Les objets du Shodo ou l’écriture en beauté

« Les objets du Shodo ou l’écriture en beauté »
du 2 au 30 novembre 2019
ESPACE DENSAN
8 bis rue Villedo 75001 PARIS
Tél. 01 40 26 66 70 – ouvert du lundi au samedi de 11h à 19h
mw@sasenis.com – www.espacedensan.com

Image du Presse papiersShodoNée en Chine, la calligraphie japonaise est un art traditionnel qui consiste à écrire des idéogrammes au pinceau et à l’encre. Arrivée au 6e siècle au Japon, il s’est développé avec l’introduction du bouddhisme et l’écriture de ses textes. L’un des premières calligraphies connues est le « Hokke Gisho », attribuée au pinceau du prince Shotoku (574-622).

En japonais, le mot calligraphie se dit « Shodo », ce qui signifie la voie (do) de l’écriture (sho). A la différence de la calligraphie européenne, le Shodo n’est pas considéré uniquement comme un simple moyen d’écriture ou une forme d’art décoratif.
La plupart des Japonais apprécient toujours les subtiles courbes produites par le maître Shodo-ka, témoignage vivant de cette forme d’art traditionnel les plus anciennes et les plus profondes du Japon, où l’accent est mis sur la beauté, la fluidité et l’équilibre de l’écriture.

De nos jours, le Shodo est activement pratiqué à travers le Japon par des personnes de tous âges. Il est enseigné comme matière obligatoire dans les écoles élémentaires, puis en option au lycée comme la peinture ou la musique. A l’école primaire au début de chaque année, les enfants participent à une activité appelée Kakizome, où ils créent des œuvres calligraphiques symbolisant leurs souhaits pour la nouvelle année.

Car en début d’année, les Japonais sont attentifs aux premières choses : premier lever de soleil, première visite au temple… Selon la tradition, le Kakizome est la première calligraphie de l’année écrite au pinceau avec de l’encre noire sur des bandes de papier : un mot ou une phrase de bon augure, quelque chose qui incarne les souhaits ou les résolutions de chacun, ou encore la venue du printemps.
La calligraphie est donc un exemple de la façon dont une tâche utilitaire comme l’écriture peut être transformée en art populaire, bien qu’elle ait beaucoup évolué tout au long de l’histoire du pays.

Pour la cérémonie du thé liée au bouddhisme zen, s’imprégner d’une œuvre de calligraphie pour se libérer l’esprit est une étape essentielle lors de sa préparation. Elle est peinte sur un rouleau suspendu appelé Kakemono, installé dans le Tokonoma, alcôve surélevée dans laquelle sont exposés des objets d’art. Le rouleau choisi avec soin par le maître de thé pour honorer ses hôtes, peut évoquer la saison, le moment de la journée ou bien un sentiment particulier lié à la cérémonie du thé.

De nombreux outils existent pour la calligraphie japonaise, mais 4 seulement sont fondamentaux, appelés les 4 trésors du calligraphe : le papier, le bâton d’encre, les pinceaux et la pierre à encre.

Même si aujourd’hui les gens écrivent moins, la calligraphie est toujours utilisée pour les cartes postales qui transmettent des voeux de bonheur, ou bien lors de funérailles ou autres événements célébrés selon la coutume. Elle décore aussi les enveloppes d’argent offertes aux fiancés durant les mariages.
Tout un univers s’est ainsi naturellement développé autour d’une papeterie variée d’un grand raffinement : des feutres et des stylos à bille sophistiqués, un large éventail de cartes, carnets et feuilles qui peuvent être réalisés à la main en papier washi traditionnel.

Le 2e volet présenté durant le mois de novembre, décliné durant cette nouvelle saison DENSAN qui s’étend d’octobre 2019 à mars 2020, concerne les objets utilisés pour la calligraphie japonaise, à travers différents types d’artisanat issus d’une longue tradition perpétuée à travers les siècles.

Afin de découvrir et pouvoir expérimenter sa beauté simple et profonde, voici maintenant une sélection d’outils provenant de plusieurs régions du Japon, tous porteurs du label d’excellence DENSAN.

Les objets présentés et leurs artisanats :
– Papiers Washi : Mino Washi, Awa Washi et Etchu Washi
– Pinceaux : Kawajiri Fude et Kumano Fude
– Pierres à encre : Akama Suzuri
– Stylos : Echizen Shikki et Kaba Zaiku
– Papier décoratif : Edokarakami

Papier Washi

– Artisanat Mino Washi
Le Mino Washi est un type de papier japonais fabriqué dans la préfecture de Gifu datant de la période Nara (710-794), selon les archives du dépôt Shoso-in montrant qu’il fut utilisé pour un recensement au 8e siècle, parmi une collection de trésors datant de la Route de la Soie conservés dans ce bâtiment de l’époque. Ce fut l’un des papiers les plus connus dans l’archipel, de même pendant la période Edo, où il était utilisé par le shogunat Tokugawa. Réputé pour sa finesse, sa résistance et sa beauté, il est fabriqué à partir de mûrier à papier qui pousse dans les abondantes forêts de la ville de Mino, à l’aide de techniques artisanales hautement raffinées faisant ressortir le meilleur de la matière première. Il a été désigné en tant qu’artisanat traditionnel en 1985.

