Parution Ebisu. Études japonaises numéro 59 (2022)

Ebisu 59
(les liens vers les articles sont sur le site web de de la revue)

La rédaction de la revue « Ebisu Études japonaises » a le plaisir de vous annoncer la parution du n° 59 (2022) « Films en miroir. Quarante ans de cinéma au Japon (1980-2020) », coordonné par Mathieu Capel.

Le numéro est en accès libre et téléchargement gratuit en intégralité sur OpenEdition.
https://journals.openedition.org/ebisu/6593

Autour de 1980, le paysage cinématographique a achevé une mue débutée vingt ans plus tôt : le système des studios qui le structurait s’est effondré, laissant place à de nouveaux acteurs, de nouveaux agencements. Les cinéastes de la période sont toutefois victimes d’un étrange paradoxe. Contemporains des outils vidéo et numériques, des bases de données et d’Internet, leurs films jouissent a priori d’une visibilité sans précédent. Or, leur appréhension hors du Japon semble toujours aussi fragmentaire, peinant à en comprendre logiques et enjeux. Ce numéro se propose de repenser les quarante dernières années du cinéma japonais, en deux parties : la première aborde les modalités de la production, de la distribution et de la création, ainsi que leurs évolutions au cours de cette ère « post-studios » ; la seconde se penche sur une figure incontournable de la critique, Hasumi Shiguéhiko.

DOSSIER THÉMATIQUE
« Films en miroir. Quarante ans de cinéma au Japon (1980-2020) »
Coordonné par Mathieu CAPEL

Distribution, production, création : du roman porno Nikkatsu à Netflix

• Mathieu CAPEL, « Introduction. Notes sur le paysage contemporain du cinéma japonais »
• Dimitri IANNI, « Rôle et trajectoires des producteurs du roman porno Nikkatsu »
• Tom MES, « La retenue et l’excès : comment Miike Takashi a accédé au circuit des festivals internationaux » (traduction de Nicolas VIEILLESCAZES)
• Christopher P. HOOD, « Les récits de catastrophe japonais du début du XXIe siècle : continuité et changement » (traduction d’Essia MOKDAD)
• Eléonore MAHMOUDIAN, « Le collectif Kuzoku et le cinéma indépendant japonais au tournant des années 2010 »
• Fabien CARPENTRAS, « Les films réalisés en coopération avec les Forces japonaises d’autodéfense. Une forme de propagande indirecte dans un monde multicentrique »
• Raphaëlle YOKOTA, « Plateformes de vidéos à la demande : quel rôle dans la production cinématographique contemporaine au Japon ? »
• Hao WEN, « Le cinéma japonais indīzu et la fabrique néolibérale de l’auteur et de l’autrice : l’exemple de MOOSIC LAB » (traduction d’Amira ZEGROUR)

Critique : le « phénomène » Hasumi

• Mathieu CAPEL, « Introduction. Hasumi Shiguéhiko, le film comme événement »
• Ryūsuke HAMAGUCHI, « Rencontre et ébranlement » (traduction de Patrick DE VOS)
• Chika KINOSHITA, « Femmes et enfants en lutte. Sur la spectatorialité dans les critiques de cinéma de Hasumi Shiguéhiko » (traduction d’Amira ZEGROUR)
• Daisuke WATANABE, « Sur le devenir du double tournant historique/tournant de la théorie des médias. Hasumi Shiguéhiko et la condition postmédium » (traduction d’Alia DEMNATI)
• Shiguéhiko HASUMI, « Le cinéma comme institution » (traduction de Mathieu CAPEL)
• Shiguéhiko HASUMI, « Cinéma et critique » (traduction de Mathieu CAPEL)
• Shiguéhiko HASUMI, « Cinéma et littérature » (traduction de Mathieu CAPEL)
• Shiguéhiko HASUMI, « Le récit, la narration et leurs discours » (traduction de Mathieu CAPEL)

Index des films cités

VARIA

• Delphine MULARD, « Le corps dans la peinture narrative des XVIe et XVIIe siècles à travers l’exemple du Bunshō zōshi »

