Déménagement du Lycée Franco-Japonais de Tokyo

Échanges d'infos sur les problèmes rencontrés pour l'éducation des enfants au Japon.
Avatar de l’utilisateur
bcg
gorôkôsama
gorôkôsama
Messages : 4941
Inscription : 30 juin 2004, 09:00
Localisation : Tokyo - Nippori
Contact :

Re: Déménagement du Lycée Franco-Japonais de Tokyo

Message par bcg » 08 mai 2008, 21:03

Nsa, vous êtes complètement à côté de la plaque! Et puis, vous êtes toujours aussi agressive?? Je vais créer un nouveau sujet de discussion pour répondre à la dernière partie de votre message afin de ne pas être hors sujet sur le lycée. Je serai en effet obligé de parler de choses plus personnelles et il ne faut pas que la discussion tourne autour d'un seul cas.
Merci de patienter un peu...
En attendant, que le débat se poursuive!
D'autres avis?

Avatar de l’utilisateur
nsa
amateur
amateur
Messages : 62
Inscription : 20 févr. 2007, 09:00
Localisation : Setagaya-ku, Tokyo

Re: Déménagement du Lycée Franco-Japonais de Tokyo

Message par nsa » 08 mai 2008, 22:53

Merci de modérer, et de scinder. Vous faites un bon boulot sur ce site, c'est à signaler.

A côté de la plaque ? J''ai répondu précisément et clairement à votre message, il me semble. Vous espériez qu'en lisant que vous aviez 4 enfants, je compatise et trouve que cela justifie que vous proposiez une modification des tarifs qui vous arrange, sans autre argumentation ? Un débat ce n'est pas fait pour s'envoyer des fleurs et des smilies, ou alors c'est un débat d'OL sur la dernière mode de Shibuya. :mrgreen: J'ai la suite en stock, j'attends votre scission puis je balance.

Avatar de l’utilisateur
ganko
amateur
amateur
Messages : 53
Inscription : 20 mars 2006, 09:00
Localisation : tokyo shirakawa

Re: Déménagement du Lycée Franco-Japonais de Tokyo

Message par ganko » 08 mai 2008, 23:20

Augmenter les frais de scolarites n'est pas une mauvaise idee mais chaque annee les frais d'inscription et de scolarite augmentent deja alors je crois qu'il faudra trouver autre chose.
Je ne veux pas casser le debat et paraitre pour une personne qui ne se "bat" pas pour ses enfants mais comme l'a dit nsa; tout tourne autour de l'argent, quelqu'un ou quelque chose sera gagnant a demenager le lycee , pas nos enfants c'est clair.
Le site ayant deja ete choisi j'ai bien peur que ce debat ne serve qu'a nous defouler.
Je pense que les parents d'eleves defendent au mieux nos interets mais il faudra peut etre trouver de nouveaux moyens de pression...
j'aimerais rajouter que ca fait mal d'entendre nsa parler aussi mal des "petits salaires".
et dire que ma fille ira dans le meme lycee que votre fils... cela dit les enfants ne ressemblent pas toujours aux parents alors je croise les doigts.

Avatar de l’utilisateur
Cable
made in Japan
made in Japan
Messages : 1788
Inscription : 15 oct. 2006, 09:00
Localisation : Shonan
Contact :

Re: Déménagement du Lycée Franco-Japonais de Tokyo

Message par Cable » 10 mai 2008, 03:48

Pour ceux qui n'ont pas suivi, la scission a été faite, et la nouvelle discussion HS par rapport à celle du déménagement du lycée est ici.
Hébergement Web de haute qualité à bas prix: https://www.awakening-hosting.com

Avatar de l’utilisateur
Damax
confirmé(e)
confirmé(e)
Messages : 310
Inscription : 20 déc. 2006, 09:00

