Stress-gers in Tokyo

Discussions et questions et sur la langue, la littérature, les matériels pédagogiques et les écoles.
Répondre
Kazunours
débutant(e)
débutant(e)
Messages : 13
Inscription : 13 mai 2015, 01:02

Stress-gers in Tokyo

Message par Kazunours »

Bonjour à tous ^^
Je suis Kazu et je viens d'avoir 34 ans. Mon rêve depuis que j'ai 14 ans : aller au Japon et plus particulièrement à Tokyo. Ce sera chose faite en octobre de cette année, après m'être saignée pour économiser suffisament :lol:
Seulement j'ai un problème : je suis une stressée de la vie pour qui le moindre déplacement même en France devient problématique. Vous savez, le genre qui se lève 45 minutes avant l'arrivée de son train de peur de rater l'arrêt. Voilà vous visualisez ?

Alors oui, cette intro ressemble à un synopsis de livre, mais pas du tout :lol: C'est juste que je me suis dis que des stressés des déplacements dans mon genre, il doit y en avoir un paquet même s'ils osent pas se l'avouer et que, il faut bien l'avouer aussi, les guides de voyages sont concus pour des gens "normaux", qui ne paniquent pas à tout bout de champ. Donc je me suis lancée dans l'écriture d'un guide spécial pour les gens comme moi "Stress-gers in Tokyo" (jeu de mot foireux en rapport avec "strangers in Moscow" ah ah ah), avec tous les conseils tirés de mon expérience actuelle et de tout ce que j'apprendrais en cours de route.

Si vous voulez bien, je vous mettrais ici tout ce que j'écrirais au fur et à mesure, pour que vous me disiez si tout vous parait censé. Et s'il y avait des stressés dans mon genre qui répondaient au sujet, ce serait carrément le top ^^

Kazunours
débutant(e)
débutant(e)
Messages : 13
Inscription : 13 mai 2015, 01:02

Re: Stress-gers in Tokyo

Message par Kazunours »

Allez je me lance :

PARTIE 1
J-10 MOIS
LA PREPARATION

1
La préparation… mentale


Hé oui, ça n'a l'air de rien comme ça, pourtant, c'est probablement l'étape la plus décisive de votre périple.

Pourquoi ?
Tout simplement parce que si, comme moi, vous avez tendance au découragement, au manque de confiance en vous et que vous n'avez personne pour vous donner un coup de pied au derrière virtuel pour vous pousser, vous motiver… vous allez abandonner avant même d'avoir tenté quoi que de soit devant la masse de choses à faire.

Donc, la première chose, déjà, c'est de relativiser. Des gens qui partent seuls à Tokyo, il y en a des millions sans arrêt et ils survivent très bien. Vous n'êtes ni plus bête, ni moins doué ou moins débrouillard qu'eux et, pour peu qu'en prime, vous vous débrouilliez un peu en anglais, c'est très largement faisable. Donc, pas de panique. Avec une organisation en béton armé, vous vous en sortirez parfaitement bien. Par contre, quand je dis "une organisation en béton armé", ce n'est pas une image. Ca induit que vous devez préparer ce voyage au minimum huit mois à l'avance, voire un an. Prenez bien ça en compte. Les personnes "normales" peuvent faire ça un peu en dilettante, pas les stressés comme vous et moi. C'est notre lot.
Donc, il va falloir que les expressions "pas de panique" et "je peux y arriver" deviennent votre devise, un mantra que vous vous répèterez avant et pendant votre séjour, à chaque fois que vous sentirez la panique vous gagner.
Ca peut paraître bête parce que c'est la méthode Coué, mais je vous assure que ça fonctionne.

Conseil : en cas de panique, arrêtez ce que vous faites (sauf si vous êtes sur un passage piéton, hein. Ne faites rien de dangereux quand même), inspirez profondément plusieurs fois et répétez-vous en boucle cette phrase "c'est rien, c'est pas grave, pas de panique, je peux le faire" jusqu'à ce que l'angoisse retombe.

________________________________________________________________________

2
Quand partir ?


C'est la grande question qui va tout déterminer.
Déjà, si vous avez du mal avec les fortes chaleurs, fuyez comme la peste les mois d'été (principalement juillet et août) pendant lesquels la chaleur est proprement étouffante (dixit un ami tokyoïte). Surtout que ce sont les mois propices aux typhons, même s'il est peu probable que l'un d'eux se déclenche pile pendant votre séjour (à moins que vous soyez poissard en plus d'être stressé, mais là vous cumulez quand même).
Les périodes idéales sont le printemps (si vous y allez en avril, vous aurez même la chance de pouvoir participer au Hanami ou contemplation des cerisiers en fleurs, une activité très prisée des japonais) et l'automne où les couleurs des feuilles sont absolument somptueuses.

