faillite d'une école et profs à la rue

Échanges de renseignements pratiques sur le travail au Japon, visas de travail, etc.
Répondre
Avatar de l’utilisateur
amstramgram
débutant(e)
débutant(e)
Messages : 12
Inscription : 31 mai 2007, 09:00

faillite d'une école et profs à la rue

Message par amstramgram »

Bonjour,

j'aurais aimé me présenter sur ce forum en des circonstances plus joyeuses mais je viens poster un message pour demander quelques conseils.
J'ai travaillé pendant deux mois comme vacataire dans une école de français privée. Je pourrais dire de quelle école il s'agit étant donné qu'il ne semble aujourd'hui plus rien en rester mais ce n'est pas nécessaire.
Heureusement j'ai trouvé un poste ailleurs mais je connais des profs fraichement recrutés comme titulaires et à peine débarqués qui sont maintenant dans une situation bien délicate. J'explique: ce matin le directeur et créateur français de cette petite école a appellé les profs titulaires pour leur faire savoir qu'ils pouvaient rester à la maison. L'école est en effet fermée et personne ne peut y pénétrer ce matin pour récupérer ses affaires.
Personnellement j'ai reçu un mail de mon ancienne manager et j'ai cru au départ à une mauvaise blague. J'ai ensuite contacté le chef du personnel qui avait l'air aussi hébété que les autres. Je suis à peu près certain qu'il ne savait rien comme nous puisqu'il m'avait laissé un message hier pour faire quelques heures un autre jour.
Personne ne savait rien.
Or l'école a continué d'embaucher de nouveaux profs en France, de son siège parisien, afin de remplacer les départs. Evidemment ces profs n'ont aucun réseau ici et vivent pour la plupart en guest house. Bref ils sont dans une grave situation.
J'ai demandé au chef du personnel si je pouvais encore compter sur mon salaire du mois de mai qui devrait être viré le 15 juin sur mon compte. Il n'en sait pas plus que les autres et comme je n'avait qu'un contrat de vacataire (si on peut appeler ça un contrat) je me demande ce que ça vaut juridiquement. Nous sommes 3 je pense.
Par chance j'ai quitté cette boite mais tous les titulaires n'ont absolument pas eu le temps de s'organiser et se sont retrouvés devant une porte fermée ce matin.
Je n'attends pas de ce forum une solution miracle mais si quelqu'un d'un peu plus expérimenté que nous dans ces problèmes pouvait nous éclairer, toute info juridique ou pratique est la bienvenue.
Nous sommes plutôt pessimistes. En effet, le directeur ne sait même pas s'il pourra rembourser les étudiants dont certains viennent de s'inscrire et ont versé cash des sommes comme 300000 yens.
Nous avons bien sur tous besoin de cet argent, même les vacataires qui pour certains bossaient l'équivalent de temps pleins.
Les employées japonaises de la boite n'en savaient bien rien non plus et même la personne qui recrute, d'où l'aberration de recruter 2 semaines avant de mettre tout sous scellé.
J'espère avoir de meilleures nouvelles pour un prochain message; merci d'avoir eu la patience de lire celui-ci.
à plus.

Avatar de l’utilisateur
Senbei
bienvenu(e)
bienvenu(e)
Messages : 4
Inscription : 24 mai 2007, 09:00

Message par Senbei »

J'avais rendez-vous pour un recrutement aujourd'hui à 4h (on se connaît peut-être ? :?), J'ai appris la nouvelle en arrivant devant la porte.

Moi je suis juste bien déçu, mais pour vous c'est encore une autre histoire...Je ne sais pas si c'est approprié de demander des détails, mais...C'est la faillite ? une saisie ? J'ai pas tout compris...

Il y avait là 3 femmes, très aimables, mais qui ne comprenaient pas ce qui se passait. On a discuté un moment, j'imagine que ça doit être dur aussi quand on met sa confiance dans une entreprise (qui plus est, une école, donc psychologiquement plus que ça) et qu'on est a la rue.

Que prévoit la loi japonaise ? Un juriste dans le coin pour expliquer ?

