Institut français de recherche sur le Japon à la Maison franco-japonaise : événements de juillet 2024

Institut français de recherche sur le Japon à la Maison franco-japonaise (Umifre 19, MEAE-CNRS)

juillet 2024

L’Institut français de recherche sur le Japon à la Maison franco-japonaise a le plaisir de vous inviter à ses prochains événements. (détails ci-dessous)

Vendredi 12 juillet / 18 h – 20 h : Poèmes chinois et japonais : les langues de Nara

Mardi 16 juillet / 18 h – 20 h : L’impact réciproque de la motivation et des émotions dans l’apprentissage du français en contexte universitaire au Japon

Jeudi 18 juillet / 18 h – 20 h : Restituer numériquement le patrimoine : Notre-Dame de Paris en images

Vendredi 26 juillet / 18 h – 20 h : La critique des médias comme stratégie éditoriale : une forme de « médiactivisme » à la japonaise ?

 

Conférence du lauréat du prix Shibusawa-Claudel (volet français), 40e édition

Poèmes chinois et japonais : les langues de Nara

vendredi 12 juillet / 18 h – 20 h

auditorium / conférence / avec traduction simultanée

Conférencier : Arthur DEFRANCE (EPHE, CRCAO)

L’époque de Nara est l’époque où naît le premier grand recueil de poésie japonaise, le Man’yо̄shū, et le premier recueil de poésie chinoise, le Kaifūsо̄. Nous voulons tâcher de les comprendre dans un système plus général, celui de l’espace des langues parlées et écrites dans le monde de Nara et poser la question de la sociologie de ces langues et de leur symbolique.

Modérateurs : Yoshikazu NAKAJI (vice-président de la FMFJ, prof. émérite de l’univ. de Tokyo), Thomas GARCIN (IFRJ-MFJ)

Organisation : IFRJ-MFJ

Partenaires : Shibusawa Eiichi Memorial Foundation, univ. Teikyō

Coopération : Fondation MFJ, Fondation France-Japon de l’École des hautes études en sciences sociales

Parrainage : ambassade de France au Japon, journal Yomiuri

Inscription : https://www.mfj.gr.jp/agenda/2024/07/12/2024-07-12_prix_shibusawa_clau/index.php

 

L’impact réciproque de la motivation et des émotions dans l’apprentissage du français en contexte universitaire au Japon

mardi 16 juillet / 18h – 20h

salle 601 & en ligne / séminaire doctoral / en français sans traduction

Conférencier : Nicolas GUG (univ. Grenoble Alpes, LIDILEM)

Notre recherche doctorale interroge l’impact réciproque de la motivation et des émotions positives et négatives sur l’apprentissage du français langue étrangère en contexte académique japonais en première année de licence. Ce sont les conditions d’émergence de ce lien entre la motivation et les émotions positives et négatives (c’est-à-dire leurs bénéfices ou leurs préjudices sur l’apprentissage du français langue étrangère) auprès d’apprenants japonais de français de niveau CECRL cible A1 à A2 en première année de licence en contexte académique que souhaitons interroger en mettant en lumière les processus par lesquels les attitudes des apprenants, leur motivation et leurs émotions sont stimulées au travers d’activités pédagogiques pratiquées en situation d’interaction didactique. Autrement dit, notre recherche vise à comprendre les possibles leviers pédagogiques pouvant encourager un enseignement propice au développement de la motivation à l’apprentissage d’une langue étrangère et voir comment le développement des émotions, positives ou négatives, peut conduire à une augmentation ou une diminution de la motivation des apprenants de la langue française.

Modératrice : Sania CARBONE (Inalco, IFRAE)

Organisation : IFRJ-MFJ

Inscription : https://www.mfj.gr.jp/agenda/2024/07/16/_2024-07-16_seminaire_doctoral/index.php

 

Restituer numériquement le patrimoine : Notre-Dame de Paris en images

jeudi 18 juillet / 18h – 20h

salle 601 / conférence / en  français avec traduction

Conférencier : Kévin JACQUOT (École nationale supérieure d’architecture de Lyon, URM MAP-Aria)

Après l’incendie de Notre-Dame de Paris, querelles et interrogations ont émaillé les différentes phases du projet de restauration de la cathédrale. Pour répondre aux enjeux spécifiques d’une reconstruction à l’identique en cinq ans, des initiatives ― certaines concertées, d’autres spontanées ― ont été menées pour démontrer la possibilité de restaurer les charpentes de Notre-Dame, qualifiées de « forêt ». Néanmoins, ces différents projets partent tous d’une connaissance imparfaite des charpentes disparues. Une quête préalable de collecte des sources existantes est donc nécessaire pour lever ce verrou avant que ne puissent ensuite rivaliser les savoir-faire, aussi bien séculaires que numériques, dans la rematérialisation de la « forêt ». La présente intervention cartographiera, dans le contexte original du chantier de Notre-Dame, le rôle des images numériques au sein du système sociotechnique de la restauration patrimoniale.

Modératrice : Sophie HOUDART (IFRJ-MFJ)

Organisation : IFRJ-MFJ

Inscription : https://www.mfj.gr.jp/agenda/2024/07/18/2024-07-18_notre_dame/

 

La critique des médias comme stratégie éditoriale : une forme de « médiactivisme » à la japonaise ?

vendredi 26 juillet / 18h – 20h

salle 601 / conférence / en français avec traduction

Conférencier : César CASTELLVI (univ. Paris-Cité)

En France comme au Japon, la critique des médias et du journalisme s’est progressivement renforcée au cours des trente dernières années. Au sein de cette tendance, les médias dits « alternatifs » rattachés à différents mouvements sociaux jouent traditionnellement un rôle actif dans la production et la diffusion de discours critiques à l’encontre des médias institutionnels (télévision et presse écrite).

