S’attacher aux enfants : Une anthropologie de la paternité 24/11/2016 MFJ

Maison Franco-Japonaise de TokyoCycle de conférences « Amour et passion : une approche anthropologique »
S’attacher aux enfants – Une anthropologie de la paternité

Source et inscription : cliquer ICI
Date : jeudi 24 novembre 2016 / 18h30 – 20h30
Lieu : Auditorium de la Maison Franco-Japonaise de Tokyo
Conférencier : Mélanie Gourarier (LISST, Université de Toulouse Jean Jaurès)

Si les études féministes et les études sur le genre ont permis de questionner l’invariant d’un attachement maternel, peu de travaux se sont attelés à l’amour paternel. Penser l’amour paternel permet pourtant de mettre en perspective les conceptions naturalisantes de la maternité et de problématiser la question du lien : qu’est-ce qui fait l’attachement des pères aux enfants ? Cette intervention s’intéressera aux pratiques et discours émotionnels d’hommes qui cherchent à se présenter comme de « bons » pères ou à se distancier d' »assignations » à la paternité. Deux terrains seront présentés. Le premier s’est déroulé au sein d’une association de défense du droit des pères en France, le Mouvement pour la condition paternelle. Particulièrement visibles grâce aux actions spectaculaires menées depuis une quinzaine d’années, ces associations revendiquent un droit des pères, souvent conçu dans l’opposition à celui des mères. Dans ce cadre, la paternité est envisagée non seulement comme un aboutissement individuel mais comme un enjeu politique de la « cause des hommes ». Les hommes qui adhèrent à ces associations travaillent à l’émergence d’un « nouveau père », investi dans les soins et le quotidien de ses enfants. Ces situations seront mises en perspective avec un second terrain en cours mené à New York au sein d’un laboratoire de prélèvement de l’ADN spécialisé dans les tests de paternité. Dans ce contexte où la paternité fait l’objet d’un doute et peut-être remise en question, comment se redéfinit la valeur de l’attachement aux enfants ?

Biographie
Mélanie Gourarier est post-doctorante, membre du programme ANR Ethopol (Lisst/Toulouse). Ses recherches relèvent d’une anthropologie politique et d’une anthropologie de la parenté. Elle travaille actuellement sur les usages de l’ADN dans la détermination des paternités contemporaines en France et aux États-Unis. Elle a soutenue une thèse à l’Ehess en 2012 intitulée « Séduire les femmes pour s’apprécier entre hommes. Une ethnographie des sociabilités masculines au sein de la Communauté de la séduction en France » à paraître en 2017 aux Éditions du Seuil

Bibliographie
2017 (à paraître), Les ruses de la séduction, Seuil
2016, « Parentés contemporaines », avec Séverine Mathieu, Journal des anthropologues
2014, « Quand le trouble amoureux contrarie le masculin : la gestion des émotions amoureuses au sein de la Communauté de la séduction en France », Sociologie et sociétés, vol.46, n°1, p. 37-57.
2014, « Le « mauvais genre » de l’Internet. Séducteurs des rues/séducteurs de la toile », Hermès, n°69/2, p. 45-49.
2014, « »Désaffecter » la galanterie masculine. La redistribution des transactions hétérosexuelles au sein de la Communauté de la séduction en France », Pensée Plurielle, n °33-34, p. 213-223.
2013, « La Communauté de la séduction. Des apprentissages masculins », Ethnologie Française, vol.43, n°3, p.425-432.

