Les secteurs d'activité qui recrutent au JAPON.

Échanges de renseignements pratiques sur le travail au Japon, visas de travail, etc.
Avatar de l’utilisateur
jac-kyoto
amateur
amateur
Messages : 136
Inscription : 28 oct. 2005, 09:00
Contact :

Re: Les secteurs d'activité qui recrutent au JAPON.

Message par jac-kyoto »

Bonjour BCG,
Tu es le modérateur et ton avis "fait" loi, mais je ne suis pas d'accord,.. Tu dis:
L'avis de Pascal en vaut un autre. Il s'insurge simplement contre le fait que beaucoup de candidats à la profession d'enseignant ont une orthographe approximative et ne connaissent pas les bases de la grammaire française. Rien de négatif. Il faut comprendre que celui qui veut devenir prof doit faire un effort au moins sur ces plans-là.
Au contraire, c'est très négatif et rien n'autorise Pascal qui sait très bien manier le français pour que l’on ait pas à interpréter ces propos, à faire une généralité voir un fait établi de son avis, et à le ressortir systématiquement dans ses réponses.
Alors de deux choses l'une: si vous voulez enseigner le français et que vous avez la vocation, que vous vous sentez l'âme d'un prof, passez le diplôme idoine. Si vous vous plantez, faites autre chose. Même chose pour tout autre profession, sinon, c'est de l'escroquerie.
Que certains Français fassent profs parce qu’ils ne peuvent pas faire autre chose et ne sont pas aptes a cela (orthographe "SMS", syntaxe/grammaire d'un niveau élémentaire) je n'en disconviens pas.
Mais je n'accepterais pas que sur un Forum, qu’au demeurant j'apprécie beaucoup, on présente comme un fait établi que si on a pas le diplôme de FLE on est un escroc. JE le redis, j'ai vu des profs avec le diplôme de FLE dont les qualités pédagogiques, voir humaines étaient très loin de ce que je demande comme compétence à mes profs non-diplômes notamment. Et Que dire des profs japonais qui ne sont même pas capables de faire un cours entièrement en français, mais enseigne en Fac parce qu’ils ont un diplôme ...?
Mis à part les universités le diplôme FLE s’il n’est pas renforcé par une solide expérience n’a guère d'intérêt pour l’enseignement du français souvent fait à de petits groupes, voir qu’a une seule personne.

ET quand Pascal était lecteur
Je n'ai pas d'expérience d'enseignement du français (sauf en tant que lecteur, en paire avec une prof dans un lycée de Tokyo)
était il un escroc ? Dans ce cas la le diplôme de FLE on peut s’en passer? lecteur OUI prof NON (ou en d’autres termes ce qui est bon pour moi ne l’est pas pour les autres) cela me parais pas très équitable.

Pour finir, je précise que je n’enseigne pas le français, mais que parmi les personnes qui travaillent pour moi il y a des profs et je ne laisserais pas quelqu’un être médisant à leur encontre gratuitement. (et pas seulement des profs qui travaillent pour moi, mais de tous ceux qui même sans diplôme de FLE, font leur travail avec sérieux)

Je partage l’avis de Pascal qu’un certain nombre des Français qui donnent des cours ne sont pas compétent et ne font pas forcement l’effort de le devenir, mais cela ne veux pas dire que c’est valable pour tout le monde, et l’on doit le respect a ceux qui se forment (mémé en autodidacte) passent du temps à préparer leurs cours,...

Avatar de l’utilisateur
Pascal
pro du Japon
pro du Japon
Messages : 1033
Inscription : 22 nov. 2003, 09:00
Localisation : Kyoto

Re: Les secteurs d'activité qui recrutent au JAPON.

Message par Pascal »

Bonjour!

Je remets 100 balles dans le juke box.

Je ne sais pas si tu as remarqué, mais je n'ai jamais parlé de FLE parce que je n'aime pas les
acronymes. J'ai parlé de diplôme.