Conceptualisé sous le nom de « médiactivisme », ce mode de contestation de la légitimité des médias dans l’espace public prend au Japon un visage particulier. En effet, le contexte de raréfaction de l’audience pousse une partie des entreprises de presse (quotidienne et magazine) à développer des lignes éditoriales de plus en plus agressives à l’encontre des médias rivaux, afin de fidéliser un public plus ciblé. Les médias institutionnels, originellement cibles du médiactivisme, en deviennent ainsi l’un des principaux moteurs.

En partant de plusieurs études de cas, l’objectif de cette présentation est de proposer des pistes de réflexion sur les structures de ce mouvement ainsi que ses conséquences sur la place de l’institution médiatique dans la société japonaise contemporaine.

Modératrice : Karyn NISHIMURA (correspondante permanente de Radio France et Libération)

Organisation : IFRJ-MFJ

Inscription : https://www.mfj.gr.jp/agenda/2024/07/26/2024-07-26_castellvi/index.php

 

Renseignements : contact@mfj.gr.jp

Diffusion sur Zoom

Certains de nos événements sont retransmis sur la plateforme Zoom. Un e-mail d’invitation sera envoyé à l’adresse indiquée lors de votre inscription, avec un identifiant et un mot de passe.

L’accès à ces manifestations est libre et gratuit (sauf mention contraire). Merci de vous inscrire sur la page Agenda de notre site web : https://www.mfj.gr.jp/agenda

Diffusé par :

Institut français de recherche sur le Japon à la Maison franco-japonaise (IFRJ-MFJ)

 © 2024, IFRJ-MFJ

Droit de la famille au Japon : Où en est-on ? Qu’attendre des nouvelles dispositions ? juillet 2024

Droit de la famille au Japon : Où en est-on ? Qu’attendre des nouvelles dispositions ?

Mercredi 10 juillet 2024 19h-21h

(ouverture des portes 18h30)

Salle : L’espace@CCIFJ

Adresse : CCIFJ, Nihonbashi Honcho Ys Building, 1F

2 Chome-2-2 Nihonbashihoncho Chuo City, Tokyo 103-0023

En français (traduction consécutive)

Entrée gratuite, participation libre. Ouvert à toutes et à tous.

Réservation recommandée (100 places) * JE M’INSCRIS : https://bit.ly/3RO2T7J

Vous pouvez poser vos questions à l’avance sur le formulaire d’inscription.

* En cas de sumombre, priorité sera donnée aux membres des associations organisatrices

Conférence organisée par Français du monde – ADFE Tokyo avec le soutien de l’OLES Japon et l’aide de l’UFE Japon

Intervenants :

SHIBAYAMA Masahiko, membre de la Chambre des représentants (7e mandat)

Député de la 8e circonscription du département de Saitama (Tokorozawa, Fujino, Miyoshi), ancien vice-ministre des Affaires Étrangères (2008-2009) et ancien ministre de l’Éducation, de la Culture, des Sports, des Sciences et de la Technologie du 4e gouvernement Abe (2018-2019), M. Shibayama a occupé de nombreux postes de responsabilité au sein du Parti Libéral Démocrate, dont il est actuellement vice-président du Comité d’études financières. Né à Nagoya en 1965, il passe son enfance dans le département de Saitama. Diplômé de l’université de Tokyo, il travaille quelques années chez Sumitomo Real Estate avant de démissionner pour passer l’examen du Barreau

(1998). Auteur de prises de position remarquées en faveur non seulement de l’instauration de l’autorité parentale conjointe après le divorce mais aussi de la pénalisation de l’enlèvement parental d’enfant, il préside la Commission parlementaire (transpartisane) pour la coparentalité, dont les travaux ont abouti à l’adoption par la Diète de la réforme récente du code civil instaurant la possibilité du choix de l’autorité parentale conjointe après le divorce.

OHATA Atsuko, Avocate au barreau de Tokyo.

Et sous réserve, en visioconférence : AMEMIYA Nahoko avocate au barreau de Tokyo et au barreau de Paris, Paul TOUJA, président de Sauvons Nos Enfants Japon)

Programme :

1. Présentation de la partie juridique du livret de l’OLES Japon Regard sur le mariage franco-japonais (A. Ohata, N. Amemiya, P. Touja, 15 min)

2. La réforme du Code civil et ses conséquences (M. Shibayama, 60 min)

3. Réponses aux questions du public (30 min)

Changement de l’affichage en alphabet de la langue japonaise – 2024

TOKYO (Kyodo) — Japan is planning to revise its romanization rules for the first time in about 70 years to bring the official language transliteration system in line with everyday usage, according to government officials.

The country will switch to the Hepburn rules from the current Kunrei-shiki rules, meaning, for example, the official spelling of the central Japan prefecture of Aichi will replace Aiti. Similarly, the famous Tokyo shopping district known worldwide as Shibuya will be changed in its official presentation from Sibuya.

The Hepburn system, which better reflects English pronunciations, has long been predominantly used in society as well as in officialdom, including on passports and road signs, despite the Cabinet deciding in 1954 that the Kunrei-shiki rules would be used in principle.

Still, the country’s elementary school curriculum guidelines call for teaching third-year students romanization of Japanese based on the decades-old state designation.

Amid concern the divide between official rules and common usage is causing confusion, a subcommittee of the Council for Cultural Affairs deemed it necessary to consider the revision to improve communication.