LIVRES À LIRE

Comptes rendus

• Par Christophe MARQUET : Berlinguez-Kôno Noriko (dir.), La Genèse des études japonaises en Europe. Autour du fonds Léon de Rosny de Lille / Yōroppa ni okeru Nihon-gaku no genryū : Rīru-shi Reon do ronī bunko o megutte ヨーロッパにおける日本学の源流― リール市レオン・ド・ロニー文庫を 巡って, Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, coll. « Histoire et civilisations », 2020, 316 p., 46 fig., index et résumés en anglais.
Machi Senjurō 町泉寿郎 (dir.), Reon do Ronī to jūkyū seiki Ōshū tōyōgaku. Kyūzō kanseki no mokuroku to kenyū レオン・ド・ロニーと19世紀欧州東洋学―旧蔵漢籍の目録と研究 (Léon de Rosny et l’orientalisme européen au xixe siècle. Catalogue et étude de sa collection de livres chinois), Tokyo, Nishōgakusha daigaku Higashi-Ajia gakujutsu sōgō kenkyūjo Nihon kangaku kenkyū sentā 二松学舎 大学東アジア学術総合研究所・日本漢学研究センター, coll. « Nihon kangaku kenkyū sōkan » 日本漢学 研究叢刊, vol. 1, Kyūko shoin 汲古書院, 2021, 413 p.
• Par Gilles CAMPAGNOLO : Takamura Kōtarō, Poèmes à Chieko, trad. de Nakazato Makiko avec la collaboration d’Éric Benoît, Pessac, Presses universitaires de Bordeaux, 2021, 176 p.
• Par Claude ESTÈBE : Souyri Pierre-François & Pons Philippe, L’Esprit de plaisir : une histoire de la sexualité et de l’érotisme au Japon (17e-20e siècle), Lausanne, Payot, 527 p.
• Par THOMAS GARCIN : Sakai Cécile & Sawada Nao (dir.), Pour une autre littérature mondiale : la traduction franco-japonaise en perspective, Arles, Éditions Picquier, 2021, 222 p.
• Par Kanae SARUGASAWA : Lévy Christine & Lefèvre Brigitte (dir.), Parcours féministes dans la littérature et dans la société japonaise de 1910 à 1930. De Seitō aux modèles de politique sociale, Paris, L’Harmattan, coll. « Des idées et des femmes », 2017, 284 p.
• Par Xavier MELLET : Oguma Eiji 小熊英二, Nihon shakai no shikumi. Koyō, kyōiku, fukushi no rekishi shakai-gaku 日本社会のしくみ 雇用・教育・福祉の歴史社会学 (Les mécanismes de la société japonaise. Sociologie historique de l’emploi, de l’éducation et de la protection sociale), Tokyo, Kōdansha 講談社, 2019, 579 p.

Recension

• Par Raphaël LANGUILLON-AUSSEL : Pelletier Philippe, L’Invention du Japon, Paris, Le Cavalier Bleu, 2020, 219 p.

Diffusé par :
Institut français de recherche sur le Japon à la Maison franco-japonaise (IFRJ-MFJ)
E-mail : ebisu@mfj.gr.jp
© 2022, IFRJ-MFJ

GIS Asie : Lettre de Mars 2022 (extrait)

Modalités et acteurs de la transmission de la connaissance au Japon
Colloque, 17 – 19 mars 2022, Strasbourg

Ce colloque international en études japonaises, cofinancé par le GIS Asie, se propose d’observer et d’étudier la question de la transmission de la connaissance au Japon.

Pour participer à cet événement, rendez-vous les 17, 18 et 19 mars à  l’Université de Strasbourg/Bibliothèque nationale universitaire de Strasbourg (BNU).

Pour plus d’informations

Rencontres de l’Association interdisciplinaire des ethnographies japonaises
24-25 mars 2022, Paris
La pratique ethnographique constitue, au-delà des disciplines et des  objets, une approche efficace et spécifique. L’Association interdisciplinaire des ethnographies japonaises se veut un espace d’échange pour les chercheur·e·s en études japonaises usant d’une pratique de terrain dans le cadre de leur recherche. Cet événement, cofinancé par le GIS Asie, permet d’effectuer un état des lieux de résultats d’enquête récents et de projets à venir ; d’initier des collaborations nouvelles ; d’ouvrir une fenêtre aux étudiants intéressé·e·s par l’ethnographie appliquée au Japon ; d’approfondir des questionnements sur la méthode ethnographique et partager des « trucs de terrain ».

Pour y participer, rendez-vous les 24 et 25 mars, à Paris.

Pour plus d’informations

Institut français de recherche sur le Japon à la Maison franco-japonaise (Umifre 19, MEAE-CNRS) Janvier 2022

L’Institut français de recherche sur le Japon à la Maison franco-japonaise a le plaisir de vous inviter aux événements de janvier 2022. (Umifre 19, MEAE-CNRS)
MESURES RELATIVES AU CORONAVIRUS

En raison de l’épidémie du coronavirus (COVID-19), nos événements en ligne ont lieu sur la plateforme Zoom.
Un e-mail d’invitation, avec un ID de réunion et un mot de passe, sera envoyé à l’adresse indiquée lors de votre inscription sur notre site internet. Merci de bien vouloir les entrer dans l’application Zoom afin de participer à l’événement.
Attention à écrire correctement votre adresse mail.
Pour plus d’informations sur les modalités d’adhésion, veuillez consulter : www.youtube.com/watch?v=KR6IJM6PRFk
Nous vous remercions pour votre compréhension.

Is corporate governance in Japan headed to a better place ?

Vendredi 14 janvier / 12 h 30 – 14 h (JST)
En ligne
En anglais sans traduction

Lunch Seminar
The presentation will cover the topics related to corporate governance and the situation of Japanese companies at present. The contemporary historical perspective how and why Japan has reformed its corporate governance practices will first set the ground for short analytic views on the Corporate Governance Code. The relevant issue for economists is if and how companies are actually changing? And if yes, what tipping points are being reached and why?
One must take into account the fact that frustrations do exist and such are those by an outside director (depending on the company!) Although it is clear that different sorts of reforms are needed, what are possibly the next?
Case examples of relevant issues are, for instance, the state of director training in Japan, and how investors should engage with Japanese companies. There are trends revealed by market-wide data and some long term prognosis may be attempted as well – within the format allowed by the Eco-Lunch seminar.
Depending on time, the speaker will refer participants to presentation materials shared with them.