Re: Déménagement du Lycée Franco-Japonais de Tokyo

Message par Damax » 11 mai 2008, 05:53

ps: Je ne suis pas élève, ni parent d'élève.
nsa a écrit :[...] Pour stopper l'augmentation des effectifs, on peut soit instaurer des priorités et refouler les excédents ("désolé c'est complet !") , soit augmenter les prix pour dissuader de venir. [...]
Chaque année des élèves sont refusés.
nsa a écrit :[...] Puisque le LFJT a pour vocation l'éducation des Français [...]
Même si le LFJT devenait français à 100% [...]
Si les "Lycées Français" ne prennent que des Français, les écoles Japonaise pourraient ne prendre que les Japonais, donc la 1er université acceptant les étrangers risque d'être loin ... . Le programme étant différent entre le système Francais et Japonais, faire changer un enfant de système lui ferait perdre beaucoup. Dans tout les cas je trouve l'idée du "100% Français" bléssante même si je n'en serai pas victime directement.

L'idée de faire augmenter les frais de scolarité est absurde. Les écoles Français ne sont pas des entreprises, elles ne sont pas là pour faire de l'argent. Personellemnt je suis étudiant dans le privé en France et le coût est presque similaire au lycée de Tokyo alors qu'on ne recoit aucune aide de l'état !

J'ai déjà eu une très long conversation avec un enseignent sur le sujet il y a quelques mois. Il n'y a pas cent mille solution viable faut agrandir, soit par l'accisition d'un troisième batiment, soit par l'unification dans un grand batiment. Personnellement je serai plus favorable à trois petite structure avec chaqu'une sa personalité.

Sihr
bienvenu(e)
bienvenu(e)
Messages : 1
Inscription : 12 mai 2008, 22:03

Re: Déménagement du Lycée Franco-Japonais de Tokyo

Message par Sihr » 12 mai 2008, 22:44

Quand j'ai entendu parler du lieu j'étais réticent, mais à voir certaines réponses sur ce sujet de discussion, si ça peut permettre de faire baisser le nombre d'élèves en gardant à l'écart certains de mes collègues expatriés je vais me mettre à supporter ce choix ...

Il y a des inconvénients c'est sûr, mais avoir une véritable cour de récréation qui ne ressemble pas à un express de la Tôyoko à 20h est une avancée ; j'attendrais d'en savoir plus pour me prononcer personnellement.

Mes réponses à quelques questions :

2. Est-ce le bon moment de vendre Fujimi, un site bien situé en centre-ville ?
J'avais oublié que le but d'un établissement scolaire était de faire de la gestion immobilière ... Je rappelle quand même que le problème originel est celui de la surpopulation, et à lire ce genre d'arguments on pourrait croire qu'on change de club med.

1. Sait-on où se trouve le barycentre des domiciles des enfants qui fréquentent le LFJT ? A mon avis: vers Akasaka, avec un rayon écart-type de moins de 5km. Dans ce cas, ne vaudrait-il pas mieux chercher un site dans la banlieue immédiate ouest ou sud-ouest plutôt que dans la banlieue nord où peu de Français habitent ?
Je ne vous rappelerais pas vos propos sur les personnes qui n'ont qu'à favoir un train de vie fonction de leur choix personnels, ce serait indigne de ma part. Et puis si (J'ajouterai très froidement que si les "Français à faible budget" trouvent le coût du LFJT, ou du fromage, ou du logement, trop cher à Tokyo, libre à eux de partir là où il est moins cher, tout comme librement ils sont venus à Tokyo et y sont restés jusqu'à présent en connaissance de cause. C'est à chacun de faire son équation et décider où habiter puis faire en sorte d'avoir des revenus qui correspondent à son train de vie souhaité.) - si vous trouvez trop cher de déménager pour vos enfants, et bien ...

2. On parle sans cesse de coût et de frais de scolarité, mais le temps passé à atteindre un LFJT éloigné est un coût très important aussi, pour les élèves et pour les parents les accompagnant. Ne vaut-il mieux pas augmenter les frais et rester en plein centre-ville ?
Déménagement expat : gratuit. Hop, le problème est réglé, et vous n'avez pas à faire payer les autres ; il y a des coins très bien près de Asukayama.
Et revoir vos paroles que je viens de citer et qui montrent quelques failles de logique.

