Retour et dépression

Ici, on parle de la société japonaise, de ses problèmes, ses avantages et ses inconvénients.
Avatar de l’utilisateur
kansaijin
amateur
amateur
Messages : 88
Inscription : 21 oct. 2006, 09:00

Message par kansaijin »

Moi, je pense que cela depend de la sensibilite, de la maniere de percevoir les choses de chacun.
Comme je l'ai deja dit, laissons donc l'interesse exprimer ses sentiments reels au lieu de les lui imposer.

Avatar de l’utilisateur
forest
amateur
amateur
Messages : 54
Inscription : 11 juin 2006, 09:00
Localisation : Le Puy en Velay

Message par forest »

Bonsoir,
je rejoins kansaijin, il est difficile de juger
si il y a une durée précise pour entrer dans le choc culturel inversé
à chacun sa sensibilité et surtout à chacun son expérience de son séjour au japon.
personnellement, (puisqu'il faut clarifier) je suis parti un mois rejoindre ma copine que je n'avais pas revu depuis
10 mois, nous avons traversé le japon ensemble en long en large et en travers, en immersion
dans sa famille et avec ses amis avec lesquels je m'exprimais en japonais, un japonais des plus élémentaire bien sur mais c'est déja la base pour s'imprégner d'une culture. J'ai découvert des aspects de son pays que je ne soupconnais pas, j'ai ravisé ma position sur certains points pour ne pas blesser ses proches et pour mieux appréhender par ailleurs leurs propres choix et croyances.
En ce laps de temps il y a eu beaucoup de bouleversements dans ma vie et je rentre en France pour ne retourner au japon qu' 1 an plus tard.
Je ne sais pas si on peut parler de choc culturel inversé, c'est peut être un peu fort, mais ce n'est certainement pas une "déprime post retour de vacances-faut-reprendre-le-boulot."

Pour ce qui est du Zen, j'étais peut être sur mon nuage tout à l'heure (sourire), est-ce du à une envollée lyrique? [EDIT:ah oui, envolée pourquoi j'ai mis deux L (ailes)?] je ne cherchais pas à faire l'apologie du japon ou de son peuple, en fait je pensais plus à l'héritage légué par la philosophie boudhiste, plus en tant que concept spirituel et à son incidence sur certains points de la vie quotidienne, bien sur la majeure partie des japonais ne vit pas de méditation et de receuillement ca se saurait et comme Terao nous l'a rappellé cela n'empechera pas certains d'éructer leur katsudon avec tout le raffinement que cela sous-entend, certains jeunes (et moins jeunes) de reluquer avec avidité la gente féminine, j'en passe et des meilleures.
Dernière modification par forest le 16 déc. 2006, 23:13, modifié 1 fois.

Avatar de l’utilisateur
inthewings
débutant(e)
débutant(e)
Messages : 16
Inscription : 17 nov. 2006, 09:00

Message par inthewings »

Ce n'est probablement pas du choc culturel.
Faudrait-il parler alors de "dépréciation comportementale et environnementale" ?
:?

Avatar de l’utilisateur
jolan
débutant(e)
débutant(e)
Messages : 36
Inscription : 10 juil. 2004, 09:00
Localisation : Yokohama

Message par jolan »

forest a écrit :Bonsoir,
je rejoins kansaijin, il est difficile de juger
si il y a une durée précise pour entrer dans le choc culturel inversé
à chacun sa sensibilité et surtout à chacun son expérience de son séjour au japon.
personnellement, (puisqu'il faut clarifier) je suis parti un mois rejoindre ma copine que je n'avais pas revu depuis
10 mois, nous avons traversé le japon ensemble en long en large et en travers, en immersion
dans sa famille et avec ses amis avec lesquels je m'exprimais en japonais, un japonais des plus élémentaire bien sur mais c'est déja la base pour s'imprégner d'une culture. .
Le choc culturel inverse concerne uniquement les sejours de longues durees, plus d'un an en gros. Il ne s'agit pas de revenir et etre choque par les greves sncf et les gens qui ralent en France. Ce choc n'est possible uniquement apres une longue immersion dans le pays d'accueil, apres s'etre habitue completement a la nouvelle culture dans laquelle on baigne. Ce n'est pas en 3 semaines en famille d'accueil ou dans les bus de nuits du Japon, ou en ecumant les boites de nuit de la capitale que l'on s'habitue au mode de vie japonais. Peut importe la sensibilite des gens, on ne revient pas de 3 semaines du Japon ou tout autre pays en disant "j'ai vecu au Japon". Il y a dans ce choc un certain terrain psychologique, certes, mais surtout un long travail de roulage de bosse, d'impregnation, auparavant qui permet de reellement s'habituer a cette nouvelle culture. 3 semaines en famille d'accueil ne t'aura en aucun cas fait gouter a la vie de tous les jours, le travail, le metro, le dodo, la nourriture qutotidienne, les Japonais et leur environnement, etc.