Pour indication, voilà la moyenne des températures par mois :
Janvier : 6°
Février : 6°
Mars : 9°
Avril : 14°
Mai : 19°
Juin : 22°
Juillet : 26°
Août : 27°
Septembre : 24°
Octobre : 18°
Novembre : 13°
Décembre : 8°

________________________________________________________________________

3
Les formalités administratives et sanitaires


En ce qui concerne les formalités administratives, ne vous prenez pas la tête : si la durée de votre séjour est inférieure à 90 jours… il n'y en a pas, vous n'avez même pas besoin de visa. Tout ce qu'il vous faut, c'est un passeport qui sera toujours valide à la date de votre retour. Et si vous vous rendez-compte qu'il est périmé, pas de panique. En France, le faire refaire prend seulement un mois. Vous êtes donc très largement dans les temps.
Si votre séjour doit dépasser les 90 jours, il vous faudra par contre prendre contact avec l'ambassade du Japon de votre pays pour connaître la marche à suivre.
Pour les formalités sanitaires, vous êtes tranquille aussi : il n'y a pas besoin de vaccins spécifiques.
Elle est pas belle la vie ?

________________________________________________________________________

4
Les billets d'avion


Hé oui, sans eux, pas de voyage, mais leur recherche et leur achat est la partie la plus ennuyeuse de la phase de préparation.
Avant toute chose, si vous êtes salarié, assurez-vous d'abord que les dates de congés que vous avez choisies, sont formellement acceptées par votre employeur. Il serait dommage d'acheter des billets d'avion et de ne pas pouvoir les utiliser, avouez-le.
Je vous déconseille fortement de passer par une agence de voyages pour prendre vos billets, car elles prennent une commission et des frais de dossier, de plus, comme elles traitent en direct avec les compagnies aériennes, les tarifs proposés sont très souvent élevés.
Préférez donc l'achat en ligne, qui vous permet de trouver les meilleurs tarifs en quelques clics grâce à des sites comparatifs. Cela étant, comme il en existe des dizaines et que vous risquez de vous y perdre, je vous donne celui que j'ai utilisé et qui a l'avantage d'être intégré à un calculateur de budget, sur un site très bien fait et truffé de bons conseils :

http://www.kanpai.fr/calculer-budget-voyage-japon

Renseignez toutes les cases et le site vous indiquera le budget moyen dont vous aurez besoin pour votre voyage, tout poste de dépense confondu.

Vous pouvez aussi passez par le comparateur de tarifs Opodo. C'est ce que j'ai fais et j'ai trouvé un aller-retour Paris-Tokyo sur Qatar Airways pour 573€ seulement. Hé oui, en vous y prenant très longtemps à l'avance, vous pouvez même bénéficier de tarifs très compétitifs.

En ce qui concerne le vol en lui-même, vous pouvez en prendre un direct, ce qui vous évitera un très long trajet, mais ceux-ci sont vraiment très chers comparés à ceux qui comportent une escale.
Si vous choisissez un vol avec escale, faites attention au lieu et à la durée de celle-ci (les informations qui lui sont relatives sont indiquées quand vous cliquez sur le vol dont les horaires vous intéressent).
Par exemple, vous pouvez avoir un vol peu cher avec une escale à Moscou, MAIS il faut savoir que, même pour rester dans l'aéroport, il faut un visa, que celui-ci coûte environ 65€ et que vous restez quarante-huit heures en escale.

Conclusion : il vaut donc mieux mettre un peu plus cher et avoir une escale très courte dans un pays des Emirats (à Doha, Dubaï ou Abu Dhabi).
Vérifiez donc bien tout en détails, même si ça vous prend du temps.
Vous avez tout bien regardé ? Vous pouvez donc les acheter directement et vous aurez ainsi accompli l'une des principales étapes préparatoires.
Vous devez vous sentir soulagé d'un poids là non ? Vous sentez cette odeur de vacances ou pas encore ? Non, pas encore ? Alors allons à la suite.

Avatar de l’utilisateur
Cable
made in Japan
made in Japan
Messages : 1788
Inscription : 15 oct. 2006, 09:00
Localisation : Shonan
Contact :

Re: Stress-gers in Tokyo

Message par Cable »

C'est gentil de partager, tu vas peut-être rassurer d'autres personnes. Continues!
Déjà, si vous avez du mal avec les fortes chaleurs, fuyez comme la peste les mois d'été (principalement juillet et août) pendant lesquels la chaleur est proprement étouffante (dixit un ami tokyoïte).
Il y a donc des gens qui n'aiment pas la chaleur! (je plaisante)
Moi ce sont les mois que je préfère, mais c'est vrai qu'on peut monter à 40 degrés avec plus de 90% d'humidité (c'est toujours mieux qu'à Hong Kong ou Singapour je pense). A Tokyo où on se sent oppressé entre les buildings, c'est vrai que c'est pas toujours drôle, mais... je sais pas, je préfère de beaucoup à l'hiver.

