Petite compilation d’articles d’Antoine Bouthier sur le Japon et publiés depuis mars 2011

NB : Liste non-exhaustive et datant déjà de quelques mois.

Cliquez sur ce lien :
http://www.lemonde.fr/web/recherche_resultats/…(lien tronqué)

Extraits : Résultats de votre recherche
17 éléments publiés « depuis un mois » avec le(s) mot(s) ou expression(s) « bouthier » dans « tout l’élément » et classés par « pertinence ».

Page 1/2
| 1 – Brève De faux appels au don pour les victimes du séisme circulent sur Internet
LEMONDE.FR | 16 mars 2011 | Antoine Bouthier | 255 mots
Au Japon, il n’y a eu ni mouvement de panique ni pillages après le séisme du vendredi 11 mars, comme on a pu le voir ailleurs dans le monde lors de catastrophes naturelles majeures. En revanche, alors que le bilan des victimes du tsunami ne cesse de croître, les arnaques au don commencent à envahir…

| 2 – Japon : le gouvernement appelé à plus de transparence
LEMONDE.FR | 14 mars 2011 | Antoine Bouthier | 518 mots
« M-9″ : c’est désormais le nom qu’utilisent les journaux nippons pour évoquer le séisme qui a dévasté le nord-est du Japon, en référence à la dernière réévaluation de sa magnitude. Dans la presse japonaise, les éditorialistes appellent aujourd’hui à la mobilisation de chacun, ne serait-ce qu’en…

| 3 – Japon : dans les refuges, les personnes âgées survivent difficilement
LEMONDE.FR | 17 mars 2011 | Antoine Bouthier | 468 mots
Alors qu’elles étaient transportées en direction d’un refuge à Miyagi, à environ 40 km au sud de la centrale de Fukushima, quinze personnes âgées sont mortes jeudi 17 mars au matin, dans un état de fatigue et de stress extrême, rapporte le quotidien japonais Mainichi Shimbun.

| 4 – A Fukushima et à Sendai, la solidarité sur les réseaux sociaux
LEMONDE.FR | 15 mars 2011 | Antoine Bouthier | 489 mots
Sous les mots-clés #save_fukushima ou #jishin (« séisme » en Japonais), les messages émanant de la région touchée par les radiations pleuvent sans discontinuer. Les communications téléphoniques sont mauvaises et les habitants de Fukushima vivent au rythme des coupures d’électricité.

| 5 – Nucléaire : la presse japonaise critiquée
LEMONDE.FR | 21 mars 2011 | Antoine Bouthier | 503 mots
« Twitter et la BBC. » C’est souvent la réponse obtenue lorsque l’on interroge les Japonais sur leur manière de s’informer sur la crise nucléaire. La presse japonaise, largement dépendante de la communication du gouvernement et de Tepco, la principale compagnie d’électricité du pays, a été fortement…

| 6 – Fukushima : le gouvernement accusé d’avoir minoré le niveau de gravité à cause des élections locales
LEMONDE.FR | 12 avril 2011 | Antoine Bouthier | 542 mots
« Le Parti démocrate a certainement retardé l’annonce du reclassement du niveau de gravité pour attendre la fin les élections, qu’il a d’ailleurs perdus. Je réclame plus de transparence. » Ce message, envoyé sur Twitter par @pukuma, un habitant de la préfecture de Shimane, dans le sud du Japon, n’est…

| 7 – Entretien Fukushima : « Il faudra des mois avant de rétablir la situation »
LEMONDE.FR | 11 avril 2011 | Antoine Bouthier | 563 mots
Depuis le 11 mars, le Japon est embourbé dans une crise nucléaire sans précédent. L’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) estime aujourd’hui que le « pire est passé » mais qu’il faudra encore « des semaines, voire des mois » avant que la situation soit stabilisée à la centrale.

| 8 – Synthèse La nourriture japonaise contaminée retirée du marché
LEMONDE.FR | 21 mars 2011 | Antoine Bouthier, avec AFP | 570 mots
La découverte d’épinards contaminés, à 120 kilomètres de la centrale endommagée de Fukushima, était inattendue. Les taux de radiation qu’ils contiennent sont 27 fois plus élevés que les standards autorisés, rapporte l’agence de presse Kyodo.

| 9 – Synthèse Nucléaire : le Japon avait été alerté d’irrégularités à Fukushima
LEMONDE.FR | 22 mars 2011 | Antoine Bouthier | 604 mots
Le 7 février, un mois avant le séisme et le tsunami qui ont endommagé la centrale nucléaire de Fukushima, l’agence de régulation nucléaire japonaise a autorisé le maintien pendant 10 années supplémentaires du plus ancien des six réacteurs de la centrale, malgré des avertissements concernant sa…

| 10 – La crise nucléaire, une épreuve difficile pour la diplomatie française au Japon
LEMONDE.FR | 1 avril 2011 | Antoine Bouthier | 649 mots
Garder la face vis-à-vis des autorités nippones tout en revendiquant ses propres orientations, guidées par le « principe de précaution », s’avère un exercice diplomatique difficile. C’est dans ce contexte délicat que Nicolas Sarkozy s’est exprimé à Tokyo, jeudi 31 mars.