Avatar de l’utilisateur
amstramgram
débutant(e)
débutant(e)
Messages : 12
Inscription : 31 mai 2007, 09:00

Message par amstramgram »

Bonsoir,
on n'a pas du se voir mais en tous cas n'en veux pas à la fille qui s'occupait jusqu'à hier des recrutements, elle n'en savait bien sur rien non plus!
En fait il semblerait que le directeur était le seul au coourant. Le truc qui nous échappe à tous, c'est qu'il a continué à ordonner des embauches comme si de rien n'était. Comme certains doivent le savoir sur ce forum, il y a pas mal de turn over dans les écoles de langue (séjours d'un an le plus souvent et on rentre à la fin du contrat). Donc ça paraissait tout à fait normal de recruter des nouveaux profs en France. A ce propos il y en a une qui est arrivée il y a à peine 2 semaines! Imaginez sa situation! En plus elle n'a pas le billet retour...3 autres sont fraichement arrivés dans l'école.
Donc pourquoi embaucher du personnel de France, ce qui demande des démarches administratives avec la préparation des visas de travail, pour fermer la porte même pas un mois après?
Il y aura une réunion bientôt avec l'avocat du directeur qui lui se cache bien sur.
On serait tenter de penser qu'il s'agit d'une magouille pour mieux se déresponsabiliser mais laquelle?
Enfin pas énormément d'éléments donc pas la peine de conjecturer sans fin. Il faudrait éplucher plus en détails le statut de la boite. Mais aucun de nous n'est spécialiste de droit.
Nous avons passé un coup de fil à l'ambassade mais il faudra rappeller pour plus de précisions.

Avatar de l’utilisateur
Senbei
bienvenu(e)
bienvenu(e)
Messages : 4
Inscription : 24 mai 2007, 09:00

Message par Senbei »

Oulah, j'en veux à personne, moi ! T'inquiète ! j'imagine juste que ça doit être la merde, si j'ose dire :(
Ca sonne pas clair comme histoire, en tout cas...J'espère que vous tenez bon, c'est vraiment pas facile. Il y'a un compatriote d'Aix qui parlait de droit quelque part sur le forum, faut voir si une personne est motivée.

Avatar de l’utilisateur
amstramgram
débutant(e)
débutant(e)
Messages : 12
Inscription : 31 mai 2007, 09:00

Message par amstramgram »

Oui oui d'autant que tu as du tomber sur des gens qui devaient bien peiner pour t'expliquer ce qui se passait étant donné que c'était une surprise pour tout le monde!
Pour rester soudés pas de soucis car il y avait une bonne ambiance dans l'équipe.
Mais on se retrouve désarmés face à un problème qui nous dépasse!
Certains d'entre nous maitrisent le japonais et ont une solide expérience du FLE au Japon et ailleurs, peut-être s'en sortiront-ils avec de la chance.
Mais il faut réfléchir au type de visa de chacun. La liste des visas est longue et ce genre d'activité est à ranger dans une catégorie spécifique. Or celles et ceux qui détiennent ce visa pourront-ils travailler dans une autre branche?
Par ailleurs d'autres ont un working holliday ce qui permet d'autres activités mais si le visa arrive bientôt à expiration...
Enfin il ya ceux qui ont un visa d'époux et ne sont pas seuls. ça leur fait déjà un souci en moins.
Est-ce simplement légal de prévenir les gens le matin même alors qu'ils sont limite sur le chemin du travail? Est-ce légal d'embaucher des gens en France et de ne pas leur parler de billet retour quand on leur anonce leur licenciement après 2 ou 3 semaines de présence au Japon?
Cependant je reste prudent dans mes propos tant que l'histoire n'est pas terminée.
En ce qui concerne les étudiants c'est une autre affaire et il est préférable de ne pas s'avancer sur de quelconques hypothèses; mais c'est pas joli non plus (au désavantage des étudiants)
Au delà de ça il y en a qui vivent depuis un petit moment au Japon et ont commencé à y faire leur trou (façon de parler, pas d'humour noir). On sait tous que le fait de travailler ici comporte des risques, notament en ce qui concerne le renouvellement du visa, mais avec un délai de prévention, certains auraient peut-être pu déccrocher autre chose...
Le mieux serait bien sur un bon avocat mais à quel prix?
Enfin il a fait beau aujourd'hui...

