Des japonais racistes ?

Ici, on parle de la société japonaise, de ses problèmes, ses avantages et ses inconvénients.
Répondre
Avatar de l’utilisateur
judoka
bienvenu(e)
bienvenu(e)
Messages : 6
Inscription : 27 juin 2006, 09:00

Des japonais racistes ?

Message par judoka »

reflet de mon expérience,

J'ai vécu au Japon pendant un an dans le cadre d'un stage de judo. Outre la difficulité première de la langue que je ne parlais pas au début (je parlotte actuellement) j'ai constaté combien il est difficile de rencontrer des japonais. Quand ils sont en groupe (universitaire), c'est quasi impossible. Individuellement C'est quand même plus correct, et ils sont plus agréables et décontractés.

Au japon avec le peu de contact que j'avais, je n'ai pas ressenti de racisme même si j'étais toujours un peu à l'écart.

Par contre il est vrai que depuis mon retour en france, certains japonais que j'ai reçu m'ont surpris. Ma compagne est américaine née à Los angeles de parents chinois (hong kong). le regard des japonais, leur attitude et pour certain leur parole à mon égard concernant ma compagne est quelque fois plus que limite. Un de mes invités m'a un jour pris à part pour me dire qu'il serait mieux que je change de compagne (soit disant parce qu'elle n'était pas très causante et suffisamment aimable). Sous entendu elle n'était pas dans le cadre de bonne relation franco japonaise étant chinoise.

Autre fait remarquable, c'est l'amnésie caractérisée des causes de la 2ème guerre mondiale. En visitant le sanctuaire de Nagasaki, les japonais ne présentent pas les causes de la guerre et se mettent uniquement en situation de victime. (ils ont souffert mais pour qu'elles raisons ?)

Cela n'arrange pas les relations japonaises avec ses voisins asiatiques les visite répétées de leurs dirigeants à Yasukuni n'arrangent pas les relations. Et un professeur de judo japonais de me dire : je ne comprends pas les réactions des chinois la guerre est terminée depuis très longtemps... .

Bien Sûr ce n'est pas une généralité et je mets ça sur le compte que les milieux des arts martiaux sont des milieux très traditionnalistes. Je garde en mémoire le nombre plus important de japonais sympathique que j'ai eu la chance de rencontrer.

Avatar de l’utilisateur
ELTdG
vétéran
vétéran
Messages : 857
Inscription : 26 mai 2004, 09:00
Localisation : Dans la jungle / au Japon

Message par ELTdG »

Salut Judoka,

Merci de nous faire part de tes expériences. Tu as beau prétendre ne dire que des généralités, tu mets quand même le doigt sur des points intéressants.

C'est vrai qu'un groupe d'étudiants japonais n'est pas le cadre idéal pour s'intégrer immédiatement, mais je pense que c'est peut-être valable pour pas mal d'autres nationalités. Je ne pense pas qu'il soit bien plus aisé pour un étranger qui "parlotte" (serais-tu du Sud ?) le français de s'intégrer au milieu d'un groupe d'étudiants français.

Pour ce qui est des réflexions désobligeantes de ton ami japonais, je lui aurais fait remarquer que je changerais en premier d'ami si j'étais toi.

Le problème que tu soulèves sur la seconde guerre mondiale est à mon avis différent de celui du racisme.
L'histoire est écrite par les vainqueurs. Mais il faut bien garder à l'esprit que les deux seules bombes atomiques qui ont été employées en temps de guerre l'ont été sur des villes japonaise. Il y a pas mal de gens qui cherchent encore une "utilité" au largage sur Nagasaki, autre que la simple expérimentation. D'un autre côté, les japonais ne sont peut-être pas toujours conscients des méfaits de leur armée pendant la guerre, et il y a régulièrement des problèmes et des contestations de la Chine et de la Corée concernant les manuels scolaires d'histoire japonais. Tu vois que ça n'est pas simple. Mais une chose est sure, ce qui frappe le plus c'est la différence d'attitude des japonais et des allemands en ce qui concerne le remors sur la guerre. De là vient peut-être aussi une différence dans la réconciliation avec ses voisins. À noter que la situation est bien différente en Asie et en Europe et que l'attitude des Américains a aussi été différente au Japon et en Allemagne...