– Artisanat Awa Washi
Un document du 9e siècle prouve que l’histoire d’Awa Washi remonte à 1.300 ans ; à l’époque une famille au service de la cour impériale connue sous le nom d’Inbe, cultivait du lin et du mûrier et produisait du tissu et du papier. Désigné comme artisanat traditionnel en 1976 et fabriqué dans la préfecture de Tokushima, l’Awa Washi est doux, souple et étonnamment résistant, avec un type de texture et de coloration délicates que seul un papier fait main permet d’obtenir. Quant au papier indigo, il est représentatif des papiers teints naturellement et compte parmi les meilleurs papiers d’art, d’artisanat et d’emballage.

– Artisanat Etchu Washi
L’Etchu Washi dans la préfecture de Toyama ; il remonte à l’ère Nara (710-794). Il est utilisé pour les shoji ou bien encore pour la restauration de biens culturels. Son procédé de fabrication est semblable à celle des autres washi, papiers japonais traditionnels. Il fut désigné comme artisanat traditionnel en 1988.

Pinceaux

– Artisanat Kawajiri Fude
Le lien entre la ville de Kure située dans la préfecture de Hiroshima et les pinceaux remonte au début du 19e siècle où Sanzo Kikutani acquit des pinceaux dans l’actuelle préfecture de Hyogo pour un usage dans les temples ; les avantages de fabriquer des brosses durant la période creuse du calendrier agricole furent expliqués aux agriculteurs locaux. Mais ce sont ceux fabriqués par Ueno Yaekichi au milieu du 19e siècle qui marquèrent les véritables débuts de la production du Kawajiri Fude qui s’est ensuite répandu dans tout le pays. Ces pinceaux sont fabriqués selon une méthode de mélange des poils appelée Nerimaze. Très complexe, elle nécessite des techniques de fabrication très avancées et des compétences bien spécifiques pour produire un pinceau de très haute qualité. L’ensemble du processus qui nécessite plus de 70 étapes, est divisé en trois phases de fabrication du col de la brosse, de la tige et de la finition, tous les composants étant traités un par un à la main. Les matières premières utilisées sont principalement des poils d’animaux pour le col de la brosse et du bambou et du bois pour la tige. Cet artisanat fut reconnu comme artisanat traditionnel en 2004.

– Artisanat Kumano Fude
Pendant la période d’Edo (1603-1868), la vie était très difficile pour les paysans qui partirent chercher du travail dans le district de Kumano à Kishu (actuelle préfecture de Wakayama). De retour, ils vendirent pinceaux d’écriture et encre qu’ils s’étaient procurés sur place, ce qui les mena à fabriquer des pinceaux dans la préfecture d’Hiroshima. Vers la fin de la période Edo, cela devint un métier solidement établi dont les techniques de fabrication furent transmises jusqu’à aujourd’hui. Il existe de nombreuses sortes de pinceaux ou fude en japonais : pour l’école, la calligraphie, la peinture et mais aussi pour le maquillage. Du bois de très grande qualité et des poils en fibres naturelles sont très soigneusement sélectionnés puis assemblés, afin d’obtenir des pointes fines et délicates. En 1975, les pinceaux de Kumano ont été désignés comme artisanat traditionnel.

Pierre à encre Akama Suzuri

– Artisanat Akama Suzuri
Des documents témoignent qu’une Akama Suzuri fut offerte au sanctuaire Tsuruoka Hachimangu à Kamakura au début de la période éponyme (1185-1333). Au milieu de la période Edo (1603-1868), ces pierres à encrer, ou suzuri en japonais, étaient vendues dans tout le pays. Faite de couches d’environ un mètre d’épaisseur, la pierre d’Akama apte à être transformée en pierre à encre, est extraite puis transformée au cours d’une douzaine d’étapes. Originaire de la préfecture de Yamaguchi et reconnu comme artisanat traditionnel en 1976, l’Akama Suzuri possède toutes les qualités pour la fabrication d’une bonne pierre à encrer : dense et résistante, facile à travailler, avec un grain et des motifs magnifiques, elle est idéale pour produire rapidement une encre excellente en termes de couleur et de lustre.

Stylos

– Artisanat Kaba Zaiku
Le Kaba Zaiku remonterait à la fin du 18e siècle, où sa technique fut transmise aux habitants de Kakunodate par la famille Satake Kita du district d’Ani au nord de la préfecture d’Akita. Les samouraïs de rang inférieur de la région ont repris cette activité de fabrication d’objets à base d’écorce de cerisier qui s’est développée au début de la période Meiji (1868-1912) avec la perte de leur statut de guerriers. Le Kaba Zaiku est fabriqué uniquement au Japon à partir de l’écorce du cerisier de montagne Yamazakura. Il existe plus de douze variétés d’écorces dont les variations de l’écorce font qu’il n’existe jamais deux pièces identiques. La boîte à thé est la version la plus connue de cet artisanat traditionnel désigné en 1976.