En ce qui concerne mon expérience de lecteur: j'ai été engagé par un lycée pour travailler en
binôme avec une prof, une vraie. C'est elle qui faisait le cours, et moi je ne faisais que ce qui
m'était demandé, lire, avec une prononciation française. Comme j'ai dû présenter un CV, le
lycée savait que je n'étais pas prof mais ingénieur, et c'est pour cette raison que je
n'enseignais pas. Où est l'arnaque?
Je partage l’avis de Pascal qu’un certain nombre des Français qui donnent des cours ne sont
pas compétent et ne font pas forcement l’effort de le devenir, mais cela ne veux pas dire
que c’est valable pour tout le monde, et l’on doit le respect a ceux qui se forment (mémé
en autodidacte) passent du temps à préparer leurs cours,...
Ma mémé aussi était autodidacte.
Blague à part, ce n'est pas contre ceux dont tu parles que je m'insurge, je dois mal m'exprimer,
mais contre ceux qui ont une qualification (un diplôme) sans aucun rapport avec l'enseignement
du français mais qui s'improvisent profs. Le tout en profitant d'une certaine inconscience locale
qui fait penser que natif = potentiellement prof. Relis bien mes messages, je pense n'avoir jamais
écrit l'acronyme FLE à part dans le présent message, ou alors ce fut par inadvertance dans un
moment de paresse ou pour citer quelqu'un.

Dans les écoles de langue, il y a tout les styles depuis la conscience professionnelle
irréprochable jusqu'à la crapulerie. On a vu ce dernier exemple plusieurs fois dans les journaux
l'an dernier. Il y a probablement un certain contrôle de la qualification des profs dans bien des
écoles, mais il faut tout de même bien admettre que ce n'est pas le cas partout. Dans les écoles
qui ont fait la une à plusieurs reprises, j'imagine que la qualification des enseignants était
secondaire, la seule chose importante étant le tiroir-caisse que le chef finit par emporter
sous le bras.
Je tiens à préciser que je n'ai pas dit "t'as qu"à faire prof".
Bof, suggérer à un diplômé d'éco de devenir ingénieur système est tout aussi délirant.

Pascal

Avatar de l’utilisateur
jac-kyoto
amateur
amateur
Messages : 136
Inscription : 28 oct. 2005, 09:00
Contact :

Re: Les secteurs d'activité qui recrutent au JAPON.

Message par jac-kyoto »

Bonjour Pascal,

Je l'ai déjà dit, je suis d'accord sur le fait qu'être français n'est pas suffisant pour justifier d'enseigner le français et je ne dis pas que natif = potentiellement prof, mais être titulaire d'un diplôme et encore moins d'une "option FLE" a mes yeux non plus.
Combien de BAC+.. maitrise le français parfaitement même dans les options littéraires, il y a bien longtemps qu'à part les professeurs de français (et encore avec indulgence) peu de professeurs sanctionnent les fautes.
Quand a l'acronyme "FLE" il ne me gêne pas puisque utilisé par les universités elles même
Comme ICI http://www.univ-paris3.fr/enseignement/ ... sefle.html
comme j'ai dû présenter un CV, le lycée savait que je n'étais pas prof, mais ingénieur, et c'est pour cette raison que je n'enseignais pas. Où est l'arnaque?
Qui corrigeait la prononciation de tes élèves? si la prof avait besoin d'un français pour avoir une bonne prononciation, ou est sa légitimité a corriger ses élèves et si c'était toi qui le faisais as-tu une formation en phonétique ?
ce n'est pas contre ceux dont tu parles que je m'insurge, je dois mal m'exprimer, mais contre ceux qui ont une qualification (un diplôme) sans aucun rapport avec l'enseignement du français, mais qui s'improvisent profs.
Si je suis ton raisonnement sur les profs non diplômés un animateur doit avoir le BAFA, un prof le diplôme équivalent a ce qu'il enseigne, et donc un ingénieur n'a pas sa place dans une classe il n'est pas forme pour cela...

Diplôme ou pas pour moi cela est secondaire, la capacité a enseigner, et bien sur la maitrise du français sont les seuls critères que je prends en compte. De plus je pense que tu as une méconnaissance de l’enseignement du français dans les écoles de langue, ce qui te permettrait d’avoir un jugement plus nuancé.
On a vu ce dernier exemple plusieurs fois dans les journaux l'an dernier. Il y a probablement un certain contrôle de la qualification des profs dans bien des écoles, mais il faut tout de même bien admettre que ce n'est pas le cas partout.
Entierement d'accord mais cela ne fait pas une généralité, en plus le problème des écoles auxquelles tu fais allusion ne vient pas de la qualification des Profs, mais de l'honnêteté des propriétaires, ce qui n'a rien a voir.