Avatar de l’utilisateur
judoka
bienvenu(e)
bienvenu(e)
Messages : 6
Inscription : 27 juin 2006, 09:00

Message par judoka »

Quand j'étais au Japon je recevait des journaux français, j'ai souvenir d'avoir lu un article sur un procès fait au Japon concernant des filles coréènnes qui avaient été "employées" par l'armée japonaise dans leur bordel. le journaliste précisait à la fin l'absence significative d'intêret de la part des médias nippons. Aucun journaliste ni télévisions pour retransmettre ce procès. Plus que de l'inconscience, j'ai l'impression d'une volonté délibérée d'amnésie des pages les plus noires de l'histoire.

Je n'ai pas trouvé de film japonais qui reprenne ce sujet. Kuroi ame (magnifique) représente des victimes de la bombe. Le traitement de l'histoire de la 2ème guerre mondiale est vraiment fort différente en Europe.

Le problème soulevé sur la deuxième guerre mondiale, se rapproche du racisme à mon avis. Cette idée autrefois répandue de la supériorité d'un peuple sur l'autre ce qui a déclenché un imperialisme paralèlle à celui entretenu par les nations européènnes (et qui a déclenché les dictatures allemandes et italiennes). la religion shinto ne dit-elle pas que le peuple japonais est d'essence divine ?

Peut-être que les problèmes acutels entre les pays de l'Asie du Sud-est viennent de cette absence de réalité historique. Vous parlez de réconciliation. Il n'y en a pas eue.

quoiqu'il en soit je retourne au Japon dans deux ans avec un groupe d'amis. J'essaierai d'ici là de comprendre un peu plus la culture japonaise et la langue ....

Avatar de l’utilisateur
Hachiryu
tatamisé
tatamisé
Messages : 1209
Inscription : 07 mai 2004, 09:00
Localisation : Nagoya

Message par Hachiryu »

Bonjour Judoka,

Contrairement à l'Allemagne, le Japon semble mettre du temps à accepter certains faits de guerre, mais comme le dit ELTdG, l'histoire est écrite par les vainqueurs.
En ce qui concerne les femmes de réconfort, puisque c'est comme cela qu'un euphémisme les nomme, il y avait effectivement des coréennes et d'autres nationalités également, y compris des japonaises, qui travaillaient dans ces bordels pour l'armée. Récemment, ces cas ont été portés à l'attention du public et certains manuels d'histoire pour le lycée y font référence. Le gouvernement japonais a accepté de payer des compensations (ce ne sera probablement jamais assez pour ces femmes) mais ne veut pas le faire de manière individuelle.
En ce qui concerne les pays d'Asie du Sud Est et leurs relations avec le Japon, il n'y a pas eu de grands mouvements de réconciliation comme on pourrait le concevoir en Europe, mais il ne faut pas oublier que le Japon est un des plus grands donateurs dans la région (bien sûr il y a des visées politico-économiques derrière...). Le traité de San Fransisco de 1951 stipulait que le Japon devait réparation aux nations qu'il avait occupées, mais le Japon ne pouvant payer en monnaie sonnante et trébuchante, a conclu des accords pour verser des compensations en biens et services avec les pays concernés, ou les puissances coloniales qui régnaient sur eux. L'économie de Singapour en particulier doit beaucoup aux investissements japonais et au fait (peu connu et certainement pas rendu public par le gouvernement singapourien, pour des raisons politiques) que le Japon s'est acquitté de ce qui a été appelé la dette de sang alors que l'île obtenait son indépendance. En effet, la Grande-Bretagne avait officiellement renoncé à demander des réparations pour l'île et lorsque Singapour a acquis son indépendance le Premier Ministre de l'époque a remis la question sur le tapis et la question a été conclue en 1967, après des émeutes anti-japonaises savamment encouragées par le gouvernement singapourien qui profitait du fait que les entreprises japonaises s'étaient réinstallées en masse sur l'île peu après la fin de la guerre. Une forme de chantage, autrement dit, si vous voulez rester, il faut payer... ce que le Japon n'a pas manqué de faire.
Le Japon, pendant son occupation de la région et grâce à la création de la sphère de co-prospérité, a semé les germes des mouvements d'indépendance contre les puissances coloniales de la région, en particulier en Indonésie.

