SEJT réunion de février 2003

La SEJT organisera sa prochaine réunion le vendredi 7 février, à 19h, dans la salle 601 de la Maison franco-japonaise. Laurent Nespoulous, responsable de la revue de la Maison franco-japonaise, Ebisu, et chercheur en archéologie viendra parler des kofun, les tumuli japonais L’entrée est libre, n’hésitez pas à venir nombreux.
Continuer la lecture de SEJT réunion de février 2003

2e appel à candidatures du programme DU0-France 2003

Le 2e appel à candidatures du Programme d’échanges académiques DUO-FRANCE vient d’être lancé. Financé par le ministère des Affaires étrangères, ce programme de mobilité et de coopération universitaire encourage les échanges croisés d’enseignants et
d’étudiants entre des établissements d’enseignement supérieur français et des pays asiatiques membres de l’ASEM (Brunei, Chine, Corée, Indonésie, Japon, Malaisie, Philippines, Singapour, Thaïlande et Vietnam).
Continuer la lecture de 2e appel à candidatures du programme DU0-France 2003

6e Rencontres Scientifiques Franco-Japonaises 2002

L’association Sciencescope et la Maison Franco-Japonaise (MFJ) ont le
plaisir de vous inviter aux prochaines Rencontres Scientifiques
Franco-Japonaises qui auront lieu le Samedi 15 Juin en salle 601 de la
MFJ a Ebisu (Tokyo), a partir de 14h00.
Continuer la lecture de 6e Rencontres Scientifiques Franco-Japonaises 2002

SEJT réunion d’avril 2002

La prochaine réunion de la SEJT aura lieu le vendredi 26 avril, à 19 heures, salle 601 de la Maison Franco Japonaise (Ebisu, Tokyo). Jean-Michel Butel, apprenti ethnologue, nous parlera du casse-tête que présentait la ville et la culture urbaine aux ethnologues et folkloristes japonais qui désiraient expliquer l’essence de la culture japonaise à partir des villages de riziculteurs (résumé ci dessous). Un thème qui prolongera à sa maniere la réflexion entamée par Arnaud Nanta lors de notre précédente réunion. Quelques bouteilles seront ouvertes pour conclure. L’entrée est libre.
Comment les ethnologues japonais voient la ville : histoire díune pénible reconnaissance
Continuer la lecture de SEJT réunion d’avril 2002

SEJT réunion de mars 2002

La prochaine réunion de la SEJT aura lieu le vendredi 29 mars, à 19
heures, salle 601 de la Maison Franco Japonaise (Ebisu, Tokyo). Arnaud Nanta, historien, nous présentera les débats qui ont eu lieu au début de Meiji à propos de l’origine des Japonais (résumé ci dessous). Un thème croustillant à souhait!
Quelques bouteilles seront ouvertes pour conclure.
Nous vous attendons nombreux,
Matthieu Séguela et J-Michel Butel

Pour plus d’informations sur nos activités, consultez notre site:
http://www.mfj.gr.jp/sejt
Continuer la lecture de SEJT réunion de mars 2002

SEJT réunion de février 2002

La prochaine réunion de la SEJT aura lieu le vendredi 22 février, à 19 heures, salle 601 de la Maison Franco Japonaise (Ebisu, Tokyo). Sophie Houdart, anthropologue, nous présentera l’exposition universelle (oups! internationale) de Nagoya, et certains projets architecturaux originaux qui y sont liés.
Quelques bouteilles seront ouvertes pour conclure.
Nous vous attendons nombreux,
Matthieu Séguela et J-Michel Butel

Pour plus d’informations sur nos activités consultez notre site:
http://www.mfj.gr.jp/sejt
Continuer la lecture de SEJT réunion de février 2002

SEJT réunion de janvier 2002

La prochaine réunion de la SEJT aura lieu le vendredi 25 janvier (et non pas le 18 comme annoncé), à 19 heures, salle 601 de la Maison Franco Japonaise (Ebisu, Tokyo). Entrée libre.
Le professeur Thomas Sekine nous parlera de Uno Kozo, économiste important, original, et dont la pensée, encore mal connue, peut donner à réfléchir en cette époque où « post-moderne » semble être le mot-clef. Un pot clôturera cette soirée. Les dernières nouvelles concernant la SEJT et l’annuaire des membres se trouvent à
http://www.mfj.gr.jp/sejt/sejt.html