Avatar de l’utilisateur
amstramgram
débutant(e)
débutant(e)
Messages : 12
Inscription : 31 mai 2007, 09:00

Message par amstramgram »

Bonsoir,

après quelques rebondissements, rumeurs et actions des étudiants volontaires ainsi que du staff de l'école, il semble probable que nous allons être payés.
Comment c'est arrivé? Eh bien l'affaire a été médiatisée et un ancien collègue qui lit bien le japonais nous a confirmé que la nouvelle se trouvait désormais sur http://jp.msn.com/
Comme on me l'a suggéré, il est préférable finalement de donner le nom de l'école sur ce forum. Il s'agit de l'école de Paris
de toute façon ce n'est plus un secret car quelqu'un a deviné le nom de l'école sur un autre forum et des actions ont été entreprises pour mettre la lumière sur cette histoire.
Le fait de laisser le nom de l'école ayant ici pour but de ne pas tacher la réputation des autres écoles de langue et de français en particulier qui n'ont bien sur rien à voir dans cette affaire! Les anciens étudiants de l'école de Paris l'ont semble t-il bien compris. Ils ont aussi compris que ça n'avait rien à voir avec le personnel qui faisait son travail correctement.
Je vous tiendrai au courant du dénouement final.

[Note de bcg: Merci de faire attention en postant tes messages. Tous tes accents étaient en code html.]

Avatar de l’utilisateur
Kasuga
bienvenu(e)
bienvenu(e)
Messages : 2
Inscription : 11 mars 2007, 09:00

Les questions d'une avocate suite à votre requête

Message par Kasuga »

Bonjour,

J'ai une amie avocate qui peut vous apporter des réponses ou vous faire des suggestions mais il faut au préalable que vous lui fournissez quelques précisions supplémentaire sur le type de contrats qui vous lient à cette école de langues. Voici un extrait de son courrier :

" Pour pouvoir donner un début de réponse, il faudrait savoir quelle
est la loi applicable aux contrats signés par ces professeurs. Ne
connaissant pas du tout les circonstances du début des relations
contractuelles ( contrat signé en France ? Structure juridique de la
société mère en France ? lieu et monnaie de paiement, etc...)
nil'entité de l'école en cause, je ne peux le deviner... Merci de
m'en dire plus !"

Cordialement et bon courage à tous,

Kasuga

Avatar de l’utilisateur
amstramgram
débutant(e)
débutant(e)
Messages : 12
Inscription : 31 mai 2007, 09:00

Message par amstramgram »

Bonsoir Kasuga et merci pour le soutien!
Pour apporter un début de réponse, voici un contrat type qu'on peut encore trouver sur le site de recrutement:


---Teacher's Contract

This agreement is made by and between VISION INTERNATIONALE CO., LTD., hereinafter referred to as " Employer " and hereinafter referred to as "Employee"...................................

That for and in consideration of the conditions and mutual obligations hereinafter set forth, Employer hereby employs Employee who represents that s/he is duly qualified, accepts employment and agrees to serve the Employer and the Employer's clients ( students ) to the best of his / her ability as a language teacher.

---Article 1. Duration
The term of this contract is from............... , 20.... to , ............... 20.... inclusive.

---Article 2. Location
This contract will be executed through the Vision Internationale Co., Ltd. offices located in Tokyo or other place designated by Employer.

---Article3. Compensation
The Employer agrees to pay, and the Employee agrees to accept payment for, each fiscal month of work on or about the 15th ( fifteenth ) day of the following month according to the foregoing pay schedule, and in accordance with the annual pay rate scale outlined below:


Type A: Type B:
instructors (eligible for the qualification allowance) : \ 3060,000 per annum. Number of working hours: 29 hours 58 minutes fixed per week plus 122 flexible working hours carried out during the contract's term of 12 months

instructors (eligible for the qualification allowance) : \ 3060,000 per annum. Number of working hours: 26 fixed hours per week plus 377 flexible working hours carried out during the contract's term of 12 months.


instructors (non eligible for the qualification allowance) : \ 3000,000 per annum. Number of working hours: 29 hours 58 minutes fixed per week plus 122 flexible working hours carried out during the contract's term of 12 months instructors (non eligible for the qualification allowance) : \ 3000,000 per annum. Number of working hours: 26 fixed hours per week plus 377 flexible working hours carried out during the contract's term of 12 months.