Avatar de l’utilisateur
judoka
bienvenu(e)
bienvenu(e)
Messages : 6
Inscription : 27 juin 2006, 09:00

Message par judoka »

Merci de tous ces renseignements.
très intéressant.

Avatar de l’utilisateur
bcg
gorôkôsama
gorôkôsama
Messages : 4961
Inscription : 30 juin 2004, 09:00
Localisation : Tokyo - Nippori
Contact :

Message par bcg »

>> Judoka

Je vous propose de modifier le titre de ce sujet de discussion en:
"Des Japonais racistes"
Chaacun sait bien qu'on ne peut pas mettre tout le monde dans le même sac.

Avatar de l’utilisateur
yasaka
débutant(e)
débutant(e)
Messages : 32
Inscription : 09 août 2004, 09:00

Message par yasaka »

Bonjour,

Evidemment, je ne vais pas donner de réponse à la question posée, aucune réponse toute faite n'était possible. Je veux juste apporter mes quelques réflexions sur le sujet.

1. Sur l'histoire (principalement de la Seconde Guerre Mondiale), je pense qu'il ne faut pas confondre entre la folie expansionniste d'un gouvernement et les sentiments profonds de tout un peuple. On a souvent tendance à considérer que le nazisme et le régime militaire japonais ne sont pas arrivés dans ces pays par hasard. En gros, il y aurait une prédisposition de ces peuples pour ce type de régimes abjects. C'est à mon goût une façon de se dédouaner et de se donner bonne conscience, alors que tout peuple est capable du pire comme du meilleur. C'est aussi une façon de voir raciste.
2. Sur la période de l'Après Guerre, c'est vrai qu'il y a eu réconciliation entre l'Allemagne et ses voisins, et non entre le Japon et les autres pays asiatiques. Mais la situation n'était pas non plus la même. D'abord, les voisins européens de l'Allemangne (et notamment la France) étaient des pays démocratiques, d'une taille équivalente à celle de l'Allemagne, et ayant aussi une volonté de réconcialition. C'est plus facile de se réconcilier avec la France, pays démocratique de 45 millions d'habitants dirigée par un dirigeant courageux comme De Gaulle, qu'avec la Chine, pays totalitaire de 700 ou 800 millions d'habitants, dirigée par un fou sanguinaire comme Mao. Ensuite, l'Allemagne était coupée en deux, et directement menacée par le communisme. Sa seule possibilité était de se mettre sous la protection des pays occidentaux. Le Japon n'était pas aussi menacé que çà, n'étant occupé que par les Américains.
3. Pour revenir à la question de base, des amis me demandent souvent, en attendant une réponse positive, si les Japonais sont racistes. Comme je l'ai dit plus haut, je n'ai pas de réponse à cette question, mais je pense que le fait de la poser est une forme de racisme. En effet, cette question, et la réponse qu'elle implique, revient à dire que les Japonais (donc les autres) sont tous racistes, donc collectivement condamnables car inférieurs à nous, Français, qui bien entendu sommes parfaits, car non racistes et d'une tolérance absolue.

Voilà pour ma petite contribution, j'espère qu'elle n'aura pas été trop longue.

Avatar de l’utilisateur
judoka
bienvenu(e)
bienvenu(e)
Messages : 6
Inscription : 27 juin 2006, 09:00

Message par judoka »

"Je vous propose de modifier le titre de ce sujet de discussion en:
"Des Japonais racistes"
Chaacun sait bien qu'on ne peut pas mettre tout le monde dans le même sac."

Tout à fait, mon objectif n'est pas une classification et ce forum est une erreur de ma part, je voulais juste alimenter un autre forum plus ancien sur le même sujet.
Mais je ne suis pas encore très doué pour ce type de discussions. veuillez m'en excuser.

Cher Hachyryu, vos renseignements sur l'activité du Japon après guerre sont forts intéressants comme je l'avais souligné dans un message dernièrement. par contre j'ai un doute quant à la sphère de co-prospérité... . N'est-ce pas une vitrine pour se donner bonne conscience en France à l'époque il y avait le ministère des colonies. Je pense que les anciennes colonies asiatiques des pays européens se seraient libérées de l'exploitation des puissances européènnes avec ou sans la présence militaire japonaise.


