Le Mont Fuji depuis Tokyo et la montée du racisme au Japon

Le Mont Fuji est souvent visible depuis Tokyo en hiver comme sur cette photo prise à Fujimi Zaka, à Yanaka (Tokyo).

IMG_1794-4.jpg
Juste avant de prendre cette photo, je me trouvais dans un temple que je photographiais. Un vieux Japonais pas commode -son ton  était plutôt agressif- m’adresse la parole en me demandant si « j’avais l’habitude de prendre les gens sans leur demander la permission ». Je lui ai répondu que je ne l’avais pas pris en photo mais que je prenais seulement le temple. J’ai réalisé après qu’il devait penser que j’étais un de ces touristes étrangers « mal élevés » comme ceux dont on parle tant dans les médias depuis quelque temps au point que certains établissements de tourisme refuseraient d’en accueillir.
Mais le « mal élevé », c’est lui! Il m’a vraiment adressé la parole comme à un chien alors que mon comportement n’était pas du tout impoli. Je suis persuadé qu’il n’aurait pas fait la moindre remarque à un Japonais dans la même situation, c’est à dire prenant banalement des photos dans un temple. Si c’est pas du racisme, ça…
Ça commence à me gonfler sérieusement cette arrogance grandissante des Japonais qui se prennent pour des parangons de vertu en critiquant à tout va les étrangers et en montant en épingle (dans les médias) toute affaire dans laquelle un étranger est impliqué alors que leur comportement laisse souvent plus qu’à désirer. Il suffit d’en voir certains dans les avions et à l’étranger. On dirait que dès qu’ils ont quitté le sol japonais, ils se laissent aller, de manière totalement débridée, comme si le changement d’environnement avait pour effet de leur oter leurs manières policées.
Je trouve que ce racisme ambiant se sent de plus en plus au fil des années. On le sent dans les regards, les attitudes -les gens qui ne viennent pas s’asseoir à côté de vous dans le train, voire quittent leur place lorsqu’on vient s’asseoir à côté d’eux…
Cette montée d’ambiance négative ne me dit rien qui vaille… Et l’année 2009, avec la montée de la tension sociale, ne va sans doute rien arranger…

17 réflexions au sujet de « Le Mont Fuji depuis Tokyo et la montée du racisme au Japon »

  1. Je viens d’arriver ; mais c’est particulièrement sensible, comme vous dites, dans les trains… Grand dommage.

  2. J’ai toujours été fasciné par le Japon, mais je ne suis pas dupe et je sais très bien que le racisme est fort dans ce pays. La peur ou la haine de l’étranger ?
    Quoiqu’il en soit, il semblerait qu’il faille que les étrangers viennent pour que le pays ne soit pas déserté dans quelques années, le taux de natalité étant extrêmement bas.

    En tout cas, bonne année et bonne santé quand même. 😉

  3. Je sais pas trop comment ça se passe au Japon, mais blâmer les étrangers pour tout et n’importe quoi et se comporter comme un gougnafier avec eux que ce soit dans son pays ou pire, chez eux, c’est pas l’apanage des Japonais.

  4. Je suis d’accord avec ce que l’auteur du billet avance. J’ai moi-même ressenti ce refroidissement depuis plusieurs mois et un de mes amis qui est professeur d’université à Tokyo m’a récemment confié qu’il avait découvert avec stupeur que ses collègues étrangers et lui-même étaient qualifiés dans leur dos « d’indiens » par leurs collègues nippons, le terme pouvant aussi bien être remplacé par « métèques » puisque l’intention est évidemment la même. Lui qui habite au Japon depuis plus de 20 ans en était tout attristé et on le comprend. En ce qui me concerne, je suis désormais quodiennement bousculé pour un oui et pour un non car on bouscule plus volontiers le gaijin qui s’écarte pour laisser passer que le concitoyen en plein milieu du passage qui ne bouge pas d’un pouce… Hier, un type à vélo m’a même insulté en passant parce-que je ne m’étais pas écarté assez vite de son chemin, et cela tandis que deux japonais occupaient le même trottoir que moi et se trouvaient, eux, plus directement sur sa trajectoire. Et après, les japonais se demandent pourquoi les touristes étrangers ne viennent plus. Ah, elle est bien loin, la prétendue courtoisie nippone !