---Article 4. Allowance / Benefits
Employer agrees to maintain written policies regarding such allowances and benefits as travelling cost reimbursement, holidays, vacation time and sick-leave, and to allow Employee access to such Policies.


---Article 5. Visa
Employer will accept no terms of this contract in the event of the Employee failing to secure the proper visa within the specified period, and until evidence of such visa is put on file with Employer.

---Article 6. Employer's Obligations
1- Employer agrees to provide an orientation to the company policies, procedures, expectations, teaching methods, materials and work responsibilities.

2- Employer agrees to maintain a program of observation, evaluation and training for Employee with the goal of enhancing professional skills and rewarding outstanding performance.


---Article 7. Employee's Obligations
1- Employee agrees to respect this contract, the working regulations which is binding on all the employees, the company rules and instructions

2- Employee agrees to abide by all the laws and regulations of the Japanese government, which include those of the Immigration and Tax Authorities, and absolves the Employer and its clients from any legal and financial obligations that may result from his / her actions.

3- Employee will not during the course of his employment carry on any activities or accept any responsibilities or commitments which would in any way conflict from the full performance of his or her duties or would be directly or indirectly competitive with, or similar to, business of the company, Vision Internationale Co., Ltd. - Ecole de Paris


---Article 8. Health Insurance
Employee agrees to obtain Japanese National Health Insurance or otherwise assume responsibility for financing his / her own health care requirements.


---Article 9. Termination of Contract
1- Employer may terminate this contract by giving 35 ( thirty-five ) business days (excluding week-ends) notice in writing to Employee.

2- Employee may resign from Vision Internationale Co., Ltd. by giving written notification, stating valid reasons for resigning, 35 ( thirty-five ) business days (excluding week-ends) notice prior to the final day of Employee's employment. Employee agrees to inform Employer of his/her intent as to wether or not to renew this contract 35 (thirty-five) business days (excluding week-ends) before the last day of employee's employment.

3- Even after the termination of this contract, the employee agrees not to disclose to a third person any facts relating to employer whether it is true or not, or school internal information, including but not limited to student or employee's personnal data, teaching method, teaching materials, the company policies, the way of observation, evaluation, training for employees, that s/he was aware of during her/his work at any case.

4- In case of the termination of this contract before the 12 months contractual, the employee hereby agrees not to become employed directly or indirectly nor controlled by any enterprise which deals in business similar to, or competitive with, the company' activities for a period of 12 (twelve) months from the date of termination of his employment for the company, Vision Internationale Co., Ltd. - Ecole de Paris-


---Article 10. Dismissal
Employee agrees that the Employer may dismiss Employee without notice, for failure to maintain a proper visa, professional attitude, for gross misconduct, dishonesty, violation of company policy, inappropriate disclosure of confidential information relating to clients or Employer, or participation in any activities jeopardizing the Employer's reputation or business position.


-Article 11. Amendments
It is agreed that any amendments or alterations hereto will only be effective if laid out in writing directly below.
..................................................................................NONE................................................................................


----Article 12. Miscellaneous-
1- This Agreement is written in the English language. The Employee hereby confirms that he/she fully understands the contents hereof.
2- This Agreement shall be construed in accordance with and governed by the laws of Japan.





Voici l'article qui est paru sur le site d'Asahi:

TOKYO: Language schools suddenly close
06/05/2007

THE ASAHI SHIMBUN


Three Ecole de Paris language schools have abruptly closed without offering an explanation, sources said Monday.

The school's owner, Vision International Co., said it will hold a meeting Saturday to explain the situation to students.

The company operated the French and English conversation schools in Tokyo's Kichijoji and Iidabashi districts as well as Yokohama.