– Artisanat Echizen Shikki
Au 6e siècle, un laqueur reçut l’ordre de recouvrir la coiffe de l’Empereur de l’époque, qui reconnut la qualité de son travail quand il lui présenta un bol laqué noir, ce qui encouragea l’essor de l’Echizen Shikki. La laque d’Echizen (shikki = laque en japonais), produite dans le quartier d’Echizen de la ville de Sabae (préfecture de Fukui), fut désignée comme artisanat traditionnel en 1975. Une grande variété d’articles y sont réalisés : articles de fête, différents types de boîtes, ustensiles à thé, baguettes, stylos, bols à soupe… dont le lustre et l’éclat raffinés ravissent les Japonais.

Papier décoratif Edokarakami

– Artisanat Edokarakami
L’origine de ces papiers décoratifs remonte à un type de papier utilisé pendant la période Heian (794-1185) pour l’écriture d’un style de poèmes appelé waka. Ce n’est qu’au Moyen-Âge qu’ils furent appliqués sur les cloisons coulissantes fusuma qui séparent les espaces. Promus par le Shogunat pendant la période d’Edo (1603-1868), la demande pour ces documents s’est développée. L’Edokarakami reflète la culture des habitants d’Edo par la liberté sans entraves de leurs motifs ; les plus appréciés concernent l’intimité de la vie quotidienne, les fleurs et les ambiances saisonnières. Ces papiers décoratifs sont imprimés au pochoir à l’aide de blocs de bois ou décorés de feuilles d’or et d’argent ; de nos jours, ils sont toujours utilisés sur les fusuma et les shoji, généralement translucides. Chacune de ces méthodes a été transmise par ses propres écoles et ses artisans. C’est en 1999 que l’Edokarakami fut désigné comme artisanat traditionnel.

Institut français de recherche sur le Japon – PROGRAMME JUIN – JUILLET – SEPTEMBRE 2019

Maison Franco-Japonaise de TokyoInstitut français de recherche sur le Japon (UMIFRE 19)
à la Maison franco-japonaise
PROGRAMME JUIN – JUILLET – SEPTEMBRE 2019

L’Institut français de recherche sur le Japon (UMIFRE 19) à la Maison franco-japonaise a le plaisir de vous inviter aux manifestations qui auront lieu en juin, juillet et septembre 2019.

JUIN 2019
Lundi 3 juin / 18h30-20h30 / auditorium / avec traduction simultanée
Conférence / La démocratie, malade du marché
[Conférencier] Alain SUPIOT (Collège de France)
[Discutant] NISHITANI Osamu (prof. émérite à l’univ. des langues étrangères de Tokyo)
[Modérateur] HASHIMOTO Kazumichi (univ. Waseda)
https://www.mfj.gr.jp/agenda/2019/06/03/alain_supiot/

Vendredi 14 juin / 12h30-14h / salle 601 / en anglais sans traduction
Lunch Seminar on Japanese Economy and Society / The Bank of Japan: Monetary Policy, Central Bank Independence and Central Bank Transparency
[Speaker] Markus HECKEL (DIJ)
[Moderator] Jean-Pascal BASSINO (IFRJ-MFJ)
https://www.mfj.gr.jp/agenda/2019/06/14/ls_heckel/index.php

Mardi 18 juin / 18h30-20h / auditorium / avec traduction simultanée
Conférence / Paysages en suspension : la littérature japonaise au présent. Défis et dynamiques
[Conférencière] Cécile SAKAI (IFRJ-MFJ)
[Modérateur] MIURA Nobutaka (Fondation MFJ)
https://www.mfj.gr.jp/agenda/2019/06/18/sakai_litterature/index.php
* Informations et inscription sur le site de la Fondation MFJ :
https://www.mfjtokyo.or.jp/fr/events/lecture/20190618.html
Tarif : 1 000 yens (500 yens pour les étudiants, gratuit pour les membres de la MFJ)

Lundi 24 juin / 18h30-20h30 / auditorium / avec traduction simultanée
Conférence / La création en sciences sociales
[Conférencier] Ivan JABLONKA (univ. Paris 13)
[Discutant] ONO Masatsugu (écrivain)
[Modératrice] Cécile SAKAI (IFRJ-MFJ)
https://www.mfj.gr.jp/agenda/2019/06/24/ivan_jablonka/index.php

JUILLET 2019

Lundi 1er juillet / 18h30-20h / auditorium / avec traduction simultanée
Table ronde / SARU – Vie et comportements culturels des macaques japonais
[Intervenants] Cédric SUEUR (univ. de Strasbourg), MATSUZAWA Tetsurô (univ. de Kyoto)
[Modérateur] MIYAMOTO Hiroyuki (ex-directeur du JSPS Strasbourg Office)
https://www.mfj.gr.jp/agenda/2019/07/01/saru/index.php
* L’exposition « SARU, singes du Japon » aura lieu du 1er au 12 juillet à la galerie de la Maison franco-japonaise (de 11h à 19h, entrée libre). Un vernissage est prévu après la table ronde.