Voir aussi la 2e page sur le site du Monde.

Publié dans séismes au Japon, société japonaise | Un commentaire

Je suis en bonne santé

Pour ceux qui s’inquiètent de ma santé suite au séisme et au tsunami du 11 mars 2011, je suis sain et sauf. Je n’ai pas de nouvelles de mes enfants pour le moment.
Consultez les derniers articles sur le sujet à http://france-japon.net . Des informations importantes pour la communauté y sont publiées.
Mise à jour du 11 mars, 19h (h. fr.) : enfants sains et saufs.

Publié dans infos Japon, séismes, tokyo, tsunami | 3 commentaires

1984, de George Orwell, le novlangue et la langue japonaise

Redécouvert récemment avec grand plaisir le Novlangue dans Wikipédia.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Novlangue
J’avais lu 1984 en anglais justement cette même année.
« Quel rapport avec le Japon? » me direz-vous. La réponse se trouve dans l’article de Wikipédia cité ci-dessous.

Petit rappel pour commencer…
Langue officielle d’Oceania, le novlangue fut créé pour satisfaire les besoins idéologiques de l’Ingsoc (pour English Socialism) : il doit favoriser la parole officielle et empêcher l’expression de pensées hétérodoxes ou critiques. En 1984, l’usage du novlangue n’était pas encore très répandu et il n’était alors maîtrisé à l’oral et à l’écrit que par des spécialistes ; mais il est destiné à remplacer totalement le Oldspeak (ou anglais standard), un objectif fixé pour les années 2050. Son usage se répand constamment ; les membres du parti tendent de plus en plus à utiliser le vocabulaire et la grammaire novlangues.
(…)
Principes
L’idée fondamentale du novlangue est de supprimer toutes les nuances d’une langue afin de ne conserver que des dichotomies qui renforcent l’influence de l’État. Un rythme élevé de syllabes est aussi visé, avec l’espoir que la vitesse des mots empêche la réflexion.
De plus, si la langue possède le mot « bon », il est inutile qu’elle ait aussi le mot « mauvais ». On crée le concept « mauvais » en ajoutant un préfixe marquant la négation (cela donnera « inbon »). La grammaire est aussi très simplifiée ; ainsi le pluriel est toujours marqué par un s (on dit « des chevals » et « des genous ») ; les verbes se conjuguent tous de la même manière.
Un verbe doit toujours dériver du nom correspondant quand il existe. Dans la version anglaise, to cut (couper) est ainsi remplacé par to knife (sachant que knife signifie couteau).

Les caractéristiques du novlangue existent dans des langues agglutinantes comme le japonais, le turc ou l’espéranto. Sa critique du remplacement de tous les termes équivalents « mauvais, répugnant, dégoûtant, exécrable, infect… » par un simple « inbon » manque de souplesse pour un anglophone, mais le procédé est utilisé dans les langues agglutinantes en communication quotidienne, et parfois en poésie. Le novlangue surprend surtout un anglophone s’adressant à d’autres anglophones disposant eux aussi d’un vocabulaire de 30 000 mots et plus. Orwell connaissait l’espéranto via son long séjour chez sa tante Ellen Kate Limouzin, femme d’Eugène Lanti, l’un des fondateurs et principaux moteurs du mouvement espérantiste ouvrier. Le novlangue caricature les langues anglaises simplifiées, en particulier l’anglais basic.

Publié dans langue japonaise | Un commentaire

Bien choisir son assurance voyage

Que vous soyez un professionnel, un étudiant, un touriste ou un expatriés, lorsque vous souhaitez partir à l’étranger, il est indispensable de souscrire à une assurance voyage ou une assurance expatriés qui vous protégera contre les imprévus. Voici quelques conseils pour vous aider à choisir une assurance santé voyage adaptée à vos besoins, et partir tranquille.

1. Regardez le contenu des garanties : les frais médicaux, l’assistance-rapatriement, la responsabilité civile, le capital accident, le vol de bagages, la protection juridique, l’annulation-modification de voyage. De même, faîtes attention à la base de remboursement: s’agit-il de frais réels ou de tarifs de convention de la sécurité sociale ?
2. Comparez les assurances à garanties comparables, sans considérer le prix comme unique critère de choix. Si vous partez dans un pays au coût médical élevé, vous devez choisir une assurance voyage avec de très bonnes garanties. Comparez les plafonds de garanties et les franchises.

3. Renseignez-vous sur les conditions d’utilisation de l’assurance voyage : plateforme médicale d’urgence, accord nécessaire pour engager des dépenses de santé, paiement direct des frais ou avance des frais en hospitalisation, procédure de remboursement…etc.

4. Comparer les garanties : un courtier d’assurance spécialisé en assurance voyage sera votre meilleur interlocuteur. Votre mutuelle vous proposera une assurance voyage qui ne répondra pas toujours au mieux à vos besoins, de même que votre carte bancaire ne vous couvre pas pour tous vos frais de santé à l’étranger.