Cette facon de penser qu'en 3 semaines on a plie un pays, sa culture, son mode de vie, son mode de fonctionnement dans sa valise prouve bien la superficialite extreme et de la "culture instantanee vendue par packs de 3 semaines" de la societe actuelle.

Cordialement,

Avatar de l’utilisateur
Fujijanet
contributeur
contributeur
Messages : 644
Inscription : 18 nov. 2005, 09:00
Localisation : Fukuoka

Message par Fujijanet »

Je decolle dans 4 jours pour la France apres 1 an et demi au japon, ben j'ai pas envie, j'ai mal au ventre, j'apprehende beaucoup. J'ai envie et pas envie en meme temps de retrouver ma famille (jalousie, competition, ralerie, et rapport de force a la francaise ne me manque absolument pas) et j'ai perdu l'habitude au Japon, sais pas si je suis assez forte pour tenir face a eux, j'ai un peu peur de ca.
Bref, la polemique sur c'est quoi le mal du pays, la depression et tout et tout, perso, je m'en fiche un peu, le plus important, c'est surtout de savoir analyser son mal etre, etre conscient de ses besoins, de ses faiblesses, et surtout pas se voiler la face ni avec des reves, ni avec des images toutes jolies de ce que pourrait etre notre vie parfaite!Je crois plus au pere Noel perso!
C'est suffisament vague pour que l'on puisse y trouver ce que l'on veut.... :oops:

Avatar de l’utilisateur
kansaijin
amateur
amateur
Messages : 88
Inscription : 21 oct. 2006, 09:00

Message par kansaijin »

Ben Jolan, il n'a jamais dit qu'il avait en 3 semaines plie le Japon !
C'est toi qui t'enflammes la.

Forest, meme si tu as fait une envolee lyrique, je pense que tu expliques assez bien des aspects du Japon qui le rendent attractif, et cela n'empeche bien sur pas qu'il y ait des aspects moins agreables.

Inthewings, ce serait bien que tu developpes un peu ta derniere phrase, sinon, ta these va etre faite a ta place.

Fuji, bon retour en France !

Avatar de l’utilisateur
yasaka
débutant(e)
débutant(e)
Messages : 32
Inscription : 09 août 2004, 09:00

Message par yasaka »

Bonjour,

J'ai passé plusieurs fois 3 semaines au Japon en touriste, j'y ai des amis, et j'ai reçu un choc en retour à chaque fois que je suis rentré. Mais ce choc augmente à chaque retour, car plus je vais au Japon, et plus j'ai envie d'y retourner.
Et depuis la dernière fois, je ne ne pense qu'à çà.
Mais on ne peut pas parler de dépression, évidemment.

Je vois 2 facteurs :

- d'abord, en rentrant en France, on est vraiment choqué par l'incivilité, la saleté, l'immobilisme, l'agressivité, etc. Mais ce choc est accentué, je pense, par le fait que l'on ne reste pas longtemps au Japon, et que l'on ne fait que du tourisme, donc en 3 semaines de vacances, on voit moins les aspects négatifs.

- ensuite, à chaque fois que je suis allé au Japon, j'ai découvert de nouvelles choses, dans ces circonstances exceptionnelles. Je considère comme un privilège d'avoir pu vivre avec une Japonaise, d'avoir fait des soirées avec ses amis, d'avoir habité chez des Japonais, d'être allé à l'expo universelle, d'avoir assisté à un tournoi de sumo, etc, etc. On compare donc une situation d'exception au Japon avec le train train quotidien en France (métro boulot dodo), train train qui est déprimant quelque soit le pays.