Speaker: Nicholas BENES (BDTI)
Moderator: Gilles CAMPAGNOLO (IFRJ-MFJ)

Inscription : https://us02web.zoom.us/webinar/register/WN_KnhimFOQTx27DCc21TFtAQ

Conversation sur le libéralisme entre France et Japon
Principes de liberté et esquisse d’un libéralisme soutenable​​

Lundi 17 janvier / 18 h – 20 h (JST)
En ligne
Avec traduction simultanée
Claude Gamel

Philosophie mal connue en France et souvent caricaturée, le libéralisme prend pourtant tout son sens par intégration de ses dimensions politique et économique. Un libéralisme socialement soutenable est alors possible, avec comme principe directeur la dispersion maximale du pouvoir. Si l’« ordre social spontané » de F. Hayek en est la toile de fond, les « principes de justice » de J. Rawls fournissent, une fois remaniés, les trois axes prioritaires de régulation à privilégier : travail choisi, capacités enrichies, revenu universel de base. Dans chaque cas, sont présentées les politiques publiques à mettre en œuvre, qui s’inspirent des travaux d’autres auteurs contemporains, en particulier ceux de l’économiste A. Sen et du philosophe P. Van Parijs. Toutefois, le libéralisme ici esquissé n’a de chance d’être réellement soutenable qu’en franchissant aussi d’autres « tests de robustesse ». En particulier, comment prendre en compte la concentration accrue du capital, les défis technologiques, l’urgence écologique et le désordre des relations entre États ? Les réponses apportées par le présent essai sont loin d’être assurées, mais cherchent à illustrer la fécondité du champ issu du décloisonnement de deux disciplines, philosophie et économie, qui ont encore trop tendance à s’ignorer.
Côté japonais, le professeur Tsutomu Hashimoto, de l’université du Hokkaido à Sapporo, a élaboré une conception qu’il veut générale du caractère durable (soutenable) d’un libéralisme contemporain et adapté aux réalités locales. Avec lui et sur la base de l’ouvrage qu’il vient de faire paraître, c’est donc le point de vue japonais qui sera présenté au cours de cette double conférence

Conférenciers : Claude GAMEL (Aix-Marseille univ.), HASHIMOTO Tsutomu (univ. de Hokkaidô)
Modérateur : Gilles CAMPAGNOLO (IFRJ-MFJ)

Inscription : https://us02web.zoom.us/webinar/register/WN_ZQRLKCNURziD3uW5TTMPPg

Justice & Interest / Judicialization

Mercredi 26 et jeudi 27 janvier
En ligne
En anglais sans traduction
Judicialization

The International Workshop “Justice & Interest/Judicialization” is organized by the French Institute of Research on Japan (Institut français de recherche sur le Japon, UMIFRE 19, CNRS, MEAE) at the Maison franco-japonaise in cooperation with the program “Justice and Interest” (InSHS, CNRS, field: economic philosophy) and the program “Judicialization of social and environmental issues in France and Japan” (IFRJ-MFJ, FFJ at EHESS and University of Tokyo, Institute of Social Science).

DAY ONE (Wednesday 26th January): https://www.mfj.gr.jp/agenda/2022/01/26/2021-01-26_justice/
DAY TWO (Thursday 27th January): https://www.mfj.gr.jp/agenda/2022/01/27/2021-01-27_justice/

Au-delà du japonisme. Artistes occidentaux en Asie et artistes d’Asie de l’Est – Chine, Corée, Japon – en France (fin du XIXème siècle, première moitié du XXème siècle)

Samedi 29 janvier / 17 h 30 – 20 h (JST)
En ligne
Sans traduction
Japonisme
Le bonze errant, Corée, 1948 ©Paul Jacoulet

Lorsqu’on évoque les artistes pour lesquels le Japon a été une source d’inspiration, on oublie parfois qu’ils ont parcouru aussi la Corée, la Chine ainsi que d’autres pays d’Asie, allant même jusqu’en Micronésie. Les œuvres inspirées par ces contrées qu’ils nous ont laissées sont souvent moins connues, mais non moins intéressantes. Par ailleurs, à la même époque, des artistes d’Asie de l’Est sont attirés par l’art occidental et on retrouve plusieurs d’entre eux à Paris, après la Première Guerre mondiale, où ils ont créé et exposé. Ce sont ces influences croisées, au-delà du japonisme, que les conférencières participant à cette table ronde se proposent d’évoquer. En début de programme, seront évoquées les figures de Félix Régamey et Georges Bigot.

Intervenants : Christian POLAK (EHESS-FFJ), SAWATARI Kiyoko (Society for the Study of Japonisme ), Viviane LE BERRE (Society for the Study of Japonisme), YU Yue (Society for the Study of Japonisme)
Commentateurs/Modérateurs : Magali BUGNE (univ. Teikyô, chercheuse associée à l’IFRJ-MFJ), Gilles MASTALSKI (Society for the Study of Japonisme Société asiatique, professeur au LFI Tokyo), YAGISHITA Emi (Université de WASEDA, Society for the Study of Japonisme , Société asiatique)

Inscription : https://us02web.zoom.us/webinar/register/WN_q_fsPWzBR86im2dCX451rw
L’accès aux manifestations décrites ci-dessus est libre et gratuit (sauf mention contraire). Merci de vous inscrire depuis la page Agenda de notre site web. Diffusé par :
Institut français de recherche sur le Japon à la Maison franco-japonaise (IFRJ-MFJ)

E-mail : contact@mfj.gr.jp
© 2022, IFRJ-MFJ

Cycle de conférences « Judiciarisation des enjeux sociaux et environnementaux au Japon et en France »

