Lettre du GIS-Réseau Asie et Pacifique – Février 2017 (extraits)

GIS Reseau AsieExtraits concernant le Japon.

Toyota victime du toyotisme
Pourquoi les sciences sociales ont encore beaucoup à apprendre de cette entreprise ?

par Stéphane Heim, docteur en sociologie de l’Université de Strasbourg (2011) et maître de conférences à l’Université de Kyôto depuis mars 2015.

Au début des années 1990, le constructeur automobile japonais, Toyota Motor Corporation (dans le texte, Toyota), jouit d’une popularité grandissante du fait de ses succès aux États-Unis et de son organisation productive, tantôt nommée le Toyota Production System, la Lean Manufacturing, le toyotisme ou la production juste-à-temps. Ce succès est largement attribué à ses instruments de gestion de production – le kanban (système d’inventaire et de livraison de pièces), le andon (outil de contrôle visuel de la production), le kaïzen (évolution permanente de l’organisation productive) et bien d’autres – qui consacrent une nouvelle mode managériale, celle de la réduction systématique et continue des coûts, inscrite dans les gènes de l’organisation. Cette mode managériale aux mille peaux est aujourd’hui appliquée dans des secteurs bien différents de la construction automobile tels que les hôpitaux ou les services postaux. Dès lors, ce ne sont plus les outils développés et mis en œuvre dans les ateliers de production de Toyota et de ses fournisseurs, mais la philosophie managériale du juste-à-temps qui triomphe, qui impose le temps du marché à celui de la production du bien ou du service, qui renverse la temporalité fordiste et son économie politique.

Étrangement, d’objet de curiosité, l’entreprise Toyota est devenue victime de son propre succès, le toyotisme. Alors que très vite, les chercheurs en sciences sociales de divers horizons se penchent sur cette philosophie managériale, l’entreprise Toyota comme objet d’étude tombe en désuétude. L’analyse rigoureuse du modèle productif de Toyota, de son environnement économique et institutionnel, de ses conditions d’applicabilité, des contraintes qu’il rencontre lorsqu’il ne dégage pas de marges comme en Europe, de sa relation salariale et des relations inter-sociétés est négligée. Pourtant tous ces éléments nous invitent à une réflexion théorique plus poussée sur la dichotomie entre l’entreprise comme espace de production d’une part, et la société comme cadre juridique du processus d’accumulation du capital de l’autre. C’est là que se situent les véritables leçons à tirer du « moment Toyota » dans l’histoire du capitalisme.

Pour beaucoup, l’entreprise moderne est une invention récente datant de la fin du XIXe siècle, celle de la corporation ou de la société en français, de la rationalisation grandissante de pans entiers de nos sociétés (au sens sociologique) dont Max Weber s’est fait l’observateur minutieux. Il nous est plus aisé de penser l’entreprise et ses frontières à partir de sa catégorisation juridique moderne – société anonyme, etc. – que de ses activités et la manière dont celles-ci sont segmentées, distribuées et contrôlées. Toutefois, la concentration de l’activité productive au sein de l’entreprise qui se substitue à la famille est le fruit d’un processus historique plus ancien, qui tire son origine de la propriété privée des capitaux et de la révolution commerciale initiée par les marchands du Bas Moyen Âge en Europe (du début du XIVe siècle à la fin du XVIe siècle).

Accéder à tout l’article

(…)

CONFÉRENCES, DÉBATS, SÉMINAIRES

▪ Séminaire Sur la création d’une nouvelle langue mathématique japonaise pour l’enseignement de la géométrie élémentaire durant l’ère Meiji (1868-1912). 16 février 2017, Lyon

(…)

▪ Publications

Le Shakuhachi japonais. Une tradition réinventée
Auteur : Bruno Deschênes
Éditeur : L’Harmattan
Parution : Janvier 2017

Parcours féministes dans la littérature et la société japonaises de 1910 à 1930. De Seitô aux modèles de politique sociale
Auteures : Christine Levy, Brigitte Lefèvre
Éditeur : L’Harmattan
Parution : Janvier 2017

Rubrique « Publications »
Rédaction :
GIS-Réseau Asie, bureau 624, 6e étage, 190, avenue de France 75013 Paris
01 49 54 83 35
Courriel : [email protected]

http://www.gis-reseau-asie.org/
Compte Facebook : GIS – Réseau Asie & Pacifique
Compte Twitter : GIS-Réseau Asie&Pac.
Liste de diffusion des Jeunes chercheurs en études asiatiques : ici