SEPTEMBRE 2019

Lundi 2 septembre / 10h-18h / salle 601 / en français sans traduction
Journée d’étude / Retour à la terre, pensées utopiques et écologies : comparaison Europe-Japon
https://www.mfj.gr.jp/agenda/2019/09/02/retour_a_la_terre/index.php

Samedi 21 et dimanche 22 septembre / 10h-18h (21/09), 10h-17h (22/09) / avec traduction simultanée pour le 21/09, en japonais sans traduction pour le 22/09
Colloque international / Le patrimoine intellectuel de Katô Shûichi et l’avenir du Japon
https://www.mfj.gr.jp/agenda/2019/09/21/kato_shuichi/index.php
https://www.mfj.gr.jp/agenda/2019/09/22/kato_shuichi/index.php
* Programme détaillé (PDF)
https://www.mfj.gr.jp/agenda/flyerkatoshuichi.pdf
* Informations et inscription sur le site de la Fondation MFJ :
https://www.mfjtokyo.or.jp/fr/events/symposium/20190921c.html
https://www.mfjtokyo.or.jp/fr/events/symposium/20190922a.html
Si vous souhaitez participer les 21 et 22, prière de vous inscrire aux deux dates

Vendredi 27 septembre / 10h-18h / salle 601 / en anglais sans traduction
Workshop / Living in a Nuclear World: Order, Knowledge, and Normalization
https://www.mfj.gr.jp/agenda/2019/09/27/nuclear/index.php
L’accès aux manifestations décrites ci-dessus est libre et gratuit (sauf mention contraire), dans la limite des places disponibles. Merci de vous inscrire depuis la page Agenda de notre site web. Diffusé par :
Institut français de recherche sur le Japon à la Maison franco-japonaise (IFRJ-MFJ)
3-9-25, Ebisu, Shibuya-ku, Tokyo 150-0013
Accès : http://www.mfj.gr.jp/acces/
Tél. 81-3-5421-7641 / Fax 81-3-5421-7651
E-mail : contact@mfj.gr.jp
© 2019, IFRJ-MFJ

L’artisanat japonais à la pointe de l’innovation – 6e édition 2019

Visuel général Synergies bd 2

« Synergies entre tradition et modernité »
L’artisanat japonais à la pointe de l’innovation – 6e édition

< du 5 au 16 février 2019, Maison de la culture du Japon à Paris, 101 bis quai Branly Paris 15e
01 44 37 95 01, ouvert de 12h à 20h sauf dimanche et lundi
www.mcjp.fr

< Discover Japan, 12 rue Sainte-Anne Paris 1er
Tél. 01 42 60 66 52 – contact@discoverjapanparis.fr
Page Facebook : Discover Japan Paris
Ouvert du lundi au samedi de 12h à 20h – entrée libre

< du 20 au 24 février 2019, Espace Cosmopolis
18 rue Scribe 44000 Nantes – Tél. 02 52 10 82 00 – www.nantes.fr/cosmopolis, ouvert du lundi au vendredi de 13h30 à 18h – samedi et dimanche de 14h à 18h
Entrée libre à l’exposition – réservations par téléphone

« Synergies entre tradition et modernité » sera le 3e et dernier événement consacré à l’artisanat nippon : « un artisanat local à la pointe de l’innovation », en ce mois de février 2019 qui verra la clôture de la saison culturelle de Japonismes 2018 célébrant le 160ème anniversaire des relations franco-japonaises.

Co-organisé par le Centre Japonais des Collectivités Locales (CLAIR Paris) et la Fondation du Japon, cet événement de grande ampleur qui se tiendra à la Maison de la culture du Japon du 5 au 16 février 2019, présentera des savoir-faire d’exception transmis par des générations d’artisans jusqu’à nos jours, à partir de trois aspects de la vie des Japonais (I-Shoku-Jû) : l’habillement (i), les arts de la table (shoku) et l’habitat ().

Voici une occasion unique de découvrir les techniques artisanales de 15 collectivités locales et leur admirable capacité à s’adapter aux besoins des styles de vie contemporains, tout en innovant dans de nombreux domaines : soie, textiles, art du verre, laque, orfèvrerie, céramique, coutellerie, travail du bois, papier washi, etc.

L’artisanat traditionnel des différentes régions de l’archipel est aux origines du monozukuri, l’art de concevoir des objets. Aujourd’hui encore, le design élégant, la fabrication minutieuse et la haute qualité de ces objets enrichissent la vie quotidienne des Japonais.

Au programme de cette manifestation, une exposition-vente réunissant au total plus de 250 objets, des ateliers, des conférences et des projections de films (réservations sur www.mcjp.fr ).

En parallèle et également du 5 au 16 février 2019, une exposition similaire aura lieu chez Discover Japan dans le quartier de l’Opéra à Paris.

Puis, du 20 au 24 février, ce sera au tour de la ville de Nantes d’accueillir cet événement exceptionnel à l’Espace Cosmopolis avec une exposition identique, des ateliers, des conférences et une projection.

Ces trois lieux différents présenteront donc conjointement toute la diversité des savoir-faire des 15 collectivités locales suivantes, toutes porteuses d’un patrimoine artisanal et culturel d’une grande richesse.

– Les départements présents :
Aomori, Iwate, Toyama, Gifu, Osaka, Nara, Kagawa.

– Les villes présentes :
Tsuruoka (Dép. de Yamagata), Tomioka (Dép. de Gunma), Niigata (Dép. de Niigata), Takaoka (Dép. de Toyama), Fujiyoshida (Dép. de Yamanashi), Fukui  (Dép. de Fukui), Maniwa (Dép. d’Okayama), Kumamoto (Dép. de Kumamoto).

