SALON IDÉES JAPON du jeudi 18 au samedi 20 novembre 2021

C’est de 11 h à 19 h, à l’Espace Cinko : 12-18, passage Choiseul, Paris 2e

  • entrée libre

3 jours d’exposition-vente sur 200 m2 en présence de 31 créateurs, artistes et spécialistes franco-japonais, pour trouver des idées cadeaux de Noël de style japonais !

Cette année, le Salon Idées Japon fêtera ses 10 ans de présence à l’Espace Cinko, situé dans le quartier de l’Opéra à Paris.

Il réunira plus de 30 créateurs, artistes et spécialistes pour cette nouvelle édition, une belle occasion de venir les rencontrer dans une ambiance conviviale pour échanger en direct avec eux.

Une grande variété de créations et d’objets sera présentée : accessoires, bijoux, art, calligraphies, cartes, papiers, objets déco, céramiques, poupées, sacs, chapeaux, kimonos enfants, kimonos vintage, tissus, pâtisseries, thé, épices, boissons…

Des ateliers de création sur des thèmes variés sont également programmés AVEC :

  • Kaoru Diop : créations d’un tigre en tissu en l’honneur de l’année du tigre Tora ;
  • Akiyo : réalisation d’un sous-verre selon le sakiori, technique ancestrale de récupération de textiles usagés ;
  • Kumiko : apprendre la technique d’emballage des cadeaux avec le furoshiki et créer des éco-sacs ;
  • Bénédicte : atelier de broderie japonaise traditionnelle Nuidô ;
  • Liliane : atelier de Sumie, peinture ?  l’encre ;
  • Valérie Eguchi : créations de cartes e-tegami avec motif peint accompagné d’un message ;
  • Hervé de Kura de Bourgogne : comment intégrer miso, saké et hon tamari ?  votre cuisine.

Infos et inscriptions : www.ideesjapon.com/salon-idees-japon-ateliers

Toutes les informations en détail sur : www.ideesjapon.com

Le site Idées Japon propose des idées cadeaux de style japonais en ligne et des informations pratiques sur le Japon en France.

Le JAPON en France : Synergies entre tradition et modernité ; l’artisanat local à la pointe de l’innovation

« Synergies entre tradition et modernité / l’artisanat local à la pointe de l’innovation », est un événement CLAIR Paris dont la 9e édition aura lieu sur deux sites avec :

– une exposition du 29 septembre au 3 octobre à l’Hôtel de Ville de Marseille, salle Bailli de Suffren (RDC),
Place Villeneuve de Bargemon / entrée libre

– une exposition-vente du 19 au 30 octobre 2021 à la Maison de la culture du Japon à Paris (MCJP) qui se tiendradans le Hall d’accueil (RDC / entrée libre) et des ateliers menés par des artisans.
Organisée par le Centre Japonais des Collectivités Locales (CLAIR Paris), cette manifestation présentera près de 200 objets d’artisanat d’excellence, afin de faire connaître cet « art de vivre régional » omniprésent au Japon.

Ces savoir-faire d’exception transmis par des générations d’artisans jusqu’à nos jours seront mis en lumière à partir de trois aspects de la vie des Japonais (I-Shoku-Jû) : l’habillement (i), les arts de la table (shoku) et l’habitat (jû).

C’est une occasion unique de découvrir les subtilités des techniques artisanales de 12 départements et villes du Japon et leur admirable capacité à s’adapter aux besoins des styles de vie contemporains, tout en innovant dans de nombreux domaines : soie, textile, art du verre, laque, orfèvrerie, céramique, coutellerie, travail du bois, papier washi, etc.

Les 12 départements et villes présents (du Nord au Sud) :
– Towada (Dép. d’Aomori), Tsuruoka (Dép. de Yamagata), Toyama, Kanazawa (Dép. d’Ishikawa), Fukui (Dép. de Fukui), Tokyo, Nagano, Gifu, Hyogo, Hiroshima (Dép. de Hiroshima), Fukuoka, Kumamoto (Dép. de Kumamoto).
Les Ateliers proposés auront lieu sur réservation auprès de la MCJP (www.mcjp.fr)
> Atelier Nioi – bukuro (sachet parfumé) / département de Hyogo
> Atelier sous-verres en Kumiko / département de Nagano
> Atelier de l’art de la teinture Tokyo some komon / département de Tokyo

Le début des échanges artistiques franco-japonais

Un article de Atsushi Miura publié sur le site https://festivaldelhistoiredelart.com/

Extrait :
Cercle restreint de collectionneurs, groupe d’artistes à la recherche de nouvelles formes d’expression, chefs d’œuvres universels du septième art, puissance des images et des mangas ; parfois fluctuante au fil des décennies, l’attraction exercée par le Japon sur le monde culturel français reste plus vivace que jamais. Si le goût d’un Monet ou d’un Clémenceau pour le Japon ainsi que l’absorption par la France de vastes pans de la production culturelle nipponne semble relever désormais du fait établi, les échanges artistiques entre les deux pays ont bien eu lieu dans les deux sens et dans des proportions tout à fait considérables.
A l’occasion du premier Festival de l’histoire de l’art consacré à un pays non occidental, Atsushi Miura, professeur à l’Université de Tokyo et Directeur du comité japonais pour le FHA revient pour nous sur la genèse des échanges artistiques entre les deux pays et leurs influences réciproques comme autant de jeux de miroirs.