Directeur de la rédaction : Sébastien Lechevalier
Rédactrice : Malgorzata Chwirot
A participé à ce numéro : Stéphane Heim
©2017 GIS Asie / Réseau Asie et Pacifique | 190 avenue de France, 75013 Paris, France – http://www.gis-reseau-asie.org/

Pub pour Sakura House, une agence immobilière située à Tokyo

SAKURA HOUSE est une agence immobilière située à Tokyo qui propose aux étrangers des logements – appartements, maisons partagées, dortoirs – louables au mois et à tarifs abordables.
Depuis 1992, nous nous sommes étendus au delà de la capitale vers les préfectures de Saitama et Kanagawa.

Nous sommes fiers de vous informer de notre tout nouveau système de location à la semaine !
Idéal pour les groupes de 5 à 6 personnes, les familles et les couples.

Notre système de Vacation Rental est simple:

Nous ne demandons pas de caution, mais juste le loyer (à partir de 15,000 yen par jour et par appartement pour tout le groupe.)
Notre équipe de maintenance est présente 7 jours sur 7 en cas de besoin
Le Wi-Fi est compris
Appartements entièrement meublés
Pas besoin de signer de contrat dans notre agence, vous pouvez tout faire en ligne.
Nous vous donnons tous les détails nécessaires ainsi que les clés en avance, vous n’avez qu’a vous diriger vers votre futur logement.
Vous n’avez plus qu’à poser vos valises et vous reposer dans votre nouveau chez-vous à Tokyo !

Vous pouvez avoir un aperçu de nos logements sur notre site:
http://www.sakura-house.com/en/tokyovacationrentals

Sakura House Co., Ltd.
K-1 Bldg. 2F, 7-2-6 Nishi-Shinjuku,
Shinjuku-ku, Tokyo 160-0023, Japan

TEL (RESERVATIONS): +81 (0)3-5330-5527
TEL: +81 (0)3-5330-5250
FAX: +81-(0)3-5330-5251
URL: http://www.sakura-house.com/
Sakura Hotel& Hostel: http://www.sakura-hotel.co.jp/
BLOG http://sakurahouse-blog.com/

facebook https://www.facebook.com/SakuraHouseTokyo
twitter : sakura_staff

Les secrets du Guide Rouge Michelin au Japon, mardi 17 juin 2014

Le Guide Rouge Michelin… Mondialement connu depuis sa création en 1900, il est LE guide gastronomique, hôtelier et touristique par excellence. Chacune de ses rééditions est attendue avec une certaine fébrilité du grand public, des restaurateurs et des journalistes spécialisés. Et il en est ainsi dans tous les pays, y compris au Japon !

Mais quels sont les secrets du Guide Rouge au Japon ? Quels sont les restaurants testés parmi l’étendue infinie de l’offre, qui sont ces fameux inspecteurs, quels sont les critères d’évaluation, comment est garantie l’impartialité ? Et à l’ère du digital et du numérique, du smartphone et de la tablette, quel est l’avenir de ce guide, comment va-t-il évoluer ? Toutes ces questions n’auront plus de secrets pour vous après cette soirée exceptionnelle proposée par l’UFE-Japon, en partenariat avec la CCIFJ.

IkwTLhj-wOShenY3YbI5jgBLj08iJuPW82EQmKSvAR56x20CuyLgS4ltgJlPHTfbJ3Ebn_4bAY1wzhGMy7lkT6XWog5BrnDEA7iI-k8kxzgstqBFeE5Ul4UDQfpb5nVoimlDMzKVW6xIZXkM5XB0Fw5GxxVcHx_vEesh-w=s0-d-e1-ft.jpg

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur le Guide Rouge Michelin au Japon… réponse le 17 juin 2014 !

M. Bernard DELMAS, Président & CEO de Michelin Tire Co., Ltd depuis 2007 et Senior Vice President du groupe Michelin depuis 2009, est un homme de fidélité et d’engagement, avec sa société comme avec le Japon. En effet, ingénieur des Mines, il a débuté sa carrière dans le groupe Michelin et a commencé à travailler dans la zone Asie et au Japon dans les années 80.