To revise the Cabinet announcement that enshrined the Kunrei-shiki system, the education minister will need to consult with the council over the change.

Article paru dans le journal Mainichi mars 2024 / copyright Mainichi Shinbun

Exposition « Katagami » l’art du pochoir japonais du 19 au 26 mars 2024 à Colmar

Exposition « Katagami, l’art du pochoir japonais »

Un art ancestral proche du pochoir, originaire du Japon il y a plus de 1000 ans

œuvres de Kaô Osugi, descendante d’une longue lignée d’artisans de katagami.

En plus de l’exposition, participez à nos ateliers avec l’artiste venue spécialement du Japon pour l’occasion ! Apprenez les techniques de l’art du pochoir japonais lors de petites sessions de 15 minutes. Les inscriptions sont ouvertes, mais les places sont limitées !

ℹ Informations pratiques :

📍 Lieu : Corps de Garde, 17 place de la cathédrale, 68000 Colmar

📅 Dates : Du 19 au 26 mars 2024

🕒 Horaires : Tous les jours de 10h à 17h

🎟️ Entrée libre

🎨 Workshops avec l’artiste :

📅 Dates : 22 et 23 mars de 10h à 12h

⏱️ Durée : 15 minutes

📝 Inscriptions ouvertes (ceeja@ceeja-japon.com), places limitées, participation 5€

🌟 Cette exposition s’inscrit dans le cadre du 160e anniversaire des relations Alsace Japon et est organisée en collaboration avec l’université Sugiyama Jogakuen de Nagoya, avec le soutien de la Ville de Colmar et de la Collectivité européenne d’Alsace.

Message d’origine posté par Virginie Fermaud sur Linkedin.

Exposition : À la cour du Prince Genji : un pan de l’amitié franco-japonaise dévoilé

Voir l’article d’origine en cliquant sur CE LIEN. © Copyright 2007-2023 Boulevard Voltaire

Eléonore de Vulpillières 17 décembre 2023

C’est une exposition qui raconte deux belles histoires, celle d’un roman et celle d’une amitié historique. Jusqu’au 25 mars 2024, le musée Guimet à Paris consacre une exposition au Dit du Genji, considéré comme le premier roman psychologique de l’Histoire. Écrite par une femme au XIe siècle, cette histoire des intrigues amoureuses du prince impérial, Hikaru Genji, inspire les artistes et écrivains japonais depuis mille ans, notamment le maître tisserand Itarô Yamaguchi, passeur de l’amitié franco-japonaise.

C’est au XIe siècle que fut écrite l’œuvre qui est considérée comme étant la plus représentative de la littérature classique du Japon. Elle naît à la fin de l’époque de Heian, un mot qui signifie « paix », en japonais, et qui désigne aussi Kyoto, alors capitale du pays. C’est l’apogée de la cour impériale japonaise et l’âge d’or de la culture et des arts les plus fins, notamment la poésie et la peinture.

La poétesse Murasaki Shikibu, dame de compagnie à la cour, qui en connaît tout le raffinement et les intrigues, rédige Le Dit du Genji, une fresque brassant 500 personnages sur 54 livres qui raconte la vie du prince Genji, fils de l’empereur régnant et d’une de ses concubines. Ce Don Juan japonais fréquente moult femmes avec qui il a des aventures parallèles, qui connaît tour à tour l’exil, la réhabilitation et l’ascension vers le pouvoir. Son histoire est racontée sous forme de courts poèmes au formalisme bien précis, les waka. Plusieurs d’entre eux, calligraphiés et illustrés, sont présentés dans l’exposition.

Un récit qui inspire les artistes

La première partie de l’exposition offre au visiteur un florilège de pièces d’art classique japonais du XVIe au XVIIIe siècle : peintures sur soie, impressions sur papier, mais aussi de magnifiques paravents illustrés aux motifs de grues sur fond doré ou figurant les conséquences d’une tempête dans le jardin de l’impératrice. On peut admirer quelques ravissants objets du quotidien, comme des laques japonais – écritoire, boîte à miroir, un très joli coffret à encens décoré avec minutie par des incrustations d’or, d’argent et de nacre – qui, dès le XVIIe siècle, furent exportés en Europe et collectionnés, notamment par Marie-Antoinette. On se rend compte à quel point le Dit du Genji a inspiré les artistes, qui donnent libre cours à leur créativité depuis mille ans sur le même sujet.

Une salle est consacrée aux déclinaisons contemporaines du récit, notamment sous la forme d’animés et de mangas. Il est fascinant de constater qu’une œuvre millénaire, grâce à la dimension universelle des aventures et des passions décrites, passionne toujours les Japonais du XXIe siècle et qu’elle reste gravée dans leur culture.

Inventivité française et créativité japonaise

La deuxième partie de l’exposition est singulièrement intéressante en ce qu’elle découvre tout un pan de la relation franco-japonaise. Dans les années 1850, une maladie décime les vers à soie à Lyon et plusieurs maisons françaises commencent à s’installer au Japon pour se fournir en soie. Une délégation japonaise se rend à Lyon en 1872 et y découvre le métier à tisser Jacquard, élaboré en 1801 et baptisé du nom de son inventeur autodidacte lyonnais. Cette révolution technique séduit les tisserands japonais qui se l’approprient et réduisent considérablement les coûts de production du textile.