Avatar de l’utilisateur
orlenduz
vétéran
vétéran
Messages : 903
Inscription : 22 juin 2005, 09:00
Localisation : Tokyo

Re: Les secteurs d'activité qui recrutent au JAPON.

Message par orlenduz »

Pascal a écrit :Bonjour!

Je tiens à préciser que je n'ai pas dit "t'as qu"à faire prof".
Bof, suggérer à un diplômé d'éco de devenir ingénieur système est tout aussi délirant.

Pascal
Tu es têtu ! :lol:
Les messages s'adressent aussi aux autres lecteurs du forum! Pas seulement à Tora!
En plus, je connais plusieurs personnes au Japon, des japonaises et japonais, qui sont devenus "system engeneer" en ayant étudié à l'université quelque chose qui n'avait rien à voir avec ça!

Orlenduz, représentant de l'Académie française 8)

Avatar de l’utilisateur
Pascal
pro du Japon
pro du Japon
Messages : 1033
Inscription : 22 nov. 2003, 09:00
Localisation : Kyoto

Re: Les secteurs d'activité qui recrutent au JAPON.

Message par Pascal »

Bonjour!
Entierement d'accord mais cela ne fait pas une généralité, en plus le problème des écoles auxquelles tu fais
allusion ne vient pas de la qualification des Profs, mais de l'honnêteté des propriétaires, ce qui n'a rien a voir.
Mais bien sûr que si, ça a à voir:
Gérant malhonnête
=> embauche n'importe qui pourvu qu'il soit français, pas cher (donc à fortiori beeaucoup de non
qualifiés moins chers) et que le tout fasse entrer du fric
=> multiplication des postes de profs non ou mal qualifiés
=> élèves bais ... grugés
=> escroquerie!!!

Connaissant le français moyen toujours désireux d'épater la galerie, le fait qu'il est possible d'enseigner
sans qualification se sait très vite, ce qui donne l'idée à n'importe qui (au sens qualifié ou non) d'aller
tâter de l'enseignement à 2000 yens de l'heure, moins fatigant et plus distingué qu'usiner dans un restau
à 750 yens de l'heure.
En plus, je connais plusieurs personnes au Japon, des japonaises et japonais, qui sont devenus
"system engeneer" en ayant étudié à l'université quelque chose qui n'avait rien à voir avec ça!
Je serais curieux de savoir ce que tu appelles system engineer. Programmeur?
Quoi qu'il en soit, si l'employeur décide en toute connaissance de cause de former quelqu'un de non
qualifié, où est le problème?

Dans le cas d'un prof, l'étudiant paie cher des cours qu'il pense être de qualité, et s'ils ne le sont pas, il
n'a pas la possibilité de s'en rendre compte. Elle est là, l'arnaque!!!
Qui corrigeait la prononciation de tes élèves? si la prof avait besoin d'un français pour avoir une
bonne prononciation, ou est sa légitimité a corriger ses élèves et si c'était toi qui le faisais as-tu
une formation en phonétique ?
Bon, on ne va pas débattre de l'utilité d'un lecteur dans une classe de langue, c'est une pratique
courante. J'ai eu des lectrices d'allemand (ma première langue étrangère), mes copains en
avaient en Anglais, et il y a des anglophones dans chaque lycée au Japon. Francophone, c'est
plus rare, mais il y avait au moins moi à l'époque. Il suffit comme son nom l'indique de savoir
lire, pas d'expliquer des points de grammaire et il n'existe pas à ma connaissance de formation
de lecteur. Ce qui veut dire que des spécialistes de l'éducation nationale dans tous les pays
semblent unanimes pour juger que cette formation n'est pas nécessaire et que le rôle du
lecteur est non pas d'enseigner la prononciation, mais d'en faire la démonstration seulement.
Si je suis ton raisonnement sur les profs non diplômés un animateur doit avoir le BAFA, un prof le diplôme
équivalent a ce qu'il enseigne, et donc un ingénieur n'a pas sa place dans une classe il n'est pas forme
pour cela...
Bien que j'ignore ce qu'est un BAFA (vu le contexte, brevet d'animateur, au hasard), exactement!
Un ingénieur n'a pas de place de PROF dans une classe de français. À moins qu'il ait en plus
une licence de lettres ou des qualifications pour ce qu'il enseigne.