  5. « Il suffit d’en voir certains dans les avions et à l’étranger. On dirait que dès qu’ils ont quitté le sol japonais, ils se laissent aller, de manière totalement débridée, comme si le changement d’environnement avait pour effet de leur oter leurs manières policées. »

    Je l’ai remarqué ce laisser-aller au niveau des filles qui se dévergondent et en profitent pas mal une fois sorties du Japon (mais c’est un autre sujet lol).
    Normalement je vais à Tokyo en avril ou mai, je verrais bien ce qu’il en est.

  6. @ Laurent

    Arrivé en 1982, en province, je n’ai jamais ressenti aucune animosité jusqu’à ces dernières années.
    En fait, j’ai l’impression que ça fait 2 ou 3 ans que ça se dégrade.

  7. Et bien je suis plutôt épargné il me semble… je vais généralement faire de la photo là où les touristes se font rare. Mais il est clair que le gaijin avec un appareil photo est de moins en moins apprécié… mais faut dire que j’en voit beaucoup (d’étranger) se comporter comme si ils étaient au zoo.

    Bref, je rencontre encore aujourd’hui des japonais formidables qui m’ouvrent leurs portes et sont d’une extrêmes gentillesse avec le français photographe que je suis.

    Pour la petite histoire, il est devenu de coutume pour moi et mes acolytes de faire la « hola » dans le Shinkansen quand ces braves salaryman rempli de bière lâche leur rôt ostentatoire et si commun au Japon 😉

  8. Les oldcomers occidentaux se sont un peu trop habitues a etre traites comme des stars a une epoque ou les etrangers etaient rares.
    Maintenant avec l’augmentation considerable de touristes et de travailleurs immigres les etrangers (occidentaux)sont descendus de leur piedestal.
    Et puis force est de constater que l’image que donnent certains etrangers, ainsi que leur comportement au Japon n’ont plus rien a voir avec ce que c’etait dans le « bon vieux temps », ou tous les occidentaux etaient beaux, gentils et respectueux.
    Cette semaine il y avaita la NHK un reportage sur le comportement des touristes etrangers a Kyoto.
    Il y a maintenant des « milices »de benevoles a Gion pour escorter les Maiko et les proteger des assauts des hordes de touristes souvent sans-gene.
    Personnellement je n’ai jamais ressenti de racisme avere la ou je vis, ni a l’hopital ou je suis depuis 3 mois, au contraire, les gens sont tres chaleureux.
    Mais sans doute que dans l’ensemble, compare a il y a 25 ans, le gaijin a un peu perdu de son « aura ».

  9. Ce que j’allais dire n’est pas très différent de ce qu’a dit Shizuka….serait-ce parceque nous sommes des femmes, d’origine européenne, et que nous vivons en province???

    Je pense qu’ à Tokyo comme dans toutes les très grandes villes, on doit faire face à des comportements qui manquent d’humanité et que cela n’a pas forcément à voir avec des discriminations raciales mais des défoulements égoïstes tout court. Mais je ne me voile pas la face: il y a des individus racistes comme partout et il est bon de s’en protéger. Dans ce domaine, les sorties du maire de Tokyo ne contribuent pas à créer un climat serein. Comme je l’ai dit sur mon blog, je crois que certains groupes ethniques sont plus violemment pris à partie que d’autres.

    Je vais bientôt fêter 20 ans de Japon et je n’ai pas remarqué une détérioration des comportements à mon égard, si ce n’est qu’effectivement, comme le dit Shizuka, on est moins traité comme des coqs en pâte mais tout simplement comme le commun des mortels.
    Et le commun des mortels, au Japon, il souffre pas mal dans ses relations avec ses congénères. Je pense que les commentaires désagréables, les coups de coude et autres snoberies, tout le monde les vit au Japon, tout simplement parceque le Japon de 2009 est un Japon qui devient de plus en plus dur et violent, que la société s’est transformée en une congrégation anonyme de personnes qui sont uniquement préoccupées par leurs besoins matériels et stressées par les pressions de toutes sortes.

  10. @Shizuka

    Soigne-toi bien! Je suppose que la fatigue accumulée avec les enfants y est aussi pour quelque chose…
    Quel avantage de vivre en province!