Et cette question de plus n'est qu'une partie du problème global. Même si le LFJT devenait français à 100% je suppose que de nouveau la limite de capacité serait atteinte dans qques années ? Mais là, qqu'un connait-il la constitution de la population française de Tokyo pour prédire à long-terme le nombre d'enfants ? Oui elle a crûe systématiquement jusqu'à présent, mais ce trend va-t-il continuer ? Ce serait qd mm navrant que 5 ans après un déménagement coûteux et douloureux on constate le début d'une décrue !
A voir le boom actuel pour le Japon je vois mal la décrue s'amorcer avant 10 ans ... C'est le genre de propos qu'on pourrait utiliser pour bon nombre de projets (un immeuble conforme aux normes anti-sismiques ? mais avec tout ce que ça nous coûte, s'il n'y a pas de tremblement de terre d'ici 5 ans on se sera fait avoir !!)

Je réagis juste au propos agressifs de nsa, mais je suis d'accord sur un point avec elle (lui ?): faire participer les autres pays francophones me paraît logique. Mais pourra-t-on alors parler de franco-japonais ? (Plutôt de francopho-japonais) La structure de tutelle qu'est le MAF ne sera certainement pas prête à l'accepter.

Je pense sinon moi aussi que faire une tarification spéciale entreprise, comme pour l'université ou les MBA, est une solution à évaluer (*2 par exemple). L'entreprise ne peut pas plaider que l'avantage pour le salarié est supérieur à ce qu'il paierait personnellement, ou si peu, et on sait très bien que même si la prise en compte des études intervient au niveau de la négociation du contrat, la correspondance en fixe ou en bonus est encore plus flou que nos chers variables de décembre.

En tout cas, pour avoir vécu à la fois en local et maintenant en expat, je peux dire que les frais sont bien suffisamment élevés pour les premiers et qu'ils sont souvent convenablement ignorés par les deuxièmes, et si le déménagement permet aussi de remédier à ce problème sans trop toucher à la mixité sociale (une école d'enfants d'expats ... je vous laisse imaginer), allons-y.

Avatar de l’utilisateur
bcg
gorôkôsama
gorôkôsama
Messages : 4941
Inscription : 30 juin 2004, 09:00
Localisation : Tokyo - Nippori
Contact :

Re: Déménagement du Lycée Franco-Japonais de Tokyo

Message par bcg » 12 mai 2008, 22:58

Bonsoir,

Merci pour ce nouveau témoignage.
Je réagis juste sur un point. Je suppose que vous parlez du MAE (ministère des Affaires étrangères).
Lorsqu'on voit le projet immobilier lié à la reconstruction de l'ambassade, on peut peut-être se dire que cette institution a bien évolué et serait réceptive à de nouveaux "montages" pour le lycée.
Toutes les propositions sont donc les bienvenues, même les plus hardies.
Alors, pourquoi pas "francopho-japonais". Il faudrait quand même revoir le nom... qui sonne "franco-faux". Mais l'idée est là.
Sihr a écrit :...
Je réagis juste au propos agressifs de nsa, mais je suis d'accord sur un point avec elle (lui ?): faire participer les autres pays francophones me paraît logique. Mais pourra-t-on alors parler de franco-japonais ? (Plutôt de francopho-japonais) La structure de tutelle qu'est le MAF ne sera certainement pas prête à l'accepter...

