les hopitaux japonais; cliniques; accouchement

Pour discuter de questions de santé en rapport avec le Japon.
Répondre
Avatar de l’utilisateur
egyran
amateur
amateur
Messages : 84
Inscription : 28 juil. 2005, 09:00
Localisation : Matsuyama

les hopitaux japonais; cliniques; accouchement

Message par egyran » 21 févr. 2006, 13:47

Bonjour, j'aimerai savoir comment c'est passe l'accouchement de vos epouses au Japon.
Ayant ete degoute par les cliniques japonaises car trop sale ou docteur trop vieux (qui en plus veux faire une cesarienne pour toucher des sous), en passant par l'usine a la chaine... ma femme a preferer accoucher a la maison comme ca, sur le lit, sans aucun anesthesiant (dont d'ailleurs elle est contre car le bebe serait lui aussi anesthesie).
Mon fils a donc aujourd'hui 4ans et demi, il s'appelle kaito et j'aimerai un deuxieme enfant...mais cette fois-ci dans des conditions "descentes" et non "eprouvantes" comme on a eu l'experience...
Donc je me demande et vous demande quels sont les endroits corrects pour accoucher. J'ai remarque que ces cliniques etaient vraiment a fuir mais qu'il y'avait des (enfin un) hopitaux "normaux"; je m'explique : dans les cliniques (Endroit qui remplace le docteur quand on a un rhume ou qu'on se sent pas bien), on m'a dit ca POURRAIT etre une fille; et pour mon ongle incarne, de la creme c'est bien...d'ailleurs, aujourd'hui encore la clinique me dit d'appliquer une serviette chaude sur l'oeil de mon fils pour faire fondre la graisse qu'il a dessous...et bien sur, des medicaments chers (comme la creme pour mon ongle incarne!)...
Mais donc un mois avant l'acouchement, on est alle dans un grand hopital qui etait plus que normal et le docteur a dit direct : "Une cesarienne? ca va pas ou quoi? au fait, c'est un garcon. L'ongle? hop on coupe!..."
Et j'avais saigne pendant un an pour ce foutu ongle incarne! j'ai demande a le couper tout simplement mais non, voici la creme, puis couper la peau au laser (tres cher) alors qu'il suffisait de 5mn a l'hosto pour couper ce foutu ongle tout comme il suffirait de 5mn pour couper c'te foutue graisse sous l'oeil de mon fils!!!(encore que c'est vrai que ca va mieux...mais 5mn compare a 2 mois, quand meme!)

Avatar de l’utilisateur
Pascal
pro du Japon
pro du Japon
Messages : 1033
Inscription : 22 nov. 2003, 09:00
Localisation : Kyoto

Message par Pascal » 21 févr. 2006, 14:04

Bonjour!

J'entends toujours dire beaucoup de mal du système de santé japonais.
Mais en ce qui me concerne, je n'ai jamais fait l'expérience de quelque
chose comme ça en 17 ans. Pour mon fils, ça fait un moment qu'il est né,
mais la clinique n'avait rien à envier à ce qui se fait partout ailleurs.
Je n'ai jamais vu d'hôpitaux sales, mais il faut dire que je n'y passe
pas trop de temps.
alors qu'il suffisait de 5mn a l'hosto pour couper ce foutu ongle tout
comme il suffirait de 5mn pour couper c'te foutue graisse sous l'oeil
de mon fils!!!(encore que c'est vrai que ca va mieux...mais 5mn
compare a 2 mois, quand meme!)
Les médecins japonais préfèrent la méthode douce. Si le médecin
a estimé que la graisse va se résorber sans opérer, je pense que le
choix de ne pas opérer va de soi. Et vous le dites vous-même: ça va
mieux.

Pascal

Avatar de l’utilisateur
alaincote
amateur
amateur
Messages : 143
Inscription : 05 mai 2005, 09:00
Contact :

Message par alaincote » 21 févr. 2006, 17:14

Même son de cloche ici. La clinique était très propre, l'atmosphère agréable, bref rien à reprocher. Le truc, à mon avis, c'est de s'informer auprès des amies et voisines. Leur demander où elles ont accouché, si elles retourneraient au même endroit si c'était à refaire, etc. C'est ce que ma femme a fait et elle n'a pas regretté.