Dans la grande salle finale, le visiteur découvre quatre rouleaux racontant la vie du prince Genji réalisés par Maître Itarô Yamaguchi (1901-2007), qui est issu d’une famille de tisseurs de soieries du quartier Nishijin à Kyoto. Ce dernier a commencé très jeune à tisser sur un métier Jacquard, réalisant des kimonos et ceintures pour de riches commanditaires. À 70 ans, il décide de « laisser un chef-d’œuvre qui serait la concrétisation des plus hautes qualité et technicité atteintes dans l’utilisation du métier Jacquard ». Il observe des rouleaux peints du Dit du Genji datant du XIIe siècle et conservés dans des grands musées de Nagoya et Tokyo, et les reproduit en tissage, redonnant aux motifs anciens des couleurs vives et une nouvelle jeunesse. Il passe les trente-sept dernières années de sa vie à travailler sur ce chef-d’œuvre. Se rendant à Paris à l’âge de 94 ans, où il s’empresse de visiter le musée de Cluny (et d’admirer la finesse de La Dame à la licorne), il offre ces rouleaux au musée Guimet afin de rendre un touchant hommage à la France, patrie de Joseph-Marie Jacquard. Pour la première fois, ceux-ci sont présentés dans leur intégralité, déroulés sur plus de 30 mètres de long. Le visiteur peut ainsi contempler de façon inédite le fruit de ce travail de patience et de rigueur, d’une minutie rare.

L’alliance de l’inventivité technique française et de la créativité japonaise, et la puissance narrative d’un récit ancien toujours remis au goût du jour, sont parfaitement mises en valeur dans cette belle exposition du musée Guimet. Un raffinement à découvrir sans modération !

© Copyright 2007-2023 Boulevard Voltaire

Livre : L’homme de l’ère Meiji (1868-1912) par Aïko Mishima

Shouzo Sawada naquit dans une province du Japon à la fin du XIXe siècle. Sorti d’un système féodal qui avait duré 250 ans, le Japon voulait se moderniser. Très influencé par son temps, il entra dans une société de commerce international qui l’envoya à Londres, puis à Dairen (en Chine). Ainsi commença sa brillante carrière d’homme d’affaires.
La guerre sino-japonaise suivie de la guerre du Pacifique éclatent. S’ensuivit la défaite, Shouzo fut ruiné et la famille passa par de rudes épreuves. Mais, il lutta pour rétablir la situation.
Cette famille à qui tout souriait a vu ses espoirs détruits par la guerre, mais a su faire preuve de résilience tout comme le Japon et d’un incroyable redressement tout en préservant ses traditions.

Date de publication : 16 novembre 2023

Broché – format : 13,5 x 21,5 cm • 132 pages

Langue : français

ISBN : 978-2-336-41275-7

EAN13 : 9782336412757 / EAN PDF : 9782336412764
(Imprimé en France)

14.00 €

À propos de l’autrice : Aïko Mishima est née à Tokyo en 1928. Passionnée de littérature française, elle part pour la France en 1958, où elle étudie le français et la littérature française à la Sorbonne ; puis elle travaille à Paris pour une société japonaise. A la retraite, elle commence à écrire. Son premier récit Le goût du motchi est édité en 2014 puis Le goût du café au lait en 2017 chez L’Harmattan.

Livre : Japon légendaire : Cinquante histoires de héros par Éric Faure

Entrez dans le monde du « Japon légendaire » et découvrez cinquante histoires, quasiment toutes inédites en français, de héros japonais. Au fil de vos lectures, vous y croiserez, bien sûr, les inévitables chasseurs de monstres et les maîtres du yin et du yang qui commandent à des génies invisibles. Vous y ferez aussi la connaissance de héros plus surprenants tels que des princes, des moines, des artistes et des gens ordinaires. Vous découvrirez comment tous, volontairement ou accidentellement, pour leur bonheur ou pour leur plus grand malheur, se sont retrouvés face à des entités supérieures, des dieux ou des monstres et sont, chacun à leur manière, devenus des héros de légende !

Date de publication : 2 novembre 2023

Broché – format : 13,5 x 21,5 cm • 266 pages

Langue : français

ISBN : 978-2-336-41089-0

EAN13 : 9782336410890 / EAN PDF : 9782336410906
(Imprimé en France)

28.00 €

À propos de l’auteur :
Éric Faure, est enseignant d’université, docteur en anthropologie et spécialiste des légendes du Japon. Dès son arrivée à Kyōto en 1993, il s’est intéressé aux traditions et aux légendes locales. La collection « Japon légendaire » est le fruit d’années de recherches conduites dans les temples et les sanctuaires de la ville.

Colloque international 2023 : Vers un siècle de recherches en sciences sociales sur le Japon

Horizon 2073 : Vers un siècle de recherches en sciences sociales sur le Japon

Colloque international pour les 50 ans du Centre de recherches sur le Japon (UMR 8173 – CCJ)


Dans le cadre de la célébration de son 50ème anniversaire, le Centre de recherches sur le Japon vous invite au colloque international “Horizon 2073 : Vers un siècle de recherches en sciences sociales sur le Japon” qui se déroulera au Centre de colloques du Campus Condorcet, du 22 au 24 novembre 2023.

Ce colloque vient clôturer l’ensemble des manifestations organisées pour célébrer les 50 ans du Centre Japon et se donne pour ambition, non seulement de faire le bilan des 50 dernières années, mais aussi de se projeter sur les 50 années à venir.