Uno Kozo (1897-1977), un gourou du marxisme japonais de l’après-guerre, particulièrement admiré par les shinsayoku, les soixante-huitards du Japon, dans les années soixante et soixante-dix, mais de nos jours déjà presque oublié, coula son enfance dans un milieu petit-bourgeois de Kurashiki, durant la première décennie du vingtième siècle, alors que le Japon subissait les lancinantes épreuves de la modernisation à marche forcée. Plus tard, sous l’influence d’idéologies nouvellement importées —- le socialisme et l’anarchisme en particulier —-, il se décida à étudier à fond et à maîtriser Le Capital de Marx. Mais son ambition ne fut réalisée qu’en 1924, en Allemagne. En revenant au Japon après le grand séisme du Kanto, c’est-à-dire au crépuscule de l’époque démocratisante de Taisho, il enseigna à l’Université Tohoku de Sendai, chargé des cours de politique économique. Il se plongea alors dans sa recherche intellectuelle, écrivant peu et restant donc largement inconnu, jusqu’à son arrestation en 1938 sous le chef d’inculpation, peu croyable, d’avoir participé à des activités politiques au Japon de concert avec le Front populaire, mouvement international anti-fasciste. Après sa libération, il vint à Tokyo et travailla pour des centres privés d’études économiques jusqu’à la fin de la guerre. Ce n’est qu’en 1946 qu’il fut rétabli dans ses fonctions universitaires, cette fois à Tokyo, à l’âge de 49 ans. A partir de ce moment, son talent inégalé et longtemps dissimulé put éclore. Il publia prolifiquement, et ses pensées originales fascinèrent les jeunes qui virent en lui un véritable meneur idéologique du Japon.
Mais comme auteur, il reste difficile à comprendre. Peut-être ne l’a-t-on pas bien compris après tout, ce qui expliquerait la brièveté de sa popularité. Sa véritable importance réside, me semble-t-il, dans la découverte de la « dialectique du capital » qui constitue, en somme, le « logiciel » [das Bewegungsgesetse] de la société moderne. Sans bien tout d’abord saisir ce « logiciel », on ne saurait en aucun cas surmonter le capitalisme quelque fervente que soit sa passion révolutionnaire, et le postmodernisme « déconstructeur » ne serait guère qu’un assaut de Don Quichotte contre des moulins à vent.

SEJT réunion de décembre 2001

La SEJT finira l’année en beauté grâce 7agrave; Pascal Griolet, maître de conférences à l’Inalco, ancien directeur de la Maison Franco-Japonaise, qui nous parlera et nous montrera une forme de théâtre japonais assez peu connue, le « théâtre populaire » (Taishu engeki). Nous attendons donc un large public le mardi 18 décembre à 19 heures, salle 601 de la Maison Franco-Japonaise.

Quelques bouteilles de Bordeaux et un assortiment de fromage nous permettront de poursuivre gaiement la discussion.

JM Butel
Continuer la lecture de SEJT réunion de décembre 2001

Journées pour la Science et la Technologie 19 et 20 novembre 2001

La prochaine édition des Journées pour la Science
et la Technologie (JST) se déroulera les 19 et 20 novembre
2001 sur le site du National Olympic Memorial Youth Center à Tokyo
Les JST, initiées en 1997 par le CNRS et le Service pour
la Science et la Technologie (SST) de l’Ambassade de France au
Japon, sont une rencontre annuelle des chercheurs francophones
travaillant au Japon et au cours de laquelle sont invitées
les personnes intéressées par des discussions autour
de la science et de la technologie au Japon.
Continuer la lecture de Journées pour la Science et la Technologie 19 et 20 novembre 2001

4e Rencontres Scientifiques Franco-Japonaises 2001

La 4e édition des Rencontres Scientifiques Franco-Japonaises aura lieu le
samedi 13 Octobre à la Maison Franco-Japonaise à Ebisu.
Pour la première fois sera inclus un exposé non-scientifique, sous la forme
d’un court métrage traitant du problème de l' »ijime » (persécution,
harcèlement) au Japon, présenté par l’écrivain Marc Rigaudis; le but etant
d’ouvrir ces RSFJ au plus grand nombre possible.
Continuer la lecture de 4e Rencontres Scientifiques Franco-Japonaises 2001