こうした入国管理は、新型コロナウィルス対策 として感染者の多い国/地域からの入国制限、感染者、感染経路の特定、隔離と して EU 諸国でも行われていますが、国籍自体が判断基準とはされていません。

私ども三名の在外フランス人選挙区日本代表は、このような入国管理制度の齟齬 を日本政府が一日も早く是正し、相互主義に基づいて、永住者、日本人配偶者等 に対する再入国を許可されることをここに要望致します。

2020 年 7 月 7 日

在外フランス人選挙区日本代表
犬塚エブリーヌ
ティエリー・コンシニー
フランソワ・ルーセル
代表団連絡先: les3conseillersconsulaires.jp@gmail.com

Conseillers des Français de l’Etranger

LETTRE TRANSMISE EN ANGLAIS

Dear Members of the House of Representatives and Members of House of Councillors,
Dear Minister of Justice and Minister of Foreign Affairs,

For several months, French residents in Japan as well as residents in Japan of other European countries, including permanent residents and spouses of Japanese nationals, have been confronted with the consequences of the restrictions imposed by the Japanese authorities at the entry points of Japan in the context of the Covid-19 pandemic, « Entry ban. »

These restrictions, and in particular the entry ban which prevents French residents returning to (and consequently leaving Japan without taking the risk of not being able to return to their residence in Japan) are very practically penalizing. They lead to painful human situations including but not limited to the separation of families, the inability to return to work, inability to provide assistance to loved ones in need in France, and to make essential business trips outside of Japan.

European businesspeople resident in Japan cannot travel to Europe to meet their customers or business partners, while in contrast Japanese nationals remain eligible to return to Japan after a business trip to Europe. This situation becomes more and more problematic. Some European companies have also established their Asian hub in Japan and their European executives cannot travel out of Japan without the difficulties of not being able to reenter unlike their Japanese colleagues. These companies may consider changing their Asian headquarters from Japan to other countries if this continues.

All the Ambassadors of the European Union have taken full measure of the disadvantage of the situation for the European community in Japan and have acted to obtain more flexibility from the Japanese authorities and to demand the application of the principle of reciprocity, since all Schengen countries treat Japanese residents as their own citizens for entry to their countries. Furthermore, since July 1, 2020, all Japanese citizens can travel freely to the Schengen zone.

At this stage the repeated approaches at all levels have resulted in Japan being available to examine on a case-by-case basis, situations with humanitarian dimensions, according to a very strict and limited definition. However, this laborious case-by-case approach is not sufficient and the authorities must open the way to a more lasting solution that meets the expectations of French residents in Japan – in particular starting with permanent residents and the spouses of Japanese nationals. European countries have allowed both EU and non-EU citizens who are long-term residents in one of the EU country to return there, and consistent with these all-permanent and long-term residents of Japan should be allowed to re-enter Japan. (This matter is not about international tourism but rather that the prohibition currently in place on the reentry into Japan of foreign nationals who have a permanent residence, family and work base in Japan is highly detrimental to Japan’s long term interests.)

In our capacity of the three elected representatives of the French residents in Japan (Conseillers des Français de l’Etranger), we hope that a satisfactory solution can be found respecting reciprocity for all French residents in Japan.

Respectfully yours,

Les 3 Conseillers des Français de l’Etranger au Japon

les3conseillersconsulaires.jp@gmail.com

Evelyne Inuzuka
Thierry Consigny
François Roussel
Tokyo, July 7th, 2020

Le Japon à Paris – Actualités : JIPANGO juin no.198

Le salon Idées Japon de ce mois-ci a malheureusement dû être annulé, et nous sommes navrés de n’avoir pas pu organiser le programme tel que planifié.
Nous remercions tous nos collaborateurs qui avaient réservé des créneaux horaires et préparé des animations, ainsi que les exposants, qui attendaient avec impatience les rencontres avec nos fidèles visiteurs.
Nous espérons pouvoir organiser le salon de fin d’année. Les dates prévues sont du jeudi 25 au samedi 28 novembre.

En attendant, nous vous proposons de vous maintenir informés des activités de chacun en visitant leurs sites et blogs, ainsi que les pages Facebook et Instagram.

