Le Japon à Paris – Actualités : JIPANGO juin no.198

Le salon Idées Japon de ce mois-ci a malheureusement dû être annulé, et nous sommes navrés de n’avoir pas pu organiser le programme tel que planifié.
Nous remercions tous nos collaborateurs qui avaient réservé des créneaux horaires et préparé des animations, ainsi que les exposants, qui attendaient avec impatience les rencontres avec nos fidèles visiteurs.
Nous espérons pouvoir organiser le salon de fin d’année. Les dates prévues sont du jeudi 25 au samedi 28 novembre.

En attendant, nous vous proposons de vous maintenir informés des activités de chacun en visitant leurs sites et blogs, ainsi que les pages Facebook et Instagram.

– Ciné-concert par La Belle Octave
https:// www.facebook.com/labelleoctave/

– L’atelier pâtisserie mochi de Mayu aura lieu sur Zoom le 25 juin de 20h à 21h. https://youtu.be/29VE4QnYvDc

– Les ateliers cuisine de Sanae ont lieu sur Zoom et en direct à domicile
https:// www.facebook.com/atableavecsanae/

– Les ateliers-création d’Akiyo reprennent en plein air dans les parcs
https://associationtalachine.jimdofree.com

– Les ateliers-création de Kaoru redémarrent en septembre
https:// www.facebook.com/AtelierTchabadeKaoruDiop

Les ateliers-création de papier bande de Keiko sont à suivre sur
https://www.instagram.com/papier.bande_ueda

– Démonstration d’arts martiaux Aïkido traditionnel Paris Île-de-France GCERCCE : https:// www.aikido-gcercce.fr

– Fabrique artisanale Kura de Bourgogne
https:// www.kuradebourgogne.com

– Ateliers de peinture sumi-e (Liliane Borodine)
https:// www.asiart-atelier.fr

– Ateliers d’écriture Aurélie Le Floch
https://www.facebook.com/Aur%C3%A9lie-Le-Floch-Auteur-320449258550493/
https://www.mariacanal.fr/atelier-ecriture
Auteure et éditrice pour différentes maisons d’édition, Aurélie Le Floch vient partager avec vous le plaisir d’écrire en groupe dans une ambiance conviviale, en compagnie d’auteurs célèbres ou à découvrir.

– Ateliers de cuisine et d’affûtage de couteaux (Yuki Ichikawa Darmon)
https:// www.omotenashicuisine.com

– Conférence et dégustation de cuisine Shojin par Mari Fujii.
Quelques recettes en français à trouver sur
https://www.ateliercafeculture.com/recipes/

– Expo-Conférence-Ciné par Tomuya Endo, chanteur et coauteur d’un ouvrage en français sur le cinéma japonais, connu aussi pour sa collection de plus de 3 000 affiches de films.
https://www.facebook.com/CarlottaFilms/posts/2132041930153564/
https://www.youtube.com/watch?v=6-0u0B6Rlwk&feature=youtu.be

Certains exposants (créateurs et spécialistes) qui devaient participer au salon vous accueillent en ligne et en direct.

Inu Inu guides, éditeur du Guide Vivre le Japon sans quitter Paris
Cet ouvrage de 136 pages fourmille d’adresses nippo-parisiennes (restaurants, épiceries, boutiques d’art et d’artisanat, musées, magasins de livres et de mangas…). Vous pouvez vous le procurer en ligne : version e-book (5,90 €) et imprimée (14,90 €). https://inuinu.fr/

