Que penser du système éducatif japonais?

Échanges d'infos sur les problèmes rencontrés pour l'éducation des enfants au Japon.
Répondre
Avatar de l’utilisateur
orlenduz
vétéran
vétéran
Messages : 903
Inscription : 22 juin 2005, 09:00
Localisation : Tokyo

Que penser du système éducatif japonais?

Message par orlenduz »

(sujet scindé pour éviter le HS à partir de ce sujet )
Je ne connais pas bien le système scolaire japonais...Il est si dangereux que ça?

Avatar de l’utilisateur
Fujijanet
contributeur
contributeur
Messages : 644
Inscription : 18 nov. 2005, 09:00
Localisation : Fukuoka

Message par Fujijanet »

Je bosse au Board of Education et pour le ministere de l'education surtout et j'ai un bon pied dedans: Ce que l'on apprend est plutôt similaire, le niveau de culutre general et plus ou moins équivalent et on est autant les francais que les japonais nuls en langue anglaise (^ ^).

Ce que je ne peux pas sentir, c'est le mode d'enseignement et d'apprentissage, sans réflexion, du QCM en veux tu en voila, du par cœur a recracher, ne font pas spécialement marcher leurs méninges. Ils connaissent pratiquement le sujet du test a l'avance, et quand ils se plantent doivent refaire exactement le même...non sens pour moi!

La réflexion et l'esprit logique et vif...eux, quand tu vois les legumes en face de toi dans les classes de lycées, tu as peur, pas un capable de s'exprimer ou prendre la parole sans avoir demander d'un regard l'autorisation ou le soutien de ses camarades. On parle beaucoup de ca avec mes collègues ALT, des fois t'as envie de leurs filer un coup de pied au derrière pour les réveiller!

Et les 4 années de fac en vacances qui coutent les yeux de la tete pour un diplôme qui vaut rien a l'international, encore moins, non merci!

Suis sévère et radicale, mais pas si loin de la réalité!

Avatar de l’utilisateur
orlenduz
vétéran
vétéran
Messages : 903
Inscription : 22 juin 2005, 09:00
Localisation : Tokyo

Message par orlenduz »

Fujijanet a écrit :J


La réflexion et l'esprit logique et vif...eux, quand tu vois les legumes en face de toi dans les classes de lycées, tu as peur, pas un capable de s'exprimer ou prendre la parole sans avoir demander d'un regard l'autorisation ou le soutien de ses camarades. On parle beaucoup de ca avec mes collègues ALT, des fois t'as envie de leurs filer un coup de pied au derrière pour les réveiller!

!
Je crois que je peux imaginer de quoi tu parles...Des fois je me suis dit que c'était du à la "culture" qui impose qu'on fasse attention au groupe avant de mettre en avant une réponse personnelle.
Mais d'autres fois je me suis demandé si ça n'avait pas plutôt un rapport direct avec l'éducation scolaire. Avec certaines personnes, la question "qu'est-ce-que vous en pensez?" est très embarassante et on risque de se retrouver fasse à au néant ou à une petite angoisse perceptible.
De plus, répondre à une telle question demande une confiance plus importante.
Il ne s'agit surtout pas de dénigrer les japonais et ce n'est pas une question d'intelligence! Je pense que Fujijanet comme moi évoquons plutôt des comportements inculqués. Je suppose que tes collègues ALT ont appris la patiente en faisant leur boulot!
Bien sur c'est un point de vue un général et d'autres personnes se démarquent de tout ça.

Avatar de l’utilisateur
Fujijanet
contributeur
contributeur
Messages : 644
Inscription : 18 nov. 2005, 09:00
Localisation : Fukuoka

Message par Fujijanet »

Mon copain m'a appuyee sur ce sujet quand on expliquait le mode de pensee des francais. Donner son avis n'est pas dans l'education japonaise alors que c'est la base dans les redactions en France, surtout au lycee avec la philo et tout.