Institut français de recherche sur le Japon à la Maison franco-japonaise (Umifre 19, MEAE-CNRS)
en collaboration avec la Fondation France-Japon de l’EHESS
Cycle de conférences
« Judiciarisation des enjeux sociaux
et environnementaux au Japon et en France »
Droits des femmes, discriminations sexuelles et droit du travail au Japon et en France
L’Institut français de recherche sur le Japon à la Maison franco-japonaise en collaboration avec la Fondation France-Japon de l’EHESS a le plaisir de vous inviter à la sixième conférence du cycle « Judiciarisation des enjeux sociaux et environnementaux au Japon et en France ».
MESURES RELATIVES AU CORONAVIRUS

En raison de l’épidémie du coronavirus (COVID-19), nos événements en ligne ont lieu sur la plateforme Zoom.
Un e-mail d’invitation, avec un ID de réunion et un mot de passe, sera envoyé à l’adresse indiquée lors de votre inscription sur notre site internet. Merci de bien vouloir les entrer dans l’application Zoom afin de participer à l’événement.
Attention à écrire correctement votre adresse mail.
Pour plus d’informations sur les modalités d’adhésion, veuillez consulter : www.youtube.com/watch?v=KR6IJM6PRFk
Nous vous remercions pour votre compréhension.

Sixième conférence :
Droits des femmes, discriminations sexuelles et droit du travail au Japon et en France

Jeudi 25 novembre 2021
18 h – 20 h (JCT/ UTC+9)
En ligne
Traduction simultanée en français et en japonais

Dans le cadre de ce sixième webinar, les intervenantes et intervenants aborderont le Droit du travail sous l’angle des discriminations sexuelles en France, au Japon et aux États-Unis. Diane Roman (univ. Paris 1) présentera un bilan de vingt-cinq ans de législation française sur l’égalité femme-homme, puis Nakakubo Hiroya (univ. Hitotsubashi) poursuivra la discussion en comparant les législations contre les discriminations sexuelles au travail aux États-Unis et au Japon au regard notamment des décisions judiciaires. Enfin, Nakano Mami (avocate) décrira les formes de lutte judiciarisée contre les discriminations sexuelles au travail en se concentrant sur les cas de discrimination salariale qu’elle a défendus en tant que professionnelle du droit. Les trois présentations seront discutées par Itoh Yukiko (Inalco).

Diane Roman (univ. paris 1)
Droit et féminisme : les hésitations du Parlement français

Diane Roman est professeure de droit à l’École de droit de la Sorbonne, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et chercheuse à l’Institut des sciences juridique et philosophique de la Sorbonne (UMR CNRS-Paris 1), où elle co-dirige l’axe « Genre et Normativités ». Ses travaux portent sur les droits fondamentaux, qu’elle aborde dans une perspective intersectionnelle d’égalité et de justice sociale. Elle a notamment publié Droits de l’Homme et libertés fondamentales (avec S. Hennette-Vauchez, Dalloz, 5e éd. à paraitre en 2022), La loi & le genre, études critiques de droit français (avec S. Hennette-Vauchez et M.Pichard, Éditions du CNRS, 2014) et La cause des droits. Écologie, progrès social et droits humains (Dalloz, à paraitre en 2022).

Nakakubo Hiroya (univ. Hitotsubashi)
Législation et contentieux contre les discriminations sexuelles au travail
au Japon et aux États-Unis

Nakakubo Hiroya a obtenu son doctorat à l’université de Tokyo, faculté de droit en 1980. Après avoir été assistant professeur à l’université de Tokyo, il a enseigné à l’université de Fukuoka, à l’université de Chiba et à l’université de Kyūshū avant de rejoindre l’université Hitotsubashi en avril 2007 où il est professeur rattaché à la faculté de droit. Il est également diplômé en droit de l’université Harvard où il a obtenu un Master of Law. Ses recherches portent sur le droit du travail japonais en comparaison avec le droit américain. Il a publié plusieurs ouvrages dont Le Droit du travail aux États-Unis (2e édition), chez Kobundo, 2010, Le monde du Droit du travail (13e édition), co-auteur, chez Yuhikaku, 2019, et il a traduit notamment l’ouvrage de Lily Ledbetter, Grace and Grit: My fight for Equal Pay and Fairness at Goodyear and Beyond, publié chez Iwanami shoten, 2014, ainsi que l’ouvrage de Gillian Thomas, Because of Sex: One Law, Ten cases and Fifty Years That Changed American Women’s Lives at Work, publié chez Nihon Hyoronsha, 2020.

Nakano Mami (avocate)
Luttes contre les discriminations sexuelles sur le lieu de travail

Nakano Mami est avocate, diplômée de la faculté de droit de l’université de Hokkaidō en 1975, enregistrée au Barreau de Tokyo en 1979, elle est spécialiste du Droit du travail. Elle est notamment présidente de l’association à but non lucratif, Réseau des travailleurs temporaires (Haken rōdō network), et membre de l’Association japonaise des juristes du travail (Nihon rōdō bengodan).

Discutante : Yukiko Itoh (Inalco, univ. mun. d’Osaka)
Yukiko Itoh est doctorante en sociologie et en études japonaises à l’IFRAE (UMR 8043) à l’Institut national des langues et civilisations orientales (Inalco) depuis 2020 et chercheuse au Urban-Culture Research Center d’Osaka City University depuis 2021. Dans sa thèse, elle explore la façon dont la question des violences sexuelles devient visible dans la société japonaise à travers les médias dits « traditionnels » et les mouvements contre ces problèmes, en lien avec les nouvelles plateformes socio-numériques. Elle est également chargée des partenariats et relations internationales de la Fondation France-Japon de l’EHESS depuis 2018.