******
Misaki Iinuma, créatrice autour du papier
Cours à distance de mizuhiki, art du cordon en papier, ateliers d’origami et reliure d’un carnet japonais dans le 9e arrondissement. Vente en ligne de papier japonais et de mizuhiki. www.misakiiinuma.com et sur Facebook et Instagram
******
Miki Kubo, calligraphe et artiste de gravure de sceaux
Sa page Instagram a été lancée pour présenter sa calligraphie. Miki vous propose de calligraphier les mots que vous souhaitez. Des cours privés de calligraphie sont maintenant proposés. L’atelier régulier de gravure de sceaux et de calligraphie à la librairie Junku redémarrera prochainement. Les commandes sur mesure sont toujours disponibles. https://www.instagram.com/miki_la_calligraphe/
******
Saori Urata, créatrice de tissus
La vente de T-shirts est disponible en ligne.
https://www.etsy.com/jp/listing/802740052/t-shirt-coton-japonais-tigre-et-dragon?ref=shop_home_active_1&frs=1
******
La Maison NOZAKY
Ouverture d’une boutique en ligne prévue le 20 juin 2020 : www.nozaky.com
Offre à l’ouverture : – 10 % sur toutes les anciennes collections.
Nouvelle initiative pour plus d’harmonie avec la nature : Kiriko est en pleine expérimentation de teinture de fils de soie via des méthodes de fermentation de plantes.
******
Style du Japon
Propositions d’idées cadeaux pour la fête des pères en ligne.
https://styledujapon.wordpress.com/2020/05/19/guide-2020-fete-des-meres-le-7-juin-et-fete-des-peres-le-21-juin/
******
Mizutama Bijoux
La créatrice Maki présente un nouveau pendentif dans la série MON, appelé Sakura mini mini, le plus petit pendentif de sa collection.
https://mizutamabijoux.fr/Pendnentif-MON-Sakura-Mini-Mini-Saphir
******
Charcoal Eskimeït
Bijoux contemporains et objets de décoration autour de l’art traditionnel du charbon de bois japonais binchotan, créés par Lorène & Hirohiko. Certaines créations sont disponibles dans la boutique en ligne.
www.charcoal.eskimeit.com
******
Nihoncha Paris
Rika, animatrice d’ateliers sur le thé vert japonais, vient de commencer la vente de variétés de thés verts en ligne.
http://www.nihoncha.paris/boutique/thes/
******
WAFU
Les créateurs du collectif WAFU, dont Monika (Wa-mono) et Yuriko (Kimono Rikiki), présentent leurs créations dans la nouvelle boutique POP UP JAPON située au 21 passage Choiseul, Paris 2e. https://www.facebook.com/collectifWAFU/
******
Kioko
L’épicerie Kioko a réduit ses horaires d’ouverture. Les détails sont sur la page FB.
https://www.facebook.com/Magasin.KIOKO.Alimentation.Japonaise
Le port du masque est obligatoire. Possibilité de l’acheter sur place pour 0,95 €.
La boutique en ligne n’a pas encore rouvert mais la livraison est possible en demandant un formulaire de commande à takuhai@kioko.fr.
******
Et aussi la liste et coordonnées des exposants du salon sur le site Jipango : http://www.jipango.com/exposants

BONNES ADRESSES « Le Japon en France »
La plupart des boutiques, épiceries et galeries sont de nouveau ouvertes.
La page « Carnet d’adresses » du site Idées Japon a été réactualisée.
Découvrez 73 adresses Shopping « Le Japon en France » listées par arrondissement parisien et par région.
Toutes les adresses sont accompagnées du lien vers le site de chaque établissement.
Pour trouver des accessoires, des produits alimentaires, objets d’art, art de la table, décoration, livres, papiers, tissus, thés japonais…
https://www.ideesjapon.com/carnet-d-adresses/ page carnet adresses

Concernant les idées cadeaux et notamment pour la fête des pères qui aura lieu le dimanche 21 juin, de nombreuses boutiques en ligne proposent une belle sélection d’objets et autres produits.

https://www.ideesjapon.com/boutiques/
Boutiques Site de ideesjapon

Le numéro de printemps du journal Idées Japon est annulé.

Le numéro d’automne paraîtra en septembre.

