Nouveau regard sur les photos d’Hiroshima

Copyright journal Le Monde
LE MONDE | 02.08.08 | 14h30  •  Mis à jour le 02.08.08 | 14h30

Par sa brutalité, la photographie risque de « dramatiser » la réalité. Mais ce témoignage visuel informe aussi l’historien. Pour traiter du statut historiographique de l’image, Michael Lucken, spécialiste de l’histoire de l’art japonais à l’Institut national des langues et civilisations orientales (Inalco), a choisi comme matériau les images des bombardements atomiques sur Hiroshima et Nagasaki en août 1945, arrière-plan incontournable à l’histoire moderne du Japon. Dans son livre 1945-Hiroshima, les images sources (éd. Hermann), paru en juillet, il en répertorie une centaine à partir desquelles s’est construite la mémoire nationale. Il retrace la vie de leurs auteurs, les circonstances dans lesquelles elles ont été prises et analyse la manière dont elles ont été réinvesties par la culture, passant d’une fonction informative au registre du symbolique. La plupart des photographies prises juste après les bombardements ont disparu. Et la tentation est grande de retrouver le maillon manquant de l’histoire d’Hiroshima. C’est le piège dans lequel est tombé Le Monde le 10 mai, en se fiant – trop rapidement – à la Hoover Institution, fondation américaine réputée sérieuse, qui affirmait détenir « des photos de la dévastation et des corps des victimes après le bombardement atomique d’Hiroshima ». Au moment où Le Monde était en vente, le Musée du mémorial d’Hiroshima infirmait l’authenticité de ces images : elles avaient été prises à la suite du grand séisme du Kanto (région de Tokyo) de 1923…

Voir l’article complet ICI sur le site du journal Le Monde

SEJT réunion de novembre 2002

La SEJT organisera sa prochaine réunion le vendredi 15 novembre, à 19h, dans la salle 601 de la Maison franco-japonaise. Franck Michelin, secrétaire de la SEJT et enseignant à l’Université de Tokyo viendra parler du procès de Tokyo.
L’entrée est libre, n’hésitez pas à venir nombreux.
« A propos du procès de Tokyo et de sa postérité »
Continuer la lecture de SEJT réunion de novembre 2002

SEJT réunion de mai 2001

La prochaine conférence de la SEJT aura lieu le vendredi 18 mai 2001 à 19h, salle 601 de la Maison Franco-japonaise (à Ebisu). Arnaud Nanta, doctorant à Todai, menant actuellement une étude sur le discours de l’anthropologie physique au Japon, nous parlera de ce manuel scolaire problématique qui a déjà fait couler beaucoup d’encre et du révisionisme historique qu’il révèle. Voici les grandes lignes de son exposé.
Continuer la lecture de SEJT réunion de mai 2001