Modérateur : Jean-Michel BUTEL (UMIFRE 19–MFJ)
Organisation : Bureau français de la MFJ
Soutien : Institut français (Paris)
Collaboration : Ambassade de France au Japon/IFJ.
En français avec traduction simultanée
Source : http://www.mfj.gr.jp/agenda/2016/11/24/24_nov_gourarier/

Lettre de Mars 2016 du GIS Réseau Asie – Info Japon

GIS Reseau AsieConsultez l’intégralité de la lettre mensuelle du GIS Réseau Asie sur son site web :
http://www.gis-reseau-asie.org/abonnement-lettre
Article du mois

Maruyama Masao et la pensée japonaise d’après-guerre
Bernard Stevens Université de Louvain-la-Neuve (Belgique)

Maruyama masaoSi les noms de Nishida et de ses disciples de l’école de Kyôto sont aujourd’hui connus en pays de langue française, le paysage philosophique japonais récent reste encore largement ignoré. Que savons-nous du succès de la pensée marxiste dans l’immédiat après-guerre, au moment du déclin de l’école de Kyôto ? Que savons-nous des existentialistes japonais dans la mouvance sartrienne durant les années 1950-1960 ? Que savons-nous de l’immense productivité des commentaires japonais sur quasiment tous les courants philosophiques occidentaux les plus novateurs ?…

Pour schématiser à l’extrême une situation évidemment plus complexe, on pourrait dire qu’à l’école de Kyôto 京都学派, dominant le paysage philosophique d’avant guerre, succède l’influence du Nihon Tetsugakukai 日本哲学会 (« Société philosophique du Japon »), animé principalement par l’Université de Tôkyô et fortement tributaire d’un marxisme qui se relève glorieusement des persécutions durant les années sombres du militarisme, en même temps qu’il manifeste la pleine liberté de pensée d’un Japon soucieux de se reconstruire sur des bases solidement démocratiques. Le courant marxiste japonais d’après 1945, exerçant une véritable fascination sur la quasi totalité des intellectuels, est alors beaucoup plus ouvert aux travaux soviétiques que ne l’est, à la même époque, une Europe meurtrie par la guerre froide, pour ne pas parler d’une Amérique en proie au maccarthysme. Son évolution le montre cependant désireux de dépasser la rigidité idéologique du marxisme-léninisme orthodoxe et de réévaluer la dimension humaniste du matérialisme historique, dont témoignent notamment les textes du jeune Marx. C’est dans ce contexte qu’apparaît une réflexion sur le modernisme et le rapport problématique que le Japon a pu entretenir avec ce dernier. Parmi les penseurs les plus originaux de cette mouvance, on voudra peut-être retenir, en ordre d’éloignement croissant par rapport à l’orthodoxie marxiste : Hiromatsu Wataru, Yoshimi Takeuchi et Mutai Risaku.

Loin derrière la mouvance marxiste on note, dès le milieu des années 1950, un intérêt pour la philosophie analytique surtout américaine, des études portant sur l’épistémologie, sur l’éthique, ainsi qu’une masse considérable de travaux spécialisés consacrés à l’histoire de la philosophie occidentale — l’accent portant en particulier sur l’antiquité grecque et l’Europe médiévale (l’Université Sophia de Tôkyô jouera ici un rôle décisif). Cependant, aucun de ces travaux n’a sérieusement retenu l’attention de quiconque à l’extérieur du Japon.

Accéder à tout l’article

La Société française des études japonaises SFEJ

Bienvenue sur le site de la Société française des études japonaises
http://sfej.asso.fr/
La SFEJ est une association qui réunit les enseignants, chercheurs, étudiants, et toutes personnes qui sont, de par leur profession, concernées par les études sur le Japon.

The French Society of Japanese Studies is an Association of teachers, researchers and students in France and in French-speaking countries, professionally involved in studies concerning Japan.
Nouvelle adresse de la SFEJ

Société Française des Etudes Japonaises
℅ UFR LCAO, case 7009
Université Paris Diderot
5 rue Thomas Mann
75205 Paris cedex 13 France

Cours de japonais du Service Commun de la Formation Continue de l’INALCO – rentrée 2010

Le Service Commun de la Formation Continue de l’INALCO (Langues O’) organise des cours du soir de japonais de 19h à 20h.
Renseignements et inscriptions du 1er au 23 septembre 2010.
tél : 01 55 26 81 10
courriel : formation.continue[arobase]inalco[point]fr
site web : www.inalco.fr/fc
adresse postale : Formation continue, 10 rue Riquet, 75019 Paris
NB : D’autre langues sont également proposées : arabe, chinois, hindi, persan, russe, tibétain, vietnamien.