Association culturelle franco-japonaise de TENRI
La bibliothèque a rouvert ses portes et les cours de calligraphie et de cérémonie du thé ont repris. L’atelier d’ikebana est proposé en ligne.
Le Butô festival est reporté.
Pour aider les artistes, une réduction de 50 % est octroyée pour la location des salles. www.tenri-paris.com

La Maison de la culture du Japon à Paris
La MCJP a rouvert partiellement ses portes avec l’exposition « WAFRICA -Japon Afrique intimes » prolongée jusqu’au 27 juin 2020 et en entrée libre. https://www.mcjp.fr/fr/agenda/japon-afrique-intime
La boutique Takumi Flavours, située au rez-de-chaussée de la MCJP, est désormais ouverte au public. Horaires identiques à ceux de l’exposition. https://takumif.com/

Musée du Quai Branly – Jacques Chirac
Le colloque international « Desired Identities. New Technology-based Metamorphosis in Japan », qui devait se tenir les 29 et 30 avril au sein du musée, se déroulera en livestreaming sur sa chaîne Youtube les 27 et 28 juin.
https://www.youtube.com/watch?v=_LU_vwWM7ps&list=PLq_kZgugXgOGpkUqIpWOd6mRqlxvzEF-T

Soutenez vos restaurants préférés !
Grâce au site Arigato Resto créé par le journal Ovni , vous pouvez donner un coup de pouce à vos restaurants japonais préférés. Il vous suffit de choisir votre restaurant et d’acheter un bon d’achat de la valeur de votre choix. Celui-ci vous sera immédiatement envoyé par mail et vous pourrez, dès la réouverture de l’établissement, profiter de votre bon pour régaler vos papilles. Une belle initiative destinée à soutenir les restaurants japonais en cette période difficile.
Tout savoir sur : https://arigatoresto.com

Un « paradigme Fukushima » au cinéma – juin 2020

Un article de Élise Domenach, maîtresse de conférences en études cinématographiques à l’ENS de Lyon et membre de l’IAO

Neuf années se sont écoulées depuis que le tremblement de terre et le tsunami du 11 mars 2011 ont entraîné la catastrophe nucléaire la plus grave depuis Tchernobyl dans la centrale de Fukushima Daiichi (Tohoku, Japon). Les cinéastes japonais s’en sont bien vite saisis, et le cinéma qui est né de cette catastrophe a durablement transformé le medium lui-même, ainsi que le monde qu’il projetait. Nous prendrons pour exemple de ces transformations Tenzo de Tomita Katsuya (Semaine de la critique, Cannes 2019), l’un des films les plus marquants de ces dernières années sur le sujet.

Le cinéma depuis Fukushima

Le Festival International du Documentaire de Yamagata a rassemblé dès 2011 des films pour un programme dédié (Cinema With Us), alimentant un fonds d’archives ouvert en 2014. Ce fonds documentaire régional constitue avec les archives de films amateurs de la Médiathèque de Sendai et les archives nationales de UniJapan, un ensemble en constante augmentation. Car, on le sait, la catastrophe multiforme de Fukushima a muté d’un événement dévastateur (18 500 morts et disparus, 160 000 évacuations forcées, des cortèges de maisons dévastées, d’arbres arrachés, de routes éventrées) à l’installation dans une crise durable en raison de la continuation des fuites radioactives. En sorte que notre réflexion sur le cinéma depuis Fukushima, qui a débuté par l’étude du corpus de films de 2011, s’est logiquement prolongée en direction de la « catastrophe civilisationnelle » pointée par le philosophe Jean-Luc Nancy (L’équivalence des catastrophes, 2012). Cette catastrophe participe de la révélation aux yeux des citoyens japonais et du monde, des destructions humaines des espaces terrestres, marquant ce que les scientifiques ont appelé « the human epoch » (Nature, 11 mars 2015) : l’entrée dans une nouvelle époque géologique de réactivité de la Terre aux activités humaines, l’Anthropocène.

Face à ce réel transformé qui déborde les cadres de notre perception spatio-temporelle nous obligeant à penser des phénomènes qui nous englobent (des « hyperobjets » comme la biosphère ou la somme des déchets nucléaires, d’après Timothy Morton (Hyperobjets, 2013)) et des temporalités inouïes (la demi-vie de quatre millions d’années de certains éléments radioactifs), le cinéma dont l’ambition native est de nous rendre présent le monde, s’est trouvé à la fois mis au défi de représenter l’invisible des pollutions radioactives et de rendre compte des souffrances des populations de ce nouveau monde durablement abîmé. Le médium lui-même en a été profondément transformé.