« C’est que pour ses robes, la Japonaise a le goût des colorations de nature les plus distinguées, les plus artiste, les plus éloignées du goût, que l’Europe a pour les couleurs franches. »
Edmond de Goncourt, Outamaro, éd. déf. ch. VIII.

Lorsque j’ai appris que le Japon était le premier pays non occidental à être invité à la 10e édition du Festival de l’histoire de l’art à Fontainebleau, j’ai été ravi, mais pas du tout surpris. En effet, depuis plus de 150 ans et l’ouverture du Japon au monde extérieur au milieu du XIXe siècle, la France et le Japon ont noué une histoire commune étroite et significative fondée notamment sur les échanges culturels. Dans le domaine de l’art en particulier, les liens entre les deux pays sont profonds, ils s’influencent, ils s’inspirent mutuellement et non pas unilatéralement. « Japonisme 2018 » en France et le prochain festival « La Saison » au Japon (octobre 2021 – mars 2022) devraient suffire à nous rappeler que l’attraction mutuelle entre les deux pays dans le domaine culturel ne s’est jamais tarie.

Suite avec le lien direct vers l’article complet :

https://festivaldelhistoiredelart.com/blog/france-japon-influences-miroirs/

Tous droits réservés à festivaldelhistoiredelart.com .

Exposition-vente Idées Japon – NOUVELLES DATES du 2 au 19 décembre 2020

ChrysanthèmesL’exposition-vente Idées Japon aura lieu à la Maison Wa au 8 bis rue Villedo Paris 1er, du 2 au 19 décembre, soit 3 semaines pour trouver des idées de cadeaux de Noël originales !
En raison du confinement mis en place actuellement, les dates de l’exposition-vente Idées Japon ont dû être décalées du 2 au 19 décembre (au lieu du 17 novembre au 12 décembre) et l’événement se tiendra finalement sur 3 semaines. Renseignements par téléphone : 01 40 26 66 70

En raison de la crise sanitaire, le Salon Idées Japon ne fêtera pas ses 10 ans d’existence et de présence à l’Espace Cinko dans le Passage Choiseul, où se rendent fidèlement jusqu’à 8000 visiteurs à chaque édition.

Cette année, c’est sous la forme d’une « Expo-vente » qu’il sera accueilli avec ses exposants habituels au sein de la Maison Wa, non loin de l’Espace Cinko.

Cet espace showroom de 110 m2 dédié à la culture japonaise organise de nombreux événements depuis 2015 et présente régulièrement plus de 300 objets traditionnels ou bien inédits de grande qualité.

Du mardi au samedi, des groupes de 5 créateurs se succèderont chaque semaine pour présenter leurs objets d’artisanat et leurs créations uniques : accessoires, objets déco, papiers, tissus, pâtisseries.

Le concept « Idées cadeaux de style japonais » se déclinera également sous la forme d’un Guide en version numérique : il est né du désir de faire connaître les boutiques et les créateurs mis en difficulté en cette année compliquée, et de créer le lien entre eux et ceux qui recherchent, tout en proposant des avantages à leurs clients.

Il réunira les acteurs qui oeuvrent à la diffusion et à la réalisation des objets japonais en France : créateurs, spécialistes, propriétaires de boutiques physiques et en ligne y raconteront leur passion, parcours, techniques et spécificités de leurs produits.

Ce Guide unique mettra en lumière l’histoire de tous ces passionnés de la culture japonaise à travers la présentation de 300 idées cadeaux. Les lecteurs du « Guide Idées Japon » pourront également bénéficier d’avantages : réductions en ligne ou en boutique, petits cadeaux originaux, frais de port offerts…

Le guide sera disponible début novembre sur :
https://issuu.com/guideideesjapon
110 pages, prix : 8 €.
Pour plus d’informations : www.ideesjapon.com/guide-idees-japon

« L’Expo-Vente » associée au « Guide Idées Japon » permettra de faire des découvertes inédites et de relier, physiquement mais aussi en ligne, les créateurs aux amateurs en quête d’idées cadeaux, notamment les personnes qui ne peuvent se rendre à cet événement prévu à Paris.