En conclusion, pour savoir s'il s'agti de choc du retour, il faudrait comparer 2 situations comparables : le train train en France et au Japon, ou des séjours touristiques privilégiés dans chacun des deux pays.

Avatar de l’utilisateur
kansaijin
amateur
amateur
Messages : 88
Inscription : 21 oct. 2006, 09:00

Message par kansaijin »

Le pragmatique au Japon est plus reposant, rassurant, propre, rien que pour prendre tout les jours le metro, j'aime le Japon, a n'importe quelle heure, aucun probleme, meme avec un sac vuitton et des bijoux. On est pas tout le temps sur le qui vive, on ne cotoie pas la misere (ou rarement ou dans des endroits precis mais toujours moins miserable et moins agressive qu'en France, mauvais pour le moral), on peut dormir tranquille jusqu'a sa station. Mais qu'est-ce-que c'est agreable. J'ai discute avec une parisienne recemment, elle n'en revient pas. Perso, et j'espere que ca va durer, je n'ai jamais ete victime de main balladeuse (peur de la claque de la gaijine, ou du scandale ?)
Enfin deja de bonnes doses de stress et d'angoisse en moins.

Les cabines telephoniques, meme s'il est rare maintenant de les utiliser ne sont pas deteriorees, taguees, et n'ont pas d'odeurs bizarres.
Et c'est vrai, les gens ne sont pas agressifs et ne toisent pas non plus.

Et il y a aussi, je pense, une chose fondamentale, on se sent respecte, valorise, regarde, voire admire.
Ca me rappelle une fille qui avait pleure pour rentrer en France, elle avait un caractere difficile, mais au Japon, on l'ecoutait, on la complimentait, on ne lui disait pas qu'elle etait une conne (dixit elle).
Cette situation a bien evidemment comme toutes, et nous en avons deja parle, ses revers, mais quand meme, ca marque ca touche, pour peu qu'avant de partir nous ayons eu quelque probleme d'ordre relationnel.
J'ai l'impression que le Japon peut etre en quelque sorte un "iyashi" on peut traduire par "beaume sur le coeur"?

Un ami qui voulait rester la aussi m'avait dit un jour a Takayama," on a une impression de serenite, comme si rien de mauvais ne pouvait arriver"

Le Japon tel qu'il est, avec le francais comme langue officielle, des vacances comme il se doit, tel est mon ideal ! 8)

Avatar de l’utilisateur
ELTdG
vétéran
vétéran
Messages : 857
Inscription : 26 mai 2004, 09:00
Localisation : Dans la jungle / au Japon

Message par ELTdG »

Cansaïgine a écrit :meme avec un sac vuitton et des bijoux.
Bel exemple d'intégration :wink:
Cansaïgine a écrit :Les cabines telephoniques, meme s'il est rare maintenant de les utiliser ne sont pas deteriorees, taguees, et n'ont pas d'odeurs bizarres.
Par chez moi, concernant le peu qui reste, elles sont quand même bardées de publicités licencieuses.
Dans le même genre, pour répondre à ceux qui voient du zen à tous les coins de rizière, on pourrait citer les néons, publicités et panneaux géants des love hotels, bars à hôtesses et autres clubs en tous genres, et pachinkos. Je n'ai pas dit que ça n'existait pas en France, juste que c'était moins visible. Je sais, on peut débattre à l'infini sur ces objets à cacher que je ne saurais voir.

Pour en revenir au sujet qui nous intéresse, je crois que la plupart des cas cités éclairent bien le phénomène. Personnellement, j'y vois trois points :
:arrow: La fin des vacances. Vivre et passer quelques semaines de vacances dans un pays sont deux choses différentes. Quand on doit reprendre son <i>traintrain</i> quotidien et qu'on n'est pas forcément bien dans ses <i>getas</i>, on déprime un peu. Il y a pas mal de japonais qui rentrent de vacances en France qui ressentent la même chose :?
:arrow: Une certaine lucidité sur sa propre culture et son pays. C'est normal, après avoir découvert le Japon (tel Christophe Colomb) de se poser tout un tas de questions existentielles sur la France et les français. L'étape suivante est de se poser les mêmes questions au sujet de la culture qu'on découvre.
:arrow: Un changement d'habitudes. Certains sont réfractaires au changement ou ont besoin de plus de temps pour se re-acclimater.