Pascal

Avatar de l’utilisateur
jac-kyoto
amateur
amateur
Messages : 136
Inscription : 28 oct. 2005, 09:00
Contact :

Re: Les secteurs d'activité qui recrutent au JAPON.

Message par jac-kyoto »

Alors la cela deviens n'importe quoi cela ne concerne pas les profs et leur compétence a enseigner...
Mais bien sûr que si, ça a à voir:
Gérant malhonnête
=> embauche n'importe qui pourvu qu'il soit français, pas cher (donc à fortiori beeaucoup de non qualifiés moins chers) et que le tout fasse entrer du fric
Ou as tu vu qu'il y a une différence de salaire si on a ou pas le FLE
qu'est ce qui te permet d'affirmer que un PROF avec un diplôme de FLE et sans expérience livré a lui même est plus compétent qu'un prof sans diplôme de FLE bien encadré et qui prepare serieusement ses cours?..
Pour toi le diplôme est la preuve de la compétence. Je suis désolé mais je ne suis pas d'accord.
=> multiplication des postes de profs non ou mal qualifiés
=> élèves bais ... grugés => escroquerie!!!
Oui mais qu'est ce qu'etre qualifie? tiens je connais un francais avec une maitrise LEA Anglais/japonais (qui ne savait pas telephoner lui meme pour prendre un billet d'avion, mais a son retour en france il a eu sa maitrise)
selon ton raisonnement puisqu'il est diplômé alors selon toi il peut etre traducteur...

JE LE REDIS il y a des mauvais prof avec ou sans diplome!
tu as le droit d'avoir une opinion mais pas d'être insultant
Quand tu auras travaillé dans une école de langue (pas forcement comme prof) et étudié rellement ce qui se passent (recrutement, formation, preparation,.. mais aussi attente des eleves) et pas juger seulement sur des impressions, des on dit, la on pourra discuter serieusement.
Cela ferait l'objet d'un autre sujet sur un des forums, mais une dimension t'échappe par méconnaissance je pense, les eleves qui viennent suivre des cours de langue dans des ecoles ne recherche pas que l'apprentissage de la langue (et je ne parle pas de trouve une amoureux), et cela ca ne fait pas partie des matières enseignées dans les diplomes de FLE
tâter de l'enseignement à 2000 yens de l'heure, moins fatigant et plus distingué qu'usiner dans un restau à 750 yens de l'heure.

La je suis tout a fait d'accord même diplômé un profs de francais ne vaut peut etre pas 2000 yens. d'ailleurs ce n'est déjà plus le tarif dans beaucoup d'écoles.

Je vais meme aller plus loint je te trouve même quelque part méprisant a l'égard des élèves en pensant qu'ils ne peuvent pas se rendre compte de la qualité de l'enseignement qu'ils recoivent.
Dans des ecole fonctionnant comme NOVA les élèves payent plusieurs mois d'avances et donc ne pouvaient pas facilement arrêter, mais dans beaucoup d'autres ils payent au mois et si les cours ne sont pas bien fait, si le prof manque de serieux, n'est pas a l'écoute, s'il ne fait pas de progrès il ne revient pas le mois suivant.

Une derniere chose
Un ingénieur n'a pas de place de PROF dans une classe de français. À moins qu'il ait en plus une licence de lettres ou des qualifications pour ce qu'il enseigne.
Par quelle magie une licence de lettres fait de quelqu'un un prof de français compétent? tu crois qu'enseigner le français ce n'est que réciter des règles de grammaire? la pédagogie c'est pour les cochons?

Avatar de l’utilisateur
bcg
gorôkôsama
gorôkôsama
Messages : 4960
Inscription : 30 juin 2004, 09:00
Localisation : Tokyo - Nippori
Contact :

Re: Les secteurs d'activité qui recrutent au JAPON.

Message par bcg »

Bonjour,

Vous en avez pas marre -ni honte- d'être hors sujet? Moi si et je suppose que l'auteur du sujet de discussion aussi.
Puisque ça semble maintenant nécessaire, on va scinder cette discussion en 2. Je vous demande quelques instants, j'ai quelque chose sur le gaz...