LIEU : Campus Condorcet – Centre des colloques – Auditorium 150 – Place du Front populaire, 93300 Aubervilliers

PROGRAMME

Mercredi 22 novembre 2023
10:00 – Ouverture du colloque
10:15 – Horizon 2073 : Mode d’emploi

10:30-12:00 –  L’historiographie du Japon prémoderne (1570-1870) : nouveaux contextes, nouveaux défis Annick Horiuchi (Université Paris Cité)
Rebekah Clements (Université autonome de Barcelone)
Yannick Bardy (Université de Lille/Centre Japon) 
Discutant: Guillaume Carré (EHESS)

12:00-13:00 – Pause déjeuner

13:00-14:30 – Keynote : Why we need a history of biomaterials in Japan?
Lisa Onaga (Max Planck Institute for the History of Science)
Discutant : Alice Doublier (CNRS)

14:30-15:00 – Pause café

15:00-17:00 – Table Ronde : The Challenge of New Natures: An Update
Ian Miller (Harvard University) – Rethinking the Origins of Japan’s Modern Environmental History
Aleksandra Kobiljski (CNRS) – Our New Global Industrial NowWakana Suzuki (Université d’Osaka)
Wolf Feuerhahn (CNRS) Environment? Umwelt? Milieux? Fûdo? What is in a word? Contemporary debates Chair: Noémi Godefroy (INALCO/CNRS)

17:30-19:30 – Cocktail

Jeudi 23 novembre 2023
10:00-12:00 – Table Ronde : Sciences sociales en traduction : La patience de l’Autre
Vincent Azoulay (Annales) 
Alain Delissen (EHESS) 
Michael Lucken (INALCO) 
Discutant : Guillaume Carré (EHESS)

12:00-13:00 – Pause déjeuner

13:00-14:30 – Keynote : A Confluence: Human-Water Interactions Past and Present
Shinichiro Nakamura (University of Nagoya) 
Discutant: Cyrian Pitteloud (University of Lille/Centre Japon)

14:30-16:00 – Table Ronde : Digital Republic: Open Science, Data Visualization and New Collaborations
Rebekah Clements (Université autonome de Barcelone)
Sara Teasley (RMIT University, Melbourne)
Éric Mermet (CNRS) 
Chair : Aleksandra Kobiljski (CNRS)

16:30-18:30 –  New Aspects of Maritime Cartography in Japan
Vera Dorofeeva-Lichtmann (CNRS) & Ekaterina Simonova-Gudzenko (Moscow State/CRJ) 
“Map of Japan by Daikokuya Kōdayū 大黒屋 光太夫 (1751–1828): A Genealogy of the Eight Extant Versions and Their Implicit Maritime Aspects”
Yuko Takigawa. (University of Kagawa) “The scientific value of the Daikokuya Kōdayū’s ‘Map of Japan’ copied by a British ambassador in Russia in the late 18th century”
Patrick Beillevaire (CNRS) “The Chinese sea-route to Ryūkyū: cartographical and geopolitical fortune of its landmarks”
Elke Papelitzky (University of Oslo) “Circles and triangles: Mapping the shape of maritime Southeast Asia in early modern Japan and the connection with Sinographic Asia”
Discutant : Georges Métailié (CNRS)

Vendredi 24 novembre 2023 
10:00-12:00 – Table Ronde : La société japonaise contemporaine comme objet pour les sciences sociales Karoline Postel Vinay (SciencePo Paris) 
Kazuhiko Yatabe (Université Paris Cité)
Isabelle Thireau (CNRS/EHESS) 
Christian Sautter (EHESS) 
Discutant : César Castellvi (Université Paris Cité/Centre Japon)

12:00-13:00 – Pause déjeuner

13:00-15:00 – Table Ronde : Horizon 2073 
Claire-Akiko Brisset (Université de Genève)
Guillaume Carré (EHESS) 
Alice Doublier (CNRS) 
Noémi Godefroy (INALCO/CNRS) 
Mathias Hayek (EPHE/SFEJ) 
Aleksandra Kobiljski (CNRS) 
Barak Kushner (Cambridge University)

15:00 – Clôture

HORIZON 2073

SALON IDÉES JAPON, à Paris, du jeudi 23 au samedi 25 novembre 2023

SALON IDEES JAPON
Du jeudi 23 au samedi 25 novembre 2023
Ouvert de 11h à 19h30 – Entrée libre
Espace Cinko – 12/18 Passage Choiseul Paris 2e – Métro : Pyramides / Quatre Septembre
Sur 2 niveaux : au rez-de-chaussée (200 m2) et au niveau -1 (100m2)

3 jours d’exposition-vente, en présence de plus de 40 créateurs, artistes et spécialistes franco-japonais, pour trouver des idées de cadeaux de Noël de style japonais !

Le Salon Idées Japon se déploiera sur 2 niveaux à l’Espace Cinko, situé dans le quartier de l’Opéra à Paris ; d’un succès toujours grandissant au fil de ses 18 années d’existence, c’est le rendez-vous incontournable pour un shopping de fêtes d’inspiration nippone !

Sur une surface de 300 m2, 43 créateurs et spécialistes franco-japonais proposeront leurs créations et une vingtaine d’ateliers dédiés à la création mais aussi à la pâtisserie auront lieu, ainsi que 2 conférences.
Cette année, le niveau -1 sera consacré à l’Espace alimentation avec la présence de 10 spécialistes (mochi, pâtisserie, saké, thé, condiments…).

C’est l’occasion de trouver des idées de cadeaux originaux de style japonais, mais aussi de rencontrer des créateurs japonais en direct.