Je reprends votre paragraphe Yasaka : 3. Pour revenir à la question de base, des amis me demandent souvent, en attendant une réponse positive, si les Japonais sont racistes. Comme je l'ai dit plus haut, je n'ai pas de réponse à cette question, mais je pense que le fait de la poser est une forme de racisme. En effet, cette question, et la réponse qu'elle implique, revient à dire que les Japonais (donc les autres) sont tous racistes, donc collectivement condamnables car inférieurs à nous, Français, qui bien entendu sommes parfaits, car non racistes et d'une tolérance absolue.

Oui c'est juste et ce forum nous permettra sûrement de faire le tri et de mieux nous comprendre. Il serait interessant de connaître les mésaventures de japonais en France.

Certains japonais ont tellement idéalisé la France qu'ils ont un tel choc en déscendant de l'avion qu'ils ne voient la France que de l'hôpital où ont les soigne : Choc des cultures ! La France et Paris , ce n'est pas Amélie Poulain. Vive l'acceuil français

Avatar de l’utilisateur
popoatokyo
débutant(e)
débutant(e)
Messages : 12
Inscription : 19 oct. 2006, 09:00
Localisation : tokyo itabashi

Message par popoatokyo »

bonjour
je trouve se sujet tres interssan car j ai aborder le sujet plusieur foi avec mon amie
pour ce qui est de la chine je pence aussi qu il on un probleme d imigration beaucoup de chinoi veulle quiter leur pays et le japon est le reve americain version nihon comme c est asser frequent dans ces cas des personne rentre illegalement au japon ce qui entraine des reso de mafia je ne veux pas generaliser mais une grosse partit des crime au japon son comis par des non japonais dont une majoriter de chinois je pence aussi le faite que l on voi cela a la tele frecament n aide pas vraiment les japonais a changer leur opinion
j espere ne pas etre hor sujet et contribuer a ce sujet

Avatar de l’utilisateur
nikoinkofu
débutant(e)
débutant(e)
Messages : 26
Inscription : 11 oct. 2006, 09:00
Localisation : Kofu, Japon

Message par nikoinkofu »

juste pour dire qu'aujourd'hui je suis allé me ballader a shinjuku. Et qu'est ce qu'il y avait juste en face de la gare? Avec un fantastique fourgon noir style yakusa des jeunes avec drapeau impérial japonais qui scandaient la gloire du grand japon, référence directe au mouvement impérialiste qui a mené à la guerre du pacifique et à l'expansion militaire japonaise. Le racisme japonais existe c'est un fait réel et il ne faut pas le négliger.

Avatar de l’utilisateur
Hachiryu
tatamisé
tatamisé
Messages : 1209
Inscription : 07 mai 2004, 09:00
Localisation : Nagoya

Message par Hachiryu »

mais une grosse partit des crime au japon son comis par des non japonais dont une majoriter de chinois
Hum...., alors, là, je crois qu'il faut vraiment se demander pourquoi on donne toujours le taux de croissance des crimes commis par les non-japonais et jamais celui des crimes commis par les japonais pour pouvoir comparer....j'ai l'impression que ce genre de statistiques n'est donné que parceque, au Japon, on peut encore faire de telles distinction sans que ça soit politiquement incorrect. On pouvait il y a quelques dizaine d'années en France dire qu'un crime avait été commis par une personne d'origine étrangère en insistant sur son physique, maintenant, c'est plus difficile.
je suis allé me ballader a shinjuku. Et qu'est ce qu'il y avait juste en face de la gare? Avec un fantastique fourgon noir style yakusa des jeunes avec drapeau impérial japonais qui scandaient la gloire du grand japon,
le mouvement d'extrême droite dans cette forme, fait peur. Mais, de façon très surprenante, quand on demande aux jeunes Japonais si les Japonais dans leur ensemble sont racistes, ils répondent de façon unanime "NON"....
Je crois qu'il y a vraiment un problème d'évolution des mentalités; en Europe et aux Etats-Unis, il y a autant de racisme, mais on a appris aux populations à le reconnaitre, et on leur a donné des armes pour lutter contre, tandis qu'au Japon, il n'y a pas encore eu ce genre de prise de conscience au niveau politique (on peut dire qu'il n'y a pas de volonté politique de lutter contre le racisme), malgré le grand mouvement qui prônait "l'internalisation" initié il y a une dizaine d'années.