Thomasu
accro
accro
Messages : 218
Inscription : 26 déc. 2003, 09:00
Localisation : Kyoto

Message par Thomasu » 21 févr. 2006, 17:36

J'ai eu l'occasion de rendre visite à une amie venant d'accoucher, c'était à la "clinique baptiste de Kyoto" (qui aurait bonne réputation) Je ne dirai pas que c'était sale, mais surtout, très désordonné, avec un mélange des genres: sale d'accouchement à côté d'une chambre avec 5 ou 6 grands mères en fin de vie, la porte grande ouverte sur le couloir ! Dans la chambre des mères et leur nouveau né, il fallait compter 5 lit pour 15m2, séparés par des rideaux.

Manque de place, mais c'est général, mais qualité des soins, semble-t-il.

Par contre, on m'a toujours dit d'éviter l'hôpital universitaire de Kyoto; Kyodai...

Liza
débutant(e)
débutant(e)
Messages : 36
Inscription : 01 févr. 2005, 09:00
Localisation : Lyon

Message par Liza » 21 févr. 2006, 23:22

Bonjour,

je suis née à Tokyo, bon, c'était il y a plusieurs années, mais ma mère m'a toujours dit que la maternité était bien plus propre que celle où elle a eu mon frère en France. Les conditions d'hygiène étaient plus strictes au Japon. Par contre, les médecins étaient assez arrogants,mais les sages-femmes adorables. Le mieux en effet est le bouche à oreille pour ce genre de chose.
Concernant le sexe de l'enfant, je sais que mes parents n'ont pas pu le savoir parce que paraît-il, c'était interdit par la loi afin d'éviter les avortements au cas où c'était une fille. Je me demande si cela a changé.

Ayumi99
bienvenu(e)
bienvenu(e)
Messages : 9
Inscription : 30 avr. 2005, 09:00

Message par Ayumi99 » 22 févr. 2006, 01:11

Moi aussi je suis née à Tokyo et ma mère elle m'a dit que c'était super propre ;-)
Et quand ma soeur est née (même hopital que moi ) je me souviens que
c'était nickel aussi.

Avatar de l’utilisateur
alaincote
amateur
amateur
Messages : 143
Inscription : 05 mai 2005, 09:00
Contact :

Message par alaincote » 22 févr. 2006, 09:33

Liza a écrit :Bonjour,
Concernant le sexe de l'enfant, je sais que mes parents n'ont pas pu le savoir parce que paraît-il, c'était interdit par la loi afin d'éviter les avortements au cas où c'était une fille. Je me demande si cela a changé.
Très intéressant ce commentaire sur le "sexe voilé" (excusez ce gag de niveau Z :oops: ). Ici nous avons su le sexe de l'enfant en regardant les échographies reçues de la clinique. Dans votre cas, je serais très surpris qu'il s'agisse d'une loi. Peut-être s'agissait-il plutôt d'une politique propre à l'hôpital en question ? Je peux me tromper, mais ça me semble assez exceptionnel comme cas. :?:

SumireNoMama
débutant(e)
débutant(e)
Messages : 26
Inscription : 22 mars 2006, 09:00
Localisation : Takarazuka, Hyogo

Message par SumireNoMama » 23 mars 2006, 16:25

Salut

j'ai accouche au Japon, dans 1 hopital public et neuf.
je dois dire que ca aurait pu etre pire, enfin pas sure, lol

j'explique, mon accouchement a pris 32 heures , sans peridurale et dans 1 solitude.
Mon Dr a tout simplement fini par deserter, j'ai accouche a 13h et j'ai du le revoir le lendemain matin, alors que le soir meme je le voyais dans les couleurs.
Bref vraiment pas la joie.
j'ai vraiment souffert mais pour moi la sage femme , elle, a ete parfaite, j'ai pas de mauvais souvenir , sauf mon Dr.
on m'a vraiment laisse seule tres longtemps, heureusement ma soeur et mon mari sont restes tout le temps avec moi.

Apres l'accouchement, le fait d'etre dans un hopital est pas tip-top car j'ai pu voir mon bebe que pour lui donner le seins, donc aucun contact intime entre nous pendant 6 jours, ca c'est dur.

mais le personnel etait super gentil, donc je trouve l'hopital trop impersonnel mais tres professionnel, sauf mon Dr, ><

Les Hopitaux sont tres bien.