Lien vers l’article en ligne :
http://www.gis-reseau-asie.org/fr/un-paradigme-fukushima-au-cinema

Source : GIS Réseau Asie

Prix de thèse Okamatsu Yoshihisa 2020

Société Française des Études Japonaises (SFEJ)

En 2020, l’association décernera son cinquième Prix de thèse Okamatsu Yoshihisa récompensant une thèse de doctorat soutenue au cours de l’année 2019. Le prix est doté d’un montant de mille euros.

Date limite d’envoi des dossiers : 30 avril 2020

Voir le site de la SFEJ : http://sfej.asso.fr/

LogoSFEJ

[Ambassade] MESSAGE A LA COMMUNAUTE FRANCAISE – COVID-19 -27 mars 2020

(Nous relayons un message important de l’Ambassade de France au Japon.)

Madame, Monsieur,

Dans le cadre de la lutte contre la propagation du Covid-19, le Premier ministre japonais a annoncé hier soir une interdiction d’entrée pour tout ressortissant étranger ayant séjourné, dans les 14 jours précédant son arrivée au Japon, dans un grand nombre de pays européens, dont la France. Cette mesure, qui est entrée en vigueur dans la nuit du 26 au 27 mars, s’ajoute à celles déjà mises en œuvre depuis plusieurs jours : nécessité pour tout citoyen européen d’être muni d’un visa délivré après le 20 mars pour entrer au Japon; suspension de l’exemption des visas pour les courts séjours ; auto-quarantaine pendant deux semaines au retour d’un nombre croissant de pays.

Il en résulte des conséquences importantes pour les Français résidents au Japon, qui ne peuvent plus y revenir, et ce jusqu’à nouvel ordre, s’ils ont séjourné, dans les quatorze jours avant leur arrivée, dans un pays visé par cette interdiction d’entrée. Pour les conjoints de ressortissants japonais, les services japonais de l’immigration peuvent, au titre des « circonstances spéciales », autoriser l’entrée sur présentation d’une copie certifiée conforme du livret de famille du conjoint japonais, portant mention du mariage. Les personnes concernées sont invitées à le vérifier auprès des services japonais de l’immigration ou des ambassades du Japon dans les pays concernés.

Par ailleurs, de nombreuses préfectures, à la suite du Gouvernement métropolitain de Tokyo, ont adressé à leurs habitants des recommandations de prudence, pour les jours à venir. L’ambassade de France au Japon vous invite à vous en tenir informés et à vous conformer à toutes les consignes données par les autorités locales.

Dans les circonstances actuelles, l’ambassade de France reste plus que jamais mobilisée pour assurer les services essentiels aux Français résidents au Japon et à nos compatriotes de passage.

Ambassade de France au Japon

Section consulaire

Le renseignement japonais, par Grégoire Sastre

Extrait de l’article :

Le renseignement et les guerres secrètes se jouent dans des espaces hors la légalité et leurs contours demeurent flous, ce qui en fait un sujet difficile à traiter de manière objective et apaisée. Cela tient également, comme le souligne Alain Dewerpe, à la persistance, autour du renseignement, d’un imaginaire romanesque du secret, des complots, des manipulations et du mensonge, ainsi que d’une méfiance plus ou moins assumée pour ce qui était considéré comme les égouts de la politique. On y retrouve également la dichotomie entre la surveillance et la protection du public : il s’agit, d’un côté, de contrôler les populations et, de l’autre, de déjouer les menaces. Quand un lanceur d’alerte comme Edward Snowden met à jour un abus de pouvoir, les gouvernements en place, démocratiques ou non, mettent en avant la nécessité de se défendre sur le terrain de l’action clandestine, qu’elle soit physique ou non.