Le Japon à Paris – Actualités : JIPANGO juin no.198

Le salon Idées Japon de ce mois-ci a malheureusement dû être annulé, et nous sommes navrés de n’avoir pas pu organiser le programme tel que planifié.
Nous remercions tous nos collaborateurs qui avaient réservé des créneaux horaires et préparé des animations, ainsi que les exposants, qui attendaient avec impatience les rencontres avec nos fidèles visiteurs.
Nous espérons pouvoir organiser le salon de fin d’année. Les dates prévues sont du jeudi 25 au samedi 28 novembre.

En attendant, nous vous proposons de vous maintenir informés des activités de chacun en visitant leurs sites et blogs, ainsi que les pages Facebook et Instagram.

– Ciné-concert par La Belle Octave
https:// www.facebook.com/labelleoctave/

– L’atelier pâtisserie mochi de Mayu aura lieu sur Zoom le 25 juin de 20h à 21h. https://youtu.be/29VE4QnYvDc

– Les ateliers cuisine de Sanae ont lieu sur Zoom et en direct à domicile
https:// www.facebook.com/atableavecsanae/

– Les ateliers-création d’Akiyo reprennent en plein air dans les parcs
https://associationtalachine.jimdofree.com

– Les ateliers-création de Kaoru redémarrent en septembre
https:// www.facebook.com/AtelierTchabadeKaoruDiop

Les ateliers-création de papier bande de Keiko sont à suivre sur
https://www.instagram.com/papier.bande_ueda

– Démonstration d’arts martiaux Aïkido traditionnel Paris Île-de-France GCERCCE : https:// www.aikido-gcercce.fr

– Fabrique artisanale Kura de Bourgogne
https:// www.kuradebourgogne.com

– Ateliers de peinture sumi-e (Liliane Borodine)
https:// www.asiart-atelier.fr

– Ateliers d’écriture Aurélie Le Floch
https://www.facebook.com/Aur%C3%A9lie-Le-Floch-Auteur-320449258550493/
https://www.mariacanal.fr/atelier-ecriture
Auteure et éditrice pour différentes maisons d’édition, Aurélie Le Floch vient partager avec vous le plaisir d’écrire en groupe dans une ambiance conviviale, en compagnie d’auteurs célèbres ou à découvrir.

– Ateliers de cuisine et d’affûtage de couteaux (Yuki Ichikawa Darmon)
https:// www.omotenashicuisine.com

– Conférence et dégustation de cuisine Shojin par Mari Fujii.
Quelques recettes en français à trouver sur
https://www.ateliercafeculture.com/recipes/

– Expo-Conférence-Ciné par Tomuya Endo, chanteur et coauteur d’un ouvrage en français sur le cinéma japonais, connu aussi pour sa collection de plus de 3 000 affiches de films.
https://www.facebook.com/CarlottaFilms/posts/2132041930153564/
https://www.youtube.com/watch?v=6-0u0B6Rlwk&feature=youtu.be

Certains exposants (créateurs et spécialistes) qui devaient participer au salon vous accueillent en ligne et en direct.

Inu Inu guides, éditeur du Guide Vivre le Japon sans quitter Paris
Cet ouvrage de 136 pages fourmille d’adresses nippo-parisiennes (restaurants, épiceries, boutiques d’art et d’artisanat, musées, magasins de livres et de mangas…). Vous pouvez vous le procurer en ligne : version e-book (5,90 €) et imprimée (14,90 €). https://inuinu.fr/

