Des origami dans le train : 2 vidéos

Dans le train, juste en face de nous, s’est installé un monsieur. Il a sorti des carrés de papier de couleur et s’est mis à les plier sans rien dire.

Origami dans le train 1 – Quel animal? from Christian Bouthier on Vimeo.

Origami dans le train 2 – Quel animal? from Christian Bouthier on Vimeo.

L’INALCO ou Langues O’ – Département Langue et Civilisation du Japon

girouette.gifL’INALCO (site officiel) est l’acronyme d’Institut NAtional des Langues et Civilisations Orientales. C’est une institution vénérable puisqu’elle a a été créée en 1795 mais a incorporé des sections existant déjà depuis 1669.
Voici ce que nous en dit Wikipédia à la page qui lui est dédiée :
« L’École spéciale des Langues orientales a été créée, notamment sous l’impulsion de Lakanal, par la Convention nationale (décret-loi du 10 germinal an III / 30 mars 1795).
Elle a ouvert ses portes dans l’enceinte de la Bibliothèque nationale à Paris rue Neuve-des-Petits-Champs, avec pour mission d’enseigner des langues orientales vivantes « d’une utilité reconnue pour la politique et le commerce ». Les premières langues enseignées furent l’arabe « littéraire et vulgaire », le turc et le tatar de Crimée, le persan et le malais.
Elle s’agrandit régulièrement au cours du XIXe siècle, ajoutant des langues nouvelles et incorporant l’École des Jeunes de langues instituée par Colbert en 1669 pour former des interprètes pour les langues du Levant.
En 1874, l’École s’installe dans un hôtel particulier situé au coin de la Rue des Saints-Pères et de la Rue de Lille. »

La section de japonais a bien évolué depuis les années 80… À l’époque, il n’y avait que 4 sections : littérature japonaise, interprétariat et traduction, relations internationales et le CPEI (Centre de Préparation aux Échanges Internationaux).
Voici un extrait du site officiel à la rubrique « langue japonaise » :
« Le nombre des étudiants de japonais a considérablement augmenté depuis la fin des années 1970 jusqu’à atteindre, tous niveaux confondus, plus de 1500 inscrits au début des années 1990. En 2003, plus de 900 étudiants étaient enregistrés en 1ère année, ce qui conduisit à instaurer une limitation provisoire du nombre des inscriptions.
Une mention de Master « études japonaises » est proposée depuis la rentrée 2006, cohabilitée avec l’Université Paris 7. Ceci constitue la plus importante formation de ce type en Europe.
En termes de nombre d’étudiants et d’enseignants, la formation en japonais de l’INALCO est la plus importante non seulement en France mais aussi en Europe. Même en termes de diplômés, le flux reste supérieur à celui de la SOAS à Londres. »

Voir les informations sur le département Langue et Civilisation du Japon

Le Cesselin, un dictionnaire japonais-français

cesselin 1Je viens de faire acheter par la bibliothèque de mon université une réédition récente d’un dictionnaire japonais-français assez ancien, « le Cesselin, du nom de son auteur. Sur amazon.jp, il est en vente à 126969 yens et sur rakuten books à 60900 yens!

Charles Auguste Cesselin était un prêtre des Missions Étrangères de Paris ayant vécu de 1873 à 1944.

On trouve dans ce dictionnaire édité pour la première fois en 1940 des expressions assez anciennes, aussi bien en français qu’en japonais, ce qui est bien compréhensible si l’on pense que Cesselin est un homme du 19e siècle. Par exemple, la traduction de « sukimakaze » (et « sukikaze ») par « vent coulis« , qui signifie « courant d’air »!

cesselin 2