Maintenant, quand je vais en France, même en plein été, je trouve qu'il fait toujours trop froid :)
Surtout que ce sont les mois propices aux typhons, même s'il est peu probable que l'un d'eux se déclenche pile pendant votre séjour
C'est surtout Septembre je trouve, mais oui la période semi-officielle est de Juin à Septembre. On en a eu un hier d'ailleurs (codename: Noul).
Si vous venez 3 semaines entre Août et Septembre, euh si, les chances de s'en prendre un sont énormes. Mais sur Tokyo et alentours, il y a peu de risques en cas de typhon, du moment qu'on reste chez soi.

Sinon, saison de la pluie de mi-Juin à mi-Juillet, souvent un temps pourri en permanence.

Kazunours
débutant(e)
débutant(e)
Messages : 13
Inscription : 13 mai 2015, 01:02

Re: Stress-gers in Tokyo

Message par Kazunours »

5
L'hébergement


Où allez-vous vivre pendant votre séjour ? Quel sera votre point de chute quotidien après vos folles équipées dans Tokyo ? Où irez-vous vous écrouler, épuisé mais heureux ?
Vous avez plusieurs possibilités :

A - L'hôtel classique
Attention, cette solution est fortement déconseillée si vous n'avez pas un très gros budget, car une nuit en plein Tokyo va souvent chercher dans les 100€. Le confort est, bien sûr, optimal, mais ça reste très cher.

B - La guesthouse
En gros, une maison qui a été partagée en plusieurs chambres allant de un à cinq lits pour les plus grandes, avec parties communes (salle de bain, toilettes, cuisine, salon/salle à manger). Les tarifs sont plutôt abordables et vous pouvez rentrer vous faire à manger au lieu de prendre vos repas à l'extérieur, l'inconvénient est qu'il faut réserver en ligne en payant souvent une avance sur internet (le reste sera à régler sur place). Certaines guesthouse demandent de régler un mois complet même si vous ne restez que 15 jours, cependant, je vous donne une bonne astuce :
si vous allez dans une K's House (http://www.kshouse.jp/tokyo-e/rates/index.html), vous ne réglez que le nombre exact de nuits de votre séjour (notez juste que si vous prenez une chambre seul, il vous faudra régler 300¥ de plus le samedi, mais bon, ça correspond à environ 2,50€ alors ce n'est pas grand-chose).

C- L'auberge de jeunesse
Accessible à tous sans restriction d'âge malgré ce que laisse entendre son nom, elle suit le même mode de fonctionnement que la guesthouse, à ceci près que toutes les chambres sont des dortoirs. Vous ne pourrez donc pas avoir votre propre chambre. A éviter, donc, si vous n'êtes pas fan du fait de cohabiter avec des inconnus.

D – Le Air BnB
Ce sont, en gros, des chambres ou des studios (voir plus grand) mis à disposition des touristes par des habitants de la ville. Si vous avez beaucoup de chance, vous pouvez même être hébergé directement dans une famille (ce qui vous apprendra un peu de japonais aussi par la même occasion).
Le site (https://www.airbnb.fr/) est en français et vous demandera peu de choses : remplir une fiche de présentation la plus complète possible (ce qui est normal, les gens ne vont pas accueillir n'importe qui chez eux) puis, une fois le logement de vos rêves trouvé, d'entrer vos informations bancaires pour le futur prélèvement (qui ne sera fait que si l'habitant valide votre demande et il a 24h pour le faire) et parler un peu de vous à votre futur ooya-san, c'est-à-dire votre futur logeur.
Vous l'aurez deviné, c'est ce que je recommande, car il y en a vraiment pour tous les prix et c'est quand même plus sympa d'être logé chez l'habitant.

Dans les possibilités, j'ai volontairement fait l'impasse sur les capsule hotel, parce que ce mode d'hébergement n'est pratique que pour une ou deux nuits isolées, pas pour un séjour plus long. Cela étant, les tarifs sont apparemment très corrects si vous y tenez vraiment, mais je n'ai évidemment pas testé.