Avatar de l’utilisateur
parisjapon
amateur
amateur
Messages : 78
Inscription : 29 nov. 2007, 09:00

Re: Déménagement du Lycée Franco-Japonais de Tokyo

Message par parisjapon » 13 mai 2008, 09:52

Je pense que votre débat aboutira si les réponses à toutes ces questions sont données :

- Premièrement, quelle est la raison d'être d'un établissement scolaire de cursus français à l'étranger ?
. est-ce pour donner aux étrangers une culture française ?
. est-ce pour donner aux franco-nationaux une culture française ?
. est-ce pour donner aux français de passage une continuité dans leur scolarité ?
. est-ce les deux premiers cas uniquement ?
. est-ce les deux derniers cas uniquement ?
. est-ce les trois cas ensemble ? dans ce cas, ne faudra-t-il pas mieux ouvrir des lycées à double cursus présentant les enfants aux diplômes de fin d'études dans les deux cursus ?

- Deuxièmement, la France doit-elle être la seule à subventionner ces établissements ou, à l'heure de l'europe, doit-on demander aux autres pays européens francophones de participer à l'effort ? (On peut bien sûr étendre cette question à tous les pays francophones non européens)

- Troisièmement, à quelle génération n'est-on plus franco-nationaux mais nationaux uniquement, d'un point de vue culturelle (la nationalité française pouvant se transmettre par filiation... il n'est pas rare de voir des quatrièmes générations émigrées dans un pays ayant toujours la nationalité française) ?

- d'où quatrièmement la question qui découle : faut-il laisser la place en priorité à un enfant franco-national mais qui a perdu la culture française puisque 4ème génération installée dans le pays, à la place d'un enfant étranger qui lui baigne dans la culture française ?

- d'où cinquièmement : faut-il sélectionner et, si sélection doit-être faîte, par la nationalité ou par le niveau culturel français.

- sixièmement la question du coût des écolages ?
. répondons d'abord à la question d'égalité ? Selon les cultures, la notion "égalité" ne repose pas sur le même principe. Dans le reste du monde (vous savez que la France est une exception), la notion d'égalité passe par "le même prix pour tout le monde". En France, notre notion "égalité" passe par le principe de solidarité : les plus riches payent plus que les plus pauvres. Quel principe adoptons-nous pour nos écoles françaises à l'étranger ?
Gardons en mémoire que le fonctionnement des écoles est assuré par l'état, les écolages (payés personnellement par les parents d'élèves et payés par les entreprises pour leurs détachés ; mais progressivement la scolarité devrait devenir gratuite dans 15 ans pour tous les niveaux) ; et n'oublions pas aussi les dons faits par les entreprises (soit par la construction d'un gymnase, d'une cantine, soit en participant à la construction de la nouvelle école ; et j'imagine que toutes les sociétés françaises présentes au Japon ont été les premières contactées pour leur demander de participer au projet) etc.... etc...

- Septièmement, la question sur la localisation ?
. Soit démolir et reconstruire mais comment faire fonctionner une école le temps des travaux ?
. Soit aller ailleurs. Dans ce cas, ceux qui tiendront vraiment à continuer à mettre leurs enfants au lycée français soit ils auront des temps de transport considérables soit ils seront peut-être obligés de déménager ; les autres choisiront de changer de cursus. Chacun fera en fonction de ses propres priorités.
. Soit ne rien faire mais dans ce cas il faudra sélectionner pour réduire les effectifs et nous bouclons en revenant à la première question.

Avatar de l’utilisateur
parisjapon
amateur
amateur
Messages : 78
Inscription : 29 nov. 2007, 09:00

Re: Déménagement du Lycée Franco-Japonais de Tokyo

Message par parisjapon » 17 mai 2008, 12:50

Je ne pensais pas que mes réfexions mettraient un terme à cette discussion.

Il s'agit de mes interrogations, je n'ai personnellement aucune réponse à ces questions que je me pose.

Avatar de l’utilisateur
bcg
gorôkôsama
gorôkôsama
Messages : 4941
Inscription : 30 juin 2004, 09:00
Localisation : Tokyo - Nippori
Contact :

Re: Déménagement du Lycée Franco-Japonais de Tokyo

Message par bcg » 17 mai 2008, 16:27

Bonjour,

Je ne pense pas que le débat soit clos, au contraire. Vous avez posé des questions qui font réfléchir!
parisjapon a écrit :Je ne pensais pas que mes réfexions mettraient un terme à cette discussion.
Il s'agit de mes interrogations, je n'ai personnellement aucune réponse à ces questions que je me pose.