Une grande variété de créations et d’objets sera présentée : accessoires, art, bijoux, céramique, objets déco, cartes, calligraphie, papiers,
livres, pochettes et sacs, chapeaux, poupées, tissus et kimonos, thé, saké, miso, pâtisseries…

Présentation de chacun des 43 exposants du Salon : https://www.ideesjapon.com/salon-2023/

ATELIERS AU PROGRAMME :

>>>> Plus de détails sur les Ateliers : https://www.ideesjapon.com/atelier-2023/

> Ateliers Création : Broche en Nuidô (Bénédicte Riou), Kokedama (Adrien Bénard), Dessin manga (Shizuka et Sana),
Kintsugi (Takako Hirano), Art du pochoir et découpage (Mai Joigneaux), Dragon en tissu (Kaoru Diop),
Panier et pochette en tissu (Junko Fukuda), Sumi-e (Liliane Borodine), Broderie Boro & Furoshiki (Akiyo Fujiwara).

> Ateliers Découvertes culinaires : Thé japonais (Rika Iimori), Pâtisserie Nerikiri (Mayu Palmieri), La magie du koji (Hervé Durand).

> Conférences : June Fujiwara, autrice de Mes rituels japonais & Bernard Jeannel, auteur de Jardin japonais en France.

Le Salon Idées Japon est organisé par l’association Jipango, en partenariat avec le journal Idées Japon www.ideesjapon.com .

« SYNERGIES ENTRE TRADITION ET MODERNITE » L’artisanat local japonais à la pointe de l’innovation – 11e édition

Du 18 au 22 octobre 2023
Cité Internationale de la Gastronomie et du Vin

12 parvis de l’Unesco 21000 Dijon
Ouvert le 18 octobre de 10h à 21h et du 19 au 22 octobre de 10h à 18h
____________________

Du 14 au 25 novembre 2023
Maison de la culture du Japon à Paris

Hall d’accueil (rez-de-chaussée) – Entrée libre
101 bis quai Jacques Chirac 75015 Paris
wwww.mcjp.fr – ouvert du mardi au samedi de 11h à 19h

Contact Presse : CATHY BION cathybion@gmail.com

Organisée par le Centre Japonais des Collectivités Locales (CLAIR Paris)* , la 11e édition de l’événement « Synergies entre tradition et modernité – l’artisanat local à la pointe de l’innovation » va se déployer sur 2 sites cette année :

– du 18 au 22 octobre 2023 à la Cité Internationale de la Gastronomie et du Vin de Dijon avec une exposition-vente.

– du 14 au 25 novembre 2023 à la Maison de la culture du Japon à Paris avec une exposition-vente et des ateliers menés par des artisans venus du Japon.

Grâce à la participation exceptionnelle de 26 villes et départements à cette nouvelle édition 2023, plus de 500 objets seront exposés à Dijon et à Paris durant cette manifestation, la plus importante proposée par CLAIR Paris depuis la création de « Synergies entre tradition et modernité – l’artisanat local à la pointe de l’innovation » en 2013.
Afin de mettre en lumière « cet art de vivre régional » omniprésent au Japon, CLAIR Paris présentera cette superbe sélection d’objets artisanaux issus de savoir-faire d’exception transmis par des générations d’artisans jusqu’à nos jours.
L’artisanat traditionnel des différentes régions de l’archipel est aux origines du monozukuri, l’art de concevoir des objets. Aujourd’hui encore, le design élégant, la fabrication minutieuse et la haute qualité de ces objets enrichissent la vie quotidienne des Japonais.
Cet événement proposera ces objets d’artisanat d’excellence, à la fois empreints de savoir-faire traditionnels et adaptés au goût du jour, à partir de trois aspects de la vie des Japonais
(I – Shoku – Jû) : l’habillement (I), les arts de la table (Shoku) et l’habitat (Jû)

C’est une magnifique occasion de découvrir les subtilités des techniques artisanales de ces 26 collectivités locales, ainsi que leur admirable capacité à s’adapter aux besoins des styles de vie contemporains, tout en innovant dans de nombreux domaines : soie, textiles, art du verre, laque, orfèvrerie, céramique, coutellerie, travail du bois, papier washi, etc.

– Les 26 départements et villes présents (du Nord au Sud) : Yamagata, Tokyo, Niigata, Toyama, Kanazawa (Dép. d’Ishikawa), Fukui (Dép. et ville), Nagano, Hamamatsu (Dép. de Shizuoka), Matsusaka (Dép. de Mie), Koka (Dép. de Shiga), Yosano (Dép. de Kyoto), Sakai (Dép. d’Osaka), Izumisano (Dép. d’Osaka), Nishiwaki (Dép. de Hyogo), Tamba-Sasayama (Dép. de Hyogo), Awaji (Dép. de Hyogo), Koryo (Dép. de Nara), Wakayama, Bizen (Dép. d’Okayama), Hiroshima (Dép. de Hiroshima), Tokushima, Kochi, Fukuchi (Dép. de Fukuoka), Kumamoto (Dép. et ville).
* CLAIR Paris est le bureau de représentation permanent des collectivités territoriales japonaises en France depuis 1990, il a pour mission de promouvoir la coopération décentralisée franco-japonaise, de favoriser l’échange d’informations et de bonnes pratiques entre les collectivités territoriales de nos deux pays.

Les Artisanats des 26 départements et villes
A travers l’exposition « Synergies entre tradition et modernité – l’artisanat local japonais à la pointe de l’innovation » prévue en octobre à la Cité Internationale de la gastronomie et du Vin de Dijon, puis en novembre à la Maison de la culture du Japon à Paris, CLAIR Paris souhaite vous faire découvrir le savoir-faire et les techniques traditionnels japonais tout en mettant en valeur le charme encore méconnu des régions du Japon. Voici les artisanats qui y seront mis en lumière.