j'ai un doute quant à la sphère de co-prospérité... . N'est-ce pas une vitrine pour se donner bonne conscience en France à l'époque il y avait le ministère des colonies. Je pense que les anciennes colonies asiatiques des pays européens se seraient libérées de l'exploitation des puissances européènnes avec ou sans la présence militaire japonaise.
C'est certain, mais l'occupation japonaise a hâté les choses, surtout pour l'Indonésie. Sukarno avait été entièrement formé par les Japonais.
De toute façon, rien n'est simple et direct dans les relations internationales. il y a des revirements intéressés et intéressants. Jusqu'en 1947, les Etats-Unis ont traité le Japon en ennemi, puis avec l'avénement de la guerre froide, ils ont changé d'optique et ont décidé d'utiliser le Japon à des fins de contrôle du problème dans la région,pendant qu'en Europe ils armaient la Grèce et la Turquie. C'est ainsi qu'ils ont convaincu les pays concernés dans la région et en particulier la Grande-Bretagne, puissance coloniale, de renoncer à demander des réparations pour les crimes de guerre. Également le sort de certains criminels de guerre (dont le grand-père de l'actuel Premier Ministre Abe) a été modifié radicalement grâce aux décisions américaines. De criminel de classe A, le grand-père de Abe a été réhabilité et a pu devenir Premier Ministre lui-même. Enfin, ce sont les Etats-Unis qui ont permis la création du parti au pouvoir au Japon pratiquement sans interruption depuis la fin de la guerre.

Avatar de l’utilisateur
ELTdG
vétéran
vétéran
Messages : 857
Inscription : 26 mai 2004, 09:00
Localisation : Dans la jungle / au Japon

Message par ELTdG »

Hachiryu a écrit :Hum...., alors, là, je crois qu'il faut vraiment se demander pourquoi on donne toujours le taux de croissance des crimes commis par les non-japonais et jamais celui des crimes commis par les japonais pour pouvoir comparer....
Parce que les japonais ne commettent pas de crime, ceux sont uniquement les étrangers. Enfin, c'est ce que j'ai cru comprendre en regardant la télé :?
Hachiryu a écrit :j'ai l'impression que ce genre de statistiques n'est donné que parceque, au Japon, on peut encore faire de telles distinction sans que ça soit politiquement incorrect. On pouvait il y a quelques dizaine d'années en France dire qu'un crime avait été commis par une personne d'origine étrangère en insistant sur son physique, maintenant, c'est plus difficile.
Ça c'est un problème très intéressant et en fait assez vaste si on le creuse. Je vois deux raisons au moins, une propre au Japon, une autre propre à la France, en oubliant volontairement le problème d'évolution des mentalités dont tu parles très bien dans ton post.
Concernant le problème japonais, le peuple japonais est <i>un</i>, unique et indivisible. La part des japonais d'origine étrangère est très réduite, inexistante aux yeux des japonais. Donc quelqu'un qui est d'une origine ethnique différente est <i>forcément</i> étranger aux yeux de bon nombre des japonais. D'ailleurs, ça se vérifie assez facilement quand on leur parle de certains sportifs célèbres qui ont acquis la nationalité japonaise et qui sont de fait des japonais "exactement comme eux". Il y a encore des progès à faire sur ce point-là apparemment, encore une fois, les mentalités mettent un certain temps, voire un temps certain à changer...
Pour ce qui est de la France, une personne qui a "un physique d'origine étrangère" a de forte chance d'avoir la nationalité française au même titre que la plupart des lecteurs de ce forum, et la catégoriser en fonction de ce physique peut-être dans certains cas du racisme. En outre, dans un autre sens, le peuple français bien que multiple et divers (pour ne pas réemployer un adjectif en vogue il y a un peu plus de 5 ans) est lui aussi <i>un</i> et indivisible (mis à part certaines spécificités corses ? :) ), ce qui se traduit par une interdiction des statistiques relatives à l'origine ethnique (alors qu'elles sont possibles dans d'autres pays notamment les États-Unis) et de toute discussion "communautariste". Je ne nie pas l'influence du politiquement correct qui tue dans l'oeuf toute tentative de débat sur le sujet mais il y a aussi un problème jacobin spécifique à la France sur le sujet. D'ailleurs il me semble (si mes souvenirs ne sont pas trop vagues) qu'il y avait eu une note des RG au sujet de l'origine ethnique pendant les "émeutes" et qui a fait couler beaucoup d'encre...