Au Japon, ces questions font l’objet d’intenses débats depuis la fin de la guerre du Pacifique. En décembre dernier, la décision denvoyer un navire et deux avions de reconnaissance des Forces dautodéfense (FAD) afin de mener une mission de renseignement dans le golfe dOman a ainsi ému lopinion : elle a été prise par le Cabinet sans être débattue ou votée par la Diète japonaise. Cette décision pose la question de l’usage des forces militaires japonaises, même pour une action non violente comme le renseignement, et du contrôle démocratique de cet usage dans l’évolution du droit japonais en lien avec les questions de défense. Nous allons dans un premier temps évoquer les récents changements de paradigmes du renseignement japonais et dans un second temps en montrer les racines historiques.

Lire la totalité de l’article en ligne :

http://www.gis-reseau-asie.org/fr/le-renseignement-japonais-une-problematique-actuelle-une-histoire-necessaire

Parution Ebisu. Études japonaises numéro 56 (2019)

Institut français de recherche sur le Japon
à la Maison franco-japonaise (UMIFRE 19, MEAE-CNRS)
Parution Ebisu. Études japonaises numéro 56 (2019)
La rédaction de la revue Ebisu. Études japonaises a le plaisir de vous annoncer la parution du n° 56 (2019) « Consommer au Japon, consommer le Japon », coordonné par Sophie Buhnik.

Le numéro est en accès libre et téléchargement gratuit en intégralité sur OpenEdition.
https://journals.openedition.org/ebisu/3513
Ebisu 56 small250

Qu’est-ce que le made in Japan aujourd’hui ?
Le numéro 56 d’Ebisu. Études japonaises propose d’analyser ses mutations sous deux angles : les acteurs de la fabrication et de la marchandisation des productions qualifiées de japonaises à différents titres ; les consommateurs de ces productions et leurs pratiques.
Ce faisant, il interroge en particulier les évolutions politiques, techniques, économiques et sociales qui ont concouru à la marchandisation de la culture japonaise, des débuts de l’ère Taishō à nos jours.

SOMMAIRE :

Dossier thématique
« Consommer au Japon, consommer le Japon »
Coordonné par Sophie BUHNIK

• Sophie BUHNIK, « Introduction »

• IWABUCHi Reiji, « La marchandisation d’ »Edo » pendant les ères Meiji et Taishō. La création des « motifs Genroku » et d’un « goût pour Edo » par le grand magasin Mitsukoshi » (traduction d’Amira ZEGROUR)

• Bounthavy SUVILAY, « Le « Cool Japan » made in France. Réappropriation du manga et de l’animation japonaise (1978-2018) »

• Adrienne SALA, « Les sarakin et la construction du marché du prêt à la consommation au Japon depuis les années 1960 »

• TANAKA Daisuke, « Individualisation sociale et konbini dans le Japon contemporain. La « consommation en réseau » à l’ère informationnelle » (traduction de Sophie BUHNIK)

• Nicolas BAUMERT, « Les indications géographiques alimentaires made in Japan. Une nouvelle orientation géopolitique et une évolution des critères de définition de la qualité »

• Hanno JENTZSCH, « La revitalisation régionale et ses contestations locales. Le cas de la promotion de l’œnotourisme à Yamanashi » (traduction de Sophie BUHNIK)

• Benoit GRANIER, « Gouverner la consommation d’énergie des ménages. Renouvellement des enjeux et des instruments d’intervention (1973-2017) »

Varia
• Noémi GODEFROY, « La minorité aïnoue dans le Japon moderne et contemporain. D’ »anciens indigènes », de nouveau(x) autochtones (1869-2019) »

Conférence à l’Institut français de recherche sur le Japon à la Maison franco-japonaise
• Philippe PELLETIER, « Le Japon, « la plus grande merveille de l’histoire », vu par Élisée Reclus et Léon Metchnikoff »

Livres à lire | Comptes rendus | Recension

Diffusé par :
Institut français de recherche sur le Japon à la Maison franco-japonaise (IFRJ-MFJ)
3-9-25, Ebisu, Shibuya-ku, Tokyo 150-0013
Tél. 81-3-5421-7641 / Fax 81-3-5421-7651
E-mail : ebisu@mfj.gr.jp
© 2020, IFRJ-MFJ

2e rencontre du groupe Inalco Alumni au Japon 21 janvier 2020/

Pour la nouvelle rencontre du groupe Inalco Alumni au Japon, (les anciens élèves de Langues O’) nous vous proposons de nous retrouver autour d’un verre à Shibuya afin de célébrer la nouvelle année.