Par contre, la plupart de ceux qui croient au choc culturel en rentrant me laissent sceptique. Auraient-ils découvert qu'ils étaient moine bouddhiste au fin fond du Japon dans une vie antérieure 8O Je ne vois pas en quoi on a un choc face à un pays qu'on connait déjà. On a à la rigueur une perte passagère d'automatisme ou plus de lucidité sur des choses qu'on considérait normales auparavant mais où est le choc ? Dans la révélation soudaine d'une vérité profonde qu'on refusait de voir à travers un phénomène de surface ? Personnellement, je n'y vois aucune illumination mystique. :|
Parmi les <i>vénérables</i> qui nous entourent, y en auraient-ils qui ont passé des lustres sans rentrer en France et qui ont été surpris par certains changements radicaux inattendus ? S'il y a matière à débattre, elle se trouve sans doute ici, pas parmi les gens qui n'arrivent plus à conduire à droite après un an au Japon.
Terao a écrit :Faudrait peut-être pas pousser mémé dans les orties. Je vais t'en parler de l'influence du zen.
Si tu veux pousser mémé de manière plus zen, je te conseille de visiter avec elle la montagne obasute dans la préfecture de Nagano :wink:
Dernière modification par ELTdG le 12 déc. 2006, 15:25, modifié 1 fois.

Avatar de l’utilisateur
kansaijin
amateur
amateur
Messages : 88
Inscription : 21 oct. 2006, 09:00

Message par kansaijin »

Bel exemples d'intégration
:lol: il s'agit pas de moi, je voulais illustrer avec un exemple type, pour
que tout le monde se represente bien l'image, et je crois que c'est reussi !
la plupart de ceux qui croient au choc culturel
Mais il ne s'agit pas de CROIRE ici mais de constater, d'experimenter, de sentir. Et nous en avons la un temoignage, je ne vois pas pourquoi l'auteur de ce post voudrait mentir :?: et je me joins a lui pour compatir parce que j'ai souvent ressenti la meme chose.

Evidemment il y a des revers, nous sommes sur terre. Et puis, pas necessaire d'etre objectif, le Japon passe par la perception, la personnalite de chacun, c'est la derniere fois que je me repete, sinon je vais commencer a travailler du chapeau :?
En tout cas moi, j'ai note d'apres mon cas et celui de beaucoup de personnes, (hormis les expatries) qu'un retour en France, meme pour des
vacances avait un cote deprimant.
Encore faut-il voir de quelle maniere tu definis un choc culturel.

Pour le zen dans les rizieres, il parait que les japonais auraient un champ de vision tres etroit et qu'ils pourraient se satisfaire de la profondeur de son vert illumine par le soleil, ou du "plouf" que fait une grenouille en sautant dans l'eau sans voir la grisaille industrielle autour.

Cansaigine qui va prendre son the 8)

Avatar de l’utilisateur
ELTdG
vétéran
vétéran
Messages : 857
Inscription : 26 mai 2004, 09:00
Localisation : Dans la jungle / au Japon

Message par ELTdG »

kansaijin a écrit : :lol: il s'agit pas de moi, je voulais illustrer avec un exemple type,
J'avais compris, mais tu avoueras que c'était tentant :lol:
kansaijin a écrit :Et nous en avons la un temoignage, je ne vois pas pourquoi l'auteur de ce post voudrait mentir :?:
Tu me fais dire ce que je n'ai ni dit ni pensé. Il a un malaise, je suis prêt à le croire sur message.
kansaijin a écrit :Encore faut-il voir de quelle maniere tu definis un choc culturel.
:idea: Je crois que nous avons touché du doigt le problème. Personnellement, ma définition n'est pas très éloignée de celle-ci. Tu conviendras donc que j'aie du mal à employer le terme de choc culturel quand on parle du retour en France. Je vous concède à tous les deux l'hyperbole mais je m'inquiète des personnes qui prendraient ça au premier degré.
Je ne présume aucunement de ta réponse mais je serais curieux d'entendre une comparaison des chocs en arrivant au Japon (pour la première fois) et en arrivant en France quand tu rentres du Japon.
kansaijin a écrit :ou du "plouf" que fait une grenouille en sautant dans l'eau sans voir la grisaille industrielle autour.
Effectivement, pour n'entendre que le plouf des grenouilles dans les rizières, il faut être très zen. Il y a une forme d'écriture de <i>urusai</i> qui est : 五月蝿い
Après avoir vécu au milieu des rizières et des grenouilles, j'aurais trouvé 八月蛙い tout aussi adapté. :x