Avatar de l’utilisateur
Hachiryu
tatamisé
tatamisé
Messages : 1209
Inscription : 07 mai 2004, 09:00
Localisation : Nagoya

Message par Hachiryu »

ELTdG a écrit : Donc quelqu'un qui est d'une origine ethnique différente est <i>forcément</i> étranger aux yeux de bon nombre des japonais. D'ailleurs, ça se vérifie assez facilement quand on leur parle de certains sportifs célèbres qui ont acquis la nationalité japonaise et qui sont de fait des japonais "exactement comme eux".
Eh, oui, même les métisses qui font de leur mieux pour être japonais et se sentent japonais n'ont quelquefois pas le droit d'être considérés comme japonais par leurs congénères, en tout cas ne peuvent pas profiter du bénéfice du doute. Exemple, avant même d'avoir ouvert la bouche (et même après que l'interlocuteur a pu remarquer sa parfaite maîtrise du japonais, quelquefois la seule langue que la personne en question connaît), on va parfois lui demander depuis quand elle est au Japon (alors qu'elle y est né....).

Avatar de l’utilisateur
ELTdG
vétéran
vétéran
Messages : 857
Inscription : 26 mai 2004, 09:00
Localisation : Dans la jungle / au Japon

Message par ELTdG »

Hachiryu a écrit :Eh, oui, même les métisses qui font de leur mieux pour être japonais et se sentent japonais n'ont quelquefois pas le droit d'être considérés comme japonais par leurs congénères, en tout cas ne peuvent pas profiter du bénéfice du doute. Exemple, avant même d'avoir ouvert la bouche (et même après que l'interlocuteur a pu remarquer sa parfaite maîtrise du japonais, quelquefois la seule langue que la personne en question connaît), on va parfois lui demander depuis quand elle est au Japon (alors qu'elle y est né....).
Bien vu ! Tant qu'on est dans une <i>disgression familiale</i>, il y a plus fort que le délit de <i>facies</i>, il y a le délit de nom. Depuis que ma femme a décidé d'adopter mon nom (imprononçable pour un japonais normalement constitué), à chaque fois qu'elle va devant l'administration ou un autre service où elle a décliné son indentité, on vérifie préallablement si elle parle bien japonais (question qu'elle ne manque pas de retourner à son interlocuteur). Je précise qu'au premier regard on ne peut pas objectivement douter qu'elle soit japonaise et que son prénom est japonais, orthographié en caractères chinois... Au moins, elle finit par comprendre mon agacement.

Avatar de l’utilisateur
Pierre22
débutant(e)
débutant(e)
Messages : 27
Inscription : 23 août 2006, 09:00

Message par Pierre22 »

Je crois que sans parler de racisme, c'est plutôt une question d'identité nationale... En France, par les grandes différences physiques qui peuvent exister entre deux français lambda (un petit blond aux cheuveux longs et un grand noir avec la boule à zéro) on recherche "l'identite française" ailleurs... Personnellement, ce sera plutôt par rapport à la langue. D'ailleurs, je me suis fait un ami québecquois à Tokyo, et j'ai toujours du mal à le considérer comme non-Français, et j'ai tendance à lui parler de la France comme ci c'était son pays. Ou j'aurais tendance à être fier d'un immigré centre-africain récemment nationalisé qui parle bien Français alors que je dirais d'un Norvégien prononçant 3 mots seulement qu'il abuse !

Mais comme vous l'avez dit, au Japon, un physique un tant soit peu différent est forcément catégorisé Gaijin (à juste titre d'ailleurs)... ce qui je pense ferme les Japonais à la découverte plus en profondeur de cette différence qui n'est pas que physique mais aussi culturelle.
En fait, je pense que s'il y a des Japonais racistes, c'est vraiment du au fait que les critères de différenciations sont si forts qu'ils brident tout ce qui peut les ouvrir aux autres.