Événement DENSAN intitulé « Matières précieuses », du 1er février au 30 mars 2019

Le prochain événement DENSAN intitulé « Matières précieuses » aura lieu du 1er février au 30 mars à l’ESPACE DENSAN – 8 bis rue Villedo Paris 1er.

Trois styles d’artisanat d’excellence y seront présentés : « Takaoka-doki », « Onigawara » et « Higo zogan ».

Les maîtres artisans viendront du Japon pour des conférences – démonstrations les 20, 21 et 22 février à l’ESPACE DENSAN (programme détaillé à venir).
HigoZogan DENSAN25

– Takaoka-doki / Atelier Momentum Factory Orii :
La ville de Takaoka (préfecture de Toyama) fabrique de nos jours 95% des objets en cuivre au Japon.
L’histoire du « Takaoka-doki » remonte en 1611 au début de l’ère Edo (1600-1868), lorsque le clan Maeda du fief de Kaga invita sept fondeurs de métaux hautement qualifiés à venir travailler dans un atelier nouvellement ouvert.
Fondé en 1950 et spécialisé en coloration des objets en cuivre, l’Atelier MOMENTUM FACTORY ORII a collaboré à la décoration du Palais impérial, puis plus récemment à celle de bâtiments modernes comme le Roppongi Hills à Tokyo ou l’hôtel Hyatt à Séoul.
Dirigé par Hiroshi Orii, il est le seul au monde à proposer des objets de décoration colorés en cuivre et en laiton, réalisés grâce à l’application d’une technique de coloration sur de fines feuilles laminées.
Horloges, vases, plateaux et bijoux sont déclinés en de subtiles nuances dans ce matériau sophistiqué au rendu très contemporain, porteur d’un héritage culturel d’un grand raffinement.

– Onigawara / Atelier Onifuku :
L’histoire de l’ « Onigawara » remonte à plus de dix siècles : ce type d’ornementation des toits dans l’architecture japonaise représente un ogre japonais (ou Oni) ayant pour mission de chasser les mauvais esprits afin de protéger les temples, les châteaux et les maisons.
Equivalent aux gargouilles occidentales, ce gardien des édifices a fait sa première apparition en 1363 dans le temple Chokyuji à Nara.
Dans la région de Mikawa (préfecture d’Aichi), Sansyu est l’un des trois lieux de fabrication du Kawara (tuiles en argile) qui s’y fabriquait déjà
au 6e siècle ; le « Sansyu Onigawara » est une technique artisanale complexe du travail de l’argile qui requiert une longue expérience.
Fondé il y a plus de 100 ans dans la ville d’Hekinan, l’Atelier ONIFUKU géré par Hiroshi Suzuki (représentant de la 3e génération), a collaboré avec de célèbres temples. En dehors de sa production d’Onigawara, l’Atelier conçoit des objets de décoration de couleur gris mat (ou ibushigin ), idéale pour décorer et apaiser un espace.

– Higo zogan / Association Kumamoto Handicrafts :
Le « Higo Zogan » ou damasquinage d’Higo est un artisanat traditionnel de la ville de Kumamoto située dans la préfecture du même nom,
à l’ouest de l’île de Kyushu.
Initié par Hayashi Matashichi, alors au service du clan Hosokawa qui l’appliquait sur la garde des sabres et des fusils, il fit son apparition à l’ère Kan’ei (1624-1644) durant l’époque d’Edo.
Le damasquinage d’Higo consiste à graver de fines rainures dans du fer pour y insérer par martèlement un motif moulé dans une feuille d’or
ou d’argent pur. Symbole de l’esprit de la culture samouraï, cette technique devint représentative de l’artisanat d’art de Kumamoto, reconnu
pour sa beauté élégante.
L’Association KUMAMOTO HANDICRAFTS regroupe 69 artisans dont seulement de nos jours une d’artisans damasquineurs qui fabriquent de délicats objets, principalement des bijoux.

Japonismes 2018 – Evénement DENSAN : « L’espace d’harmonie japonaise créé par le bois »

Kamakura bori  DENSAN  bd 1 2DENSAN est le label de l’artisanat japonais d’excellence, véritable vitrine du patrimoine artisanal nippon, dont les créations sont sélectionnées chaque année sur tout l’archipel selon de rigoureux critères par le METI (Ministère de l’Economie, du Commerce et de l’Industrie au Japon).

Voici les informations concernant le prochain événement DENSAN
intitulé « L’espace d’harmonie japonaise créé par le bois » qui aura lieu
du 17 novembre 2018 au 30 janvier 2019
à l’ESPACE DENSAN – 8 bis rue Villedo Paris 1er
.

Deux styles d’artisanat d’excellence du bois y seront à l’honneur : le « Nagiso Rokuro-zaiku » et le « Kamakura-bori ».
Les maîtres artisans seront présents à Paris pour des conférences, démonstrations et workshops les 22, 23 et 24 novembre.