Lui il a appris ca en venant en France, c'est quelque chose qui lui a de suite plu et il me parle toujours de comment il etait fort (dans le language) et libere en France.
Moi suis fille de psy alors le poid des mots je connais encore plus, et des fois ici, meme avec les adultes, c'est aie aie aie, tu as droit a des refus tu sais meme pas pourquoi, sont meme pas fichu de s'expliquer, forcement on leurs a pas appris!(suis un peu enervee la, je viens d'apprendre au boss du board of education de la ville voisine a quoi servaient ses Assistant de langues, pas a faire joli!!!)

Avatar de l’utilisateur
emile
amateur
amateur
Messages : 92
Inscription : 27 janv. 2005, 09:00
Localisation : Sendai, Japon

Message par emile »

Bonjour,
Il y a un bon bouquin pour comprendre le système scolaire japonais:
Annie Vercoutter, "À l'école au Japon", PUF, 1997,217p.

De même pour comprendre les relations humaines au Japon, bien que ce soit un ouvrage épuisé (on peut le trouver d'occasion sur le net) :
NAKANE Chie, "La société japonaise", Armand Colin, 1991.

Cet ouvrage existe également en anglais: "Japanese Society", University of California Press, 1972, 188p.

En japonais: 中根千枝、「タテ社会の人間関係」、講談社現代新書、1967。

Il existe également une version "condensée" : "Relations humaines au Japon", Ministère des Affaires Étrangères, Japon, 1973, 90p.

Difficile à mon avis de faire fi des particularités culturelles japonaises à propos de l'éducation. Difficile également de dire quel est le meilleur système, chacuns ont leurs mérites et leurs défauts. Après c'est peut-être une affaire de préférence...

Avatar de l’utilisateur
Pascal
pro du Japon
pro du Japon
Messages : 1033
Inscription : 22 nov. 2003, 09:00
Localisation : Kyoto

Message par Pascal »

Bonjour!

Je ne sais pas s'il est possible de faire pencher la balance dans l'autre
sens vu le nombre apparent de personnes qui semblent dénigrer
l'éducation ici. Cependant, je ne suis pas du même avis.

Avant de commencer:
Ce que je constate n'est basé que sur mon expérience au lycée en
France il y a déjà pas mal de temps, et sur celle de mon fils qui est dans
un collège de Kyoto, qui ne représente certainement pas la généralité
des écoles du Japon.

1. La quantité de choses apprises est énorme par rapport au même âge
en France. C'est vrai. Je pense que c'est une bonne chose. On n'en
apprend jamais trop. Mon impression est que le niveau de culture
générale est bien plus élevé au Japon, et qu'en tout cas mon fils est
beaucoup plus cultivé que je ne l'étais à son âge. Il vaut mieux une tête
bien faite qu'une tête bien pleine, c'est vrai, mais une tête bien faite est
carrément incompatible avec une tête bien vide alors qu'elle ne l'est
aucunement avec une tête bien pleine.

2. La façon de noter n'est pas la même. En France, on travaille de façon
à "avoir la moyenne", ici on travaille pour se rapprocher du maximum.
La conséquence est qu'une note considérée comme excellente en France
est moyenne ici. (ex 14 / 20 vs 70 / 100).

3. Les QCM, il y en a, mais il n'y a pas que cela, loin de là. En maths,
cocher une réponse sans mettre la démonstration n'a aucune valeur.
Pour les kanjis, il y a des phrases avec des blancs où il faut écrire
le bon kanji. Ça me rappelle les exercices du Bled, pour ceux qui ont
connu, où il fallait remplacer par exemple le verbe à l'infinitif par sa
version conjuguée. Pas si différent.
Les devoirs d'histoire me semblent assez bien faits. Ce n'est pas un
texte par coeur à recracher comme je me souviens l'avoir fait, mais
des questions sur des faits historiques qu'il faut développer en quelques
lignes. Ce qui permet de comprendre qui a fait quoi et pourquoi.

4. Les coefficients: Ici, toutes les matières comptent de la même façon.
Je suis vraiment content que mon fils ait des vrais cours de musique
donnés par un vrai prof de musique, contrairement à moi qui n'ai jamais
eu que des cours donnés par un prof bouche-trou. Dans mon cas, le
prof de maths ou de français ou n'importe quoi d'autre bouchait un ou
plusieurs trous d'une heure pour avoir ses 18 heures réglementaires.
Résultat, on faisait selon la matière du prof bouche-trou des maths, du
français, etc...