Ecole de Paris students purchase lesson coupons in advance. Thus, some students still have coupons worth hundreds of thousands of yen.

"I am at a loss as to the school's decision to close so abruptly," said one student.

Saturday's meeting is set to start at 10:30 a.m. at Nakano Zero, a public facility in Tokyo's Nakano Ward.(IHT/Asahi: June 5,2007)

http://www.asahi.com/english/Herald-asa ... 50089.html

Le site de recrutement est encore sur le net:
http://www.profaujapon.com/

sanjuro
amateur
amateur
Messages : 58
Inscription : 21 mai 2004, 09:00

Message par sanjuro »

Ainsi, l'école de Paris a fait faillite...Bon débarras! Désolé pour ceux qui se retrouvent dans le pétrin, mais ils viennent quand même de passer à côté d'un an de pure galère professionnelle!

Cette faillite ne m'étonne qu'à moitié.
Certes, les écoles de kichijoojo et iidabashi avaient une fréquentation très régulière. Mais le directeur avait une politique de fuite en avant, et s'agrandir semblait être la seule finalité du bazar, le seul projet. Et, qui sait, la dernière école ouverte, celle de yokohama, n'a peut-être jamais décollé et fini par grever les budgets :?:
Et puis surtout, le patron cadenassait la participation des tous ces collaborateurs, même les plus proches, qui visiblement ont été aussi surpris que les profs, les clients et le staff japonais. Mépris!
Pédagogiquement: aucune initiative, même la préparation des cours venait d'en haut.
Economiquement: black-out total, pas moyen de savoir dans quelle galère on était embarqué. Il est vrai que l'éco-gestion, c'est pas mon fort. Mais mener la barque dans un tel isolement, c'est suicidaire. Un coup de chapeau au mégalo!

Avec les avantages en nature dont il disposait, le patron a quand même pu se faire de belles éconocroques, bonjour les vacances!

J'ai essayé à quelques reprises de lancer sur ce forum des sujets sur le fonctionnement autocratique et méprisant de cette école, mais mes messages n'étaient sans doute pas assez objectifs...ça n'a pas donné grand chose comme témoignages...le marché des langues à Tokyo reste assez opaque de toute façon, un truc d'initiés, l'info tourne peu, si ce n'est dans le cénacle des profs qui sont déjà sur place, et encore. Libéralisme + expatriation, ils en restent cois, les pauvrets!

Mais je dévie. Bon courage pour les semaines à venir.

Un ancien de l'edp

Avatar de l’utilisateur
amstramgram
débutant(e)
débutant(e)
Messages : 12
Inscription : 31 mai 2007, 09:00

Message par amstramgram »

Bonjour Sanjuro,

dire "bon débarras" sur les décombres de l'école je ne sais pas si ça va beaucoup faire avancer les choses pour que les profs et les étudiants récupèrent leurs billes dan cette histoire.
Comme je l'ai dit sur un autre forum, on peut discuter de la méthode et de la pédogogie de "ci-gît Ecole de Paris" mais c'est un autre sujet.
C'est vrai cependant que cet exemple de gestion est assez atypique.
Ceci dit les profs n'étaient pas naifs et savaient qu'ils n'étaient plus en France, point de vue droits sociaux etc.

Pour revenir dans le vif du sujet, j'ai reçu un mai d'une étudiante qui tente d'organiser une action efficace:


Hi everyone,

I hope you are gathering as many information as possible, it's Day 6 since the last Friday.

I am e-mailing you to let you know that you guys as a professors, the employer hasn't noticed any official announcement of the hiring freeze due to the School's bankruptcy. This is really not the standard procedure and he will be accused of some kind of crime as a top person of the certain size of business operation. (I was suggested that we should also report this case to the Labor of Administration in Japan).

I am sure your May salary will be guaranteed to be paid at least 80% from the Government even the worse case comes.
I have been trying to encourage as many students as possible to be awaken to realize the gravity of the matter, but I am not sure how much they will, to be honest at this stage.

I will do anything I can to do to help your situations so please contact me anytime (although I am away from the country for 1 week and be back next Wednesday).