– « Nagiso Rokuro-zaiku / Atelier Yamaichi Ogura Rokuro :

Pratiqué depuis le 18e siècle (ère Edo) près de la ville de Nagiso (préfecture de Nagano), le « Nagiso Rokuro-zaiku » est un artisanat traditionnel qui se distingue par son magnifique grain de bois conservant la beauté authentique de la nature, mis en valeur par une méthode unique de tournage.
Les maîtres de cet artisanat appelés « Kijishi », connus depuis les années 900, sont réputés pour leur très haut niveau d’habileté et leur connaissance approfondie des propriétés du bois.
Fondé en 1976, l’Atelier Yamaichi Ogura Rokuro est dirigé par le maître Kazuo Ogura ; avec 35 ans de carrière à son actif, il a reçu une certification nationale en 1996 en tant qu’artisan de première qualité.
Toutes ses créations expriment avec une grande finesse la chaleur et la simplicité du bois naturel : bols, coupelles, assiettes et les vases
de la gamme UFO (Ovni) au design très contemporain.

– Kamakura-bori / Atelier Kamakura-bori Aoyama Studio :

Le « Kamakura-bori » ou gravure sur bois laqué de Kamakura est issu d’un savoir-faire de 800 ans d’histoire qui a vu le jour dans la ville de Kamakura (préfecture de Kanagawa).
A l’origine, cet artisanat a donné naissance à des bols, boîtes à thé, statues bouddhiques, présents dans les temples bouddhistes d’obédience zen dont la ville de Kamakura, ancienne capitale durant l’époque éponyme (1185-1333), représente le berceau dans l’archipel.
Le raffinement de ces objets résonne encore aujourd’hui auprès des spécialistes comme gage de confiance et de qualité.
Fort de son expérience de plus de 40 ans, Tsuneaki Aoyama a fondé l’Atelier Kamakura-bori Aoyama Studio en 1980 avec le souhait d’inscrire ce précieux héritage dans une utilisation contemporaine au quotidien.
Il a remporté de nombreux grands prix pour l’excellence de son travail qui relie la tradition à la modernité, la nostalgie à l’originalité à travers ses créations : obidome (ornements pour kimonos), assiettes, plateaux, broches et miroirs.

Passion des antiquités japonaises : « L’art ou le beau » conférence d’Yvan Trousselle le 15 novembre 2018

Yvan Trousselle, antiquaire à Tokyo, donnera une conférence sur les antiquités japonaises.
Passion des antiquités japonaises : L’art ou le beau.

Date : jeudi 15 novembre 2018, de 19h00 à 20h30
Lieu: Espace Images de l’Institut Français du Japon – Tokyo
15 Ichigaya-Funagawara-cho, Shinjuku-ku, Tokyo 162-8415
Téléphone: 03-2500-5206
Accès: http://www.institutfrancais.jp/tokyo/fr/about/contact/

INSCRIPTIONS : https://2a0c5fffb43cf059fcc1ed07fb.doorkeeper.jp/

Membres UFE : gratuit / Non-membres UFE : 1.500 yens
pour participation aux frais d’organisation de la conférence.

——— Présentation du conférencier ————-
Yvan Trousselle, docteur en sociologie, arrive au Japon en 1985 où il exerce le métier de journaliste.
Il repart ensuite quelques années aux États-Unis pour venir se réinstaller à Tokyo en 2003. Il arrête alors sa carrière de journaliste pour se consacrer à sa passion des antiquités tout en donnant chaque semaine des cours de français à l’université de Tokyo.
Lors de son retour en 2003, il installe sa boutique d’antiquités « dents-de-lion » dans le quartier d’Akihabara. A cette époque, il vendait essentiellement de la porcelaine imari et autres céramiques ainsi que des articles faits à base de vieux kimonos. Autodidacte dans le domaine des antiquités japonaises, Yvan TROUSSELLE, seul antiquaire occidental dans le Kanto, a depuis largement diversifié son offre. Sa boutique recèle de nombreux objets (uniquement artisanaux) : vaisselle, bouddhas, meubles, masques de no, objets en laque…dont vous pouvez voir un aperçu sur le compte Instagram (dentsdelion_antiques). En 2008, il a écrit un ouvrage sur les porcelaines aux éditions au CNRS : « La voie du imari ».
Yvan Trousselle nous fera partager sa passion des antiquités japonaises notamment par la présentation de certains de ses objets.
Par la présentation de ces objets, Monsieur TROUSSELLE va nous apprendre ou nous rappeler que l’appréhension des Beaux-Arts est radicalement différente en Orient et en Occident. En effet, un objet apprécié en orient ne l’est pas forcément en occident.

Les personnes assistant à la conférence peuvent prolonger le débat avec le conférencier en dînant à la brasserie de l’Institut français, réservation à effectuer auprès de l’établissement : tel 03-5206-2741
La Brasserie de l’Institut
15 Ichigaya-funagawara-machi, Shinjuku-ku, Tokyo 162-8415
http://www.institutfrancais.jp/tokyo/fr/brasserie/

Copyright : Association UFE Japon

Marché de Noël japonais et Salon Idées Japon du 28 novembre au 1er décembre 2018

Le Marché de Noël japonais et le Salon Idées Japon se tiendront du mercredi 28 novembre au samedi 1er décembre 2018 à l’Espace Cinko au 12-18 Passage Choiseul Paris 2e (Métro : Pyramides / Quatre Septembre)
Sur 2 niveaux : au rez-de-chaussée (200 m2) et au niveau -1 (150m2)
Ouverture de 11h30 à 19h30 – Entrée libre

Il y aura 4 jours d’exposition-vente, en présence de plus de 40 créateurs, artistes et spécialistes franco-japonais, pour trouver des idées de cadeaux de Noël de style japonais.