1. Département de Yamagata
– Vannerie de rotin
– Agate de Gassan
– Objets de menuiserie
– Objets de ferronnerie
2. Département de Tokyo
– Argenterie de Tokyo
– Tokyo Some Komon
– Pailles en bois
3. Ville de Niigata (Dép. de Niigata)
– Laque de Niigata
– Résine de riz
4. Département de Toyama
– Cuivre de Takaoka
5. Ville de Kanazawa (Dép. d’Ishikawa)
– Feuille d’or de Kanazawa
– Teinture Kaga-Yuzen
6. Département de Fukui
– Baguettes laquées Wakasa-nuri
7. Ville de Fukui (Dép. de Fukui)
– Céramique d’Echizen
– Laque d’Echizen
8. Département de Nagano
– Kumiko zaiku
– Sculpture de Karuizawa
– Butsudan d’Iiyama (laque maki-e)
9. Ville de Hamamatsu (Dép. de Shizuoka)
– Textile d’Enshu
– Teinture Hamamatsu Chusen
– Créations textiles à base de catéchines de Shizuoka
10. Ville de Matsusaka (Dép. de Mie)
– Objets en bois de cyprès et de cèdre d’Ise
11. Ville de Koka (Dép. de Shiga)
– Céramique de Shigaraki
12. Ville de Yosano (Dép. de Kyoto)
– Tissage Tango chirimen
13. Ville de Sakai (Dép. d’Osaka)
– Couteaux japonais et couteaux à lame martelée de Sakai
– Teinture Chusen avec blanchiment
– Encens de Sakai
14. Ville de Izumisano (Dép. d’Osaka)
– Serviettes de Senshu
15. Ville de Nishiwaki (Dép. de Hyogo)
– Banshu ori
16. Ville de Tamba-Sasayama (Dép. de Hyogo)
– Céramique de Tamba
17. Ville d’Awaji (Dép. de Hyogo)
– Encens
18. Ville de Koryo (Dép. de Nara)
– Chaussettes de Koryo
19. Ville de Wakayama (Dép. de Wakayama)
– Tricots de Wakayama
20. Ville de Bizen (Dép. d’Okayama)
– Céramique de Bizen
21. Ville de Hiroshima (Dép .de Hiroshima)
– Pinceaux de Kumano
– Koinobori de Hiroshima
– Sous-vêtements en coton
– Blocs de bois
– Créations issues du surcyclage de kimono
– Aiguilles d’Hiroshima
22. Département de Tokushima
– Indigo
– Awa Shoai Shijira Ori
– Papier Washi d’Awa
– Céramique d’Otani
23. Département de Kochi
– Papier Washi de Tosa
24. Ville de Fukuchi (Dép. de Fukuoka)
– Céramique d’Agano
25. Département de Kumamoto – Damasquinage de Higo
– Porcelaine d’Amakusa
– Céramique de Shodai
– Kutami Uchiwa
26. Ville de Kumamoto (Dép. de Kumamoto)
– Damasquinage de Higo
– Artisanat en papier washi et teinture végétale sur textile
– Céramique de Koda
– Coutellerie martelée à la main
– Onigawara
– Menuiserie
– Poterie Sodo
– Marbrerie d’art
____________________

* CLAIR Paris est le bureau de représentation permanent des collectivités territoriales japonaises en France depuis 1990, il a pour mission de promouvoir la coopération décentralisée franco-japonaise, de favoriser l’échange d’informations et de bonnes pratiques entre les collectivités territoriales de nos deux pays.

Workshops et conférence menés par les artisans à la MCJP

A travers l’exposition « Synergies entre tradition et modernité – l’artisanat local japonais à la pointe de l’innovation » prévue du 14 au 25 novembre 2023 à la Maison de la culture du Japon à Paris, CLAIR Paris souhaite vous faire découvrir le savoir-faire et les techniques traditionnels japonais tout en mettant en valeur le charme encore méconnu des régions du Japon.
Dans le cadre de cet événement, vous pourrez approcher et expérimenter différents types d’artisanat grâce aux 5 ateliers suivants et à la conférence proposés et menés par des artisans.

Toutes les réservations sont à effectuer sur le site de la MCJP : www.mcjp.fr

Conférence : L’univers de l’argenterie de Tokyo / Département de Tokyo
Samedi 18 novembre 2023 à 16h
– Durée : 45min – Salle de réception (niveau 5)
– Entrée libre, sur réservation à partir du 19 octobre
– 20 participants par séance

L’argenterie de Tokyo est un artisanat basé sur l’utilisation de métal fabriqué principalement dans le département de Tokyo. Il a été labelisé « artisanat traditionnel national » en 1979. La matière première traditionnellement utilisée est l’argent, d’une pureté de 92,5 % ou plus. Si l’on se penche sur l’histoire de l’argenterie de Tokyo, on peut voir son apparition au milieu de l’époque Edo. Les orfèvres et les métallurgistes ont commencé à fabriquer des peignes, des épingles à cheveux, des accessoires métalliques et des chars, entre autres. L’argenterie et les ustensiles en argent sont alors devenus très populaires parmi les habitants du département. Les techniques de l’argenterie de Tokyo ont été transmises par divers artisans, comme des forgerons, des graveurs et des finis-seurs. La majeure partie du processus de fabrication est réalisée à la main par des artisans, qui utilisent des techniques de forge et de gravure sur métal, ainsi que de coupe et de brasage pour créer une grande variété de produits.

Nous examinerons de plus près l’histoire, les caractéristiques et les secrets des techniques de l’argenterie de Tokyo. Nous aborderons également le sujet de la vaisselle occidentale ainsi que celui des ustensiles d’antichambre au thé matcha dans un contexte où le thé vert est à la mode dans le monde entier.