Il a par ailleurs été nommé en 2009 ambassadeur de « Visit Japan » par le METI (ministre de l’aménagement du territoire, de l’équipement et du transport) et élu président de la Chambre de Commerce et d’Industrie Française du Japon en 2010.

C’est donc avec grand plaisir que l’UFE-Japon le reçoit pour nous dévoiler les secrets de ce fameux Guide Rouge.

Réponse/inscription à retourner avant le 16 juin
[email protected]

Date : Mardi 17 juin 2014
Horaires : Conférence de 19h à 20h30 (ouverture des portes à 18h30) suivie d’une coupe de champagne offerte par la maison Vranken Pommery Japan
Lieu : Atrium de l’Ambassade de France (entrée chancellerie/consulat) 4-11-44 Minami-Azabu, Minato-ku, Tokyo 106-8514
Téléphone : 03-5798-6000
Accès : http://www.ambafrance-jp.org/Plan-d-acces-a-l-Ambassade
Merci de vous munir d’une pièce d’identité pour les contrôles à l’entrée de l’Ambassade.
Frais de participation aux conférences : Non-membres UFE : 1.500 yens / Membres UFE : gratuit

Réponse à retourner avant le 16 juin : [email protected]

JapanTravel.com : plus de 10 000 articles écrits par les touristes, pour les touristes

JapanTravel.com : plus de 10 000 articles écrits par les touristes, pour les touristes
Grâce à son système unique de contenu participatif proposant à des milliers d’utilisateurs à travers le monde de partager leurs connaissances et leurs conseils pour voyager au Japon, JapanTravel.com vient de dépasser la barre des 10 000 articles et des 55 000 photos en mai.

JapanTravel_Article_france-japon.net_50percent
Avec plus de 2 500 experts, voyageurs et passionnés du Japon et grâce au soutien de 30 Partenaires Régionaux, JapanTravel.com est aujourd’hui devenu le plus grand site internet de voyage consacré au Japon dont le contenu est généré par ses utilisateurs. Des maisons de thé de Kyoto aux salons de tatouages de Tokyo, le site propose une foule d’articles et d’informations couvrant tous les sujets.
Profitant d’une dynamique favorable, du récent retour à la croissance de l’industrie touristique nippone et de l’orientation adoptée par le site quant à la publication d’articles en plusieurs langues, notamment pour toucher les pays émergents sur le marché du voyage, Terrie Lloyd, Directeur Général de JapanTravel, estime que la croissance exponentielle du site devrait se poursuivre au moins lors des six prochaines années.
« Nous avons créé JapanTravel.com car nous voulions vraiment montrer aux gens qu’en dépit de la catastrophe du 11 mars 2011, le Japon restait une destination touristique extrêmement enrichissante », précise-t-il. « Que ce soit pour sa cuisine ou pour ses paysages somptueux, les voyageurs commencent à s’ouvrir à cette culture et constatent que le Japon est un régal pour les sens ».
« Mais ce que nous n’avions pas prévu, c’est cet énorme regain d’intérêt de la part des populations d’Asie du Sud-Est, alors que les autorités japonaises ont décidé d’alléger la législation en vigueur concernant l’obtention de visas touristiques pour ces pays », ajoute-t-il. « A l’heure actuelle, nous favorisons la création de communautés passionnées par le Japon et nous soutenons le développement d’alliances commerciales à travers toute l’Asie, comme par exemple avec Thai Airways, et ces communautés viennent ensuite alimenter notre site ».
Multilingue, le site est aujourd’hui disponible en anglais, en japonais, en chinois (traditionnel et simplifié), en coréen, en thaïlandais et, depuis la fin avril, en français, première langue « européenne » ajoutée. AllAbout Japan, partenaire de JapanTravel.com, contribue au développement des versions chinoise et coréenne du site. En parallèle, l’ajout des versions malaisienne et indonésienne est également prévu. De par cette polyvalence linguistique, JapanTravel.com est aujourd’hui devenu le deuxième site le plus consulté au monde parmi les sites de voyage consacrés au Japon et le plus grand en termes d’articles, de contenu publié et ajouté quotidiennement.
Dans le secteur du tourisme, tout est une question de timing. Les prévisions sont au beau fixe et JapanTravel.com devrait poursuivre son développement en profitant de la hausse du nombre de visiteurs étrangers. Selon les chiffres du Japan Times, le Japon a accueilli plus de 11 millions de visiteurs en 2013, un record, et le gouvernement japonais espère voir ce chiffre passer à 20 millions d’ici les Jeux olympiques d’été de 2020.
« Nous comptons bien profiter de cette embellie du secteur touristique au Japon et poursuivre notre croissance tant qu’elle durera », commente Terrie Lloyd.