Avatar de l’utilisateur
LupinIII
contributeur
contributeur
Messages : 640
Inscription : 14 mars 2007, 09:00

Re: Déménagement du Lycée Franco-Japonais de Tokyo

Message par LupinIII » 15 août 2008, 00:12

La gratuite des ecoles francaises a l'etranger fait debat en France suite a la parution d'un article dans le canard enchaine. Ci-apres un lien sur le site du journal Le Monde ou il en est question:

http://www.lemonde.fr/societe/article/2 ... _3224.html

Au fait, quelqu'un aurait-il des nouvelles concernant le demenagement du lycee de Tokyo?

Avatar de l’utilisateur
bcg
gorôkôsama
gorôkôsama
Messages : 4941
Inscription : 30 juin 2004, 09:00
Localisation : Tokyo - Nippori
Contact :

Re: Déménagement du Lycée Franco-Japonais de Tokyo

Message par bcg » 15 août 2008, 07:18

Gratuité des frais de scolarité des expatriés : la polémique s'intensifie
LE MONDE | 14.08.08 | 15h09 • Mis à jour le 14.08.08 | 16h25

L'engagement de Nicolas Sarkozy d'assurer la gratuité des frais de scolarité à l'étranger va-t-il grever les caisses de l'Etat ? Selon le Canard Enchaîné du 13 août 2008, la promesse présidentielle qui a concerné à la rentrée 2007 uniquement les élèves de terminale coûterait "d'ici 10 ans, appliquée du lycée jusqu'au cours préparatoire (...) 713 millions d'euros par an".
L'hebdomadaire s'appuie sur une simulation non publiée de l'Agence pour l'enseignement français à l'étranger (AEFE), un établissement public placé sous la tutelle du Quai d'Orsay. Le ministère des affaires étrangères n'a pas confirmé ce montant.
440 écoles, collèges et lycées français sont répartis dans 135 pays et scolarisent 250 000 élèves, dont 54 % d'étrangers. Plus de la moitié de ces établissements (253) sont sous la responsabilité de l'AEFE. Ils reçoivent à ce titre une subvention de l'Etat, le reste du financement étant assuré par les familles. Avec cette nouvelle disposition, les élèves pourront se faire rembourser leurs frais de scolarité, quels que soient le revenu des parents et le statut des établissements. En moyenne de 3 800 euros par an, ces frais peuvent selon les pays et les écoles atteindre près de 20 000.
La gratuité était l'une des promesses présidentielles du candidat Sarkozy. Dans une lettre adressée aux Français de l'étranger, le président écrivait qu'il "n'est pas normal qu'un enfant français soit exclu de notre système d'enseignement pour des raisons financières ou raisons géographiques". Il proposait que les frais de scolarité des enfants d'expatriés soient "pris en charge par la collectivité nationale" de la seconde à la terminale, voire à terme dès l'école primaire.
Appliquée dès septembre 2007, cette mesure a concerné 4 200 élèves de terminale et déjà coûté 20 millions d'euros. A la rentrée 2008, la gratuité doit être étendue aux lycéens en première et, en 2009 à ceux en seconde.
Hostile à la réforme, le ministre des affaires étrangères, Bernard Kouchner, avait expliqué, lors d'une audition au Sénat le 2 juillet 2008, "avoir beaucoup de mal à convaincre" le chef de l'Etat de ses "inconvénients". "Il y a des gens qui n'en avaient pas besoin", avait reconnu M. Kouchner.
Au sein de l'UMP, la mesure est critiquée, notamment par le sénateur de Haute-Loire Adrien Gouteyron. Sur la base du nombre d'élèves inscrits en 2007, la prise en charge des trois classes de lycée représenterait chaque année, selon lui, près de 50 millions d'euros.
Le 22 juillet 2008, dans un rapport d'information sur la modernisation de l'outil diplomatique, le député, Jean-François Mancel (UMP, Oise) évaluait le coût de la mesure à 300 millions d'euros par an. Le remboursement des frais pourrait en effet pousser certaines écoles à augmenter leurs tarifs, et inciter les entreprises qui jusque-là prenaient en charge les frais de scolarité de leurs expatriés à laisser payer l'Etat.

