Journée Francophone de la Recherche 2015 – JFR 2015

Maison Franco-Japonaise de TokyoJournée Francophone de la Recherche 2015 – JFR 2015
vendredi 13 novembre 2015
Maison Franco-Japonaise, Ebisu, Tokyo

http://www.jfr-2015.org Avatar_sciencescope2.jpg
Contact :[email protected]

Appel à communications (exposés/posters)

Comme tous les ans, l’association Sciencescope en collaboration avec la Maison Franco-Japonaise (MFJ),  l’Ambassade de France au Japon, le Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS), la Chambre de Commerce et d’Industrie Française au Japon (CCIFJ), l’Association des Anciens Boursiers Scientifiques du Gouvernement Français (ABSCIF) et l’Association des Anciens Boursiers Culturels (ABC) organise la Journée Francophone de la Recherche (JFR).

Cette rencontre annuelle réunit les chercheurs et étudiants francophones travaillant au Japon, toutes disciplines et toutes nationalités confondues. Cette journée a pour but de permettre aux chercheurs, étudiants, ingénieurs, institutionnels, représentants d’entreprise ou simples curieux de se rencontrer et d’échanger sur leurs différentes activités au Japon.

La journée se déroulera le vendredi 13 novembre 2015, à la Maison Franco-Japonaise de Tokyo, autour d’exposés de participants, de sessions posters, d’une table ronde professionnelle et d’un exposé invité.

Deux formats de contributions sont proposés:
– exposés (env. 20 min avec questions) ;
– posters (format A0, portrait).

Pour participer à cette journée, l’inscription est gratuite et obligatoire, et comprend le livret de la JFR ainsi que le déjeuner et cocktail à la MFJ.

Nous vous invitons à vous inscrire (gratuitement) dès maintenant en ligne et à soumettre votre contribution avant le
26 octobre 2015.
Il est aussi possible de s’inscrire en tant que simple auditeur jusqu’au
12 novembre 2015.

Pour plus d’informations sur JFR 2015, l’inscription et l’appel à contribution :
http://www.jfr-2015.org
Contact :[email protected]

English version

French Research Day 2015 – JFR 2015
friday, November 13th  2015
Maison Franco-Japonaise, Ebisu, Tokyo

http://www.jfr-2015.org
Contact :[email protected]

Call for Communications (presentation/posters)

Sciencescope, with the support of institutional partners including the Maison Franco-Japonaise de Tokyo (MFJ), the Embassy of France in Japan, Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS), the Chamber of commerce and Industry (CCIFJ), as well as Alumni associations as ABSCIF and ABC, is organizing the French Research Day (JFR) in Japan.

JFR’15 is gathering french-speaking researchers and students in Japan from all disciplines and citizenships in order to enforce discussions among this research community. This one-day event will  take place on Friday, November 13th 2015, at the Maison Franco-Japonaise de Tokyo, with several scientific presentations, posters sessions, professional round-table and an invited talk.

Two types of contributions are proposed:
-presentations (about 20min of talk including questions)
-posters (A0 size, portrait)

The main language of the event is French, but English presentations are possible for non native French speakers, and written material (slides, posters, contributions, etc.) can be in English as well. However, given the nature of the event, a basic understanding of French may be easier to fully benefit from all discussions (but not mandatory).

Attendance is free and open to all, but registration is mandatory for planning purposes. Registration includes the JFR booklet, lunch and evening cocktail at MFJ.
You can already register online and submit your contribution until October 26th 2015.
It is still possible to register as an attendee until November 12th 2015.

For registration and further information, please visit the JFR’15 website
http://www.jfr-2015.org/

For any inquiries, please feel free to contact the organizing team [email protected]

Appel à participation pour les « JFR », « Japanese French Research » Days

Les JFR, précédemment appelés la Journée Francophone de la Recherche, est une occasion annuelle pour la rencontre des personnes qui s’intéressent à la recherche dans le domaine des Sciences et Technologies et Siences Humaines et Sociales.
Elles auront lieu au sein de la Maison Franco-Japonaise à Ebisu du Vendredi 16 novembre au Samedi 17 décembre 2012.  Le soir du 16/11,  il y aura un cocktail dînatoire gratuit grâce à la subvention des organisateurs, notamment l’Ambassade de France et le CNRS.