Bon courage,



Nous sommes sur un forum francophone mais je me permet de laisser le message en anglais. Elle y dit en susbstance que les profs recevront au moins 80% de leur dernier salaire via le gouvernement japonais...

Avatar de l’utilisateur
Anju
bienvenu(e)
bienvenu(e)
Messages : 1
Inscription : 05 juin 2007, 09:00

Message par Anju »

Bonjour a tous,
J'ai travaillé dans cette école il y a 4 ans. Je suis triste pour tous ces profs qui se retrouvent a la rue sans savoir quoi faire mais aussi content pour les 3 dirigeants de l'EDP qui ne méritaient pas autre chose. Enfin, surtout pour le directeur. Sa facon d'agir dans cette grave situation montre bien quelle personne il est. Je m'aperçois aujourd'hui qu'il a traite ses 2 collaborateurs de la même manière que le staff, les profs et les vaches a lait (les étudiants, pardonnez-moi ce terme). Je travaille maintenant dans une autre école de fle a Tokyo et j'ai eu hier la surprise de savoir que la responsable pédagogique de cette feu école était venue déposer sa candidature. Je suppose que si le directeur lui avait fait savoir sa décision de mettre la clef sous la porte auparavant, elle serait peut-être venue plus tot. J'imagine qu'elle doit être dans la même situation que les autres profs. Quelle pourriture ce mec! J'en viendrais même a plaindre ses 2 collaborateurs! C'est dire!
Enfin, j'aimerais bien aider tous ces professeurs en détresse. Je leur dirais que c'est pas trop difficile de trouver quelques heures de cours de fle. Beaucoup d'écoles proposent des temps partiels qui doivent permettre de gagner les 250.000 yens nécessaires je crois pour pouvoir obtenir un visa de séjour d'un an. J'habite a Miyazakidai, je peux héberger quelqu'un pendant un mois (ma femme est partie accoucher chez ses parents a Kyushu). Ca me fera plaisir. N'hésitez pas!
Bon courage

Avatar de l’utilisateur
Kasuga
bienvenu(e)
bienvenu(e)
Messages : 2
Inscription : 11 mars 2007, 09:00

Informations destinées à une amie avocate (Kasuga)

Message par Kasuga »

Merci à vous pour ces informations que j'ai transmises à mon amie avocate. Elle est actuellement absente pour une semaine mais je vous transmettrai son analyse dès son retour.

Bonne journée et bon courage à tous

Kasuga

Avatar de l’utilisateur
amstramgram
débutant(e)
débutant(e)
Messages : 12
Inscription : 31 mai 2007, 09:00

Message par amstramgram »

Bonjour et merci beaucoup pour votre soutien Kasuga et Anju (je crois qu'on a une connaissance commune :wink: )!
Nous attendons la réunion qui aura lieu ce samedi avec l'avocat de monsieur le directeur.

Avatar de l’utilisateur
Terao_Ryogoku
débutant(e)
débutant(e)
Messages : 24
Inscription : 08 juin 2007, 09:00
Localisation : Tokyo

Message par Terao_Ryogoku »

Anju a écrit
Beaucoup d'écoles proposent des temps partiels qui doivent permettre de gagner les 250.000 yens nécessaires je crois pour pouvoir obtenir un visa de séjour d'un an.
Des amis à moi ont obtenu un visa de travail en gagnant un salaire brut inférieur à 250.000. Cela ne serait pas un cas particulier ?

A ceux qui sont concernés, veuillez vous renseigner aux autorités compétentes.

Avatar de l’utilisateur
amstramgram
débutant(e)
débutant(e)
Messages : 12
Inscription : 31 mai 2007, 09:00

Message par amstramgram »

Bonsoir, pour ceux qui comprennent le japonais et aussi pour les autres, voici un extrait d'une émission qui a diffusé des images:

http://www.youtube.com/watch?v=4-mNNjGfqF8

Cliquez sur le lien.