Avatar de l’utilisateur
orlenduz
vétéran
vétéran
Messages : 903
Inscription : 22 juin 2005, 09:00
Localisation : Tokyo

Message par orlenduz »

En fait ca parait assez normal d’avoir un coup de blues de retour de vacances. J’ai deja ressenti ca apres un sejour en republique tcheque. Il faut dire que c’etait une des premieres fois que je depassais la frontiere et que les pays de l’est s’ouvraient depuis peu au monde. Il faut dire aussi qu’il y a des tres beaux coins la-bas et que j’y trouvais les gens vraiment speciaux. Ca restera toujours de supers souvenirs En fait j’ai plus ressenti de « choc » la-bas qu’en debarquant au japon. Mais aussi le Japon a necessite un preparation sur tous les points, notament financierement...
Ceci dit je reconnais beaucoup de choses par rapport a ce qui a ete dit et revient constament de la part des francais qui sont au japon. C’est vrai qu’il y a moins d’agressivite et meme dans une grande ville comme Yokohama, pas de klaxon, pas d’engueulades au pied d’un feu rouge...C’est tres peu subtil mais c’est plutot ca que j’appellerai le « zen » ou la « zenitude » (ne m’en voulez pas je n’y connais rien).
D’ailleurs quand on me dit qu’il ne vaut mieux pas se promener dans telle ou telle rue le soir parcequ’il n’ y a pas de lumiere ou de circulation, j’ai du mal a le croire. En fait je n’arrive pas a sentir le danger nul part ici et ne suis jamais sur mes gardes. Il parait que c’est parceque je ne suis pas une fille et que les hommes n’ont en general rien a craindre ici...
C’est aussi vrai que les gens sont polis, mais en 3 semaines (ca fait un peu plus de 3 semaines) c’est surtout de la politesse commerciale et je vis dans un quartier ou les gens ne sont pas tres habitues aux etrangers. Il y a des fois ou je me suis demande si ce ne sont pas les japonais (quelques uns pas tous) qui ont un choc culturel en voyant ma tete. Mais c’est jamais agressif et je reconnais aussi qu’il y a toujours quelqu’un de sympa et pret a m’aider dans la rue si je cherche mon chemin.
Quelqu’un m’a dit avant que je parte qu’en general, le Japon, on adore ou on deteste. Je ne serai pas aussi categorique. Je trouve que les gens savent s’amuser ici, en depit de conditions de vie pas toujours faciles (pas forcement d’un point de vue financier) et ne se plaignent jamais. J’apprecie beaucoup les gens que je cotoie ici, meme s’il faut toujours degainer l’agenda pour planifier une prochaine rencontre. Je reconnais dans le temoignage de Fujijanet qu’il n’y a pas ce rapport de force a la francaise. Mais mon jugement est fausse car ce sont des amis et j’ai fait connaissance avec certains d’entre eux en France alors...
Mais 3 semaines c’est pas bien epais pour se faire une vraie opinion. Mais pourquoi tu as choisi le Japon Inthewings ? Je ne critique pas du tout ta position mais je pense que ca depend aussi des raisons pour lesquelles ont vient ici, que ce soit en vacances ou a plus long terme.
Ps : exusez pour le pave (sans accents c’est inadmissible), j’avais envie d’ecrire longtemps en francais (l’amour de la langue lol)

Avatar de l’utilisateur
shaahrazade
amateur
amateur
Messages : 191
Inscription : 18 juin 2006, 09:00
Localisation : Beppe

Message par shaahrazade »