Avatar de l’utilisateur
kansaijin
amateur
amateur
Messages : 88
Inscription : 21 oct. 2006, 09:00

Message par kansaijin »

Bonjour,

Je n'ai pas tout lu, mais je vais mettre mon grain de sel aussi puisque j'y suis.
Personnellement je n'ai jamais ressenti de racisme chez les Japonais, je parle racisme en tant que haine, rejet. Je parlerais plutot de xenophobie,
segregation pour nous, occidentaux. C'est d'ailleurs assez lourd, surtout quand des petits faits s'accumulent et s'accumulent :cry:
Il suffit de s'approcher de quelqu'un, un commercant, ou quelqu'un a qui on veut demander son chemin, ils ont des "sueurs froides", on se demande si on est pas "alien", pourtant je ne suis pas imposante, du genre timide meme, brune, et pas immense de taille"
Il y a toujours des murs, ou des pannels a briser lorsqu'on approche les gens. Ben oui, il faut les mettre en confiance les pauvres, mais on ne pense pas a nous, pauvres gaigins esseules dans une mer de japonais :x
Et quand ils ont enfin compris que mon Dieu, on peut parler leur langue, il y toujours cette maniere de parler a un gaigin, et toujours dans l'interculturel pour surtout nous rappeler a tout bout de champ qu'on est le Gaigin, et cette etiquette nous colle comme de la super glue. Et sans cesse ces regards intrigues l'air de dire "qu'est ce qu'elle fait la celle-la, d'ou elle vient ? Heeeein, comment peut-ton etre comme ca, quelle variete en ce monde... Je voudrais voir leur tete a Paris si on leur disait sans cesse "Ni hao" en chinois.
Eh non, ils ne se rendent pas compte, et ils veulent bien faire.
Eh non, ils ne sont pas mechants, mais meme si j'ai accepte ca parce qu'on n'a pas le choix, je suis toujours excedee, et n'hesite pas a leur en parler courtoisement quand l'occasion se presente, histoire de changer un peu les habitudes qui nous pesent, pour un peu plus de comprehension, pour etre consideree en premier lieu comme un humain et pas d'abord comme une gaigine. :x
Meme les hommes ne nous regardent pas comme des femmes mais comme des objets curieux, on dirait qu'ils visitent discretement un musee.
Ca fait du bien d'aller en Europe de temps en temps, et de sentir sur soi des regards d'hommes, ca valorise quand meme !
Voila, c'etait mon coup de gueule, ca fait du bien :D
Allez, je leur fais un petit clin d'oeil en vous disant THANK YOUUUU
de m'avoir lu.
Eh, les gaigin, n'oubliez pas d'etre de bonne humeur hein pour etre fideles a votre image oh yeah ! :P

Avatar de l’utilisateur
ELTdG
vétéran
vétéran
Messages : 857
Inscription : 26 mai 2004, 09:00
Localisation : Dans la jungle / au Japon

Message par ELTdG »

kansaijin a écrit :Meme les hommes ne nous regardent pas comme des femmes mais comme des objets curieux, on dirait qu'ils visitent discretement un musee.
Façon 美術館 ou 博物館 ? Je sais, la réponse va de soi... 8)

Avatar de l’utilisateur
shaahrazade
amateur
amateur
Messages : 191
Inscription : 18 juin 2006, 09:00
Localisation : Beppe

Re: Des japonais racistes ?

Message par shaahrazade »

judoka a écrit : Autre fait remarquable, c'est l'amnésie caractérisée des causes de la 2ème guerre mondiale. En visitant le sanctuaire de Nagasaki, les japonais ne présentent pas les causes de la guerre et se mettent uniquement en situation de victime. (ils ont souffert mais pour qu'elles raisons ?)
De mon côté, quand j'ai visité le musée d'Hiroshima, les massacres japonais en Manchourie et les agissement violents en Corée d'avant la guerre étaient décrits sans complaisance. Cela m'a d'ailleurs surprise parce que je m'attendais à l'amnésie dont on parle ici et que tous semblent déplorer dans la presse étrangère...

N'ayant pas d'enfant scolarisé au Japon, je ne sais ce qu'il en est des manuels scolaires mais il me semble avoir entendu parler, l'année dernière, d'une loi en France qui imposerait de décrire le côté positif de la colonisation dans les manuels scolaires (français). Évidement, cela ne justifie en aucun cas une attitude semblable de la part de tel ou tel autre gouvernement, et je ne sais d'ailleurs même pas si cette loi a été acceptée...