Catherine Rollot
Article paru dans l'édition du 15.08.08
Copyright Le Monde

ErwanJapon
débutant(e)
débutant(e)
Messages : 35
Inscription : 06 août 2008, 11:29
Localisation : Au bord de la Tamagawa

Re: Déménagement du Lycée Franco-Japonais de Tokyo

Message par ErwanJapon » 18 août 2008, 14:13

nsa a écrit : Questions de timing:
2. Est-ce le bon moment de vendre Fujimi, un site bien situé en centre-ville ?
Ben, le LFJT n'est pas une agence immobiliere et n'a pas a jouer aux speculateurs.
Donc si il doit demenager, il me parait logique qu'il vende ce site pour en acquerir un autre ailleurs.
nsa a écrit : Questions de localisation:
1. Sait-on où se trouve le barycentre des domiciles des enfants qui fréquentent le LFJT ? A mon avis: vers Akasaka, avec un rayon écart-type de moins de 5km. Dans ce cas, ne vaudrait-il pas mieux chercher un site dans la banlieue immédiate ouest ou sud-ouest plutôt que dans la banlieue nord où peu de Français habitent ?
Pourquoi le barycentre des enfants qui fréquentent le LFJT et pas celui des enfants susceptible de fréquenter le LFJT ?
C'est gentil de ne pas tenir compte de toutes les familles pour qui Akasaka et ces environs sont trop chere pour se loger.
En plus, les donnees sont vachement biaisees, car beaucoup de ces familles ont choisi leur appart pour sa proximite avec le LFJT.
nsa a écrit : 2. On parle sans cesse de coût et de frais de scolarité, mais le temps passé à atteindre un LFJT éloigné est un coût très important aussi, pour les élèves et pour les parents les accompagnant. Ne vaut-il mieux pas augmenter les frais et rester en plein centre-ville ?
Ah, parce qu'il est plus facile de se loger au centre ville (Bunkyo-ku, Chiyoda-ku, Shinjuku-ku) que a Kita-ku et environ (Toshima-ku, Iidabashi-ku) ?

ErwanJapon
débutant(e)
débutant(e)
Messages : 35
Inscription : 06 août 2008, 11:29
Localisation : Au bord de la Tamagawa

Re: Déménagement du Lycée Franco-Japonais de Tokyo

Message par ErwanJapon » 18 août 2008, 14:35

nsa a écrit : Eh bien, je ne suis pas du tout d'accord, et je trouve que l'idée de faire payer selon ses moyens (aussi bien pour le LFJT que pour autre chose) pose de graves problèmes théoriques et de société. Déjà les gros revenus payent de gros impôts à l'Etat, Etat qui ensuite finance entre autres les écoles. Alors si les gros revenus payent plus cher les services de l'Etat qu'ils ont déjà financé par leur impôt, cela double la complexité sans avantage évident par rapport à une solution plus simple qui consiste à augmenter les impôts. Je considère donc, et c'est un point de vue "politique", qu'une fois l'impôt acquitté, chacun doit être égal devant les services offerts par l'Etat, les services gratuits bien sûr mais aussi les payants, qui doivent alors afficher un tarif unique pour tous les contribuables.
Si tu resides au Japon, tu ne payes pas beaucoup d'impots en France. Personellement, pas du tout, mais bon, peut-etre as-tu de l'immobilier, des actions ou d'autres sources de revenus en France...
Alors, non, les gros revenus n'ont pas déjà financé par leur impôt (au Gouvernement Japonais) les services de l'Etat (Francais).
Tenir compte du revenu dans les frais de scolarite, c'est une forme d'egalite des chances. Mais toi, tu prefererais peut-etre que les gamins des familles "a faible revenus" ne viennent plus au LFJT, comme ca, plus de surpopulation, et pas besoin de demmenager.
En fait, je pense qu'elle est la la solution.
Mettre les frais de scolarite a 2 Millions Yens / gamins et par an.
Plus de surpopulation, plus de gamins des "Familles a faible revenus" a emmerder les tiens. Bon, ca va etre dur d'obtenir une majorite sur un tel projet...