******
Misaki Iinuma, créatrice autour du papier
Cours à distance de mizuhiki, art du cordon en papier, ateliers d’origami et reliure d’un carnet japonais dans le 9e arrondissement. Vente en ligne de papier japonais et de mizuhiki. www.misakiiinuma.com et sur Facebook et Instagram
******
Miki Kubo, calligraphe et artiste de gravure de sceaux
Sa page Instagram a été lancée pour présenter sa calligraphie. Miki vous propose de calligraphier les mots que vous souhaitez. Des cours privés de calligraphie sont maintenant proposés. L’atelier régulier de gravure de sceaux et de calligraphie à la librairie Junku redémarrera prochainement. Les commandes sur mesure sont toujours disponibles. https://www.instagram.com/miki_la_calligraphe/
******
Saori Urata, créatrice de tissus
La vente de T-shirts est disponible en ligne.
https://www.etsy.com/jp/listing/802740052/t-shirt-coton-japonais-tigre-et-dragon?ref=shop_home_active_1&frs=1
******
La Maison NOZAKY
Ouverture d’une boutique en ligne prévue le 20 juin 2020 : www.nozaky.com
Offre à l’ouverture : – 10 % sur toutes les anciennes collections.
Nouvelle initiative pour plus d’harmonie avec la nature : Kiriko est en pleine expérimentation de teinture de fils de soie via des méthodes de fermentation de plantes.
******
Style du Japon
Propositions d’idées cadeaux pour la fête des pères en ligne.
https://styledujapon.wordpress.com/2020/05/19/guide-2020-fete-des-meres-le-7-juin-et-fete-des-peres-le-21-juin/
******
Mizutama Bijoux
La créatrice Maki présente un nouveau pendentif dans la série MON, appelé Sakura mini mini, le plus petit pendentif de sa collection.
https://mizutamabijoux.fr/Pendnentif-MON-Sakura-Mini-Mini-Saphir
******
Charcoal Eskimeït
Bijoux contemporains et objets de décoration autour de l’art traditionnel du charbon de bois japonais binchotan, créés par Lorène & Hirohiko. Certaines créations sont disponibles dans la boutique en ligne.
www.charcoal.eskimeit.com
******
Nihoncha Paris
Rika, animatrice d’ateliers sur le thé vert japonais, vient de commencer la vente de variétés de thés verts en ligne.
https://www.nihoncha.paris/boutique/thes/
******
WAFU
Les créateurs du collectif WAFU, dont Monika (Wa-mono) et Yuriko (Kimono Rikiki), présentent leurs créations dans la nouvelle boutique POP UP JAPON située au 21 passage Choiseul, Paris 2e. https://www.facebook.com/collectifWAFU/
******
Kioko
L’épicerie Kioko a réduit ses horaires d’ouverture. Les détails sont sur la page FB.
https://www.facebook.com/Magasin.KIOKO.Alimentation.Japonaise
Le port du masque est obligatoire. Possibilité de l’acheter sur place pour 0,95 €.
La boutique en ligne n’a pas encore rouvert mais la livraison est possible en demandant un formulaire de commande à takuhai@kioko.fr.
******
Et aussi la liste et coordonnées des exposants du salon sur le site Jipango : https://www.jipango.com/exposants

BONNES ADRESSES « Le Japon en France »
La plupart des boutiques, épiceries et galeries sont de nouveau ouvertes.
La page « Carnet d’adresses » du site Idées Japon a été réactualisée.
Découvrez 73 adresses Shopping « Le Japon en France » listées par arrondissement parisien et par région.
Toutes les adresses sont accompagnées du lien vers le site de chaque établissement.
Pour trouver des accessoires, des produits alimentaires, objets d’art, art de la table, décoration, livres, papiers, tissus, thés japonais…
https://www.ideesjapon.com/carnet-d-adresses/ page carnet adresses

Concernant les idées cadeaux et notamment pour la fête des pères qui aura lieu le dimanche 21 juin, de nombreuses boutiques en ligne proposent une belle sélection d’objets et autres produits.

https://www.ideesjapon.com/boutiques/
Boutiques Site de ideesjapon

Le numéro de printemps du journal Idées Japon est annulé.

Le numéro d’automne paraîtra en septembre.

Association culturelle franco-japonaise de TENRI
La bibliothèque a rouvert ses portes et les cours de calligraphie et de cérémonie du thé ont repris. L’atelier d’ikebana est proposé en ligne.
Le Butô festival est reporté.
Pour aider les artistes, une réduction de 50 % est octroyée pour la location des salles. www.tenri-paris.com

La Maison de la culture du Japon à Paris
La MCJP a rouvert partiellement ses portes avec l’exposition « WAFRICA -Japon Afrique intimes » prolongée jusqu’au 27 juin 2020 et en entrée libre. https://www.mcjp.fr/fr/agenda/japon-afrique-intime
La boutique Takumi Flavours, située au rez-de-chaussée de la MCJP, est désormais ouverte au public. Horaires identiques à ceux de l’exposition. https://takumif.com/

Musée du Quai Branly – Jacques Chirac
Le colloque international « Desired Identities. New Technology-based Metamorphosis in Japan », qui devait se tenir les 29 et 30 avril au sein du musée, se déroulera en livestreaming sur sa chaîne Youtube les 27 et 28 juin.
https://www.youtube.com/watch?v=_LU_vwWM7ps&list=PLq_kZgugXgOGpkUqIpWOd6mRqlxvzEF-T

Soutenez vos restaurants préférés !
Grâce au site Arigato Resto créé par le journal Ovni , vous pouvez donner un coup de pouce à vos restaurants japonais préférés. Il vous suffit de choisir votre restaurant et d’acheter un bon d’achat de la valeur de votre choix. Celui-ci vous sera immédiatement envoyé par mail et vous pourrez, dès la réouverture de l’établissement, profiter de votre bon pour régaler vos papilles. Une belle initiative destinée à soutenir les restaurants japonais en cette période difficile.
Tout savoir sur : https://arigatoresto.com

Le bleu dans l’artisanat japonais : exposition du 1er février au 20 mars 2020

L’exposition « Ao : le bleu dans l’artisanat japonais » se tiendra du 1er février au 20 mars 2020 à l’ESPACE DENSAN, 8 bis rue Villedo, Paris 1er.