Les thématiques des journées seront réparties comme suit:
– Vendredi 16 novembre (en anglais) : Thématique sur l’Energie : état de l’art actuel et technologies d’avenir.
– Samedi 17 décembre (en français) : Thématique multi-disciplinarité.

Elles se dérouleront dans une ambiance sympathique, avec plusieurs sessions : sessions plénières par des experts, table ronde par des entreprises, puis mini-présentations par des chercheurs.

Tous ceux qui s’intéressent aux sciences sont cordialement invités à s’inscrire avant le Samedi 10 novembre sur :

http://jfr-2012.org/
(voyez le lien « S’inscrire » en fond bleu).

— NB 1 : Le programme sera finalisé en deux étapes. Dès le 27 octobre, les sessions plénières et la table ronde seront fixées.  Les mini-présentations le seront pour le 2 novembre.

— NB 2: Pour ceux qui souhaitent déjeuner sur place, merci de nous en informer au plus tard le 10 novembre. Un montant de 1000 Yens par personne pour chaque repas sera demandé lors de votre inscription sur place.
Veuillez noter aussi que le 17 novembre, au moment du repas (12h45-13h30), aura lieu l’Assemblée Générale de l’association Sciencescope, co-organisatrice des JFR. Ceux qui s’incriront à l’Association Sciencescope au cours des JFR auront une boîte de Bentô offerte par Sciencescope pour participer à l’Assemblée Générale.

Cette année, les organisateurs travailleront pour:

1 : Promouvoir davantage d’échanges entre les Français et les Japonais
2 : Promouvoir davantage d’échanges entre les Sciences et Technologies et les Sciences Humaines et Sociales.

Le premier jour (le 16/11) sera organisé en anglais, afin que des Japonais qui s’intéressent à la France mais qui ne comprennent pas le français puissent participer, sans barrière linguistique.  Ce même jour, grâce au nouveau Laboratoire International CNRS / Université de Tokyo (Next PV), les derniers avancements sur les technologies du futur pour l’énergie seront exposées.
Le matin, Monsieur Pierre Destruel, co-directeur de Next PV résumera entre autres, dans une session plénière, l’activité de recherche sur les énergies renouvelables au sein de l’Université de Tokyo.  Dans la session de l’après-midi, Monsieur Masakazu Sugiyama, maître de conférence du département d’Électronique en Ingénierie, présentera des dispositifs originaux pour les énergies renouvelables.

La deuxième journée sera consacée davantage aux Francophones.  La matinée sera consacrée à des présentations de chercheurs en sciences et technologies, tandis que l’après-midi sera dédiée au domaine des Sciences Humaines et Sociales.

Les établissements officiels qui collaborent à cet évènement sont :
le Service Sciences et Technologies et le Service Sciences Humaines et Sociales de l’Ambsassade de France, la Chambre de Commerce et d’Industrie de la France au Japon (CCIFJ), le CNRS, la MFJ, les Anciens Boursiers ScIentifiques de France (ABSCIF) et enfin l’Association des Chercheurs Francophones au Japon (Sciencescope).

En tant que secétaire de l’organisation, je qu’un grand nombre de personnes participera aux JFR.

Très cordialement,

MITA Yoshio

Maître de Conférences
Département d’Électronique en Ingénierie, Université de Tokyo.
Professeur d’accueil du LIMMS, CNRS-IIS
Manager de la Plate-forme de microfabrication (Nanotech-Plateforme) site U.Tokyo
Secétaire de l’Association Sciencescope

Maison franco-japonaise – Bureau français | AVIS DE PARUTION DE LA REVUE EBISU No 47

La revue Ebisu. Etudes japonaises, éditée par la Maison franco-japonaise à Tokyo, vient de publier le n° 47 printemps/été 2012 : « Catastrophes du 11 mars 2011, désastre de Fukushima : fractures et émergences ». Ce numéro spécial, coordonné par Thierry Ribault et Christine Lévy, comporte 25 textes d’auteurs japonais et français qui analysent le contexte et les conséquences de la catastrophe du 11 mars 2011.

Vous pouvez en découvrir le sommaire dans l’avis de parution en pièce jointe et aussi en cliquant sur ce lien : http://www.mfj.gr.jp/publications/ebisu/no_47/

Pour commander un exemplaire, veuillez remplir le bon de commande et nous le renvoyer.

Tarif et mode de règlement :
– au Japon : 3.000 yens + 300 yens de frais d’envoi (/volume), par virement bancaire.
– depuis la France et de tout autre pays : 25€ + 5€ de frais d’envoi (/volume), par chèque.

