Kôban

De Wiki Japon pratique
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Cet article présente les postes de police japonais appelés "kôban".


Le kôban est une institution japonaise très répandue dans tous les villes du japon. Elle est très pratique et on a recours à ses services en de nombreuses occasions. Par exemple, si on a perdu quelque chose dans la rue ou dans le métro, on a des chances de le retrouver dans un koban ou au bureau des objets trouvés (perdus) des gares.


Le kôban de Shibuya (un des quartiers les plus bigarrés de Tokyo) est très connu pour les renseignements qu'il propose. Les samedis après-midi, une queue d’une dizaine de personnes se forme devant le kôban afin de demander le meilleur chemin pour aller à un endroit ou pour demander où se trouve un magasin.


Le koban est un concentré d’office du tourisme et de centre de recueil des objets perdus. En général les agents sont assez serviables et ils essaient même de communiquer en anglais avec les étrangers. Ces bureaux de police sont appelés couramment « police box ».


Le taux de criminalité étant très bas, les policiers sont plus occupés à donner des renseignements aux habitants plutôt qu’à en recueillir. Le koban est une spécificité japonaise. Le réseau de kobans représente un maillage extrêmement fin des villes. Il y en a au moins un dans chaque quartier qui est occupé par 2 à 6 policiers. C’est une des raisons pour laquelle le Japon est si sûr. Le kôban est donc la police de proximité japonaise.


La taille des kôbans varie mais en général c’est une petite maison de 2 étages qui ne doit pas dépasser les 20 mètres carrés. De temps en temps, les policiers partent faire une ronde avec leurs vélos blancs. À l’avant de leur vélo, il y a un long tube qui permet d’accrocher un long bâton, la matraque de police japonaise. Dans les gros commissariats, il y a toujours un « gros bras » à l’entrée avec un bâton de 120 cm entre les mains. Il est là pour protéger l’entrée du bâtiment et dissuader d'éventuelles tentatives d'intrusion.


Certains petits kôbans qui sont inoccupés la nuit se sont transformés en postes de police hightech. Dès que l’on ouvre la porte du « hightech-kôban », une femme-policier apparaît sur un écran et indique les opérations à effectuer. On peut contacter en urgence le commissariat le plus proche ou consulter la carte du coin.


Afin de sensibiliser la population aux dangers de la circulation, le nombre de blessés et de morts sur la route de la veille est affiché à l’entrée des kôban et des grands commissariats. Ces statisques sont pour le seul quartier ou pour l'ensemble du pays.


Accès direct au forum