5. Après avoir sélectionné une assurance voyage, n’hésitez pas à poser des questions sur le contrat, les garanties et son fonctionnement : un spécialiste tel que Mondassur vous apportera des réponses claires à toutes vos questions.

A propos de l’auteur : Katherine Graffin, fondatrice et dirigeante du courtier d’assurances voyage et assurances expatriés Mondassur. Plus d’informations à: http://www.mondassur.com

Publié dans Le Japon | Marqué avec , , , | Un commentaire

Comment un économiste chinois voit l’Europe et la France

Si ce n’est pas vrai, c’est bien imité! (« Se non e vero, e bene trovato! » Proverbe italien)
Un professeur d’économie chinois analyse la situation économique de la France!
Ou « comment les Français dans le mur, et comment ils y vont très vite… bientôt, les Chinois nous donneront des sacs de riz! »

Aussi pour le plaisir de lire les caractères chinois!

Publié dans économie, chine | 10 commentaires

Un hôpital top de chez top !

Voilà, c’est fini! Je suis sorti aujourd’hui. J’ai passé un excellent séjour à l’hôpital. Le personnel était très « aux petits soins » – c’est le cas de le dire, mais aussi aux grands!
La communication était de niveau maximal, extrêmement bien faite et rassurante. Tout le personnel, du chirurgien à l’aide-soignante, en passant par les anesthésistes et les infirmières était très jeune, extrêmement poli, très professionnel. J’allais oublier le personnel administratif et les « techniciens de surface ». Tous très pros aussi.
J’en suis encore baba. Je n’en reviens pas qu’on ait pu atteindre un tel niveau. Ça n’a pas dû se faire du jour au lendemain…
Le nom de l’hôpital : 日本医科大学付属病院 Nihon ika daigaku fuzoku byôin.

Il se trouve près de la station Sendagi, sur la ligne Chiyoda, à Tokyo.
Vous le trouverez facilement sur le web. Il ne paie pas de mine de l’extérieur -ni de l’intérieur- mais vraiment je n’hésite pas, comme le fait parfois mon ami Cable pour les films, j’attribue 5 étoiles pour l’ensemble.

Publié dans santé au Japon | Marqué avec , , , , , | Un commentaire

Opération chirurgicale : ça fait mal… au portefeuille !

Je dois me faire opérer courant juin et dois donc me faire hospitaliser pendant une semaine environ m’a annoncé la ravissante chirurgienne qui m’a examiné.
J’ai demandé à l’infirmière combien coûtait une chambre particulière. Réponse : 40000 yens par jour! Ils ont aussi des chambres sans douche, juste un lavabo, à 17000 yens mais elles sont rarement disponibles.
« Et les chambres ordinaires comprennent combien de lits?
– 8 lits… »
Alors j’ai dit : « Bon je prends seulement 2 ou 3 jours de chambre particulière et après, je voudrais être transféré dans une chambre ordinaire… »
Réponse de l’infirmière au bout du fil :
« Monsieur, nous ne pouvons pas vous garantir que nous pourrons vous changer de chambre en cours d’hospitalisation.
– Ah bon? Alors, je sortirai au bout de 3 jours, tant pis! Je signerai une décharge » ai-je répondu!

Voilà ce que j’avais écrit hier.
Aujourd’hui, nouvelle consultation, cette fois avec un jeune chirurgien très sympa qui me dit que dès le lendemain de l’opération certaines personnes sont déjà en train de trotter dans les couloirs et donc que la durée d’hospitalisation peut être considérablement réduite. Notez bien le « certaines personnes ». Ça dépend quand même de leur état…
Donc, si mon état est satisfaisant, ça m’arrange bien parce qu’à ce tarif je me voyais pas rester plus de 3 jours! Enfin… j’ai pas eu tout le détail des prestations, j’aurai peut-être droit à des « personal dances » chaque soir…
Ensuite, revue de détail avec l’infirmière qui me dit que « pas de problème pour l’attribution d’une chambre mais qu’on ne pourra pas me la garantir vu que cela dépend des admissions en urgence. » Vu comme cela, c’est parfaitement compréhensible. Je ne voudrais pas qu’on laisse à la porte, dans l’ambulance, un pauvre diable ayant besoin d’un lit par ma faute. Le Japon a défrayé la chronique ces dernières années pour avoir refusé aux urgences des malades. Certains en sont même morts.
Bref, c’est la veille de l’hospitalisation qu’on me téléphonera pour m’annoncer mon sort. Génial, hein!
Je m’attends à quelque chose du genre : « Ah ben… on n’a plus que des chambres à 80000 yens/jour. J’ai vu la grille des tarifs aujourd’hui, il y en a ! À ce prix-là, on doit avoir la revue du Crazy Horse et son équipe au grand complet!

Publié dans distractions, santé au Japon, société japonaise, tokyo | Marqué avec , , , | 4 commentaires