Avatar de l’utilisateur
amstramgram
débutant(e)
débutant(e)
Messages : 12
Inscription : 31 mai 2007, 09:00

Message par amstramgram »

Bonsoir à tous!
La réunion avec le directeur, son avocat, les anciens étudiants de l'école et les anciens profs de français et d'anglais concernés directement par la subite fermeture.
Il y avait aussi les médias.
Rien de très précis n'en est ressorti en fait, si ce n'est la déclration officielle de rermeture.
Mais plusieurs étudiants ont directement questionné le directeur prostré sur sa chaise. Ses excuses à la japaonaises n'ont apparemment pas suffit à convaincre qui que ce soit.
Voici le lien vers le site de Asahi tv:

http://www.asahi.com/national/update/06 ... ml?ref=rss

Pour l'heure des propositions ont été formulées mais pas du définitif.
la loi japonaise prévoit dans ce cas le paiement du dernier mois de travail plus un mois de préavis.
Mais une conciliation est possible avec renoncement par exemple au mois de préavis pour les titulaires.

Je ne peux pas trop m'étendre étant donné que l'histoire n'est pas définitivement enterrinée.
Mais la situation était un peu spéciale. En effet le directeur est considéré au Japon comme un bon père qui ferait tout pour sauver ses employés et dans ce cas certains étudiants ont été apparemment assez choqués.
En tous cas leur soutien peut paraitre surprenant sachant que certains ont pas mal perdu dans cette histoire!

Avatar de l’utilisateur
Kusakaze
débutant(e)
débutant(e)
Messages : 15
Inscription : 11 juin 2007, 09:00
Localisation : Osaka

Message par Kusakaze »

Bonjour, je suis employe dans une ecole de langue du Kansai, ABC Language School qui avait des ecoles a Kyoto, Kobe, Namba et a Umeda. Elle vient de fermer subitement ce jour.

Que fut ma surprise, en arrivant aujourd'hui a l'ecole de voir, les professeurs en T-Shirt (normalement, la chemise et la cravatte sont de rigueurs), relax poiroter a cote de l'accueil.

Et encore plus de voir debarquer la Police. Le boss aurait fui sans payer pendant plusieurs mois la rente des locaux, et apres avoir escroque ses employes et bien evidemment aussi les eleves...

Bref, je suis dans le caca, et je ne pense pas revoir un jour mon salaire de mai et de juin.

Misere.

Apres Tokyo, Osaka... Les ecoles seraient un bon filon pour les escrocs ??

Le site de l'ecole non mis a jour :
http://www.abc110.jp/index.html

Forts en marketing, mais surtout en mensonge !!!

Amis residents, mefiez-vous des retards de payement de salaire, les promesses et les excuses bidons !! Ce n'est pas normal au Japon (ni nul part ailleurs), fuyez ce genre d'etablissement.

sanjuro
amateur
amateur
Messages : 58
Inscription : 21 mai 2004, 09:00

Message par sanjuro »

Apres Tokyo, Osaka... Les ecoles seraient un bon filon pour les escrocs ??
Ouaip! Ca se confirme!
Voyons un peu ça: du fric et des pigeons pour le claquer, n'importe quelle graine de mafieux qui a bossé chez Nova peut en tirer les conséquences et décider de monter son affaire.
Amis residents, mefiez-vous des retards de payement de salaire, les promesses et les excuses bidons !! Ce n'est pas normal au Japon (ni nul part ailleurs), fuyez ce genre d'etablissement.


Laisse moi deviner quelques règles de fonctionnement de "ABC". Si je dis: des cours à la carte de une à quatre personnes; pour les élèves, des "forfaits d'heure", à acheter sur le principe "plus tu achètes, moins c'est cher"; et éventuellement, un timing de cours imposé au professeur...je tape juste?
Bref, je suis dans le caca, et je ne pense pas revoir un jour mon salaire de mai et de juin.
Ouais, j'imagine bien et te souhaite bien du courage. Est-ce que le visa de travail reste valable dans ce cas de figure? Ce serait déjà ça de pris car certaines écoles ne font pas les démarches d'obtention auprès des autorités, c'est le cas de Berlitz par exemple. Les cours particuliers peuvent aussi être un début de solution. Mais il faut du temps pour se constituer un carnet d'adresses; peut-être certains de tes étudiants apprécieraient de continuer avec le même professeur...s'ils ne sont pas trop dégoûtés des langues à présent!
Encore une fois, bien du courage.