La consommation restant à la charge de chacun, n’hésitez pas à venir nombreux !

Date: Mardi 21 Janvier 2020
Heure: à partir de 19h (UTC+9)
Lieu: Le comptoir occitan (1F du Daikanyama Hill Side Terrace F Building)
Accès: Daikan-Yama Station, Ebisu Station

https://alumni.inalco.fr/event/2e-rencontre-du-groupe-inalco-alumni-au-japon/2020/01/21/649

Pour participer, merci de vous inscrire directement sur le lien ci-dessus et d’être membre du groupe Inalco Alumni au Japon. Vous serez ainsi tenu informé des détails pratiques.

Au plaisir de vous rencontrer et échanger ensemble !

L’artisanat local japonais à la pointe de l’innovation en janvier et février 2020

« Synergies entre tradition et modernité / l’artisanat local à la pointe de l’innovation », est un événement CLAIR Paris qui aura lieu du 21 janvier au 1er février 2020 à la Maison de la culture du Japon à Paris.
Organisé par le Centre Japonais des Collectivités Locales (CLAIR Paris), cette manifestation comprendra une exposition – vente réunissant au total plus de 250 objets faisant la fierté des régions de l’archipel, des workshops (réservations sur le site www.mcjp.fr) et des démonstrations (sans réservation) menés par des artisans venus du Japon pour partager leur passion.
Voici une occasion unique de découvrir les subtilités des techniques artisanales de 17 départements et villes du Japon avec leur admirable capacité à s’adapter aux besoins des styles de vie contemporains, tout en innovant dans de nombreux domaines : soie, textile, art du verre, laque, orfèvrerie, céramique, coutellerie, travail du bois, papier washi, etc.
Cet événement présentera des savoir-faire transmis par des générations d’artisans jusqu’à nos jours, à partir de trois aspects de la vie des Japonais : (I-Shoku-Jû) : l’habillement (i), les arts de la table (shoku) et l’habitat (jû).

Exposition « L’élégance nippone des arts de la table » du 3 au 30 janvier 2020

L’exposition « L’élégance nippone des arts de la table » aura lieu du 3 au 30 janvier 2020 à l’ESPACE DENSAN, 8 bis rue Villedo 75001 Paris.

Verres sake laque nacreAu Japon, où la culture culinaire s’est développée en lien avec la diversité des paysages, le climat, l’importance des spécialités locales et les coutumes, l’art de la table est un symbole de partage et d’admiration pour les ressources naturelles et les fruits de saison.
Sa vaisselle d’une grande variété reflète cette philosophie, elle a évolué au cours de son histoire donnant lieu à l’essor du savoir-vivre, la rendant unique au monde.

Plusieurs artisanats d’excellence et leurs objets liés aux arts de la table seront présentés :
– Objets en céramique et en porcelaine : Artisanat Aizu Hongo – yaki

– Objets en céramique : Artisanat Mino – yaki / Artisanat Iga – yaki

– Objets en grès : Artisanat Tokoname – yaki
– Objets en laque : Artisanat Yamanaka Shikki / Artisanat Kiso Shikki

– Objets en laque et nacre : Artisanat Takaoka Shikki

– Objets en bois de cèdre d’Akita : Artisanat Odate magewappa

– Objets en écorce de cerisier : Artisanat Kaba Zaiku

Les 10 et 11 janvier auront lieu des conférences – démonstrations menées par un artisan spécialiste de la laque Aogai – nuri (avec incrustations de nacre) qui viendra de Takaoka (préfecture de Toyama) pour présenter son savoir-faire et ses magnifiques créations d’objets d’artisanat d’excellence.