Estampe Edo Mokuhanga  DENSAN  bd2Le bleu (ou Ao) est l’une des couleurs emblématiques du Japon. A l’époque d’Edo, ce terme indiquait le bleu indigo très présent dans la société et que l’on utilisait déjà dès le 8e siècle pour la teinture des vêtements. Il existe 48 nuances de couleur indigo au Japon, chacune portant un nom.
La couleur bleue est aussi très largement répandue dans le domaine de la céramique, en particulier pour la porcelaine de Seto réputée et très appréciée dans l’archipel.

Les 28 et 29 février auront lieu des conférences – démonstrations et ateliers à l’ESPACE DENSAN, menés par un artisan spécialiste de la teinture indigo qui viendra du Japon à cette occasion.

Plusieurs artisanats d’excellence représentatifs de l’utilisation de la couleur bleue seront présentés durant cet événement :

– Seto Sometsuke – yaki / porcelaine de Seto
– Tsuboya – yaki / céramique de Tsuboya
– Shodai – yaki / céramique de Shodai
– Hagi – yaki / céramique de Hagi
– Tamba Tachikui – yaki / objets en céramique
– Awa washi / objets en papier washi
– Murayama Oshima Tsumugi / tissu en soie à l’indigo
– Edo Mokuhanga / estampes sur bois

Ce 5e et dernier thème s’inscrit dans le cadre de la nouvelle saison DENSAN d’octobre 2019 à mars 2020, pour laquelle les créations du patrimoine
artisanal japonais sélectionnées sur tout l’archipel par le METI (Ministère de l’Economie, du Commerce et de l’Industrie au Japon) et présentées à la galerie showroom « Japan Traditional Crafts Aoyama Square » de Tokyo arrivent à Paris.

11 esprits, 11 nuances de Kurashiki Japon – 2020

Foulard végétaux bio  Kurashiki Japan 2020 2La ville de Kurashiki sera de retour à Paris du 20 janvier au 22 février 2020 pour une nouvelle édition de KURASHIKI JAPAN qui présentera durant un mois l’excellence de ses productions artisanales avec une exposition – vente exceptionnelle intitulée
« 11 esprits, 11 nuances » au showroom de Discover Japan 12 rue Sainte-Anne Paris 1er.

Capitale du denim et première région textile au Japon, la ville de Kurashiki est connue dans tout l’archipel depuis quatre siècles pour la grande qualité de sa production ; ses jeans de luxe sont très prisés dans le monde, ce qui lui doit la venue de nombreux amateurs et connaisseurs japonais comme étrangers.

Dans cette ancienne ville de marchands au charme pittoresque qui a su conserver un riche patrimoine culturel et artisanal, ses habitants vivent au quotidien la simplicité et la beauté des objets utiles, tout comme les visiteurs qui en font la découverte.

A l’occasion de cet événement, KURASHIKI JAPAN réunira 11 marques et leurs créations artisanales d’excellence qui permettent d’appréhender la beauté dans les objets de la vie quotidienne : vêtements en denim, sacs en toile, vêtements et sacs teints
avec des légumes bio locaux, chaussures inspirées des chaussettes tabi, rubans traditionnels Sanada, encens, objets en jonc ainsi qu’en bordure de tatami, biscuits à l’okara.

L’artisanat local japonais à la pointe de l’innovation en janvier et février 2020

« Synergies entre tradition et modernité / l’artisanat local à la pointe de l’innovation », est un événement CLAIR Paris qui aura lieu du 21 janvier au 1er février 2020 à la Maison de la culture du Japon à Paris.
Organisé par le Centre Japonais des Collectivités Locales (CLAIR Paris), cette manifestation comprendra une exposition – vente réunissant au total plus de 250 objets faisant la fierté des régions de l’archipel, des workshops (réservations sur le site www.mcjp.fr) et des démonstrations (sans réservation) menés par des artisans venus du Japon pour partager leur passion.
Voici une occasion unique de découvrir les subtilités des techniques artisanales de 17 départements et villes du Japon avec leur admirable capacité à s’adapter aux besoins des styles de vie contemporains, tout en innovant dans de nombreux domaines : soie, textile, art du verre, laque, orfèvrerie, céramique, coutellerie, travail du bois, papier washi, etc.
Cet événement présentera des savoir-faire transmis par des générations d’artisans jusqu’à nos jours, à partir de trois aspects de la vie des Japonais : (I-Shoku-Jû) : l’habillement (i), les arts de la table (shoku) et l’habitat (jû).

Exposition « L’élégance nippone des arts de la table » du 3 au 30 janvier 2020

L’exposition « L’élégance nippone des arts de la table » aura lieu du 3 au 30 janvier 2020 à l’ESPACE DENSAN, 8 bis rue Villedo 75001 Paris.