– Ciné-concert par La Belle Octave
https:// www.facebook.com/labelleoctave/

– L’atelier pâtisserie mochi de Mayu aura lieu sur Zoom le 25 juin de 20h à 21h. https://youtu.be/29VE4QnYvDc

– Les ateliers cuisine de Sanae ont lieu sur Zoom et en direct à domicile
https:// www.facebook.com/atableavecsanae/

– Les ateliers-création d’Akiyo reprennent en plein air dans les parcs
https://associationtalachine.jimdofree.com

– Les ateliers-création de Kaoru redémarrent en septembre
https:// www.facebook.com/AtelierTchabadeKaoruDiop

Les ateliers-création de papier bande de Keiko sont à suivre sur
https://www.instagram.com/papier.bande_ueda

– Démonstration d’arts martiaux Aïkido traditionnel Paris Île-de-France GCERCCE : https:// www.aikido-gcercce.fr

– Fabrique artisanale Kura de Bourgogne
https:// www.kuradebourgogne.com

– Ateliers de peinture sumi-e (Liliane Borodine)
https:// www.asiart-atelier.fr

– Ateliers d’écriture Aurélie Le Floch
https://www.facebook.com/Aur%C3%A9lie-Le-Floch-Auteur-320449258550493/
https://www.mariacanal.fr/atelier-ecriture
Auteure et éditrice pour différentes maisons d’édition, Aurélie Le Floch vient partager avec vous le plaisir d’écrire en groupe dans une ambiance conviviale, en compagnie d’auteurs célèbres ou à découvrir.

– Ateliers de cuisine et d’affûtage de couteaux (Yuki Ichikawa Darmon)
https:// www.omotenashicuisine.com

– Conférence et dégustation de cuisine Shojin par Mari Fujii.
Quelques recettes en français à trouver sur
https://www.ateliercafeculture.com/recipes/

– Expo-Conférence-Ciné par Tomuya Endo, chanteur et coauteur d’un ouvrage en français sur le cinéma japonais, connu aussi pour sa collection de plus de 3 000 affiches de films.
https://www.facebook.com/CarlottaFilms/posts/2132041930153564/
https://www.youtube.com/watch?v=6-0u0B6Rlwk&feature=youtu.be

Certains exposants (créateurs et spécialistes) qui devaient participer au salon vous accueillent en ligne et en direct.

Inu Inu guides, éditeur du Guide Vivre le Japon sans quitter Paris
Cet ouvrage de 136 pages fourmille d’adresses nippo-parisiennes (restaurants, épiceries, boutiques d’art et d’artisanat, musées, magasins de livres et de mangas…). Vous pouvez vous le procurer en ligne : version e-book (5,90 €) et imprimée (14,90 €). https://inuinu.fr/

******
Misaki Iinuma, créatrice autour du papier
Cours à distance de mizuhiki, art du cordon en papier, ateliers d’origami et reliure d’un carnet japonais dans le 9e arrondissement. Vente en ligne de papier japonais et de mizuhiki. www.misakiiinuma.com et sur Facebook et Instagram
******
Miki Kubo, calligraphe et artiste de gravure de sceaux
Sa page Instagram a été lancée pour présenter sa calligraphie. Miki vous propose de calligraphier les mots que vous souhaitez. Des cours privés de calligraphie sont maintenant proposés. L’atelier régulier de gravure de sceaux et de calligraphie à la librairie Junku redémarrera prochainement. Les commandes sur mesure sont toujours disponibles. https://www.instagram.com/miki_la_calligraphe/
******
Saori Urata, créatrice de tissus
La vente de T-shirts est disponible en ligne.
https://www.etsy.com/jp/listing/802740052/t-shirt-coton-japonais-tigre-et-dragon?ref=shop_home_active_1&frs=1
******
La Maison NOZAKY
Ouverture d’une boutique en ligne prévue le 20 juin 2020 : www.nozaky.com
Offre à l’ouverture : – 10 % sur toutes les anciennes collections.
Nouvelle initiative pour plus d’harmonie avec la nature : Kiriko est en pleine expérimentation de teinture de fils de soie via des méthodes de fermentation de plantes.
******
Style du Japon
Propositions d’idées cadeaux pour la fête des pères en ligne.
https://styledujapon.wordpress.com/2020/05/19/guide-2020-fete-des-meres-le-7-juin-et-fete-des-peres-le-21-juin/
******
Mizutama Bijoux
La créatrice Maki présente un nouveau pendentif dans la série MON, appelé Sakura mini mini, le plus petit pendentif de sa collection.
https://mizutamabijoux.fr/Pendnentif-MON-Sakura-Mini-Mini-Saphir
******
Charcoal Eskimeït
Bijoux contemporains et objets de décoration autour de l’art traditionnel du charbon de bois japonais binchotan, créés par Lorène & Hirohiko. Certaines créations sont disponibles dans la boutique en ligne.
www.charcoal.eskimeit.com
******
Nihoncha Paris
Rika, animatrice d’ateliers sur le thé vert japonais, vient de commencer la vente de variétés de thés verts en ligne.
http://www.nihoncha.paris/boutique/thes/
******
WAFU
Les créateurs du collectif WAFU, dont Monika (Wa-mono) et Yuriko (Kimono Rikiki), présentent leurs créations dans la nouvelle boutique POP UP JAPON située au 21 passage Choiseul, Paris 2e. https://www.facebook.com/collectifWAFU/
******
Kioko
L’épicerie Kioko a réduit ses horaires d’ouverture. Les détails sont sur la page FB.
https://www.facebook.com/Magasin.KIOKO.Alimentation.Japonaise
Le port du masque est obligatoire. Possibilité de l’acheter sur place pour 0,95 €.
La boutique en ligne n’a pas encore rouvert mais la livraison est possible en demandant un formulaire de commande à takuhai@kioko.fr.
******
Et aussi la liste et coordonnées des exposants du salon sur le site Jipango : http://www.jipango.com/exposants