Now je parle des experiences d'autres mamans, le top est la clinique pour femme, elles ont toutes etaient chouchoutees, il y a la perudurale mais 100 000 yens, ouch, le bebe est avec sa maman, le papa peut dormir avec eux.
bref la on prend en compte le bien-etre de tout le monde.

pour le prochain ca sera clinique pour femme, je veux pas encore etre privee de mon bebe.
La peridurale , je pense pas que je la prendrais vu que j'ai reussir a survivre a mon 1er accouchement, lol

voila, ^^

Avatar de l’utilisateur
bcg
gorôkôsama
gorôkôsama
Messages : 4934
Inscription : 30 juin 2004, 09:00
Localisation : Tokyo - Nippori
Contact :

Message par bcg » 23 mars 2006, 17:25

En revoyant l'ensemble du sujet, je suis tombé sur cette remarque.
Je crois l'avoir déjà signalé à plusieurs reprises, il faut éviter les on-dit et ne pas colporter les rumeurs. La diffamation n'est pas loin.

Donc, parlez de vos expériences personnelles et de manière concrète. Donnez des exemples vécus. Laissez les bruits courir...

Il se trouve que moi, j'ai été très bien soigné à l'hôpital de Kyoto.
Thomasu a écrit :... on m'a toujours dit d'éviter l'hôpital universitaire de Kyoto, Kyodai...

Avatar de l’utilisateur
Nagoyamia
débutant(e)
débutant(e)
Messages : 11
Inscription : 16 nov. 2005, 09:00

Message par Nagoyamia » 12 avr. 2006, 14:11

ma femme va accoucher en septembre, et j'ai aussi beaucoup de mal a avoir un avis sur le systéme de santé japonais car je dois en plus comprendre le caractére japonais. En France un médecin qui ne me plait pas je le vois dans les 3 premières minutes et en général je me barre vite, mais là, j'en sais rien.

Quoi qu'il en soit, hier il y a eu une échographie, c'était la première fois que je voyais le bébé en direct, mais j'ai été vraiment surpris de voir que le medecin ne m'a même pas regardé et encore moins adréssé la parole. Je sais pas vous, mais moi ce genre de chose ne me plait vraiment pas !

C'est une clinique, c'est propre, il y a des chambres individuelles, et a priori pas mal de personnel (très gentil lui).

Ils demandent entre 400.000 et 450.000 yens, est-ce un prix raisonnable ? Combien avez vous payer ?

Il a-t'il un contrat avec le docteur ? un peu comme en France quand on va se faire opérer ? J'ai vraiment peu que l'on fasse plein de choses inutiles à ma femme au dernier moment... bref j'ai pas trop confiance (ça serait idem en France).

ça fait beaucoup de questions excusez moi, mais c'est notre premier :)

Avatar de l’utilisateur
Pascal
pro du Japon
pro du Japon
Messages : 1033
Inscription : 22 nov. 2003, 09:00
Localisation : Kyoto

Message par Pascal » 12 avr. 2006, 14:58

Bonjour!
Quoi qu'il en soit, hier il y a eu une échographie, c'était la première
fois que je voyais le bébé en direct, mais j'ai été vraiment surpris de
voir que le medecin ne m'a même pas regardé et encore moins adréssé
la parole. Je sais pas vous, mais moi ce genre de chose ne me plait
vraiment pas !
Juste pour connaître le contexte:
- Le médecin était japonais, je suppose.
- Votre femme est japonaise?
- Vous parlez le japonais suffisamment bien pour que le médecin n'ait
pas à s'adresser à vous en anglais ou autre?
Ils demandent entre 400.000 et 450.000 yens, est-ce un prix
raisonnable ? Combien avez vous payer ?
Oui, je me souviens que c'était de l'ordre de 500 000 yens, il y a 13 ans.
Et je me souviens que j'ai été remboursé plus que je n'avais payé.

Pascal

Avatar de l’utilisateur
Nagoyamia
débutant(e)
débutant(e)
Messages : 11
Inscription : 16 nov. 2005, 09:00

Message par Nagoyamia » 14 avr. 2006, 19:18

Effectivement ma femme est japonaise et le médecin également, mais il n'a même pas pris la peine de savoir si je parlais ou non japonais puisqu'il ne m'a dit AUCUN mot, même pas au revoir ou bonjour, ou même un regard. Même pas une question par l'intermédiaire de ma femme...

Sinon, vous avez été remboursé par qui, une mutuelle ? Parce que ma femme me dit qu'elle n'a quasiment droit à rien hormis une prime de 300.000 yens pour la naissance. Mais le systéme de santé ne rembourse rien, soit elle est mal renseignée, soit j'ai mal compris, mais ça me parait très étrange.