Le marché sera composé d’une exposition-vente, avec également au programme des ateliers de création, des démonstrations et des dégustations de boissons.

Ce sera l’occasion de trouver des idées de cadeaux originaux de style japonais, mais aussi de rencontrer des créateurs japonais en direct.
Au rez-de chaussée, une grande variété de créations et d’objets sera présentée : accessoires, bijoux, cartes, calligraphies, objets déco, papiers, poupées, pochettes et sacs, chapeaux, kimonos enfants, tissus, livres…

Le niveau -1 accueillera des stands sur l’alimentation et les arts de la table, la pâtisserie, le thé, le saké, les épices et la poterie, mais aussi un espace consacré au voyage « Mura-tabi Kyushu », où un groupe de petits fermiers et pêcheurs originaires de la région de Kyushu présentera des idées de voyages autour du tourisme rural, avec des démonstrations et dégustations de produits locaux.

À ce même niveau, des ateliers de création seront animés par des créateurs et des artistes sur des sujets variés : fabrication de noeuds papillon et boutons en tissus de bordures de tatami, d’un bracelet réalisé en tressage traditionnel kumihimo,
d’objets de décoration en papier et de pinces à linge en tissu en forme d’animaux.

La programmation détaillée des ateliers de création et des exposants figure sur le site : www.jipango.com

< Le Salon Idées Japon est organisé par l’association Jipango qui fête ses 20 ans cette année, en partenariat avec le journal Idées Japon www.ideesjapon.com >

12 ateliers célèbrent le printemps à l’ESPACE DENSAN du 3 avril au 31 mai 2018

« 12 ateliers célèbrent le printemps à l’ESPACE DENSAN » du 3 avril au 31 mai 2018 au 8 bis rue Villedo 75001.

A l’occasion de cet événement, 12 ateliers présenteront leurs créations chacun dans leur domaine particulier, selon un savoir-faire transmis par les maîtres-artisans de génération en génération et remis au goût du jour pour les adapter au style de vie contemporain :

– Atelier HIRADO KOHSYO DANEMON KILN : vase en porcelaine de style Mikawachi-yaki
– Atelier WATABUN : cravates et pochettes 100% soie
– Atelier URUSHI ART HARIYA : bijoux en laque, nacre et poudre d’or pour femmes et hommes
– Atelier FUTABA-EN : porte-monnaie et pochettes
– Atelier MONUMENTUM FACTOR ORII : objets colorés en cuivre et en laiton
– Atelier YUUYUUSYA ARAKO : céramique de Mino
– Atelier KAMAKURABORI SANSUIDO : plateaux en bois sculpté et laqué
– Atelier KOUSEIDO : sous-verres dorés à la feuille et tables d’appoint
– Atelier HIROSHIMA ARTIST BRUSH : pinceaux de maquillage
– Atelier SAKAI TEXTILE : tissus 100 % soie
– Atelier CHUSHIN KOBO : théières en fonte
– Atelier KYOTO SHIBORI BIKYO : créations textiles en Shibori

Voir le site : www.espacedensan.com

DENSAN est le label du savoir-faire artisanal japonais d’excellence, qui bénéficie du soutien du METI (Ministère de l’Economie, du Commerce et de l’Industrie au Japon) ; ouvert de façon permanente dans le quartier de l’Opéra depuis octobre 2016, l’ESPACE DENSAN fait connaître à Paris la richesse des nombreuses créations d’excellence de l’artisanat japonais sélectionnées par DENSAN et le METI.

A Tokyo, l’association DENSAN fondée en 1975 dispose d’un espace d’exposition, le « Japan Traditional Crafts Aoyama Square ».

En 2018, le METI a effectué une sélection sur tout l’archipel pour désigner 230 catégories d’objets parmi des milliers, répondant à de rigoureux critères d’exigence : utilisation dans la vie quotidienne, fabrication à la main selon des techniques traditionnelles et des matériaux restés inchangés depuis au moins 100 ans.
Catégories d’objets : papier washi fait à la main, tissus, objets en métal, objets en verre, céramiques, objets en bois et en bambou, laques, objets pour l’écriture…

L’ESPACE DENSAN en est la vitrine destinée au grand public comme aux professionnels, afin de promouvoir le travail des artisans japonais qui souhaitent se faire connaître à l’étranger, en bénéficiant du label DENSAN qui représente « l’artisanat japonais à travers son histoire, son raffinement et son originalité, mêlant esthétisme et fonctionnalité ».

Durant les événements DENSAN, les créations présentées sont renouvelées régulièrement et des artisans viennent spécialement du Japon pour partager leur savoir-faire sur un thème particulier en lien avec leurs pratiques.
Une occasion unique pour le public parisien de venir découvrir toute la richesse de l’artisanat nippon auprès des artisans japonais durant leurs workshops, durant lesquels ils expliquent leurs savoir-faire pratiqués depuis des siècles dans leurs régions et qu’ils appliquent avec virtuosité à la vie moderne (démonstrations à l’ESPACE DENSAN avec accès au public sur réservation).