Modératrice et responsable du cycle de conférences : Adrienne SALA (IFRJ-MFJ)

Inscription obligatoire : www.mfj.gr.jp/agenda/2021/11/25/judiciarisation/

L’accès aux manifestations décrites ci-dessus est libre et gratuit (sauf mention contraire). Merci de vous inscrire depuis la page Agenda de notre site web.
Diffusé par :
Institut français de recherche sur le Japon à la Maison franco-japonaise (IFRJ-MFJ)
E-mail : contact@mfj.gr.jp
© 2021, IFRJ-MFJ

Institut français de recherche sur le Japon à la Maison franco-japonaise : PROGRAMME OCTOBRE-NOVEMBRE 2021

Institut français de recherche sur le Japon à la Maison franco-japonaise (Umifre 19, MEAE-CNRS)

PROGRAMME OCTOBRE-NOVEMBRE 2021

L’Institut français de recherche sur le Japon à la Maison franco-japonaise a le plaisir de vous inviter aux manifestations qui auront lieu d’octobre à novembre 2021.
Sauf mention contraire, les horaires correspondent au fuseau horaire du Japon (GMT+9).

MESURES RELATIVES AU CORONAVIRUS

En raison de l’épidémie du coronavirus (COVID-19), nos événements en ligne ont lieu sur la plateforme Zoom.
Un e-mail d’invitation, avec un ID de réunion et un mot de passe, sera envoyé à l’adresse indiquée lors de votre inscription sur notre site internet. Merci de bien vouloir les entrer dans l’application Zoom afin de participer à l’événement.
Attention à écrire correctement votre adresse mail.
Pour plus d’informations sur les modalités d’adhésion, veuillez consulter : www.youtube.com/watch?v=KR6IJM6PRFk
Nous vous remercions pour votre compréhension.

OCTOBRE 2021
Jeudi 14 octobre / 18 h – 20 h / En ligne / avec traduction simultanée
Conférence / Paix et humanitarisme : petite histoire sociologique de ces concepts
[Conférencier] Gilles CAMPAGNOLO (IFRJ-MFJ)
[Modérateur] Bernard THOMANN (IFRJ-MFJ)
www.mfj.gr.jp/agenda/2021/10/14/2021-10-14_paix_et_humanitaris/

Mercredi 20 octobre / 13 h – 17 h 20 / En ligne / avec traduction simultanée
Colloque / 60 ans de coopération franco-japonaise en océanographie
Partie 1 : Histoire des échanges franco-japonais en océanographie
Partie 2 : Célébration du 60e anniversaire de la Société franco-japonaise d’Océanographie du Japon
[Conférenciers] Hubert-Jean CECCALDI (Société franco-japonaise d’Océanographie France), Patrick PROUZET (Société franco-japonaise d’Océanographie France), Yves HENOCQUE (Société franco-japonaise d’Océanographie France), Jean-Claude DAUVIN (univ. de Caen Normandie), TANAKA Yūji (univ. des sciences et technologies marines de Tokyo), TAKAYANAGI Kazufumi (Sanyo Techno Marine Co., Ltd.), KOIKE Yasuyuki (Société franco-japonaise d’Océanographie du Japon), TOTANI Gen (Ministère de l’Éducation, de la Culture, des Sports, de la Science et de la Technologie du Japon)
[Modérateur] KOMATSU Teruhisa (Société franco-japonaise d’Océanographie du Japon)
www.mfj.gr.jp/agenda/2021/10/20/oceanographie/

Vendredi 22 octobre / 18 h – 20 h / En ligne / avec traduction simultanée
Conférence / Le commerce international après la crise de la Covid-19
[Conférenciers] ITŌ Sayuri (NLI Research Institute), WATANABE Hirotaka (univ. Teikyō), Sebastien JEAN (CEPII), Christel PÉRIDON (amb. de France)
[Discutant] NAKAJIMA Atsushi (président de la Fondation Maison franco-japonaise)
[Modérateur] Sébastien LECHEVALIER (IFRJ-MFJ)
www.mfj.gr.jp/agenda/2021/10/22/commerce_international_covid/

Lundi 25 octobre / 18 h – 20 h / En ligne / avec traduction simultanée
Conférence / Hériter de patrimoines immobiliers dans les villes en déclin au Japon et dans le monde : enjeux socioéconomiques, politiques et opérationnels
[Conférencière] Sophie BUHNIK (IFRJ-MFJ)
[Discutant] KOYANAGI Shun.ichirō (univ. Dokkyō)
[Modérateur] Bernard THOMANN (IFRJ-MFJ)
www.mfj.gr.jp/agenda/2021/10/25/ville/

Mercredi 27 octobre / 18 h – 20 h / En ligne / avec traduction simultanée
Cycle de conférences « Judiciarisation » des enjeux sociaux et environnementaux au Japon et en France / Des procès anti-nucléaire aux contentieux de la transition énergétique ? Nature et évolution de la judiciarisation dans le secteur de l’énergie au Japon et en France
[Conférenciers] Magali DREYFUS (CNRS, univ. de Lille), IIDA Tetsunari (Institute for Sustainable Energy Policies), KAWAI Hiroyuki (avocat)
[Discutant] Rémi SCOCCIMARRO (univ. Toulouse Jean-Jaurès)
[Modératrice] Adrienne Sala (IFRJ-MFJ)
www.mfj.gr.jp/agenda/2021/10/27/judiciarisation/