Pour ce qui est des jeunes filles coréenes, chinoises ou japonaises qui servaient à consoler l'armée, ce n'est ni une spécifité de la seconde guerre mondiale, ni une spécifité japonaise. Il est bien qu'il y ait eu procès pour leur offrir réparation mais serait-il nécessaire de faire tout un battage médiatique autour de ces pauvres jeunes filles qui en ont déjà vu des vertes et des pas mures et à qui seraient collées des étiquettes peu reluisantes si elles apparaissaient à la télévision. Je trouve en l'occurence la discrétion de la presse bienvenue, quelles qu'en soient les raisons.

Côté racisme, je n'y ai jamais été confrontée au Japon, alors qu'en France si (bien qu'étant blanche...) mais ce n'est pas comparable car j'ai passé 30 ans en France contre 2 au Japon. Je suis cependant sure qu'il existe au Japon, comme partout ailleurs, j'ai aussi vu passer deux ou trois fois les camions de l'extrême droite et ils sont tout à fait effrayants, tant par le battage qu'ils font que par le discours qu'ils tiennent.
Il y a par contre clairement une très forte méconnaissance de l'étranger et des autres cultures, mais dans la plupart des cas, il y a aussi un désir de connaître et une grande gentillesse. Je n'ai jamais ressenti aussi fortement que Kansaijin la barrière du gaijin, je n'ai jamais eu l'impression d'être regardée comme un objet curieux et je ne dois pas faire peur aux japonais puisqu'ils sont indénombrables ceux qui sont venus me voir spontanément en me disant "teach me english" (ce à quoi je répond "teach me chinese", après tout peut être qu'un finira par m'apprendre le chinois, si j'ai de la chance...). Pourtant, c'est moi qui fait du racisme dans ces cas là, je me met en colère en disant que ces japonais sont "sugoku urusai" avec l'anglais mais ça ne les effraye pas, allez savoir pourquoi... :(

Il y a, dans mon entourage, pas mal de japonais marié avec des chinoises ou des coréenes, certains sont très contents, d'autres moins contents mais cela prouve clairement que le racisme "anti-chinois", s'il existe, est très loin d'être une généralité.

Avatar de l’utilisateur
kansaijin
amateur
amateur
Messages : 88
Inscription : 21 oct. 2006, 09:00

Message par kansaijin »

ELTdG a écrit :
kansaijin a écrit :Meme les hommes ne nous regardent pas comme des femmes mais comme des objets curieux, on dirait qu'ils visitent discretement un musee.
Façon 美術館 ou 博物館 ? Je sais, la réponse va de soi... 8)
Je prefererais la premiere option, mais j'ai plutot l'impression de la deuxieme :?

Avatar de l’utilisateur
orlenduz
vétéran
vétéran
Messages : 903
Inscription : 22 juin 2005, 09:00
Localisation : Tokyo

Message par orlenduz »

Pierre22 a écrit :Je crois que sans parler de racisme, c'est plutôt une question d'identité nationale... En France, par les grandes différences physiques qui peuvent exister entre deux français lambda (un petit blond aux cheuveux longs et un grand noir avec la boule à zéro) on recherche "l'identite française" ailleurs...
Pierre22 a un peu mis le doigt dessus!
Un japonais se décrit japonais car tous ces ancêtres sont japonais (pas toujours mais en général)
De plus le droit du sol n'éxiste pas! j'ai moi-même assisté à une scène édifiante; une japonaise (enfin pas vraiment) visité un appartement qu'une autre japonaise propose à la location pour cause de retour. La visiteuse a tout l'air d'une japonaise avec même une politesse très caractéristique. mais à un moment elle demande: "je suis coréenne, ça pose un problème?"
Car ses parents sont coréens, en dépit de son apparence très japonaise, son passeport est coréen. On m'a confirmé ensuité qu'elle posait la question car la discrimination est courante.
La discrimination il y en a partout mais là j'ai vraiment senti des conditions draconniennes pour dire de quelqu'un qu'il est japonais. Heureusement elle a pu reprendre l'appartement sans problèmes, comme quoi les japonais ne sont pas tous racistes ou xénophobes.
Je trouve que des fois, ils ont une mentalité insulaire éxacerbée, ce qui leur fait penser qu'ils ne foent qu'un, isolés sur leur archipel, depuis des temps très lointains.
Dernière modification par orlenduz le 07 nov. 2006, 00:02, modifié 1 fois.

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 5 invités