BONNES ADRESSES « Le Japon en France »
La plupart des boutiques, épiceries et galeries sont de nouveau ouvertes.
La page « Carnet d’adresses » du site Idées Japon a été réactualisée.
Découvrez 73 adresses Shopping « Le Japon en France » listées par arrondissement parisien et par région.
Toutes les adresses sont accompagnées du lien vers le site de chaque établissement.
Pour trouver des accessoires, des produits alimentaires, objets d’art, art de la table, décoration, livres, papiers, tissus, thés japonais…
https://www.ideesjapon.com/carnet-d-adresses/ page carnet adresses

Concernant les idées cadeaux et notamment pour la fête des pères qui aura lieu le dimanche 21 juin, de nombreuses boutiques en ligne proposent une belle sélection d’objets et autres produits.

https://www.ideesjapon.com/boutiques/
Boutiques Site de ideesjapon

Le numéro de printemps du journal Idées Japon est annulé.

Le numéro d’automne paraîtra en septembre.

Association culturelle franco-japonaise de TENRI
La bibliothèque a rouvert ses portes et les cours de calligraphie et de cérémonie du thé ont repris. L’atelier d’ikebana est proposé en ligne.
Le Butô festival est reporté.
Pour aider les artistes, une réduction de 50 % est octroyée pour la location des salles. www.tenri-paris.com

La Maison de la culture du Japon à Paris
La MCJP a rouvert partiellement ses portes avec l’exposition « WAFRICA -Japon Afrique intimes » prolongée jusqu’au 27 juin 2020 et en entrée libre. https://www.mcjp.fr/fr/agenda/japon-afrique-intime
La boutique Takumi Flavours, située au rez-de-chaussée de la MCJP, est désormais ouverte au public. Horaires identiques à ceux de l’exposition. https://takumif.com/

Musée du Quai Branly – Jacques Chirac
Le colloque international « Desired Identities. New Technology-based Metamorphosis in Japan », qui devait se tenir les 29 et 30 avril au sein du musée, se déroulera en livestreaming sur sa chaîne Youtube les 27 et 28 juin.
https://www.youtube.com/watch?v=_LU_vwWM7ps&list=PLq_kZgugXgOGpkUqIpWOd6mRqlxvzEF-T

Soutenez vos restaurants préférés !
Grâce au site Arigato Resto créé par le journal Ovni , vous pouvez donner un coup de pouce à vos restaurants japonais préférés. Il vous suffit de choisir votre restaurant et d’acheter un bon d’achat de la valeur de votre choix. Celui-ci vous sera immédiatement envoyé par mail et vous pourrez, dès la réouverture de l’établissement, profiter de votre bon pour régaler vos papilles. Une belle initiative destinée à soutenir les restaurants japonais en cette période difficile.
Tout savoir sur : https://arigatoresto.com

Un « paradigme Fukushima » au cinéma – juin 2020

Un article de Élise Domenach, maîtresse de conférences en études cinématographiques à l’ENS de Lyon et membre de l’IAO

Neuf années se sont écoulées depuis que le tremblement de terre et le tsunami du 11 mars 2011 ont entraîné la catastrophe nucléaire la plus grave depuis Tchernobyl dans la centrale de Fukushima Daiichi (Tohoku, Japon). Les cinéastes japonais s’en sont bien vite saisis, et le cinéma qui est né de cette catastrophe a durablement transformé le medium lui-même, ainsi que le monde qu’il projetait. Nous prendrons pour exemple de ces transformations Tenzo de Tomita Katsuya (Semaine de la critique, Cannes 2019), l’un des films les plus marquants de ces dernières années sur le sujet.