Friday 29th October / 12:30-14:00 / Online / en anglais sans traduction
Lunch Seminar on Japanese Economy and Society / Re-Designing the Producing Districts
of Wood Furniture in a Context of Fast- Changing Capitalism: Is it Possible to Preserve Forest by Exploiting its Resources?
[Speaker] Hiroki YOKOTA (Shizuoka University)
[Moderator] Gilles CAMPAGNOLO (FRIJ-MFJ, CNRS)
www.mfj.gr.jp/agenda/2021/10/29/yokota/

NOVEMBRE 2021

Friday 12th November / 12:30-14:00 / Online / en anglais sans traduction
Lunch Seminar on Japanese Economy and Society / Who are the New Liberals in Japan? Results of the Latest Surveys at Synodos Institute in Japan
[Speaker] Tsutomu HASHIMOTO (Hokkaido University)
[Moderator] Gilles CAMPAGNOLO (FRIJ-MFJ, CNRS)
www.mfj.gr.jp/agenda/2021/11/12/hashimoto/

Lundi 22 novembre / 18 h – 20 h / En ligne / avec traduction simultanée
Conférence / Une République au Japon avec Jules Brunet (1868-69)
[Conférencier] Christian POLAK (FFJ-EHESS)
[Discutant] HIGUCHI Takehiko (Musée national d’histoire japonaise)
[Modérateur] Bernard THOMANN (IFRJ-MFJ)
www.mfj.gr.jp/agenda/2021/11/22/une_republique_au_japon/

Jeudi 25 novembre / 18 h – 20 h / En ligne / avec traduction simultanée
Cycle de conférences « Judiciarisation » des enjeux sociaux et environnementaux au Japon et en France / Droits des femmes, discriminations sexuelles et droit du travail au Japon et en France
[Conférenciers] Diane ROMAN (univ. Paris 1 Panthéon- Sorbonne), NAKAKUBO Hiroya (univ. Hitotsubashi), NAKANO Mami (avocate)
[Discutante] ITŌ Yukiko (Inalco, univ. municipale d’Osaka)
[Modératrice] Adrienne SALA (IFRJ-MFJ)
www.mfj.gr.jp/agenda/2021/11/25/judiciarisation/

L’accès aux manifestations décrites ci-dessus est libre et gratuit (sauf mention contraire). Merci de vous inscrire depuis la page Agenda de notre site web. Diffusé par :
Institut français de recherche sur le Japon à la Maison franco-japonaise (IFRJ-MFJ)
E-mail : contact@mfj.gr.jp
© 2021, IFRJ-MFJ

Décès – le 20 mai 2021, de Jean-Claude Jugon, universitaire et auteur, spécialiste du Japon

Nous avons appris avec regret le décès – le 20 mai 2021, de Jean-Claude Jugon, enseignant-chercheur et docteur en psychologie, qui a passé de nombreuses années au Japon. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages sur la société japonaise. Entre autres : L’Âme japonaise ; Petite enfance et maternité au Japon (éditions L’harmattan) ; Phobies sociales au Japon (éd. ESF)

Il a également publié de nombreux articles : LA ROMANCE DU SENTIMENT ET DE LA PENSÉE DANS LES LÉGENDES DE TANABATA (JAPON) ET D’ÉROS-PSYCHÉ (GRÈCE)

Une interprétation transculturelle : « Oni » soit qui mal y pense

DE L’ÉTERNITÉ À L’ÂME DU MONDE

Pour un isomorphisme Matière-Psyché

Nous présentons nos plus sincères condoléances à sa famille et ses proches.

Vous trouverez des détails sur le parcours et l’œuvre de Jean-Claude Jugon sur ce site : https://www.cgjung.net/espace/accueil/jugon/hommage-jc-jugon/

Parution de la revue Ebisu – Études japonaises numéro 57 (2020)

Institut français de recherche sur le Japon 
à la Maison franco-japonaise (UMIFRE 19, MEAE-CNRS)
        
La rédaction de la revue Ebisu. Études japonaises a le plaisir de vous annoncer la parution du n° 57 (2020) « Les architectes de l’ère Heisei (1989-2019). Rôles, statuts, pratiques et productions », coordonné par Sylvie Brosseau et Corinne Tiry-Ono.

Le numéro est en accès libre et téléchargement gratuit en intégralité sur OpenEdition.
https://journals.openedition.org/ebisu/4842

Comment décrire et qualifier le travail des architectes japonais durant l’ère Heisei (1989-2019) ?

Le numéro 57 d’Ebisu. Études japonaises propose d’examiner différents aspects de la place des architectes dans le monde de la construction, dans la société et dans la culture. À travers des thèmes clés, des expériences individuelles, des positionnements professionnels et intellectuels, et des réalisations diversifiées, se dégagent des évolutions et des tendances marquantes, voire des ruptures. Sont ainsi questionnées les transformations techniques, économiques et sociales qui façonnent l’architecture japonaise contemporaine.