En France, il y avait des coefficients. La matière "reine" (1) était les
maths, la voie royale le bac C ou E (1) suivi d'une prépa scientifique, et
en dehors des maths, tout le reste était fait pour les sous-doués (2).

(1) Matière reine, voie royale, ce ne sont pas mes mots, mais ceux des
profs, proviseurs, etc à l'époque où j'étais au lycée, prépa comprise.
(2) Je n'exagère rien: je me souviendrai probablement toujours du
discours que le proviseur nous avait fait à notre admission en classe
prépa, avec envolées lyriques et trémolos:
"Vous êtes l'élite, et les meilleurs d'entre vous feront partie des classes
dirigeantes qui assureront la continuité de la grandeur de la France,
conneries diverses, etc, urbi et orbi".
Notons que là où j'étais, les maths sup et spé avaient des privilèges.
Par exemple pour aller au réfectoire, tout le monde attendait dehors
que le pion donne le signal d'entrer. Mais les math sup et spé pouvaient
entrer directement devant les autres qui se les gelaient dehors... C'était
pour illustrer "égalité et fraternité", probablement.

5. Parler devant quelques centaines de personnes. Je ne sais pas vous,
mais moi en France, je n'ai jamais eu l'habitude de le faire.
Je trouve qu'au Japon, on cultive cette tradition de prendre la parole, et
je trouve maintenant que c'est important.
Dans mon dernier emploi dans une multinationale, chacun devait chaque
midi faire à tour de rôle, soit une fois toutes les 2 ~ 3 semaines, une
disserte orale sur n'importe quoi, sur l'actualité, sur quelque chose qu'il
avait remarqué, etc... Les premières fois, c'était vraiment une contrainte
pour moi et j'étais tout sauf décontracté. Mais l'avoir fait pendant 6 ans,
donc une bonne centaine de fois ou plus m'a fait le plus grand bien et
ça m'aide énormément dans mon travail puisque je peux faire sans trop
m'émouvoir une présentation, même sans aucune préparation.
Pour en revenir à l'école japonaise, le fait de parler devant du monde est
enseigné. Par la partique. Faire une présentation de ceci ou cela, pas un
simple exposé devant la classe, mais devant toute l'école, plusieurs fois
par an.
La réflexion et l'esprit logique et vif...eux, quand tu vois les legumes en
face de toi dans les classes de lycées, tu as peur, pas un capable de
s'exprimer ou prendre la parole sans avoir demander d'un regard
l'autorisation ou le soutien de ses camarades.
Voilà, on en revient toujours au même refrain qui repasse en boucle
chez tous les expatriés, le mythe du japonais à la productivité nulle, du
petit français l'air de rien qui en fait 10 fois plu en une demi journée
que le japonais en une semaine, etc.
Rappelons tout de même que comparer un expatrié étranger à un japonais
local n'est pas réaliste. Les expatriés sont forcément un peu plus vifs que
les autres, et c'est ce qui leur a permis de trouver un travail ici.
Il faut comparer un non-expatrié français à un non-expatrié japonais.

6 Cerise sur le gâteau.
En dehors de l'enseignement purement académique, je trouve qu'il y a
des choses importantes qui sont enseignées par la pratique. Exemple
impensable en France, le fait que les élèves fassent le ménage à tour
de rôle leur fait respecter le travail des autres. L'école est toujours
propre. Accessoirement, ceci a [peut-être] une conséquence dans la
vie de tous les jours: les vitres des trains ne sont pas taguées ni
rayées, les sièges des trains ne sont pas défoncés ni vidés de leur
mousse.

Suis sévère et radicale, mais pas si loin de la réalité!
Peut-être, mais de laquelle?

Pour finir et pour ne pas être taxé de partialité, voici quelques
classements de l'OCDE datant de 2007 (pour les jeunes de 15 ans).