Les Francais font leur Rakugo – Tour du Japon 2017

Tournée triomphale au Japon en ce moment. Après Osaka, Nagoya, Gifu, Fukuoka et Nagano, date unique à Tokyo ce dimanche. Réservez vite !

dimanche 17 décembre
Rakugo Café Jimbocho
Ouverture des portes à 17h30
Spectacle à 18h00
Fin vers 20h00
1500 yens en pré-vente
1800 yens à la porte

Réservation par email
cyril@cyco-o.com

Détails sur
http://cyco-o.com

Association Jipango : ateliers découverte de techniques ancestrales et marché de Noël japonais

Nous relayons des informations de l’association Jipango

Ateliers découverte de techniques ancestrales

Pendant le salon Idées Japon de décembre, comme chaque année, plusieurs ateliers création seront programmés.

Cette année, trois spécialistes venant du Japon présenteront les techniques de fabrication de l’encens oko, la reliure wa-toji, et tenugui, et proposeront des idées pour les remettre au goût du jour.

お香Oko, l’encens

4photos encens bd
Sanae Saito, instructeur certifié pour l’encens japonais, proposera en ateliers la fabrication de 3 styles d’encens.
Neriko : fabriqué avec de la poudre d’encens et de la mélasse. Il est un peu chauffé, ce qui lui donne un parfum de bois aromatique.
Zuko : traditionnellement utilisé pour la purification du corps. Aujourd’hui à la mode, il est appliqué sur les poignets comme fragrance.
Huile Oko : un mélange de senteurs végétales et d’huile.

Durée d’une séance : 1h30 – 2h

Dates et horaires au choix :
Jeudi 7 à partir de 11h45 (neriko), vendredi 8 de 14h (Zuko)  et samedi 9 de 16h30 (huile oko)

Participation : 35 € (matériel inclus) par atelier.
Inscription par mail : jipangoactivite3@gmail.com


和綴じ Wa-toji, reliure de style japonais

watoji 3photos bd
Kanako Arito est la fille de Shunji Arito, qui représente la 3e génération de la société familiale spécialisée depuis plus de 120 ans dans la fabrication de cahiers et de livres avec la technique de wa-toji, la reliure manuelle. Lors du salon Idées Japon, Kanako enseignera les bases du wa-toji avec la technique des 4 trous, le yotsume-toji.

Durée d’une séance : environ 1h

Dates et horaires au choix :
Jeudi 7 à partir de 14h, vendredi 8 de 16h30 et samedi 9 de 11h45

Participation : 30 € (matériel et cahier en papier washi inclus) par atelier.
Inscription par mail : jipangoactivite3@gmail.com


てぬぐい Tenugui
tenugui 4photos

Harumi Sawa Kojima, designer, crée ses produits (vêtements, accessoires et papeteries) avec des tenugui-riénzomé provenant de Nihonbashi Ningyo-cho Todaya Shôten, la maison qui les fabrique depuis 145 ans.
Dans cet atelier, les participants découvriront des techniques de création de porte-feuille et aussi d’emballages pour bouteilles, livres et boîtes.

Dates et horaires au choix :
Jeudi 7 à partir de 16h30, vendredi 8 de 11h45 et samedi 9 de 14h

Participation : 30 € (un tenugui artisanat offert) par atelier.
Inscription par mail : jipangoactivite3@gmail.com

http://www.jipango.com/

^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^

SALON IDEES JAPON

Marché de Noël japonais

Du mercredi 6 au samedi 9 décembre 2017
de 11h30 à 19h30
Petit Cinko et Espace Cinko :
8 – 10 et 12 – 18 Passage Choiseul, Paris 2e.
 Entrée libre

D’une surface totale de 350 m2 (2 espaces), le marché se composera de :
Expo-vente Idées cadeaux japonais,
Espace de découvertes culinaires et de thés japonais, 
Exposition de calligraphie « Les mots du Zen » et
Ateliers création


AU REZ-DE-CHAUSSEE
(Espace Cinko & Petit Cinko)
Expo-vente Idées cadeaux japonais
Plus de 50 stands de créateurs et de spécialistes

L’expo-vente se déploiera au niveau rue des 2 espaces, où les visiteurs pourront faire le plein d’idées cadeaux et échanger avec plus de 50 créateurs et spécialistes qui seront heureux de partager en direct leurs passions et leurs savoir-faire.

acce ayumi dec tissu keiko
dec art misaki
dec papier
adeline art aquaphyte dec

AU NIVEAU – 1
(Espace Cinko)
« 和の味 Wa no aji, saveurs du Japon »
Espace découvertes culinaires et thés japonais
dégustations, démonstrations, vente, consommation sur place…

Il proposera à la fois des stands de pâtisserie, d’alimentation et de thés japonais, etc. ainsi que des dégustations, démonstrations, de la vente et consommation sur place…

nishikidori
dec umaicha dec  dorayaki mayusan  autour riz 1 mochi

http://www.jipango.com/