DOSSIER THÉMATIQUE
« Les architectes de l’ère Heisei (1989-2019). Rôles, statuts, pratiques et productions »
Coordonné par  Sylvie BROSSEAU et Corinne TIRY-ONO

Introduction » par Corinne TIRY-ONO

Articles
•    FUNO Shūji, « Portrait diffracté de l’« architecte » : artiste, archi-technocrate ou community architect ? » (traduction de Mathieu Capel et Amira Zegrour)

•    KUWAHARA Yūki (dir.), « L’ère Heisei et l’architecture » (traduction de Léo Matsuura et Sophie Refle)

•    Benoît JACQUET & Yann NUSSAUME, « L’évolution de l’architecture de Takamatsu Shin et le passage à l’ère Heisei : continuité ou fluctuation ? »

•    Olivier MEYSTRE, « Lignes et lignée. Réflexions sur la représentation graphique chez les héritiers d’Itō Toyō »

•    Salvator-John A. LIOTTA & Aya JAZAIERLY, « Des architectes japonais en France. Les parcours de Ban Shigeru, Kuma Kengo, Fujimoto Sou et Tane Tsuyoshi »


Témoignages

•    Manuel TARDITS, « Vivre l’architecture au Japon »

•    François BIZET, « Homo habitans. Le musée de Teshima »


Conclusion « Disparitions et émergences » par Sylvie BROSSEAU


« Lexique » par Sylvie BROSSEAU et Corinne TIRY-ONO


Diffusé par : Institut français de recherche sur le Japon à la Maison franco-japonaise (IFRJ-MFJ)

Proclamation de l’état d’urgence à Tokyo et dans les départements de Kanagawa, Chiba et Saitama, le 7 janvier 2021

(Message des 3 conseillers consulaires du Japon ; voir au bas de cette annonce)

Résumé des déclarations de ce soir (7 janvier 2021) du premier ministre japonais.

PROCLAMATION De L’ÉTAT D’URGENCE : QUELLES CONSÉQUENCES ?

Le premier ministre japonais a proclamé ce soir l’état d’urgence dans les 4 départements du Grand Tokyo.

OÙ ? dans les départements de Tokyo, Chiba, Saitama, Kanagawa.
JUSQU’À QUAND ? jusqu’au 7 février 2021 (1 mois) dans un premier temps

QUELLES MESURES ?

RESTAURANTS, DÉBITS DE BOISSONS
Demande de fermeture à 20h. Demande de limiter le service des boissons alcoolisées à la période de 11h à 19h.
– L’aide financière aux établissements respectant ces horaires passera à un maximum de 1,8 million de yens par mois (60 000 yens par jour)
– En attendant une révision de la législation (prévue lors de la session parlementaire commençant le 18 janvier) qui rendrait possible d’autres formes de sanctions, les établissements qui ne respecteraient pas ces demandes s’exposeront à la publication de leur nom par les gouverneurs des départements.
– Raison donnée à la focalisation sur les restaurants et débits de boisson
les experts estiment que la majorité des contaminations non traçables (qui sont actuellement 60% à Tokyo) ont leur source dans les repas à l’extérieur.

MONDE DU TRAVAIL
Demande de recourir autant que possible au télétravail, avec l’objectif d’atteindre une baisse de 70% du nombre des déplacements pour raisons professionnelles par rapport à la normale.

ENSEMBLE DES HABITANTS
Demande de rester chez soi après 20h, sauf urgence.

ÉTABLISSEMENTS SCOLAIRES
Aucune demande de fermeture quel que soit le niveau, de la crèche à l’université. Les universités pourront continuer à combiner cours en ligne et cours en présentiel.
(« On n’a pas observé de contaminations notables qui prendraient pour source les écoles »). Les mesures sanitaires doivent continuer à être respectées.

ÉVÉNEMENTS SPORTIFS, CONCERTS
La jauge limite est fixée à 5000 personnes.

SYSTÈME D’AIDES
Le premier ministre rappelle le système d’aides mise en place, et affirme sa volonté de simplifier les démarches pour en bénéficier.

ET ENSUITE ?
Les prochaines étapes de la lutte contre l’épidémie seront la révision de la législation, puis la vaccination. Sur les vaccins aucune précision de calendrier n’est donnée : simplement que la sécurité des vaccins doit être minutieusement examinée, en coopération avec les sociétés pharmaceutiques.

UN MOT SPÉCIAL POUR LES MOINS DE 40 ANS
Le premier ministre demande aux moins de 40 ans d’être particulièrement vigilants : ils représentent la moitié des cas, sont souvent sans symptômes, mais peuvent diffuser la maladie aux autres générations dans leur famille.

________
Complément
UN RAPPEL SUR LES VOYAGES
Les voyages internationaux comme à l’intérieur du Japon ne sont absolument pas recommandés, mais restent possibles.

Copyright © 2021 Les 3 Conseillers consulaires élus pour le Japon, All rights reserved.
Les trois Conseillers consulaires, Evelyne INUZUKA, François ROUSSEL et Thierry CONSIGNY ont été élus au suffrage universel en mai 2014 par les Français du Japon au Conseil consulaires du Japon (composé de l’Ambassadeur et de vos trois élus). Merci de leur faire connaître par retour de courriel si vous souhaitez ne plus recevoir leurs communications.
________
L’addresse commune de vos 3 Conseillers consulaires du Japon est :
Les 3 Conseillers consulaires élus pour le Japon
a.b.s. Ambassade de France
4-11-44 Minami Azabu
Minato-ku, Tokyo 106-8514
Japan

Colloque franco-japonais : « Le travail au XXIe siècle au Japon et en France », novembre 2020

Institut français de recherche sur le Japon
à la Maison franco-japonaise (Umifre 19, MEAE-CNRS)

Colloque franco-japonais « Le travail au XXIe siècle au Japon et en France »

L’Institut français de recherche sur le Japon à la Maison franco-japonaise a le plaisir de vous inviter au prochain colloque franco-japonais.