Informations :

Revue Ebisu. Etudes japonaises
Bureau français de la Maison franco-japonaise
3-9-25 Ebisu, Shibuya-ku, 150-0013 Tokyo
Tel : + 81 (0)3 5421 7641
Fax : + 81 (0)3 5421 7651
Contact : [email protected]
HP : http://www.mfj.gr.jp/publications/ebisu/

Diffusé par :
Bureau français de la Maison Franco-Japonaise
3-9-25, Ebisu, Shibuya-ku, Tokyo 150-0013
Accès : http://www.mfj.gr.jp/acces/
Tél. 81-3-5421-7641 / Fax 81-3-5421-7651
© 2012, Maison franco-japonaise, Bureau français

Communiqué de la CRIIRAD – Centrales nucléaires au Japon

Nous reprenons ici un communiqué de la CRIIRAD publié sur le forum et sur le site de l’association : http://www.criirad.org/

Communiqué de la CRIIRAD – Centrales nucléaires au Japon

14 mars 2011

Communiqués, CRIIRAD, Sur le terrain

La CRIIRAD dénonce la sous-évaluation de la gravité des accidents survenus sur la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi et le manque crucial d’information tant sur les quantités de radioactivité rejetées depuis vendredi que sur les niveaux de contamination de l’air. Faute de ces données, il est impossible de se prononcer sur les niveaux de risques radiologiques. Les rares chiffres disponibles empêchent en tout cas de qualifier les rejets de « mineurs » (niveau 4 dans l’échelle INES) ou de « faibles » (déclaration télévisée de Mme Kosciusko-Morizet dimanche matin).

Un classement prématuré

Samedi 12 mars, les autorités japonaises ont classé au niveau 4 de l’échelle INES l’accident survenu sur le réacteur n°1 de la centrale de Fukushima Daiichi alors que l’accident était encore – est toujours – en devenir et que plusieurs autres réacteurs étaient en situation d’urgence radiologique. Les opérateurs de la centrale sont toujours en train de s’exposer à des niveaux d’irradiation très élevés pour éviter que la défaillance des systèmes de refroidissement des réacteurs n°1, 2 et 3 ne se transforme en catastrophe nucléaire. Des mesures extrêmes ont été prises pour refroidir à tout prix les réacteurs (notamment l’injection d’eau de mer en dépit des risques associés).

Le classement au niveau 4 a été enregistré sans correctif par l’AIEA. A notre connaissance, à ce jour, aucune autorité de sûreté nucléaire ne l’a remis en question.

Rappelons que l’échelle dite INES (International Nuclear and radiological Event Scale) classe les accidents nucléaires en fonction de leurs conséquences dans le site et à l’extérieur du site. Concernant les conséquences à l’intérieur du site, le niveau 4 correspond à un « endommagement important » du cœur ou des barrières radiologiques ; dès lors que l’endommagement est « grave », le classement passe aux niveaux 5, 6 ou 7 en fonction de l’importance des rejets de radioactivité à l’extérieur de l’installation, importance qui conditionne évidemment le niveau de risque d’exposition de la population :

– Le niveau 4 correspond à un rejet mineur de radioactivité dans l’environnement ;

– Le niveau 5 à un rejet limité susceptible d’entraîner l’application partielle de contre-mesures prévues ;

– Le niveau 6 à un rejet important susceptible d’exiger l’application intégrale des contre-mesures prévues ;

– Le niveau 7 à un rejet majeur avec effet considérable sur la santé et l’environnement :

A l’appui du classement au niveau 4 de l’échelle INES (endommagement important, mais pas grave, du cœur des réacteurs et rejets mineurs de radioactivité), ni les autorités japonaises, ni l’Agence Internationale de l’Energie Atomique (AIEA) n’ont publié de chiffres : ni sur l’ordre de grandeur des rejets, ni sur leur composition isotopique (nature et proportion des radionucléides présents qui déterminent la radiotoxicité des émissions radioactives) ni sur les niveaux de contamination de l’air à différentes distances de l’installation.