A. Culture scientifique:
1) Finlande, 2) Canada, 3)Japon, 4) Nouvelle-Zélande, 5) Australie, 6) Pays-Bas, 7) Corée du Sud, 8) Allemagne, 9) Royaume-Uni, 10) République tchèque, 11) Suisse, 12) Autriche, 13) Belgique, 14) Irlande, 15) Hongrie, 16) Suède, 17) Pologne, 18) Danemark, 19) France, 20) Islande, 21) Etats-Unis, 22) Slovaquie et Espagne, 24) Norvège, 25) Luxembourg, 26) Italie, 27) Portugal, 28) Grèce, 29) Turquie, 30) Mexique.

B. Culture mathématique:

1) Finlande, 2) Corée du Sud, 3) Pays-Bas, 4) Suisse, 5) Canada, 6) Japon, 7) Nouvelle-Zélande, 8) Belgique et Australie 10) Danemark, 11) République tchèque, 12) Islande, 13) Autriche, 14) Allemagne, 15) Suède, 16) Irlande, 17) France, 18) Royaume-Uni, 19) Pologne, 20) Slovaquie, 21) Hongrie, 22) Luxembourg, 23) Norvège, 24) Espagne, 25) Etats-Unis, 26) Portugal, 27) Italie, 28) Grèce, 29) Turquie, 30) Mexique.

C. Compréhension de l'écrit:

1) Corée du Sud, 2) Finlande, 3) Canada, 4) Nouvelle-Zélande, 5) Irlande, 6) Australie, 7) Pologne, 8) Suède et Pays-Bas, 10) Belgique, 11) Suisse, 12) Japon, 13) Royaume-Uni et Allemagne, 15) Danemark, 16) Autriche, 17) France, 18) Islande et Norvège, 20) République tchèque, 21) Hongrie, 22) Luxembourg, 23) Portugal, 24) Italie, 25) Slovaquie, 26) Espagne, 27) Grèce, 28) Turquie, 29) Mexique.

Donc pas de quoi pavoiser, apparemment, mais le coq gaulois continue
de chanter les pieds dans la merde.

Pascal

Avatar de l’utilisateur
Fujijanet
contributeur
contributeur
Messages : 644
Inscription : 18 nov. 2005, 09:00
Localisation : Fukuoka

Message par Fujijanet »

Les pieds dans la ..... éducationnel japonaise, je les ai en effet pascal, depuis 3 ans, je passe mes journées entourée des profs japonais, j'enseigne dans les lycées, collèges, primaires et maternelles japonaises, je bosse dans leur administration directement et directement en contact avec le ministère de l'éducation avec qui je vais justement parle dans un mois en réunion restreinte (10 étrangers et les monsieur du gouvernement) de l'avenir de l'éducation des langues étrangères et de la culture générale internationale (et pas que culture G de son ile)

Tu demandes de comparer ce qui est comparable et tu compares une éducation japonaise actuelle a une éducation française vieille de plus de 25 ans minimum (^ ^).

Ce que tu dis sur le niveau culture G en France, je ne me sens pas du tout concerne, j'ai eu une éducation très artistique et générale, j'ai ete pousse a réfléchir seule et a avoir ma propre réflexion et a m'exprimer, les exposes devant toute la classe étaient quasi quotidien....

Moi au college au Japon, je vois des enfants epuises, par tous le sports qu'ils doivent faire, ils en oublie le plaisir (et je sais de quoi je parle la aussi, j'ai fait sports études a partir du lycee et je faisais 20h de danse au collège avec un cursus normal), et les legumes en face de moi sont reels et n'ont rien a voir avec mon ego haut place de francaise.
Quand je cause avec des ados francais, j'ai des jeunes actifs, impliques economiquement, politiquement et humainement parlant. Les jeunes que je croise ici, je prie juste pour qu'un jour ils s'ouvre au monde! Chose qu'il font mais bien plus tard je trouve.
Mon avis, qui je sais est partage par enormement de personne faisant mon boulot, vaut ce qu'il vaut.