Vous me faites peur là tous !
Je suis au Japon depuis plus de 2 ans et je ne suis "rentrée" (chez moi, c'est ici maintenant) en France qu'une seule fois, trois mois après mon arrivée, pour le mariage de mon frère. J'envisage plus ou moins de retourner là-bas aux allentours de la golden-week, mais là, cela fera vraiment plus de deux ans que j'aurais vécu ici sans un seul retour en France. Suis-je condamnée à la déprime en débarquant en France ?
Vaut-il mieux, dans ce cas, prévoir un séjour court (une semaine, 10 jours) plutôt qu'un mois ???
Y a-t-il certains préparatifs que l'on peut faire pour déprimer le moins possible une fois sur place ?

Pour ma part, je ne ferais pas d'envolée lyrique sur le zen, la culture samourai, etc. Je trouve la sécurité du Japon extrêmement reposante, pas de problème pour rentrer tard chez soi le soir, et seule. Je n'ai pas eu droit une seule fois à la main baladeuse, alors qu'en France, la drague lourde à ultra-lourde avec main baladeuse, et pas seulement sur les fesses...
Sans parler du fait qu'en France, j'ai été cambriolée deux fois et ma mère trois...

Mais surtout, et je rejoins Fujijanet sur ce point, c'est l'absence de rapport de force dans le boulot que j'appécie. En France, on aime faire la guerre de tranchée tous les jours en allant bosser, on se "bat" pour ci et pour ça. Les employés font la grève pour leurs droit sociaux et les patrons exploitent. Chacun bien cantoné dans son rôle et on n'envisagerait surtout pas de discuter.
Attention, je ne nie pas les avantages du système français, ce genre de situation a aussi du bon : les français sont aux 35 heures, ne bossent pas le dimanche et ont 5 semaines de congés payés qu'ils peuvent prendre à peu près quand ça leur chante.
La seule chose que je veux dire, c'est que ça ne me convient pas. Je n'envisage pas d'aller tous les matins au boulot pour me battre avec mon chef. Je préfère bosser 70 heures et avoir de bonnes relations avec tout le monde, et pour ça au moins, le Japon, c'est l'Eldorado !

ELTdG
ta définition du "choc", c'est l'abréviaiton de chocolat, c'est ça ?? :wink:

Avatar de l’utilisateur
gounette
amateur
amateur
Messages : 107
Inscription : 11 mai 2004, 09:00
Localisation : Osaka
Contact :

retour difficile

Message par gounette »

moi aussi apres mes deux experiences au Japon, quand je suis rentree en France j'ai eu le choc culturel du retour. par exemple : probleme avec ma famille et mes amis (j'avais l'impression de les ennuyer fortement qd je racontais toutes mes aventures nippones) ; puis contre coup culturel qui peut paraitre anodin mais les files d'attentes en France m'horrifiaient : en fait il n'y en avait pas ; c'est chacun pour soi et vas-y qu'on se bouscule pour avoir une place assise dans le train ou le bus... et puis quand on rentre et qu'on cherche du travail, c'est deux fois plus deprimant... on parle de choc culturel quand on arrive au Japon mais pour ma part ca n'a pas ete fulgurant ; je me suis adaptee tres vite et ca a toujours etonne mes amis ; par contre le retour a ete dur ; je pense que cette sorte de depression a bien dure quelques mois... bon courage a ceux qui rentrent!!

Avatar de l’utilisateur
gounette
amateur
amateur
Messages : 107
Inscription : 11 mai 2004, 09:00
Localisation : Osaka
Contact :

Message par gounette »

je precise : un an a Okinawa et un an a Kyoto ; je suis maintenant a Osaka depuis 8 mois et pas prete de rentrer (definitivement du moins).

Avatar de l’utilisateur
ELTdG
vétéran
vétéran
Messages : 857
Inscription : 26 mai 2004, 09:00
Localisation : Dans la jungle / au Japon

Message par ELTdG »

shaahrazade a écrit :ta définition du "choc", c'est l'abréviaiton de chocolat, c'est ça ?? :wink:
Non, justement ! Il me semble que le choc dont je parle n'est pas instantané et qu'il ne fond ni dans la bouche, ni dans la main. :wink:

Gounette, dans ton exemple, tu avais réellement et sincèrement oublié les contraintes de la vie en France ou c'était une perte d'habitude ou de repère ?