Verres sake laque nacreAu Japon, où la culture culinaire s’est développée en lien avec la diversité des paysages, le climat, l’importance des spécialités locales et les coutumes, l’art de la table est un symbole de partage et d’admiration pour les ressources naturelles et les fruits de saison.
Sa vaisselle d’une grande variété reflète cette philosophie, elle a évolué au cours de son histoire donnant lieu à l’essor du savoir-vivre, la rendant unique au monde.

Plusieurs artisanats d’excellence et leurs objets liés aux arts de la table seront présentés :
– Objets en céramique et en porcelaine : Artisanat Aizu Hongo – yaki

– Objets en céramique : Artisanat Mino – yaki / Artisanat Iga – yaki

– Objets en grès : Artisanat Tokoname – yaki
– Objets en laque : Artisanat Yamanaka Shikki / Artisanat Kiso Shikki

– Objets en laque et nacre : Artisanat Takaoka Shikki

– Objets en bois de cèdre d’Akita : Artisanat Odate magewappa

– Objets en écorce de cerisier : Artisanat Kaba Zaiku

Les 10 et 11 janvier auront lieu des conférences – démonstrations menées par un artisan spécialiste de la laque Aogai – nuri (avec incrustations de nacre) qui viendra de Takaoka (préfecture de Toyama) pour présenter son savoir-faire et ses magnifiques créations d’objets d’artisanat d’excellence.

Ce 4e thème s’inscrit dans le cadre de la nouvelle saison DENSAN d’octobre 2019 à mars 2020, pour laquelle les créations du patrimoine artisanal japonais sélectionnées sur tout l’archipel par le METI (Ministère de l’Economie, du Commerce et de l’Industrie au Japon) et présentées à la galerie showroom « Japan Traditional Crafts Aoyama Square » de Tokyo arrivent à Paris pour une exposition-vente déclinée chaque mois selon une thématique :

– « Figures du Japon » / du 2 au 30 octobre

– « Les objets du shodo ou l’écriture en beauté » / du 2 au 30 novembre

– « L’artisanat japonais en fêtes » / du 3 au 28 décembre

– « L’élégance nippone des arts de la table » / du 3 au 30 janvier

– « Ao : le bleu dans l’artisanat japonais » / du 1er février au 20 mars

Les objets du Shodo ou l’écriture en beauté

« Les objets du Shodo ou l’écriture en beauté »
du 2 au 30 novembre 2019
ESPACE DENSAN
8 bis rue Villedo 75001 PARIS
Tél. 01 40 26 66 70 – ouvert du lundi au samedi de 11h à 19h
mw@sasenis.com – www.espacedensan.com

Image du Presse papiersShodoNée en Chine, la calligraphie japonaise est un art traditionnel qui consiste à écrire des idéogrammes au pinceau et à l’encre. Arrivée au 6e siècle au Japon, il s’est développé avec l’introduction du bouddhisme et l’écriture de ses textes. L’un des premières calligraphies connues est le « Hokke Gisho », attribuée au pinceau du prince Shotoku (574-622).

En japonais, le mot calligraphie se dit « Shodo », ce qui signifie la voie (do) de l’écriture (sho). A la différence de la calligraphie européenne, le Shodo n’est pas considéré uniquement comme un simple moyen d’écriture ou une forme d’art décoratif.
La plupart des Japonais apprécient toujours les subtiles courbes produites par le maître Shodo-ka, témoignage vivant de cette forme d’art traditionnel les plus anciennes et les plus profondes du Japon, où l’accent est mis sur la beauté, la fluidité et l’équilibre de l’écriture.

De nos jours, le Shodo est activement pratiqué à travers le Japon par des personnes de tous âges. Il est enseigné comme matière obligatoire dans les écoles élémentaires, puis en option au lycée comme la peinture ou la musique. A l’école primaire au début de chaque année, les enfants participent à une activité appelée Kakizome, où ils créent des œuvres calligraphiques symbolisant leurs souhaits pour la nouvelle année.

Car en début d’année, les Japonais sont attentifs aux premières choses : premier lever de soleil, première visite au temple… Selon la tradition, le Kakizome est la première calligraphie de l’année écrite au pinceau avec de l’encre noire sur des bandes de papier : un mot ou une phrase de bon augure, quelque chose qui incarne les souhaits ou les résolutions de chacun, ou encore la venue du printemps.
La calligraphie est donc un exemple de la façon dont une tâche utilitaire comme l’écriture peut être transformée en art populaire, bien qu’elle ait beaucoup évolué tout au long de l’histoire du pays.