Je ne suis pas parent, mais j'ai l'avantage d'avoir eu un pied dans les 2 systemes, les vivre, pas a travers quelqu'un contrairement aux parents qui parle de leurs enfants. Et j'ai pas finit le cursus francais y a si longtemps que ca.

Avatar de l’utilisateur
Hachiryu
tatamisé
tatamisé
Messages : 1209
Inscription : 07 mai 2004, 09:00
Localisation : Nagoya

Message par Hachiryu »

Avant d'avoir des enfants (au Japon), j'avais beaucoup d'idées de ce que je ferai et ne ferai pas. J'ai appris une chose: on peut avoir des idées et puis elles peuvent être bien adaptées ou pas du tout à nos rejetons; ceux-ci peuvent aussi coopérer ou pas à l'application de nos belles idées..

En particulier en ce qui concerne l'apprentissage de plusieurs langues et leur éventuelle maîtrise. Certains enfants refusent complètement de jouer le jeu et on peut avoir dans une même fratrie des enfants qui parlent les langues de leurs parents et d'autres qui ne le font pas, même si les méthodes utilisées par leurs parents pour les y encourager ont été similaires avec tous.

En ce qui concerne le système d'éducation japonais, pour avoir une connaissance pratique de tout le cursus, et professionnelle d'une partie, eh bien je peux dire que les idées reçues que les Japonais ne savent pas faire d'exposés, n'apprennent pas à faire des disserts etc.... sont complètement fausses. Mes enfants ont depuis l'école élémentaire eu à faire des travaux de recherche et de présentation des résultats qui étaient fort intéressants et motivants dans des domaines aussi variés que les sciences naturelles, le japonais, l'anglais, l'histoire-géo....

Une de mes filles a fait du volley-ball à un niveau très poussé au collège et c'est grâce à ça qu'elle a réussi à acquérir une maitrise de soi et une concentration qui lui sert énormément maintenant. La participation aux activités sportives ou autres, extra-curriculum, n'est absolument pas obligatoire.

La notion de QCM à la japonaise ce n'est pas seulement faire un choix parmi une liste de réponses proposées, mais comme le dit Pascal complèter des phrases en utilisant sa mémoire, sa pratique du style de l'exercice et son imagination, en particulier en japonais et histoire, même si la base est d'autant plus solide et les résultats d'autant plus probants qu'on a une bonne mémoire et qu'on s'est beaucoup entrainé.
Pour les maths, je confirme, on doit écrire le raisonnement aussi bien que le résultat, en tout cas pour les examens passés à l'école (collège-lycée); pour les examens d'entrée à l'université seul le résultat compte.

Beaucoup de choses ont changé ces dix dernières années en ce qui concerne justement ce qui pouvait être considéré comme des lacunes par nous occidentaux (manque d'inititiative, manque de liberté, manque de capacité à prendre la parole etc...) et le ministère de l'éducation essaie de développer ces capacités en créant de nouveaux styles d'enseignement. D'ailleurs je remarque dans mon travail d'enseignement du français que les jeunes ne sont plus inhibés comme ils l'étaient auparavant et qu'ils posent des questions et s'expriment sans problèmes.

Pour avoir fait C en France et avoir été considérée (à mauvais escient) comme faisant parmi de l'élite comme Pascal le décrit, je ne peux qu'apprécier qu'il n'y ait pas de matière 'discriminée' à l'école. L'éducation musicale, artistique, domestique tout est important et quand on sait que 6 mois après le BAC, les gamins ont oublié 80% de ce qu'ils avaient appris pour passer ce fameux examen en France, c'est édifiant.

Enfin, pour continuer sur le sujet du style d'évaluation des enfants en France, je me réjouis également que mes enfants n'aient pas eu à subir le manque d'objectivité lié à une évalutaion sur le contenu d'une dissertation. On sait quel peu de crédit on peut donner à une note de philo ou autre devoir rédigé surtout quand le sujet porte sur de "grandes" idées au sujet desquelles examinateur et candidat ne sont pas forcément d'accord.