Avatar de l’utilisateur
Fujijanet
contributeur
contributeur
Messages : 644
Inscription : 18 nov. 2005, 09:00
Localisation : Fukuoka

Message par Fujijanet » 15 avr. 2006, 12:35

J'ai pas de reponse a ta question mais personnellement quand un japonais m'ignore, je m'enerve et ca se voit, et je me sens le devoir de lui apprendre le minimum de la politesse: je lui balance meme dans un japonais approximatif: "shitsurei!" en gros mal poli!
Avec plus de douceur: quand tu dis bonjour, si tu n'as pas de reponse, tu insistes, tu redis bonjour, etc.... c'est casse pied, faut se battre, mais bon c'est ca ou tu n'auras jamais les reponses a tes questions et tu resteras en marge. Alors des fois ca peut passer, style une situation ou tu n'as pas beaucoup d'interet, mais dans le cas de la grossesse de ta femme, gueule un peu.
C'est pas parcequ'on a le statut d'expat qu'il faut se lafermer en permanence et en perdre notre dignite et nos besoins!
Voila, c'etait ma lecon du jours.
(je precise que ce message n'attaque personne, ce n'est que mon avis, a suivre ou non au gre de chacun)

Maitre_K
amateur
amateur
Messages : 108
Inscription : 17 janv. 2006, 09:00

Message par Maitre_K » 15 avr. 2006, 13:34

Sinon, vous avez été remboursé par qui, une mutuelle ? Parce que ma femme me dit qu'elle n'a quasiment droit à rien hormis une prime de 300.000 yens pour la naissance.
Je pense que c'est ce dont Pascal voulait parler, même s'il n'a pas été très clair. C'est une prime versée par la mairie qui permet, en principe, de couvrir les frais dûs à l'accouchement. Il est évident que si vous choisissez une clinique privée haut de gamme, cette prime ne sera pas suffisante. Le montant est, me semble-t-il, variable selon le lieu ou vous habitez.

C'est pas parcequ'on a le statut d'expat qu'il faut se lafermer en permanence et en perdre notre dignite et nos besoins!
Pourquoi voir tout de suite un problème lié à la nationalité ? Je pense plutôt que les japonais considèrent le suivi de la grossesse comme un problème mère - médecin, et que le mari n'a pas vraiment son mot à dire. J'ai quasiment jamais vu d'homme accompagner leure femme aux rendez-vous pour le suivi de la grossesse au Japon à l'exception des rendez-vous de préparation à l'accouchement (ou les maris prennent part aux exercices de respiration, etc...).

Avatar de l’utilisateur
bcg
gorôkôsama
gorôkôsama
Messages : 4934
Inscription : 30 juin 2004, 09:00
Localisation : Tokyo - Nippori
Contact :

Message par bcg » 15 avr. 2006, 13:51

Bonjour,

En 2006, au Japon, ça ne me semble pas très normal. Ce médecin est peut-être:
- un grand timide,
- quelqu'un qui a peur de perdre la face en parlant mal anglais,
- quelqu'un qui a peur de vous faire perdre la face en vous faisant parler un mauvais japonais,
- quelqu'un qui craint de se compliquer le travail avec des problèmes linguistiques et autres de communication,
- un type qui considère que la grossesse et l'accouchement, etc., c'est l'affaire seulement des femmes (et des médecins),
- un type qui est raciste et qui voit d'un mauvais oeil un étranger avec une Japonaise, qui plus est s'il lui a fait un enfant.
- etc...

Au fait, j'y pense, et vous, lui avez-vous adressé la parole? Rien ne vous en empêchait, a priori. Je crois comprendre que vous avez sans doute eu l'impression que votre avis n'était pas requis.
La prochaine fois, jetez-vous à l'eau! Vous ne risquez rien!

De mon côté, je n'ai jamais eu ce genre de problème. Mais il faut dire que je parle couramment. Et que je je me suis jamais gêné pour dire ce que je pensais.

À titre d'exemple, quand mon fils aîné était sur le point de naître, les infirmières m'avaient refusé l'accès à la salle d'accouchement disant que "seul le médecin est habilité à délivrer cette autorisation".
Mais lorsque je leur demandais de... demander au médecin, elles me répondaient qu'elles ne pouvaient pas le déranger...
Sur ces entrefaites, le chef de service arrive... Je lui demande si je peux être avec mon épouse dans la salle d'accouchement... autorisation immédiatement accordée sans aucune hésitation!
Bien sûr, mon épouse souhaitait ma présence et commençait à s'inquiéter de ne pas me voir arriver car elle était déjà en bonne position!
J'ai donc assisté à l'accouchement sans aucun problème.
C'était le 22 août 1984 à l'hôpital municipal de la ville de Shizuoka et, vous me croirez si vous voulez, j'ai donc été le premier homme à pénétrer dans ce lieu si sacré et si mystérieux.
Par la suite, la présence des hommes au moment de l'accouchement s'est généralisée dans cet établissement.