Tout aussi surprenantes sont les déclarations télévisées de la ministre de l’Ecologie qui a qualifié dimanche matin les rejets radioactifs de « faibles », alors même qu’elle reconnaissait ne disposer d’aucun chiffre. Cette qualification se fondait-elle sur l’évaluation des spécialistes de l’IRSN, de l’ASN et d’AREVA qu’elle avait réunis auparavant pour faire le point sur l’accident ? Il serait intéressant de savoir si la minimisation est imputable aux experts officiels (comme en 1986) ou à l’échelon politique.

Selon la CRIIRAD les rejets ne sont ni « mineurs », ni « faibles »

Sur la base des trop rares mesures disponibles, la CRIIRAD réfute formellement ce classement.

Samedi 12 mars, les débits de dose auraient en effet atteint 1,5 mSv/h (milllisievert par heure) aux abords immédiats de la centrale, avant de décroître après les opérations de décompression du réacteur, c’est-à-dire après le rejet de radioactivité dans l’atmosphère. Précisons qu’une valeur de 1,5 mSv par HEURE est de l’ordre de 10 000 fois supérieure au niveau ambiant normal et que la limite de dose réglementaire maximum admissible pour la population est de 1 mSv par AN (de 20 mSv/an pour les travailleurs). Ces niveaux d’irradiation indiquent que les rejets n’ont rien de « faibles » ou de « mineurs ». Une valeur de 100 µSv/h aurait été relevée dimanche par des journalistes à 2 km de l’installation. Si ce chiffre est avéré, il traduit la persistance et l’importance des rejets dans l’environnement.

Un terrible manque de transparence

Si les autorités affirment que les rejets sont mineurs ou faibles, elles doivent le justifier sur la base d’éléments chiffrés, objectifs et vérifiables.

La CRIIRAD demande que soient publiées les évaluations de la quantité totale de radioactivité rejetée par chacun des réacteurs accidentés ainsi que la composition isotopique des rejets. La CRIIRAD demande également la publication des niveaux de contamination de l’air : cartographie des activités volumiques (Bq/m3) pour les radionucléides clefs en fonction de la distance et du temps. Il importe de déterminer l’intensité et les déplacements des masses d’airs contaminées. Les informations disponibles suggèrent en effet que les rejets radioactifs de la centrale de Fukishima Daiichi ont atteint hier la centrale d’Onagawa située à 110-120 km au nord.

Evolutions météorologiques préoccupantes

INFO DE LA CRIIRAD? ORGANISATION OFFICIELLE ET INDEPENDANTE FRANCAISE
Il importe de souligner que plusieurs services météorologiques ont annoncé dimanche que les conditions météorologiques – qui étaient plutôt favorables vendredi et samedi (vents d’ouest) – allaient s’inverser, avec des vents qui devraient désormais souffler vers l’intérieur des terres. Des pluies seraient également annoncées ce qui conduit, en cas de contamination de l’air, à intensifier les dépôts au sol. Dans un communiqué du 13 mars, l’AIEA annonce au contraire que les vents souffleront vers le nord-est, éloignant les rejets radioactifs des côtes japonaises. « In partnership with the World Meteorological Organization, the IAEA is providing its member states with weather forecasts for the affected areas in Japan. The latest predictions have indicated winds moving to the Northeast, away from Japanese coast over the next three days.” L’AIEA n’a pas modifié cette information dans ses communiqués les plus récents. S’agit-il d’une version modifiée de l’anticyclone censé protéger la France en 1986 ?

Ces incertitudes doivent absolument être levées. Pour assurer au mieux la protection de la population, ou plutôt pour limiter au maximum son exposition, il est essentiel de disposer d’informations fiables et en temps réel sur les activités rejetées, sur la vitesse et la direction des vents, sur l’évolution de l’activité de l’air et des dépôts au sol.

Si les informations sur les ordres de grandeur des activités, des concentrations et des doses ne sont pas publiées pendant la phase de crise, il y a fort à craindre qu’il sera très difficile d’établir après coup la réalité des niveaux d’exposition.
Ils ne disent Que ce qui rassure !
bon courage.

Programme des manifestations publiques de la Maison Franco-Japonaise (bureau français, novembre 2010)

La Maison Franco-Japonaise présente son agenda de novembre sur son site :
http://www.mfj.gr.jp/agenda/2010/11/
L’accès aux manifestations de la MFJ (séminaire fermé de recherche exclu) est libre et gratuit, dans la limite des places disponibles. Veuillez vous inscrire auprès de contact[à ajouter @mfj.gr.jp].