MESURES RELATIVES AU CORONAVIRUS

En raison de l’épidémie du coronavirus (COVID-19), nos événements en ligne ont lieu sur la plateforme Zoom.
Un e-mail d’invitation, avec un ID de réunion et un mot de passe, sera envoyé à l’adresse indiquée lors de votre inscription sur notre site internet. Merci de bien vouloir les entrer dans l’application Zoom afin de participer à l’événement.
Attention à écrire correctement votre adresse mail.

Pour plus d’informations sur les modalités d’adhésion, veuillez consulter : www.youtube.com/watch?v=KR6IJM6PRFk
Nous vous remercions pour votre compréhension.

Le travail au XXIe siècle au Japon et en France

En ligne

Vendredi 27, première journée, 17 h 30 – 20 h 30 : www.mfj.gr.jp/agenda/2020/11/27/colloque_travail/
Samedi 28, deuxième journée, 9 h 15 – 18 h : www.mfj.gr.jp/agenda/2020/11/28/colloque_travail/

Les progrès technologiques, la mondialisation, la mutation du capitalisme et la transition démographique sont autant de facteurs qui agissent sur un processus de transformation du monde du travail et de la société dans son ensemble en ce début de XXIe siècle. Au Japon, ce processus est stimulé par un mouvement de « réforme pour une nouvelle manière de travailler », initié par le gouvernement japonais et traduit par un amendement du droit du travail qui incite les entreprises à changer leur mode de gestion des ressources humaines. En France, la question de la réforme du code du travail pour s’adapter aux transformations technologiques, économiques et sociales est également à l’ordre du jour depuis au moins une décennie. Cependant, que ce soit au Japon ou en France, ces changements ont un impact sur les conditions de travail et, plus largement, sur le contrat social. Et elles suscitent à la fois des inquiétudes, car accompagnées par une stagnation du niveau de vie, une montée des inégalités et un affaiblissement des formes syndicales traditionnelles, mais aussi l’espoir d’une meilleure intégration des femmes sur le marché du travail. De plus, au cours de l’année 2020, l’épidémie mondiale de coronavirus a provoqué de nombreux bouleversements dans les modes de travail. Ce colloque, en réunissant à la fois des chercheurs et des acteurs des relations du travail en transformation, tentera, par la confrontation des cas japonais et français, de proposer des pistes de réflexion sur ce qui constitue une des grandes évolutions ce début de XXIe siècle.

L’accès aux manifestations décrites ci-dessus est libre et gratuit (sauf mention contraire). Merci de vous inscrire depuis la page Agenda de notre site web. Diffusé par :
Institut français de recherche sur le Japon à la Maison franco-japonaise (IFRJ-MFJ)
3-9-25, Ebisu, Shibuya-ku, Tokyo 150-0013
Accès : https://www.mfj.gr.jp/acces/
Tél. 81-3-5421-7641 / Fax 81-3-5421-7651
E-mail : contact@mfj.gr.jp
© 2020, IFRJ-MFJ

Lettre du GIS Asie – Novembre 2020 (extrait)

Article du mois
La politique de gestion de crise japonaise face à l’épidémie de Covid 19 : un équilibre délicat entre liberté et sécurité
par Adrienne Sala, chercheuse à l’Institut français de recherche sur le Japon à la Maison franco-japonaise, chercheuse associée à la Fondation France-Japon de l’EHESS et chercheuse invitée à l’université de Tokyo.

Malgré une exposition forte et précoce au virus SARS-Cov-2 et une double vulnérabilité structurelle (concentration élevée et vieillissement important de la population), le Japon est un des rares pays développés où, à l’issue de la première vague de contamination, le taux de mortalité était faible (le taux de mortalité des personnes hospitalisées est également très faible (7,5%)). Le 25 mai, lorsque l’état d’urgence est levé, on recense au total 846 morts et 16 706 cas cumulés. Rapporté à une population de 126 millions, avec 13 cas pour 100 000 hab. le Japon fait partie des bons élèves avec ses voisins asiatiques. En outre, l’archipel n’a eu recours ni à des mesures coercitives, ni au fichage intrusif de sa population. Depuis juillet, malgré une nette hausse des nouveaux cas, liée aussi à la plus grande capacité de test, le taux de mortalité reste faible.

Pourtant les analyses de la gestion de crise japonaise ne convergent pas toutes dans le même sens. Certains politistes sont plus critiques à l’égard de la lente réactivité du gouvernement central, de la lourdeur bureaucratique et du manque de transparence du processus décisionnel. La réactivité des gouverneurs locaux pendant la première vague semble néanmoins faire consensus. La complexité de l’analyse révèle en effet la diversité des enjeux plurisectoriels et multi-niveaux : enjeux sanitaires, économiques, sociaux, et politiques enchevêtrés au niveau local, national et global. Dans cet article, nous proposons de mettre en perspective les trois piliers sur lesquels s’appuie cette gestion de crise sanitaire : le système de santé, les enquêtes épidémiologiques et la responsabilité civique, dont l’articulation donne un aperçu de la politique de lutte contre la diffusion du virus axée sur la prévention. Cette mise en perspective permet de ne pas isoler la gestion de la crise actuelle en l’ancrant dans la continuité des crises précédentes. L’efficacité de la coordination entre les acteurs politiques, économiques et les citoyens est néanmoins mise à l’épreuve de la longue durée de l’épidémie et de ses conséquences socioéconomiques.

Lire la suite en ligne