Avatar de l’utilisateur
LupinIII
contributeur
contributeur
Messages : 640
Inscription : 14 mars 2007, 09:00

Re: Déménagement du Lycée Franco-Japonais de Tokyo

Message par LupinIII » 18 août 2008, 19:28

Pour ma part, quelque soit le prix, je peux payer (je precise que ma boite ne paiera pas). Par contre, j'habite Chuo-ku, et 3 heures de transport aller-retour pour ma fille, ce n'est pas envisageable. Donc, du fait du demenagement a Petaouchnoque-les-bains, ca sera ecole japonaise pres de chez moi. A contre-coeur... Demenager? Impossible, je suis proprietaire. Meme si je demenageais, ca sera moi qui devrait faire 3 heures de transport par jour.... :evil:

Avatar de l’utilisateur
LupinIII
contributeur
contributeur
Messages : 640
Inscription : 14 mars 2007, 09:00

Re: Déménagement du Lycée Franco-Japonais de Tokyo

Message par LupinIII » 27 août 2008, 22:01

Bonjour,

Je relance le sujet car je ne trouve pas de reponse a une question importante: qui decide in fine du demenagement? Qui prend la decision? Les familles ont elles leur mot a dire?

Avatar de l’utilisateur
bcg
gorôkôsama
gorôkôsama
Messages : 4941
Inscription : 30 juin 2004, 09:00
Localisation : Tokyo - Nippori
Contact :

Re: Déménagement du Lycée Franco-Japonais de Tokyo

Message par bcg » 27 août 2008, 22:10

Bonjour,

Tu as raison de relancer ce sujet important. Il semble que certaines associations de parents d'élèves aient des infos mais je ne sais pas si elles les ont publiées sur leurs sites.
Il faudrait aussi poser la question au Service Culturel de l'ambassade.

Avatar de l’utilisateur
capray
débutant(e)
débutant(e)
Messages : 28
Inscription : 17 août 2006, 09:00
Localisation : tokyo

Re: Déménagement du Lycée Franco-Japonais de Tokyo

Message par capray » 27 août 2008, 22:40

Au préalable, il serait intéressant de savoir si d'autres options sont possibles.
Installer une école n'est pas seulement un déménagement après un achat-location, la municipalité a son mot à dire.
L'école française serait elle acceptée partout dans Tokyo ?

Avatar de l’utilisateur
bcg
gorôkôsama
gorôkôsama
Messages : 4941
Inscription : 30 juin 2004, 09:00
Localisation : Tokyo - Nippori
Contact :

Re: Déménagement du Lycée Franco-Japonais de Tokyo

Message par bcg » 27 août 2008, 22:46

Bonjour,

Que voulez-vous dire?
capray a écrit :... la municipalité a son mot à dire.
L'école française serait elle acceptée partout dans Tokyo ?

Avatar de l’utilisateur
parisjapon
amateur
amateur
Messages : 78
Inscription : 29 nov. 2007, 09:00

Re: Déménagement du Lycée Franco-Japonais de Tokyo

Message par parisjapon » 28 août 2008, 00:48

Sur le site du lycée de Tokyo : http://www.lfjt.or.jp/

il y a dans la rubrique administration, un chapitre finance et facturation dans lequel est donné le montant accordé par les entreprises donatrices
Il y a aussi la composition du conseil d'administration et ses attributions avec les comptes rendus d'assemblée.

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 3 invités

WIKI japon pratique