Atelier : Teinture au pochoir Tokyo Some-komon / Département de Tokyo
Samedi 18 novembre 2023 à 17h30
– Durée : 1h – Salle de réception (niveau 5)
– Tarif : 20€ (matériel compris) – Réservation à partir du 19 octobre
– 15 participants par séance

Nous vous présenterons la teinture traditionnelle japonaise Tokyo Some-Komon, une technique ancestrale remarquable pour ses motifs minutieux appliqués à l’aide de pochoirs en papier. La beauté et la finesse de cette teinture font appel à un sens aigu de la beauté et de l’esthétique profondément ancré dans le cœur et l’esprit des habitants de Tokyo.

Dans cet atelier, nous vous présenterons l’attrait des nouveaux produits fabriqués grâce à cette technique. Vous allez également pouvoir l’expérimenter en réalisant la teinture d’un tote-bag en coton.

Atelier : Fabrication de sous-verre en Kumiko / Département de Nagano
Jeudi 16 novembre 2023 à 14h30 et à 17h
– Durée : 30min – Salle de réception (niveau 5)
– Tarif 10€ (matériel compris) – Réservation à partir du 17 octobre
– 10 participants par séance

Le kumiko est une technique traditionnelle consistant à assembler des morceaux de bois sans uti-liser de clous. Ces bouts de bois sont minutieusement taillés de telle sorte qu’il soit possible de les assembler parfaitement entre eux. Le plus ancien bâtiment japonais fabriqué avec la tech-nique kumiko est le temple Horyu-ji qui date de la période d’Asuka (du milieu du 6e siècle jusqu’à l’an 710).Réputée pour sa finesse et son raffinement, cette technique est utilisée à la fois pour des bâtiments et pour des cloisons ou des petits accessoires.
Au cours de cet atelier, vous pourrez découvrir les bases de la technique kumiko en fabriquant des sous-verre à partir de l’assemblage de morceaux de bois produits par Miura Mokko, qui perpétue ce savoir-faire ancestral depuis 1954.
Vous pourrez créer votre propre sous-verre en utilisant différentes formes géométriques.

Atelier : L’univers du sculpteur en métal Taichi Yamagata / Département de Ya-magata
Jeudi 16 novembre 2023 à 15h30 et à 17h45
– Durée : 1h – Salle de réception (niveau 5)
– Tarif 20€ (matériel compris) – Réservation à partir du 17 octobre
– 6 participants par séance

Monsieur Taichi Yamagata est métallurgiste dans la ville de Tsuruoka, située dans le département de Yamagata. Toutes ses œuvres sont faites à la main et combinent des techniques traditionnelles d’artisanat du métal à du modelage de figures. Il s’agit d’un artisanat unique qui utilise des outils et des techniques classiques pour retranscrire un univers moderne cool et kawaii à travers le ma-tériau métallique. De plus, à travers une série unique sur les insectes, vous pourrez profiter de l’expression de belles couleurs et formes au caractère unique en fonction de l’éclairage.
Dans cet atelier, vous fabriquerez le motif des grues en origami en métal, tout en vous plongeant dans la vision du monde de l’artisan métallurgiste Taichi Yamagata.

Atelier : Technique d’emballage en tissu furoshiki teint à l’indigo Japan Blue
/ Département de Tokushima
Vendredi 17 novembre 2023 à 15h et samedi 18 novembre à 11h30
– Durée : 1h30 – Salle de réception (niveau 5)
– Entrée libre, sur réservation à partir du 18 octobre
– 25 participants par séance

La couleur aizome , dit Japan Blue, est de plus en plus populaire en France. Le département de Tokushima est le plus grand producteur de teinture indigo, réalisée selon les techniques tradition-nelles japonaises. Pendant l’époque Edo, la province d’Awa (ancien nom du département de To-kushima) est devenue très prospère en raison de la richesse accumulée par les marchands d’indi-go, qui vendaient ces pigments dans tout le pays.
Dans cet atelier, nous vous expliquerons l’histoire du département de Tokushima, qui est le pre-mier producteur d’indigo au Japon, ainsi que l’histoire de l’indigo dans le département et ses mé-thodes traditionnelles de production. En même temps, vous pourrez apprendre et expérimenter des techniques d’emballage furoshiki avec un tissu teinté avec de l’indigo de Tokushima. Ce tissu est offert à tous les participants à l’atelier. Les organisateurs prépareront les objets à emballer en furoshiki.

Atelier : Le Japan Blue , l’indigo né à Tokushima : accessoires à motifs floraux / Département de Tokushima
Vendredi 17 novembre 2023 à 17h30 et samedi 18 novembre à 14h
– Durée : 1h – Salle de réception (niveau 5)
– Entrée libre, sur réservation à partir du 18 octobre
– 25 participants par séance

La couleur aizome , dit Japan Blue, est de plus en plus populaire en France. Le département de Tokushima est le plus grand producteur de teinture indigo, réalisée selon les techniques tradition-nelles japonaises. Pendant l’époque Edo, la province d’Awa (ancien nom du département de To-kushima) est devenue très prospère en raison de la richesse accumulée par les marchands d’indi-go, qui vendaient ces pigments dans tout le pays.
Dans cet atelier, vous ferez l’expérience de la fabrication d’accessoires utilisant des fleurs artifi-cielles en soie teinte à l’indigo, appelées aizen-ka. Cet atelier sera mené par Keiko Yonekawa, une créatrice de fleurs du département de Tokushima ayant reçu le titre de Maître artisan contempo-rain. Les participants pourront repartir avec les accessoires fabriqués.