Tora
amateur
amateur
Messages : 68
Inscription : 05 août 2007, 09:00
Localisation : Entre la Terre et le Ciel

Re: Les secteurs d'activité qui recrutent au JAPON.

Message par Tora »

arigato bcg san!!

Avatar de l’utilisateur
GeeBee
contributeur
contributeur
Messages : 685
Inscription : 28 oct. 2006, 09:00
Localisation : Paris

Re: Les secteurs d'activité qui recrutent au JAPON.

Message par GeeBee »

Je pense que tu devrais surfer sur les sites d'emplois de gaijin pour voir la quantité d'offres par domaine d'activité.
Il est fort probable qu'il te soit demandé un niveau de japonais courant.
Moi qui veux vivre là-bas, je m'accroche pour apprendre le japonais avant d'y aller (au moins les bases).
Mes amies japonaises m'ont souvent inciter à faire "prof de français" mais je ne veux pas renoncer à mon vrai métier car en plus je n'ai pas de diplôme, j'ai tout appris sur le tas donc je n'ai pas envie de repartir en arrière.
Sinon comme tu es encore jeune, essaye un visa working holiday, histoire de tâter le terrain.

Avatar de l’utilisateur
orlenduz
vétéran
vétéran
Messages : 903
Inscription : 22 juin 2005, 09:00
Localisation : Tokyo

Re: Les secteurs d'activité qui recrutent au JAPON.

Message par orlenduz »

Pascal a écrit :Bonjour!
En plus, je connais plusieurs personnes au Japon, des japonaises et japonais, qui sont devenus
"system engeneer" en ayant étudié à l'université quelque chose qui n'avait rien à voir avec ça!
Je serais curieux de savoir ce que tu appelles system engineer. Programmeur?
Quoi qu'il en soit, si l'employeur décide en toute connaissance de cause de former quelqu'un de non
qualifié, où est le problème?


Pascal
C'est bien Pascal, tu sais écrire. Mais tu radotes et ça devient lourd.
Tu reprends l'éxemple des system engineer. Oui il s'agit de programmeurs et justement, pourquoi une école ne pourrait pas décider aussi de former ses profs?

Tu parles des directeurs-escrocs qui se barrent avec la caisse. Mais ça n'a rien à voir avec les profs qui ne touchent pas leur part du butin dans cette affaire! Quand une école de français a fermé l'année dernière, il y a eu des profs diplômés qui se sont retrouvés sur le carreau. Ce n'est pas parcequ'un directeur est malhonnête qu'il recrute des gens malhonnêtes ou incompétents.

J'ai l'impression que finalement tu ne connais pas grand chose aux écoles de langues privées mais qu'en jouant avec les mots tu essayes de faire croire le contraire.

Et puis si tu pouvais éviter de laisser croire que les étudiants se laissent piquer leur argent facilement, ça serait pas un mal! Tu sais ils ne sont pas débiles et savent demander des comptes s'ils ne sont pas satisfaits. D'ailleurs leurs motivations et leurs efforts ne sont pas les mêmes d'un étudiant à l'autre...comme ceux des profs!
Des abus il y en a mais à t'entendre, ce genre d'école est le repère de la pègre.
Mes amies japonaises m'ont souvent inciter à faire "prof de français" mais je ne veux pas renoncer à mon vrai métier car en plus je n'ai pas de diplôme, j'ai tout appris sur le tas donc je n'ai pas envie de repartir en arrière.
Tu as raison! Si tu aimes et que tu connais bien ton métier, il vaut mieux essayer autant que possible de continuer dans ta voie.

Thomasu
accro
accro
Messages : 218
Inscription : 26 déc. 2003, 09:00
Localisation : Kyoto

Re: Les secteurs d'activité qui recrutent au JAPON.

Message par Thomasu »

Il y a des tas de Français qui font prof de français ici, car ils sont Français.
Il y a des tas de Japonaises qui deviennent assistantes dans un cabinet dentaire ou qui travaillent dans des hôpitaux et elles n'ont pas de diplôme pour cela (j'ai des noms !).

Ce qui fonctionne pour des étrangers qui sont recrutés pour ce qu'ils sont et non pas pour leur qualification, cela se fait aussi pour des Japonais ici.
Le marché étant ce qu'il est, c'est-à-dire très concurrentiel, si les étudiants ont affaire à un mauvais professeur, ils iront voir ailleurs.