__________________________________________________________________________________________
6
La restauration


Là encore, pas de prise de tête si vous n'avez pas l'intention de manger au restaurant matin, midi et soir.
Si vous avez choisi l'hébergement en guesthouse ou air b'n'b, vous pourrez tout simplement aller acheter au combini local ce qui vous fera plaisir et revenir le manger ou le faire cuire dans la cuisine.
Si vous décidez de manger à l'extérieur, sachez que les stands de ramen, soba et autres pullulent et proposent de la nourriture à moins de 500¥.

__________________________________________________________________________________________

7
Les bagages


Maintenant que vous avez vos billets d'avion, il est temps de vous pencher sur la politique de bagages propre à la compagnie que vous avez choisie. Faites attention, car vous avez droit à un poids et une dimension (longueur + largeur + profondeur) maximaux pour vos valises.

Exemple : la compagnie Qatar Airways par laquelle je suis partie, autorise jusqu'à 30kg et 300cm en classe économique (la majeure partie des compagnies autorisent seulement jusqu'à 20kg et les vêtements pèsent lourd, donc faites attention). J'ai du vérifier que la grosse valise aux trois quarts vide que j'emportais ne dépassait surtout pas les 300cm. Même chose pour le poids, il s'applique à tous les bagages voyageant en soute.
Je vous conseille donc d'investir dans un pèse-bagages et de regarder le poids des bagages à vide, puis pleins. Munissez-vous aussi d'un mètre ruban.


Ensuite il y a les bagages cabine. Pour ceux-là, il est préférable de ne pas vous encombrer, même si le vol est très long. Pensez qu'il vous faudra les porter en plus de vos bagages, dans les transports entre l'aéroport de Narita (ou Haneda) et le lieu de votre hébergement. Et surtout, les bagages cabine, eux aussi, ont des dimensions et un poids maximal à respecter.

Exemple : Qatar Airways autorise 7kg et les dimensions 50X37X25.

Si vous décidez de prendre votre ordinateur portable (très fortement recommandé, aussi bien pour les vols que pour votre séjour, puisqu'internet représentera à la fois votre seule source de contacts et votre unique source d'information dans votre langue), pensez à tirer partie de toutes les pochettes que comporte sa sacoche pour ranger un maximum de choses : un livre, une console portable et des jeux… Bref tout ce dont vous pouvez avoir besoin pour vous divertir (17h c'est long, fois deux plus deux escales encore plus).
Tout cela en sachant que plusieurs films seront projetés, que vous pourrez dormir et qu'il y aura des pauses repas.

Si vous faites comme moi et partez par Qatar Airways, sachez que cette compagnie ne compte pas les objets comme les sacs à main, les cannes, les béquilles, les porte-bébés, les appareils photos et les produits hors taxe achetés le jour de votre vol, comme des bagages cabine. Il vous sera donc possible d'emporter l'un d'eux à bord en plus du votre.
Personnellement, j'avais donc ma sacoche de pc avec tout mon nécessaire pour le vol, plus mon petit sac à main contenant mon passeport, mon portefeuille, le papier contenant le nom et l'adresse de ceux qui m'hébergeaient, mon argent en yens, mon téléphone portable et des mouchoirs.

__________________________________________________________________________________________

8
Les ¥, un casse-tête chinois ? Mais non


Pour ne pas que votre séjour tourne au cauchemar parce que vous aurez explosé votre budget, il y a un truc vital à avoir là-bas : un convertisseur de devises.
Ca paraît bête, mais comme vous ne saurez pas à combien d'€ équivalent les prix en ¥, vous devrez faire des conversions à chaque fois que vous voudrez acheter quelque chose.

Si vous possédez un smartphone, rendez-vous sur le PlayStore, tapez "convertisseur devises" dans le champ de recherche, puis cherchez et téléchargez l'application gratuite nommée Oanda. Elle prend peu de mémoire et fonctionne hors connexion (donc sans avoir besoin d'être sur internet), ce qui est important car vous n'aurez pas de wifi gratuit en plein centre de Tokyo, à moins que vous louiez un wifi mobile. Son seul inconvénient est que les taux entrés ne sont pas mis à jour automatiquement comme avec d'autres applications, les conversions ne seront donc pas précises, mais toutefois vraiment utiles.

Si vous disposez d'un ancien modèle de téléphone classique (non smartphone donc), certains avaient une fonction convertisseur intégrée qui était sommaire mais pourrait bien vous dépanner.

Si vous ne possédez ni l'un ni l'autre… il serait peut-être bon d'investir dans un smartphone premier prix qui vous rendra beaucoup de services. Le mien m'avait seulement coûté 69€ il y a deux ans. A vous de voir, mais je vous le conseille d'autant plus vivement que le conseil suivant va également nécessiter un smartphone.

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 4 invités