Shizuka-jp
vétéran
vétéran
Messages : 970
Inscription : 23 avr. 2006, 09:00
Localisation : Hamamatsu

Message par Shizuka-jp »

Fujijanet a écrit :quand tu vois les legumes en face de toi dans les classes de lycées, tu as peur, pas un capable de s'exprimer ou prendre la parole sans avoir demander d'un regard l'autorisation ou le soutien de ses camarades.
C'est vrai qu'en France il y aura toujours foule pour parler pour ne rien dire, et faire l'intéressant en classe...et ailleurs. Mais si on va fouiller un peu le contenu, ce n'est pas toujours très brillant.

J'ai des copines profs en France, et qui n'ont qu'un rêve, quitter l'Education Nationale!
Pour tartiner des pages et des pages de réflexions creuses, bourrées de fautes d'orthographe, les élèves français en sont toujours capables, mais quelle torture pour les pauvre profs qui doivent corriger tout ce fatras....

Ma soeur, qui était revenue en famille en France, après 13 ans en Irlande, est repartie aussi sec là-bas, tellement elle a été atterrée par la nullité de l'enseignement, et par la violence de l'environnement scolaire en France.

Aucun système n'est parfait, mais j'avoue que je serais très ennuyée si je devais mettre mes enfants à l'école dans la France actuelle.

Je me demande d'ailleurs quel est le pays qui propose actuellement dans le monde la meilleure éducation scolaire, tant qualitativement que quantitativement, et dans un environnement à peu près "sain" (sans violence, racket, drogue, etc...). La Finlande, peut-être? La Suisse et le Canada ont l'air bien aussi, l'an dernier j'ai reçu un jeune Suisse de 15 ans, qui outre l'allemand (sa langue maternelle) parlait déjà très bien le français et l'anglais, appris à l'école!

Ce qui est vraiment appréciable aussi au Japon, c'est l'importance qui est encore accordée aux disciplines culturelles, comme l'art, et la musique. Une de mes filles a fait partie de l'orchestre de son collège, elle était aux percussions, et ils ont participé à de nombreux concours, rencontres, et concerts divers, c'était une activité très enrichissante.

Une de mes amies, prof de musique en France, a dû faire des pieds et des mains pour obtenir de son collège qu'on lui fournisse un vieux piano pour faire ses cours....Ses prédécesseurs s'étaient passés d'instruments pendant des années. On croit rêver! Au Japon les enfants apprennent à déchiffrer les partitions, à jouer de certains instruments.

Bien sûr, on pourra dire que l'éducation culturelle peut être dispensée aux enfants en dehors de l'école, par des cours particuliers.

L'école japonaise a peut-être tendance à en faire trop, avec l'enseignement des arts ménagers (cuisine, couture, ménage), du sport, de la natation, etc...

Avant de mettre mes enfants à l'école japonaise, c'est vrai que j'avais beaucoup de réticences, comme Fujijanet, mais dans l'ensemble je n'en suis pas mécontente. Et je ne trouve pas que mes enfants soient des légumes....

Avatar de l’utilisateur
Fujijanet
contributeur
contributeur
Messages : 644
Inscription : 18 nov. 2005, 09:00
Localisation : Fukuoka

Message par Fujijanet »

Bon alors on va mettre ma hargne sur le dos du Kyoikucho, celui qui dirige le board of education de vos villes...car j'ai passe 2heures ce matin a le convaincre que si il voulait bien me preter ses 4 assistants de langues pour 3h30 ce serait un super effort de sa part.

Parceque j'en ai marre de bosser pour une education qui paye rubis sur l'ongle des etrangers pour faire joli!!

Je suis epuisee par tout ce que je dois faire pour avoir un minimum de soutien de la part de ceux qui sont charges de l'education pour faire des trucs cools pour Leurs enfants. Suis pas don quichotte, je me bats pas contre des moulins a vents!

Et pour nuancer, je ne compare pas specialement en disant que la France c'est bien, j'ai juste dit que je prefere le mode d'apprentissage francais que japonais.
Et j'ai pas juger non plus le primaire, que je trouve mieux au Japon qu'en France, bref, sur ce, je vais m'arreter, ca fait suffisament de frustration pour la journee!