Avatar de l’utilisateur
orlenduz
vétéran
vétéran
Messages : 903
Inscription : 22 juin 2005, 09:00
Localisation : Tokyo

Re: Les secteurs d'activité qui recrutent au JAPON.

Message par orlenduz »

Thomasu a écrit :Il y a des tas de Français qui font prof de français ici, car ils sont Français.

Le marché étant ce qu'il est, c'est-à-dire très concurrentiel, si les étudiants ont affaire à un mauvais professeur, ils iront voir ailleurs.
Oui il y a de ça...

Enfin, je reconnais avoir fait une gaffe en proposant une candidature de prof de français en pensant à tous ceux qui pouvaient passer par là alors que la demande de Tora n'y correspond peut-être pas.

En tous cas bonne chance à Tora dans sa recherche!

Thomasu
accro
accro
Messages : 218
Inscription : 26 déc. 2003, 09:00
Localisation : Kyoto

Re: Les secteurs d'activité qui recrutent au JAPON.

Message par Thomasu »

Et comme cela a été dit, le Wiki du site est une très bonne source sur ce thème.
Je n'hésite pas à me faire de la pub avec ce lien où j'avais parlé de sites pour le travail au Japon:
8 sites pour un travail au Japon.

Mais comme je le conseille souvent à certains qui m'envoient des mails à ce sujet, mieux vaut venir se faire une idée avec un visa vacances-travail. Jeter un coup d'oeil aux VIE proposés au Japon permet aussi de se faire une idée sur l'offre en direction de Français ici.
Cela tourne très souvent autour de la finance, de l'informatique ou de métiers techniques où les diplômes de Grandes Ecoles sont appréciés. Et si vous ne parlez pas japonais, un très bon niveau d'anglais sera de toute façon demandé.

Avatar de l’utilisateur
bcg
gorôkôsama
gorôkôsama
Messages : 4960
Inscription : 30 juin 2004, 09:00
Localisation : Tokyo - Nippori
Contact :

Re: Les secteurs d'activité qui recrutent au JAPON.

Message par bcg »

Bonsoir,

Comme tu dis, tu n'hésites pas! ;)
Je reprends les infos que tu donnes dans ton blog.
-Daijob. Peut-être le plus récent des sites d'emplois au Japon. Créé par Terrie Lloyd, le plus célèbre des entrepreneurs étrangers au Japon. Si vous ne trouvez pas de job sur ce site, vous pouvez toujours suivre l'exemple de Terrie qui a créé sa première boîte au Japon à 25 ans.
-Gaijinpot. Le numéro 1 des sites de recherches d'emplois pour les étrangers au Japon. Le site a été réalisé par l'agence Information Architects.
-Ecentral. Design le plus réussi selon moi. Cela aide à mieux chercher et donc trouver ! Créé par la Chambre de commerce des USA. Bilingue de rigueur.
-CIVIWEB. Pour une première expérience au Japon et peut-être un vrai départ ici. Le site de CIVI, pour trouver un VIE ou un VIA, au Japon aussi. Pour les moins de 28 ans.
-l'ANPE. Certainement oublié, mais l'Agence française pour l'emploi propose aussi des postes à l'international et au Japon.
-Chambre de commerce et d'industrie française au Japon. LA CCIFJ propose un espace candidat pour s'inscrire dans une base de données qui peut être très utile aux entreprises françaises présentent au Japon. La CCIFJ diffuse un bulletin emploi.
-Plus complet que cette liste, le Wiki de France-Japon.net sur l'emploi au Japon.
-Association Franco-Japonaise pour les Echanges de Jeunes. Site par l'Ambassade du Japon à Tokyo et la CCIFJ. Pour les moins de 30 ans.
-ハローワーク. L'ANPE japonaise en 日本語.
Et comme tu l'as dit, le Wiki est beaucoup plus complet. Je donne l'adresse de la page :
http://france-japon.net/wiki/index.php? ... r_au_Japon

Tora
amateur
amateur
Messages : 68
Inscription : 05 août 2007, 09:00
Localisation : Entre la Terre et le Ciel

Re: Les secteurs d'activité qui recrutent au JAPON.

Message par Tora »

en tout cas merci pour vos infos

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 8 invités