Site Web fondé en novembre 2011 par Terrie Lloyd, devenu une entreprise indépendante en décembre 2013, JapanTravel.com est le plus grand site internet de voyage consacré au Japon dont le contenu est généré par ses utilisateurs. Avec plus de 10 000 articles et 55 000 photos, les visiteurs peuvent explorer en images les moindres recoins du pays tout en planifiant leur voyage au Japon. Les articles publiés contiennent généralement un avis, des conseils, des suggestions ainsi que tous les renseignements utiles comme les horaires d’ouverture, les tarifs et les grilles horaires des transports en commun. En échange de leurs contributions, les rédacteurs reçoivent des points qu’ils peuvent ensuite échanger contre des récompenses, pouvant aller d’ustensiles de cuisine à des nuits d’hôtel. Pour plus d’informations, rendez-vous sur www.japantravel.com.

Pour plus d’informations ou pour toute question relative aux médias, veuillez contacter Julian Bohler aux cordonnées suivantes :
Julian Bohler
[email protected]
Roppongi OG Building, 4F,
1-3-4 Nishi-Azabu, Minato-ku,
Tokyo 106-0031
Tel: (03) 4588 2676 (JP)
Tel: 07-81-33-50-56 (FR)
Web: http://fr.japantravel.com/

La saga d’une ville-usine : « Toyota city »

La saga d’une ville-usine : « Toyota city », un documentaire de Léna Mauger & Stéphane Remael
Toyota City nous intriguait.
Image003Au cours de nos derniers reportages au Japon, nous nous étions approchés de ce temple de l’automobile. Une ville symbole depuis un demi-siècle : c’est ici qu’a été inventé un système de production réputé comme un idéal d’efficacité, de qualité et d’innovation – une forme d’accomplissement ultime du capitalisme. Des chefs d’entreprises et des industriels du monde entier sont venus dans cette ville-usine comme en pèlerinage.
En 2008, Toyota devient le premier fabricant automobile de la planète, une forme de mythe industriel contemporain.
Quelques mois plus tard, avec la crise et la chute des ventes, la compagnie affiche les premières pertes de son histoire. Début 2010, le rappel de millions de véhicules défaillants met brutalement fin à son âge d’or.
Aujourd’hui, la cité modèle est déjà considérée comme le symbole du déclin de tout un pays.

Une épopée industrielle
La réussite de Toyota City raconte en creux celle du Japon, cette nation obsédée de perfection qui a atteint son apogée à la fin du XXe siècle.
Vaincu et ruiné au sortir de la Seconde Guerre mondiale, l’archipel tente d’imiter l’Occident. Toyota City, à l’époque appelée Koromo, n’est alors qu’un grand village de 20.000 habitants. Le fondateur de Toyota, Sakichi Toyoda, son fils Kiichiro, et l’ingénieur Taiichi Ohno imaginent pour elle un grand destin : elle sera le laboratoire d’une nouvelle forme d’organisation du travail. S’inspirant des écrits de l’Américain Henry Ford, ils veulent rattraper les Etats-Unis sur le plan de la production. De tout l’archipel et même d’Amérique du Sud, des hommes et des femmes viennent travailler dans ses usines.
Dans les années 1980, le Japon s’impose comme une référence technologique et industrielle, et le toyotisme comme un modèle dans la majorité des grandes entreprises internationales.
Depuis, aucun autre système de production ne l’a dépassé.

Le déclin des mono-villes
Les soubresauts de Toyota City rejoignent ceux de nombreuses mono-villes dans le monde.
La Russie compte 400 mono-villes, des mammouths industriels hérités de l’époque soviétique et organisés autour d’une seule activité. Elles abritent un quart de la population urbaine du pays et ont été les premières victimes de la crise de 2008.
Aux Etats-Unis, la ville jumelle de Toyota City depuis 1960, Détroit, berceau du fordisme, est en partie à l’abandon. La capitale américaine de l’automobile et de son géant, General Motors, subissent de plein fouet la baisse générale des ventes de voitures dans le monde.