Avatar de l’utilisateur
shaahrazade
amateur
amateur
Messages : 191
Inscription : 18 juin 2006, 09:00
Localisation : Beppe

Re: retour difficile

Message par shaahrazade »

gounette a écrit : (j'avais l'impression de les ennuyer fortement qd je racontais toutes mes aventures nippones)
C'est pas fait pour me rassurer ça....
Déjà quand je suis au téléphone, j'ai l'impression de faire suer (en version polie) les membres de ma famille à mort, si bien que les conversations sont devenues un peu creuses et se sont espacées (aux grands mots d'ordre : "Tu ne nous appelles jamais !!!"). Quand j'essaye de me souvenir de quoi on parlait avant que je parte au Japon, je vois : l'actualité française, l'émission machin sur la 2, les histoires de ma sœur, la météo, etc.
Bref, il est clair qu'il y a eu une grande divergeance en deux ans, l'actualité et la météo françaises, je suis complètement dépassée et si jamais je parle de celles japonaises, ce qu'on veut entendre c'est "c'est comme dans tel reportage" (alors que justement, ça ne l'est pas)...

Bien évidement l'histoire et la langue japonaises.... À côté de ça leur première chemise est un problème existentiel...
Voilà qui m'annonce de belles heures si j'y retourne, bref, j'ai intérêt à me trouver des trucs à faire avant de partir si je comprend bien...

Avatar de l’utilisateur
gounette
amateur
amateur
Messages : 107
Inscription : 11 mai 2004, 09:00
Localisation : Osaka
Contact :

Message par gounette »

tu avais réellement et sincèrement oublié les contraintes de la vie en France ou c'était une perte d'habitude ou de repère ?
non je pense pas que c'etait une perte de repere ; je me sens tellement bien au Japon sur tous les plans (vie professionnelle, affective et sociale) que tout cela me fait oublier les tracas de la vie quotidienne francaise. evidemment j'adore ma famille et mes amis en France, mais ici, je me sens vraiment dans mon element.

Avatar de l’utilisateur
unitylight
bienvenu(e)
bienvenu(e)
Messages : 3
Inscription : 10 févr. 2007, 09:00

Mon expérience

Message par unitylight »


Bonjour,

j'ai vécu au Japon pendant un an avec mes parents et j'ai fait ma classe de première au lycée franco japonais, il y a plus de trente ans.

Quand je suis rentrée j'avais l'impression que les français étaient blasés et que les japonais étaient plus sensibles et spontanés.

Mais voilà, j'étais juste une étudiante qui avait rencontré des étudiants japonais et les contacts avaient été excellents, pendant ce temps là mon père qui avait des responsabilités professionnelles a fait une grave dépression car travailler avec des japonais, c'était un brin compliqué.

En effet, ils sont effectivement très polis, souriants mais ils peuvent vous dire oui et penser non juste pour vous être aimable et dans le cadre du travail c'est plutôt compliqué de travailler dans ces conditions.

Il y a trois ans j'ai rencontré une femme qui est devenue professeur au japon, elle enseignait dans le demaine du papier japonais. Elle m'a raconté l'enfer qu'elle a vécu au niveau relationnel.

Et de lire le livre de d'Amélie Nothombs confirme bien que travailler au japon, ce n'est pas une sinécure.

Le japon, oui dans un cadre de vacances ou d'étudiant mais y travailler pour de longs mois : attention : pas simple.

En tous les cas, c'est bien d'approfondir les causes du mal-être, quel qu'il soit, je reste à ta disposition.

Avatar de l’utilisateur
unitylight
bienvenu(e)
bienvenu(e)
Messages : 3
Inscription : 10 févr. 2007, 09:00

Message par unitylight »

shaahrazade a écrit :Vous me faites peur là tous !
Je suis au Japon depuis plus de 2 ans et je ne suis "rentrée" (chez moi,
Bonjour, voilà que ton témoignage de travail est plus positif que le message que je viens de poster.

Très intéressant : peux tu me dire ce que tu fais comme profession ?

A bientôt

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 0 invité