    @Baiya
    Oui, le Japon est de plus en plus dur et violent et j’ai bien l’impression que les étrangers sont en première ligne. (sont visés)

  11. Je lis souvent ce genre de remarques sur d’autres blogs, mais moi, personnellement, vivant à Hiroshima depuis un plus d’1 an et demi, je n’ai jamais eut le moindre problème, la moindre mauvaise parole ou mauvais regard, ressenti la moindre discrimination, la seule personne qui a refusé de s’assoir à côté de moi, c’est un petit garçon de 3 ans à la piscine, et c’est pourtant son père qui lui avait demandé de s’assoir à cette place.

    Après je ne suis pas en train de nier ce qui est dit dans cet article ou dans certains commentaires, et en effet le comportement de cet homme est regrettable, mais je pense que le racisme ici est bien plus faible que celui que vivent les immigrés en France ou dans de nombreux autres pays. Non?

    Je me demande si ce n’est pas juste un peu de paranoïa et d’exagération, ou alors la mentalité est différente à Hiroshima, ou bien le fait que je sois une fille….

    Par contre quelqu’un l’a dit ailleurs, mais je trouve qu’en effet les médias insistent un peu trop sur les affaires impliquant des étrangers. Mais les médias et la population ce sont 2 choses différentes.

  12. @Judith

    Bonjour,

    Merci de ce témoignage plutôt rassurant. Les réactions sont donc variées selon l’endroit où l’on se trouve.
    Ce qui paraît inquiétant justement, c’est le comportement des médias. Il n’est sans doute pas sans influence sur celui d’une partie de la population.
    Lors du battage médiatique fait autour de la reprise des essais nucléaires en Polynésie, une épicière de quartier avait refusé de servir un ami Français alors que celui-ci se servait chez elle depuis plus de 15 ans!
    Alors je dirais plutôt « médias = une partie de la population ».

  13. je relis certains commentaires et je dois dire que pour mon cas a dépend des situations. Par exemple, j’ai fait des super rencontres avec des jeunes japonais, danseurs de rue ou chanteurs, qui ont accepté que je les prenne en photos et qui ont même discuté avec moi sans a priori.
    Dans le train, mmm, il est clair que certains iront toujours chercher la place même éloignée au lieu de s’assoir à côté d’un étranger. Idem dans le bus que je fréquente quotidiennement.
    Pour le reste, je ne sais pas bien. je vis dans un milieu francophile ou « gaijinophile ». Je connais cepandant des étrangers qui n’ont que peu d’interêt pour l’étranger et pourtant très sympas avec moi…mais évidemment ils sont tous plus ou moins mes amis.
    Par contre, plus je comprends le jponais, plus je me rend compte de l’arrogance de certains. Par exemple, j’étais dans un café où j’ai un échange avec une ancienne prof de japonais, à qui j’enseigne le français en retour de ses cours. on ne faisait pas de bruit, mais le voisin, voyant que sa copine regardait vers nous, s’est mis à dire que les étrangers qui étudiaent le aponais étaient en général des maniaques otakus et ‘en passe…et c’est la troisième fois que je suis confronté à ce genre de jugement, toujours par des gens plutôt jeunes. j’ai parfois l’impression que certains se permettent des commentaires devant le nez des étrangers car ils se sentent surprotégés dans leur pays, ou ont peur que leur copine regarde un peu trop vers nous…c’est ridicule et très enfantin comme comportement.

  14. Pour ce qui est des gens qui s’assoient plus loin dans les trains & métros, c’est pareil qu’en occident. Je me souviens avoir lu une étude disant qu’aux USA, les places autour des noirs dans le métro étaient 4 ou 5 fois plus fréquemment libres que les autres.
    Mais il fait quand même 100 fois meilleur prendre les transports en commun à Tokyo qu’à Paris. (Presque) aucune agressivité, (presque) aucune tension à Tokyo.

  15. @Corentin

    Oui, je suis bien d’accord avec ta dernière phrase!
    « …il fait quand même 100 fois meilleur prendre les transports en commun à Tokyo qu’à Paris. (Presque) aucune agressivité, (presque) aucune tension à Tokyo. »

Laisser un commentaire