Vocabulaire utile pour les études doctorales et les co-directions entre le Japon et la France

Petite mise à jour du Wiki pratique pour la vie au Japon.
La page « Étudier au Japon » a été enrichie d’une petite liste de vocabulaire utile pour les études doctorales et les co-directions entre le Japon et la France.
Cliquez ICI pour accéder directement au paragraphe ajouté.
N’hésitez pas à nous signaler du lexique qui vous semblerait utile.

Agrégation de langue et culture japonaises 2010

sfej-logo.jpgUne session de l’agrégation externe de langue et culture japonaises aura lieu en 2010. Les écrits se dérouleront du 13 au 16 avril 2010. L’oral aura lieu vraisemblablement en juin 2010.
Des cours de préparation seront organisés par l’Inalco et Paris Diderot à partir de la rentrée prochaine.
Renseignements en septembre auprès de :
Lozerand Emmanuel (Inalco) : [email protected]
Ôshima Hiroko (Paris Diderot) : [email protected]
On peut trouver des renseignements sur l’organisation du concours et sur les épreuves en cliquant sur les liens :
http://www.education.gouv.fr/siac2
http://www.education.gouv.fr/pid63/siac2.html
Le rapport de la session 2006 est consultable aux adresses :
http://www.inalco.fr/ina_gabarit_article.php3?id_rubrique=1008&id_article=2373&id_secteur=1
http://www.univ-paris-diderot.fr/LCAO/documents/concours/A06jap.pdf (pdf)
Source : http://sfej.asso.fr/site/cadreactu.html

Alain Walter raconte Bashô en podcast…

Si vous avez apprécié l’interview d’Alain Walter et que vous voulez en savoir encore plus sur Bashô, alors je vous recommande ce podcast publié sur le site de la Librairie Mollat de Bordeaux (une vraie librairie absolument géniale et la 2e plus grande de France, soit dit en passant!).
Le podcast peut-être écouté en ligne et téléchargé. Dépêchez-vous car il ne sera disponible que jusqu’à fin avril.

Accédez directement au podcast ici :
http://www.mollat.com/podcasts/index.aspx?page=18#rdv_2137

Le japonais, troisième langue enseignée au Mirail Université

Les effectifs ont augmenté de 60% en 5 ans.
Tous les linguistes en conviennent : « le japonais, c’est pas facile, une écriture compliquée, une logique de langue qui n’a aucun rapport avec la nôtre… ». Pourtant, et malgré tous ces handicaps, les étudiants se pressent pour l’apprendre.
À tel point que désormais, avec ses 400 inscrits, le japonais est devenu la troisième langue enseignée à l’université du Mirail.
Article à lire sur http://www.ladepeche.fr/.

Table ronde : Travailler avec le japonais

Vidéo d’une conférence ayant eu lieu le 15 novembre 2008 et diffusée sur le site www.canalu.tv.
Intervenants : SANTINI André ,  ASTUTI Chiara ,  BAJON Jean-Yves ,  FAYOL Nicolas ,  KRASNOPOLSKY Basile ,  NGUYEN Ilan ,  PERRIN Géraldine ,  WALBAUM Ileana.
Ces personnes témoignent des avantages à pouvoir utiliser la langue japonaise dans leur professions respectives (entreprises industrielles, métiers culturels, monde économique et financier…).

Le japonais dans la France du 21ème siècle : défis et perspectives par E. Lozerand

Vidéo diffusée par http://www.canal-u.tv/
Le japonais dans la France du 21ème siècle : défis et perspectives par E. Lozerand