Et les infirmières? Eh bien, elles ont fait la gueule pendant toute la durée de l'hospitalisation, et certaines ont même été très franchement désagréables avec mon épouse. Elles n'ont pas osé avec moi...

Comme dit Fujijanet, "c'est pas parce qu'on est étranger qu'on doit renoncer à faire valoir nos droits et nos idées" (citation très approximative).
Nagoyamia a écrit :Effectivement ma femme est japonaise et le médecin également, mais il n'a même pas pris la peine de savoir si je parlais ou non japonais puisqu'il ne m'a dit AUCUN mot, même pas au revoir ou bonjour, ou même un regard. Même pas une question par l'intermédiaire de ma femme...
...

Avatar de l’utilisateur
Nagoyamia
débutant(e)
débutant(e)
Messages : 11
Inscription : 16 nov. 2005, 09:00

Message par Nagoyamia » 15 avr. 2006, 15:21

Maitre_K a écrit : Je pense que c'est ce dont Pascal voulait parler, même s'il n'a pas été très clair. C'est une prime versée par la mairie qui permet, en principe, de couvrir les frais dûs à l'accouchement. Il est évident que si vous choisissez une clinique privée haut de gamme, cette prime ne sera pas suffisante. Le montant est, me semble-t-il, variable selon le lieu ou vous habitez.
Ha ok, c'est dommage, la prime n'est que de 300.000 dans notre mairie, cela ne suffit même pas a payer la totalite des frais de maternité, mais c'est mieux que rien...

Pour le medecin, je vais essayer de lui parler la prochaine fois. Je ne lui ai pas parlé car il ne m'a pas regardé, j'ai pour habitude de parler aux personnes qui me regarde et pas qui me tournent le dos...

Avatar de l’utilisateur
bcg
gorôkôsama
gorôkôsama
Messages : 4934
Inscription : 30 juin 2004, 09:00
Localisation : Tokyo - Nippori
Contact :

Message par bcg » 15 avr. 2006, 16:50

Je ne cherche pas à défendre ce médecin à tout prix, je n'étais pas là, je ne le connais pas et je comprends très bien votre attitude.

Mais je retiens de votre dernier message "j'ai pour habitude de parler aux personnes qui me regarde et pas qui me tournent le dos".
Nous avons des habitudes, et c'est souvent là que les différences culturelles, les différences de perception entrent en jeu.

Quant au fait que les Japonais ne nous regardent pas, c'est normal, ils ne se regardent pas non plus entre eux. On en a déjà parlé, il y a des raisons culturelles à cela.
Mais c'est vrai que tourner le dos est une façon extrême d'éviter le regard.
Qu'avez-vous pensé des possibles raisons à son attitude que j'ai énumérées plus haut?
Nagoyamia a écrit :...
Pour le medecin, je vais essayer de lui parler la prochaine fois. Je ne lui ai pas parlé car il ne m'a pas regardé, j'ai pour habitude de parler aux personnes qui me regarde et pas qui me tournent le dos...

Avatar de l’utilisateur
wanderer
débutant(e)
débutant(e)
Messages : 27
Inscription : 16 août 2006, 09:00

Accouchement au Japon

Message par wanderer » 27 oct. 2006, 04:01

Ma propre experience au Japon, Tokyo - dans un hopital "international" pres de Tsukiji, ou ma femme japonaise a accouche.