Pour la cérémonie du thé liée au bouddhisme zen, s’imprégner d’une œuvre de calligraphie pour se libérer l’esprit est une étape essentielle lors de sa préparation. Elle est peinte sur un rouleau suspendu appelé Kakemono, installé dans le Tokonoma, alcôve surélevée dans laquelle sont exposés des objets d’art. Le rouleau choisi avec soin par le maître de thé pour honorer ses hôtes, peut évoquer la saison, le moment de la journée ou bien un sentiment particulier lié à la cérémonie du thé.

De nombreux outils existent pour la calligraphie japonaise, mais 4 seulement sont fondamentaux, appelés les 4 trésors du calligraphe : le papier, le bâton d’encre, les pinceaux et la pierre à encre.

Même si aujourd’hui les gens écrivent moins, la calligraphie est toujours utilisée pour les cartes postales qui transmettent des voeux de bonheur, ou bien lors de funérailles ou autres événements célébrés selon la coutume. Elle décore aussi les enveloppes d’argent offertes aux fiancés durant les mariages.
Tout un univers s’est ainsi naturellement développé autour d’une papeterie variée d’un grand raffinement : des feutres et des stylos à bille sophistiqués, un large éventail de cartes, carnets et feuilles qui peuvent être réalisés à la main en papier washi traditionnel.

Le 2e volet présenté durant le mois de novembre, décliné durant cette nouvelle saison DENSAN qui s’étend d’octobre 2019 à mars 2020, concerne les objets utilisés pour la calligraphie japonaise, à travers différents types d’artisanat issus d’une longue tradition perpétuée à travers les siècles.

Afin de découvrir et pouvoir expérimenter sa beauté simple et profonde, voici maintenant une sélection d’outils provenant de plusieurs régions du Japon, tous porteurs du label d’excellence DENSAN.

Les objets présentés et leurs artisanats :
– Papiers Washi : Mino Washi, Awa Washi et Etchu Washi
– Pinceaux : Kawajiri Fude et Kumano Fude
– Pierres à encre : Akama Suzuri
– Stylos : Echizen Shikki et Kaba Zaiku
– Papier décoratif : Edokarakami

Papier Washi

– Artisanat Mino Washi
Le Mino Washi est un type de papier japonais fabriqué dans la préfecture de Gifu datant de la période Nara (710-794), selon les archives du dépôt Shoso-in montrant qu’il fut utilisé pour un recensement au 8e siècle, parmi une collection de trésors datant de la Route de la Soie conservés dans ce bâtiment de l’époque. Ce fut l’un des papiers les plus connus dans l’archipel, de même pendant la période Edo, où il était utilisé par le shogunat Tokugawa. Réputé pour sa finesse, sa résistance et sa beauté, il est fabriqué à partir de mûrier à papier qui pousse dans les abondantes forêts de la ville de Mino, à l’aide de techniques artisanales hautement raffinées faisant ressortir le meilleur de la matière première. Il a été désigné en tant qu’artisanat traditionnel en 1985.

– Artisanat Awa Washi
Un document du 9e siècle prouve que l’histoire d’Awa Washi remonte à 1.300 ans ; à l’époque une famille au service de la cour impériale connue sous le nom d’Inbe, cultivait du lin et du mûrier et produisait du tissu et du papier. Désigné comme artisanat traditionnel en 1976 et fabriqué dans la préfecture de Tokushima, l’Awa Washi est doux, souple et étonnamment résistant, avec un type de texture et de coloration délicates que seul un papier fait main permet d’obtenir. Quant au papier indigo, il est représentatif des papiers teints naturellement et compte parmi les meilleurs papiers d’art, d’artisanat et d’emballage.

– Artisanat Etchu Washi
L’Etchu Washi dans la préfecture de Toyama ; il remonte à l’ère Nara (710-794). Il est utilisé pour les shoji ou bien encore pour la restauration de biens culturels. Son procédé de fabrication est semblable à celle des autres washi, papiers japonais traditionnels. Il fut désigné comme artisanat traditionnel en 1988.

Pinceaux

– Artisanat Kawajiri Fude
Le lien entre la ville de Kure située dans la préfecture de Hiroshima et les pinceaux remonte au début du 19e siècle où Sanzo Kikutani acquit des pinceaux dans l’actuelle préfecture de Hyogo pour un usage dans les temples ; les avantages de fabriquer des brosses durant la période creuse du calendrier agricole furent expliqués aux agriculteurs locaux. Mais ce sont ceux fabriqués par Ueno Yaekichi au milieu du 19e siècle qui marquèrent les véritables débuts de la production du Kawajiri Fude qui s’est ensuite répandu dans tout le pays. Ces pinceaux sont fabriqués selon une méthode de mélange des poils appelée Nerimaze. Très complexe, elle nécessite des techniques de fabrication très avancées et des compétences bien spécifiques pour produire un pinceau de très haute qualité. L’ensemble du processus qui nécessite plus de 70 étapes, est divisé en trois phases de fabrication du col de la brosse, de la tige et de la finition, tous les composants étant traités un par un à la main. Les matières premières utilisées sont principalement des poils d’animaux pour le col de la brosse et du bambou et du bois pour la tige. Cet artisanat fut reconnu comme artisanat traditionnel en 2004.