Shizuka-jp
vétéran
vétéran
Messages : 970
Inscription : 23 avr. 2006, 09:00
Localisation : Hamamatsu

Message par Shizuka-jp »

Fujijanet a écrit :
Parceque j'en ai marre de bosser pour une education qui paye rubis sur l'ongle des etrangers pour faire joli!!
Sur ce point je suis bien d'accord avec toi, et il y en a pas mal qui profitent de la situation.

Disons qu'il y a des ALT hyper motivés, qui font un maximum pour remplir leur tâche, et d'autres on se demande à quoi ils servent.

Quand au Board of Education, c'est vrai que ça dépend des responsables, et aussi des régions. Certains ne se préoccupent que de la façade. Ils ont leur quota d'assistants étrangers, ça leur suffit, tout est bien "internationalisé" comme le veut le manuel.

Les écoles en ont d'ailleurs un peu marre de la valse des ALT, qui ne restent qu'un ou deux ans, et ont tous des méthodes différentes, sans parler de leur inégalité de zèle et de savoir-faire.

Avatar de l’utilisateur
Fujijanet
contributeur
contributeur
Messages : 644
Inscription : 18 nov. 2005, 09:00
Localisation : Fukuoka

Message par Fujijanet »

Tu sais a l'arrivee sont tous motives, mais on nous met tellement de batons dans les roues que notre motivation est mise a dure epreuve, d'ou un nombre incroyable qui ne resigne pas et reste seulement 1 ou 2 ans. Normalement on peut rester jusqu'a 5 ans.

Mais on nous embauche: bien sur le papier, mais des qu'on veut faire quelque chose, on a droit a des raleries, des refus non justifies, car voila quoi, c'est l'administration, et c'est l'education, bien codifie, bien tout controle, bien tout comme il faut! Mais faut pas trop en demander!
Dernière modification par Fujijanet le 16 janv. 2008, 20:25, modifié 1 fois.

Shizuka-jp
vétéran
vétéran
Messages : 970
Inscription : 23 avr. 2006, 09:00
Localisation : Hamamatsu

Message par Shizuka-jp »

J'ai connu plusieurs Kyôikuchô, ce sont d'anciens directeurs d'école ou de collège qui terminent leur carrière en "beauté", j'ai l'impression que beaucoup cherchent avant tout à ne pas se compliquer la tâche, et à éviter de se prendre la tête sur des sujets qui leur paraissent secondaires. Surtout qu'ils ont déjà pas mal de travail avec les plaintes diverses émanant des parents d'élèves, les problèmes d'ijime dans certains collèges, etc...

Il faut reconnaître que dans encore trop de cas, les efforts d'internationalisation, et de familiarisation avec l'anglais, ne sont pas vraiment la priorité dans certaines sphères. Ça dépend aussi peut-être des régions.

Dans les régions où il y a peu d'étrangers, il s'agit déjà de familiariser les élèves avec les étrangers, donc même un étranger/potiche c'est mieux que rien. La version étranger/amuseur a plus de succès, mais tout le monde ne s'y prête pas.

Là où je vis, avec un pourcentage exceptionnellement élevé d'habitants étrangers, je crois qu'on a quand même dépassé le stade de l'étranger décoratif, aux yeux bleus de préférence, et qu'on a acquis le droit de s'exprimer, sans passer pour des "nama-iki".

Avatar de l’utilisateur
LupinIII
contributeur
contributeur
Messages : 640
Inscription : 14 mars 2007, 09:00

Message par LupinIII »

On peut dire tout le bien qu'on veut du système français, mais depuis quelques années, le niveau général (orthographe, construction de phrases et traduction à l'écrit de sa pensée) est en chute libre. Je suis effaré non seulement quand je voit des horreurs sur les blogs/sites sur Internet (ces au lieu de c'est, trot au lieu de trop, sa au lieu de ca...), mais également sur les CV que je reçoit, venant pourtant souvent de personnes considérées comme les "élites" (ie. écoles de commerce). Affligeant.