Source et vidéo en ligne :
http://www.france5.fr/portraits-d-un-nouveau-monde/#/theme/economie/toyota-city/

Découvrez tous les autres documentaires multimédias de France5 TV ici : http://www.france5.fr/portraits-d-un-nouveau-monde/#/accueil/

Tranche de vie d’un Français de Tokyo, hier 11 mars 2011 / séisme, tsunami et leurs conséquences

Voici un article d’un Français présentant bien ce qu’ont pu vivre de très nombreuses personnes et en particulier les Français de Tokyo lors du séisme et dans les heures et jours qui ont suivi.
C’est à voir ici : http://www.planeteblog.com/?p=5258
L’article est mis à jour régulièrement au fil de l’évolution de la situation.

La Lettre Mensuelle de la CCIFJ (septembre 2010)

La Lettre Mensuelle de la CCIFJ vous propose ce mois-ci :

un article de Louis-Michel Morris, chef du service économique de l’Ambassade de France au Japon, sur la perspective d’une politique de réformes au Japon.

– des témoignages de Japonais sur Sylvie Vartan, tête d’affiche du Gala 2010 de la CCIFJ

– le point sur l’euro avec l’économiste Patrick Artus de la banque Natixis

… et bien d’autres articles à consulter sur le site de la Chambre de Commerce et d’Industrie Française du Japon.

Franc-Parler numéro 141 est en ligne (version pdf)

Ce mois-ci, l’interview de Julie Lopes-Curval, la réalisatrice du film Mères et filles avec Catherine Deneuve, Marina Hands, Marie-José Croze, sortie en octobre.

5 paires d’entrées à gagner! pour l’exposition Henri Rousseau Sous les cieux de Paris au Musée des Beaux-Arts Pola
Tirage au sort réservé aux abonnés de la lettre d’info de Franc-Parler
Modalités dans FP141, prévoir une enveloppe timbrée à son adresse.
Avant le 15 septembre

Dernière minute:
1)  » Offre d’ emploi d’une secrétaire pour le service de la comptabilité
dans une ambassade francophone. Travail à plein temps.
Contacter directement le diplomate en charge avec votre C.V. en français, avant le 10 septembre 2010. Haute aptitude en francais exigée »
[email protected]

2) Dîner-concert
Chanson française par Kenji Murata, baryton léger
à partir de 18h
4000 yens par personne service compris, boissons non incluses
Bistro Sate à Nishi Ogikubo (le chef-propriétaire est francophone): 03-3331-1142
http: www.sate.jp

Merci de continuer à nous lire et d’en faire part à vos connaissances.

Éric Priou, directeur de la publication

Pour la diffusion du francais et des cultures francophones
Franc-Parler
1-31-8-428 Takadanobaba, Shinjuku-ku, 169-0075 Tokyo

Tel/Fax: 03-5272-3467
Courriel: [email protected]
http: //franc-parler.main.jp/

Franc-Parler le mensuel de la francophonie au Japon publie régulierement depuis 1998 des interviews de personnalités francophones, les informations en français et en japonais sur les sorties de films, les concerts, spectacles, expositions et événements liés à la francophonie.
Tous les mois en alternance, une version bilingue français-japonais pdf couleur et une lettre d’information de complément (version française et version japonaise).

Agenda de l’Ambassade de France au Japon

Dans son agenda de 2009, l’Ambassade de France mentionne 10 sites internet essentiels:
http://www.ambafrance-jp.org
http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/
http://www.elysee.fr
http://www.tourisme.gouv.fr
http://www.fr.franceguide.com
http://www.ubifrance.fr
http://www.invest-in-france-org/international/fr
http://www.missioneco.org
http://www.minefi.gouv.fr
http://www.culture.gouv.fr
Un grand nombre d’annonceurs sont également présents dans cet agenda :
Peugeot, Hermès, Nissan, Nicolas Feuillate, Citroën, Clarins, Alcatel-Lucent, Tokyo Gas, Arkema, Air Liquide, Fives, Lafarge Aso Cement CO., Ltd., Areva, AXA, Akebono, Danone, adpi, 三井物産株式会社, SDV, Fidal, ST, ERAMET, Maille.