– Artisanat Kumano Fude
Pendant la période d’Edo (1603-1868), la vie était très difficile pour les paysans qui partirent chercher du travail dans le district de Kumano à Kishu (actuelle préfecture de Wakayama). De retour, ils vendirent pinceaux d’écriture et encre qu’ils s’étaient procurés sur place, ce qui les mena à fabriquer des pinceaux dans la préfecture d’Hiroshima. Vers la fin de la période Edo, cela devint un métier solidement établi dont les techniques de fabrication furent transmises jusqu’à aujourd’hui. Il existe de nombreuses sortes de pinceaux ou fude en japonais : pour l’école, la calligraphie, la peinture et mais aussi pour le maquillage. Du bois de très grande qualité et des poils en fibres naturelles sont très soigneusement sélectionnés puis assemblés, afin d’obtenir des pointes fines et délicates. En 1975, les pinceaux de Kumano ont été désignés comme artisanat traditionnel.

Pierre à encre Akama Suzuri

– Artisanat Akama Suzuri
Des documents témoignent qu’une Akama Suzuri fut offerte au sanctuaire Tsuruoka Hachimangu à Kamakura au début de la période éponyme (1185-1333). Au milieu de la période Edo (1603-1868), ces pierres à encrer, ou suzuri en japonais, étaient vendues dans tout le pays. Faite de couches d’environ un mètre d’épaisseur, la pierre d’Akama apte à être transformée en pierre à encre, est extraite puis transformée au cours d’une douzaine d’étapes. Originaire de la préfecture de Yamaguchi et reconnu comme artisanat traditionnel en 1976, l’Akama Suzuri possède toutes les qualités pour la fabrication d’une bonne pierre à encrer : dense et résistante, facile à travailler, avec un grain et des motifs magnifiques, elle est idéale pour produire rapidement une encre excellente en termes de couleur et de lustre.

Stylos

– Artisanat Kaba Zaiku
Le Kaba Zaiku remonterait à la fin du 18e siècle, où sa technique fut transmise aux habitants de Kakunodate par la famille Satake Kita du district d’Ani au nord de la préfecture d’Akita. Les samouraïs de rang inférieur de la région ont repris cette activité de fabrication d’objets à base d’écorce de cerisier qui s’est développée au début de la période Meiji (1868-1912) avec la perte de leur statut de guerriers. Le Kaba Zaiku est fabriqué uniquement au Japon à partir de l’écorce du cerisier de montagne Yamazakura. Il existe plus de douze variétés d’écorces dont les variations de l’écorce font qu’il n’existe jamais deux pièces identiques. La boîte à thé est la version la plus connue de cet artisanat traditionnel désigné en 1976.

– Artisanat Echizen Shikki
Au 6e siècle, un laqueur reçut l’ordre de recouvrir la coiffe de l’Empereur de l’époque, qui reconnut la qualité de son travail quand il lui présenta un bol laqué noir, ce qui encouragea l’essor de l’Echizen Shikki. La laque d’Echizen (shikki = laque en japonais), produite dans le quartier d’Echizen de la ville de Sabae (préfecture de Fukui), fut désignée comme artisanat traditionnel en 1975. Une grande variété d’articles y sont réalisés : articles de fête, différents types de boîtes, ustensiles à thé, baguettes, stylos, bols à soupe… dont le lustre et l’éclat raffinés ravissent les Japonais.

Papier décoratif Edokarakami

– Artisanat Edokarakami
L’origine de ces papiers décoratifs remonte à un type de papier utilisé pendant la période Heian (794-1185) pour l’écriture d’un style de poèmes appelé waka. Ce n’est qu’au Moyen-Âge qu’ils furent appliqués sur les cloisons coulissantes fusuma qui séparent les espaces. Promus par le Shogunat pendant la période d’Edo (1603-1868), la demande pour ces documents s’est développée. L’Edokarakami reflète la culture des habitants d’Edo par la liberté sans entraves de leurs motifs ; les plus appréciés concernent l’intimité de la vie quotidienne, les fleurs et les ambiances saisonnières. Ces papiers décoratifs sont imprimés au pochoir à l’aide de blocs de bois ou décorés de feuilles d’or et d’argent ; de nos jours, ils sont toujours utilisés sur les fusuma et les shoji, généralement translucides. Chacune de ces méthodes a été transmise par ses propres écoles et ses artisans. C’est en 1999 que l’Edokarakami fut désigné comme artisanat traditionnel.