Il est de toute façon impossible de dire que tel ou tel système est bon ou mauvais. Derrière, il y a la culture et l'histoire du pays, ainsi que les mentalités. Vous imaginez demander à des élèves français de nettoyer leur école???

Avatar de l’utilisateur
orlenduz
vétéran
vétéran
Messages : 903
Inscription : 22 juin 2005, 09:00
Localisation : Tokyo

Message par orlenduz »

Pascal a écrit :Bonjour!

Je ne sais pas s'il est possible de faire pencher la balance dans l'autre
sens vu le nombre apparent de personnes qui semblent dénigrer
l'éducation ici. Cependant, je ne suis pas du même avis.



Pascal
Comment ça va Pascal? Franchement, je me doutais que viendrais participer à cette discussion pour redorer le blason du Japon dans le débat ( gentil :) )

En tous cas c'est intéressant.
J'en souvent entendu dire que l'école, c'était bien tant qu'on ne devait pas se taper les cours privés...pas très précis.
On peut dire tout le bien qu'on veut du système français, mais depuis quelques années, le niveau général (orthographe, construction de phrases et traduction à l'écrit de sa pensée) est en chute libre.
Lupin, si on commence à passer en revue le niveau scolaire des collèges français on est pas sortis de l'auberge...Quand j'étais pion dans un collège "sensible" j'ai même vu des elèves qui ne savaient quasiment pas lire mais ils ne faisaient qu'attendre jusqu'à l'âge légal pour quitter l'école...ça n'est pas forcément représentatif.

Ma soeur, qui était revenue en famille en France, après 13 ans en Irlande, est repartie aussi sec là-bas, tellement elle a été atterrée par la nullité de l'enseignement, et par la violence de l'environnement scolaire en France.
Je connais un français qui est revenu pour la même raison au Japon, l'éducation de son fils...

C'est vrai qu'on parle beaucoup pour ne rien dire en France mais au moins on se pose des questions et on est appelé à s'exprimer...(heureusement parceque le cours de maths était pour moi un grand moment de solitude...)
Par contre, si on parle des classes prépas et de leurs discours sur l'"élite de la France" j'en connais qui ont déchanté niveau enseignement quand ils y sont passés.


je vois des enfants epuises
J'ai constaté la même chose mais dans ce cas, c'est souvent les parents un peu trop "ambitieux" pour leurs enfants qui sont à blamer. C'est pas à généraliser évidemment mais la maman qui colle son gamin dans un cours d'anglais après la séance de natation sans lui laisser le temps de respirer, elle fait un peu peur...

Avatar de l’utilisateur
Earendil
contributeur
contributeur
Messages : 521
Inscription : 14 mars 2007, 09:00

Re:

Message par Earendil »

Hachiryu a écrit :En ce qui concerne le système d'éducation japonais, pour avoir une connaissance pratique de tout le cursus, et professionnelle d'une partie, eh bien je peux dire que les idées reçues que les Japonais ne savent pas faire d'exposés, n'apprennent pas à faire des disserts etc.... sont complètement fausses. Mes enfants ont depuis l'école élémentaire eu à faire des travaux de recherche et de présentation des résultats qui étaient fort intéressants et motivants dans des domaines aussi variés que les sciences naturelles, le japonais, l'anglais, l'histoire-géo....
Comment se fait-il alors que les présentations (power point) faites en entreprise soient si mauvaises ???

Je ne sais pas comment c'est en France mais dans mon université en Suisse j'ai appris a présenter et parler tres souvent devant la classe. Dans mes présentations j'évitais de mettre de diapositives surchargées de formules inutiles avec des fonds jaunes fluos et du texte vert. Ici ca semble tres courant...
J'étais a une conférence internationale sur un domaine d'ingénieurie récémment et je peux vous dire que, sans mentir, les pires présentations étaient japonaises :shock:
Pas de fond, un travail non maitrisé par les présentateurs, lors du temps des questions ils se tournaient vers leur supérieur genre "a l'aide".
Sans parler de leur anglais ... :cry: ... (les francais ne sont pas beaucoup meilleurs au passage :wink: )

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 3 invités