Lundi 1er novembre, auditorium, 18 h
http://www.mfj.gr.jp/agenda/2010/11/01/
[ Conférence et concert ]
« Trois compositrices romantiques »
(en français avec traduction)
– Françoise TILLARD
– Affichette au format pdf ici :
http://www.mfj.gr.jp/agenda/_data/2010-11-01_Tillard.pdf

Jeudi 18 novembre, salle 601, 18 h
http://www.mfj.gr.jp/agenda/2010/11/18/
[ Conférence publique ]
« La science est-elle universelle ? »
(en français avec traduction)
– Jean-Marc LÉVY-LEBLOND (physicien)
– Collaboration : Institut franco-japonais de Tokyo

Mardi 23 novembre, auditorium, 9 h – 18 h
http://www.mfj.gr.jp/agenda/2010/11/23/
[ Journée internationale d’études sur la culture alimentaire ]
« Apprendre à cultiver le goût pour revigorer les dynamiques locales –
réfléchir sur les cultures alimentaires du Japon et de la France avec
Olivier Roëllinger, grand chef cuisinier français (trois étoiles) »
(avec traduction simultanée)

Samedi 27 novembre, auditorium, 9 h 15 – 18 h 20
http://www.mfj.gr.jp/agenda/2010/11/27/
http://jfr-2010.org/
« Journée Francophone de la Recherche »
(en français sans traduction)
– Informations, inscription (obligatoire) et soumission en ligne depuis le site internet :
http://jfr-2010.org/
– Contact : contact [à ajouter @jfr-2010.org]
– Co-organisation : ABSCIF, ALFI, Ambassade de France (SST), CCE, CCIFJ, CNRS, LIMMS, Sciencescope, SFJTI

Information diffusée par le
Bureau français de la Maison Franco-Japonaise
UMIFRE 19 CNRS – MAEE
Adresse : 3-9-25, Ebisu, Shibuya-ku, Tokyo 150-0013
Tél. 03-5421-7641 / Fax 03-5421-7651
(c) 2010, Maison franco-japonaise (Bureau français)

29ème Rencontre Scientifique Francophone de Tokyo (RSFT) le samedi 16 octobre 2010

L’association Sciencescope et la Maison Franco-Japonaise (MFJ) ont le plaisir de vous inviter à la 29ème Rencontre Scientifique Francophone de Tokyo qui aura lieu le samedi 16 octobre 2010 en salle 501 de la MFJ à Ebisu (Tokyo), à partir de 14h00. Entrée libre et gratuite.

Programme :
* 14h00 – Dr. Asami Abe, RIKEN Wako
Visualiser les organelles cellulaires par microscopie à fluorescence
* 15h00 – Dr. Luc Bonnefond, Department of Biophysics and Biochemistry, University of Tokyo
La crystallographie aux rayons X, un outil pour voir les enzymes à l’échelle atomique
* 16h00 – Dr. Encarnita Mariotti-Ferrandiz, Immune Homeostasis Unit, RIKEN Yokohama
Les lymphocytes T régulateurs : étude de leur diversité et spécificité
* 17h00 – Buffet

Programme détaillé en français : http://sciencescope.org/article.php3?id_article=136
Programme détaillé en japonais : http://sciencescope.org/article.php3?id_article=137

Pour vous rendre à la Maison Franco-Japonaise, prendre la JR Yamanote ou le métro Hibiya jusqu’à Ebisu, puis suivre le plan: http://www.mfjtokyo.or.jp/guide/guide_f002.html

Journées francophone de la recherche JFR 2010 : Inscriptions ouvertes

Cette annonce est déjà dans le forum de l’association Sciencescope Nous la remettons en avant ici.

JFR’10: Inscriptions ouvertes

Sciencescope a le plaisir d’annoncer l’ouverture des inscriptions pour la JFR’10.
N’hésitez plus, inscrivez vous en ligne depuis le site http://jfr-2010.org et soumettez vos travaux pour une présentation sous forme de poster!

Quelques dates clefs :
# Date limite de soumission des résumés : 24 septembre
# Notification aux auteurs : 15 octobre
# Date limite d’inscription : 19 novembre
# Journée Francophone de la Recherche 2010 : samedi 27 novembre 2010

Nous comptons sur vous!

le bureau de l’association Sciencescope

> Site web de Sciencescope : http://www.sciencescope.org/

> Forum de l’association Sciencescope

Avatar_sciencescope2.jpg