Le cinéma depuis Fukushima

Le Festival International du Documentaire de Yamagata a rassemblé dès 2011 des films pour un programme dédié (Cinema With Us), alimentant un fonds d’archives ouvert en 2014. Ce fonds documentaire régional constitue avec les archives de films amateurs de la Médiathèque de Sendai et les archives nationales de UniJapan, un ensemble en constante augmentation. Car, on le sait, la catastrophe multiforme de Fukushima a muté d’un événement dévastateur (18 500 morts et disparus, 160 000 évacuations forcées, des cortèges de maisons dévastées, d’arbres arrachés, de routes éventrées) à l’installation dans une crise durable en raison de la continuation des fuites radioactives. En sorte que notre réflexion sur le cinéma depuis Fukushima, qui a débuté par l’étude du corpus de films de 2011, s’est logiquement prolongée en direction de la « catastrophe civilisationnelle » pointée par le philosophe Jean-Luc Nancy (L’équivalence des catastrophes, 2012). Cette catastrophe participe de la révélation aux yeux des citoyens japonais et du monde, des destructions humaines des espaces terrestres, marquant ce que les scientifiques ont appelé « the human epoch » (Nature, 11 mars 2015) : l’entrée dans une nouvelle époque géologique de réactivité de la Terre aux activités humaines, l’Anthropocène.

Face à ce réel transformé qui déborde les cadres de notre perception spatio-temporelle nous obligeant à penser des phénomènes qui nous englobent (des « hyperobjets » comme la biosphère ou la somme des déchets nucléaires, d’après Timothy Morton (Hyperobjets, 2013)) et des temporalités inouïes (la demi-vie de quatre millions d’années de certains éléments radioactifs), le cinéma dont l’ambition native est de nous rendre présent le monde, s’est trouvé à la fois mis au défi de représenter l’invisible des pollutions radioactives et de rendre compte des souffrances des populations de ce nouveau monde durablement abîmé. Le médium lui-même en a été profondément transformé.

Lien vers l’article en ligne :
http://www.gis-reseau-asie.org/fr/un-paradigme-fukushima-au-cinema

Source : GIS Réseau Asie

Message de l’Ambassadeur de France et du Consul Général de Kyoto

Madame, Monsieur,

Les autorités japonaises ont décidé, le 21 mai 2020, de lever l’état d’urgence dans trois préfectures de la région du Kansaï : Osaka, Kyoto et Hyogo. Le Premier ministre, Shinzo Abe, a, par ailleurs, annoncé que la situation sanitaire dans les autres préfectures encore concernées par l’état d’urgence, Tokyo, Kanagawa, Saitama, Chiba et Hokkaido, serait réexaminée, le 25 mai, en vue d’une possible levée de ce dispositif au début de la semaine prochaine.

Ces décisions, qui témoignent de la régression de la pandémie de Covid-19 dans tout le Japon, s’accompagnent d’un appel renouvelé à la prudence. La pandémie n’est pas terminée. Le respect des gestes barrière, la distanciation sociale et la non fréquentation des lieux clos, mal ventilés et bondés doivent rester de mise. A nouveau, vous êtes incités à vous conformer aux consignes des autorités, y compris à éviter les déplacements non essentiels entre préfectures. Il en va de votre sécurité.

Avec la fin de l’état d’urgence, dont la perspective est désormais envisagée pour tout le territoire japonais, l’ambassade de France prépare la réouverture progressive au public de sa section consulaire à Tokyo qui devrait pouvoir accueillir bientôt nos compatriotes sur rendez-vous. Des précisions sur la nature des démarches possibles, comme sur le calendrier et les modalités de cet accueil, destinées à assurer les meilleures conditions de sécurité pour les usagers et les personnels, seront diffusées très rapidement.

De même, nos établissements scolaires, le Lycée français international de Tokyo et le Lycée français international de Kyoto, devraient être en mesure de rouvrir leurs portes aux élèves, au début du mois prochain, également selon des modalités conformes aux recommandations sanitaires et pédagogiques données par les autorités éducatives au Japon et en France. Une concertation aura prochainement lieu avec les enseignants et les représentants des parents d’élèves, dans le cadre des instances prévues à cet effet, pour préparer cette étape attendue par notre communauté.

Avec mon collègue, Consul général de France à Kyoto, nous aurons très vite l’occasion de revenir vers vous sur tous ces sujets. En attendant, nous restons à votre entière disposition.

Laurent Pic, Ambassadeur de France au Japon, et Jules Irrmann, Consul général de France à Kyoto

Prix de thèse Okamatsu Yoshihisa 2020

Société Française des Études Japonaises (SFEJ)

En 2020, l’association décernera son cinquième Prix de thèse Okamatsu Yoshihisa récompensant une thèse de doctorat soutenue au cours de l’année 2019. Le prix est doté d’un montant de mille euros.

Date limite d’envoi des dossiers : 30 avril 2020

Voir le site de la SFEJ : http://sfej.asso.fr/

LogoSFEJ