-batiment tres propre
-bonne nourriture (japonaise traditionnelle, tres dietetique)
-medecins parlant quasi-exclusivement japonais
-medecins preferant des methodes "naturelles" ( ne pas dire aux patients que l epidural est disponible, ne pas orienter la femme enceinte vers une cesarienne, retarder au maximum la prise d anti-douleurs )
-je me suis fait sortir de la chambre a chaque visite du medecin
-choses assez rassurante, les infirmieres verifient systematiquement les etiquettes des medicaments, les codes barres identifiants le destinataire du medicament et celui porte par ma femme ( nom + code )
-les epidurales ne sont pas faites systematiquement ( ma femme a du attendre 24h )
-Plusieurs fois une infirmiere est venue nous parler des problemes d une autre patiente, en se trompant de chambre, ou a dit que je ne pourrai assister a l accouchement, alors que j avais fait toutes les "classes" requises par l hopital. Ou a reproche a ma femme de ne pas avoir suivi toutes les classes la preparant a l accouchement (classes qu elle a suivi)
-Une autre infirmiere, apres la naissance, a egalement dit a ma femme, alors que le bebe dormait apres une journee passer a pleurer et beaucoup teter, que le bebe etait malade, dormant parce que trop faible pour bouger, et que ma femme etait en cause (du mal a allaiter les premiers jours), et que le bebe avait beaucoup de problemes maintenant.
5 minutes apres, le bebe se reveillait, et l infirmiere changeait d avis
(" ah non je me suis trompe, il va bien" ).
( elle est ensuite sortie, laissant ma femme, encore sous le choc).

D autres constats...
Au Japon (ou plutot, dans cet hopital), quand le col de l uterus n est pas assez ouvert, on introduit un ballon qui le force a s ouvrir plus, pendant des heures. Sans anesthesie bien sur. Tres douloureux.

Au total, trois jours de travail (contractions toutes les 2 a 5 minutes pour ma femme), un bebe ne au final, par cesarienne en urgences.. a la 42ieme semaine de grossesse...des doses faibles d anesthesiant.
A noter que depuis un mois ma femme souffrait de chocs electriques quand le bebe bougeait, largement ignore par les medecins ou infirmieres.
A part une infirmiere, le reste du personnel soignant ne semblait pas se soucier de la douleur du patient (rire aux moments des chocs dues aux contractions, en disant que c est genki...) - il faut endurer, qu on ait envie de sauter par la fenetre ou pas.

Mon impression, en resume: au moins dans cet hopital, avec ce personnel, la douleur de la patiente est secondaire. Peu de gens sont formes pour traiter la douleur. L experience des patients, leur opinion ( dire qu on pense que le bebe est grand, donner la taille des bebes tres grands dans la famille, ...) sont completement ignores

Comme en France, nous avons croise des medecins/infirmieres tres competents, et d autres completement idiots (choquer une patiente anemique, soigner sa douleur seulement quand la douleur la fait delirer plusieurs heures, ... ). C est une lotterie.
De l aveu de l anesthesiste qui a fait l epidurale, 5% de sa profession sont formes aux epidurales au Japon. La douleur est moins traitee que dans des pays comme la France ou l Angleterre.

Une fois l accouchement terminee et la plupart des douleurs parties,
le personnel est tres competent pour s occuper des mamans, les
preparer pour s occuper du bebe, ... S il n y a pas de complications, les amis qui ont eu leur bebe la, ont tous trouve l hopital exceptionnel.

Le medecin me reparle egalement depuis la naissance (depuis que j avais demande le sexe du bebe au 5ieme mois, elle ne m adressait pas la parole)

Avatar de l’utilisateur
wanderer
débutant(e)
débutant(e)
Messages : 27
Inscription : 16 août 2006, 09:00

sante - hopital japonais

Message par wanderer » 08 avr. 2007, 23:10

Cout pour 10 jours d hospitalisation ( 3 jours a forcer la naissance + cesarienne + 7 jours de recuperation ): 1020000 yen, dont 525000 ont ete rembourse (normalement 300000 mais minato-ku rembourse plus depuis l ete 2006).
Les japonais que je croise, attache beaucoup importance
a la proprete des hopitaux, cliniques, mais moins a savoir si les medecins
sont formes aux methodes modernes, ou essaient d eviter la douleur chez leurs patient(e)s.

Avatar de l’utilisateur
wanderer
débutant(e)
débutant(e)
Messages : 27
Inscription : 16 août 2006, 09:00

Re: les hopitaux japonais; cliniques; accouchement

Message par wanderer » 25 janv. 2010, 23:58

Autre note sur les hopitaux japonais - ou plutot une question -
Est-ce vrai que les hopitaux poussent les patientes a rester plus longtemps, pour toucher plus d argent des assurances ou du gouvernement ?

Avez-vous l impression qu il y ait un espece d accord hopitaux-assurances pour profiter du regime general ?

Pour d autres soins, je suis rembourse si je reste plus de 5 jours, mais quasiment pas si je fais 4 jours. A rien comprendre.

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité

WIKI japon pratique