Ce 4e thème s’inscrit dans le cadre de la nouvelle saison DENSAN d’octobre 2019 à mars 2020, pour laquelle les créations du patrimoine artisanal japonais sélectionnées sur tout l’archipel par le METI (Ministère de l’Economie, du Commerce et de l’Industrie au Japon) et présentées à la galerie showroom « Japan Traditional Crafts Aoyama Square » de Tokyo arrivent à Paris pour une exposition-vente déclinée chaque mois selon une thématique :

– « Figures du Japon » / du 2 au 30 octobre

– « Les objets du shodo ou l’écriture en beauté » / du 2 au 30 novembre

– « L’artisanat japonais en fêtes » / du 3 au 28 décembre

– « L’élégance nippone des arts de la table » / du 3 au 30 janvier

– « Ao : le bleu dans l’artisanat japonais » / du 1er février au 20 mars

2 livres sur le Japon publiés aux éditions L’Harmattan – novembre 2019

Les éditions l’Harmattan publient deux ouvrages sur le Japon.

HISTOIRES TOMBÉES D’UN ÉVENTAIL

Contes traditionnels humoristiques japonais – répertoire du rakugo

Sandrine GARBUGLIA

RpxE6A1m Z udq2JrRzLTJuRauoC0SohnN3EHXXGk1SNAg2ph6ibvJPbKx6PxuQ0ZmG6XUH ZgRSkQFYRFvvtkP2WrtX4CF3xj9pFVPrX jn3740OzcD=s0 d e1 ftIl existe au Japon un art populaire, simple, limpide, où chacun se retrouve, réunissant tous les âges et tous les milieux sociaux, qui demeure pourtant méconnu en France : le rakugo. Art de la parole, celle « qui a une chute », le rakugo rassemble pour faire rire avant tout, parfois aussi frémir. Il s’inscrit dans la tradition mondiale du conte mais avec une identité très personnelle. Toute l’énergie du conteur se concentre dans le haut du corps, rayonne et révèle au public des trésors d’imagination. Les Japonais n’hésitent pas, un sourire aux lèvres, à parler de « stand-up assis ». À travers ces Histoires tombées d’un éventail, c’est un nouveau reflet du Japon qui s’offre à nous. À la fois populaire et surprenant. Un voyage immobile, de l’ère Edo à nos jours, pour découvrir ce pays comme vous ne l’avez encore jamais lu.

Sandrine Garbuglia est auteure et metteure en scène. Lauréate 2009 de la Villa Kujoyama, elle rencontre les maîtres japonais de la parole à Osaka et Tokyo et collecte leurs histoires méconnues du public francophone. Depuis, elle adapte les textes du répertoire rakugo. Elle est l’auteure de quatre spectacles de contes japonais, dont deux destinés au jeune public, joués en Europe et au Japon.

Coll. Miroirs du réel

208 pages • 20 euros• octobre 2019

EAN : 9782343184852

——————————–

UNE ESTHÉTIQUE JAPONAISE

L’art et le goût en mode flottant

Dominique Château

Préface de Kenji Kitayama

9aGLjFo86IJsNngipRXEVCoLAtnaf6JkY7cufnTl 5zpjXoj SyqW2UZqDnEcUOPr1WjmbhEtPfpiQK8dskKMqpyydWjoGZ7n3b ql1UGbIrSGfsKLBz=s0 d e1 ftIntrigant, excitant, contrasté : tel apparaît le Japon au regard étranger. Telle est aussi son esthétique. Elle s’étend entre le kitsch et le zen, le grotesque et le minimal, et décline toutes sortes de formes et de valeurs. La peinture à l’encre ravit par ses taches évanescentes, le kawaii par sa joyeuse provocation. Le monde est conquis, au-delà du succès des mangas. Récemment, au Petit Palais, les oiseaux de Jakuchû ont impressionné, et le mot kawaii est entré au Petit Robert. Ce livre à la fois personnel, historique et philosophique propose une méditation sur l’esthétique japonaise en « mode flottant », conçue comme un jeu complexe et nuancé entre tradition résistante et désir d’invention.

Dominique Chateau est professeur émérite en esthétique et études cinématographiques à l’Université Paris-I Panthéon-Sorbonne.

Coll. Ouverture Philosophique

282 pages • 29 euros• octobre 2019

EAN : 9782343185484