Avatar de l’utilisateur
Kusakaze
débutant(e)
débutant(e)
Messages : 15
Inscription : 11 juin 2007, 09:00
Localisation : Osaka

Message par Kusakaze »

Pour ma part, j'ai un spouse visa donc pas de probleme de ce cote la...

Les cours etaient privees, et ca marchait par points.

Les professeurs n'ont pas le droit de donner ses coordonnees a ses eleves sous peine de se faire virer, donc je me suis fait avoir en beaute, aucun de mes eleves peuvent me joindre.

Aujourd'hui, j'avais deux cours, je vais aller voir a l'ecole si il y a du nouveau.

Bien a vous.

Avatar de l’utilisateur
amstramgram
débutant(e)
débutant(e)
Messages : 12
Inscription : 31 mai 2007, 09:00

Message par amstramgram »

Bonjour,

Sanjuro a peut-être l'air un peu cynique mais c'est bien ce système de tickets qui est remis une fois de plus en question.

Pour finir l'histoire de l'école de Paris nous avons finalement été payés pour le mois de mai. Pour les titulaires le mois de préavis obligatoire reste en suspens.

A la dernière réunion, le directeur ne s'est même pas donné la peine de répondre à des questions telles que:
"Pouvez-vous nous montrer les chiffres?"

Le staff japonais semblait dernièrement insister pour poursuivre le directeur et toucher comme le prévoit la loi japonaise le mois de préavis.
Je ne sais pas bien ce qu'il en est maintenant.

Sanjuro a posé la question des visas. Oui c'est possible de travailler car le visa de travail reste valable.
Kusakuse: Ne lachez pas la direction de votre boite! Quoiqu'ils disent (du genre "on peut plus rien payer") ne les lachez pas et essayez de contacter les étudiants afin de bien leur expliquer que vous êtes dans la même mouise qu'eux.
Je suppose que cette fermeture a été assez bien manigancée pourqu'il reste quelques lingots dans le coffre.
Je présume qu'ils le savent déjà car ils vous connaissent et doivent bien se douter que vous n'y êtes pour rien. Mais c'est toujours bon de le préciser et de leur expliquer la situation.
Je suppose que certains ont perdu pas mal d'argent dans cette histoire. Certains sont combattifs mais d'autres semblent plus invoquer la fatalité. Il faut les motiver un peu si nécessaire.
Par ailleurs sais-tu si tous les membres de la direction de ton école étaient au courant de cette subite fermeture? Si ce n'es pas le cas ralliez-vous à ceux qui contestent. Ils connaissent certainement mieux les rouages de la boite ou la situation juridique et sont en mesure de vous apporter une aide précieuse!

Enfin, essayer vraiment de connecter les étudiants entre eux, si ce n'est pas déjà le cas. Au besoin vous pouvez crer un petit forum en japonais si des membres de votre équipe sont japonisants.
Concertez-vous également avec le staff japonais.
Bon courage!

Sinon je sais pour l'heure que 5 de mes anciens collègues ont retrouvé du travail.

Ce dont on peut avoir peur, c'est que ces histoires d'escrocs qui jouent avec le système japonais et ne respectent rien ni personne rejaillisse sur l'ensemble des étragners au japon. Je vais un peu loin mais on peut se demander si le service de l'immigration ne sera pas tenté à l'avenir de resserer un peu plus.
Il y a des étrangers qui, constatant que les gens les accueillent plutôt bien et qu'ils peuvent faire du buisness avec eux, en profitent pour bien les plumer et se moquer du monde impunément.
Personnellement la plupart des français que j'ai rencontré au Japon sont vraiment des gens bien, respectueux du pays hôte, pas la grosse tête etc. Mais j'entends souvent parler de gens qui débarquent, critiquent tout, se moquent et se croient tellement chez eux qu'ils en oublient qu'ils n'ont qu'un petit visa renouvable.

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 3 invités