Réponse de Monsieur Philippe FAURE, Ambassadeur de France, à SOS PARENTS JAPAN

Nous publions, avec son autorisation, la réponse de Son Excellence Monsieur Philippe FAURE, Ambassadeur de France au Japon, adressée le 16 juin 2009 au président de SOS PARENTS JAPAN. Cette réponse fait suite à la lettre ouverte adressée le 15 juin par notre association à Monsieur Philippe MARTIN, Consul de France à Tokyo (voir lien ci-dessous).

http://sos-parents-japan.org/2009/06/17/lettre-ouverte-de-sos-parents-japan-a-monsieur-philippe-martin-consul-de-france-a-tokyo/

Monsieur le Président,

J’ai lu très attentivement la lettre que vous avez adressée à M. Philippe Martin, notre consul à Tokyo, actuellement en vacances.

Je souscris totalement à votre proposition d’organiser régulièrement des réunions de coordination entre les équipes consulaires et diplomatiques, d’une part, et les associations et parents d’autre part. J’ai demandé à mes services, et à ceux du Consulat général à Osaka, de reprendre rapidement contact avec vous afin de déterminer la date d’une première rencontre dans le courant de l’été. De telles réunions nous permettront ainsi de nous tenir mutuellement informés sur l’évolution des dossiers et les actions entreprises par chacun.

Je saisis cette occasion pour vous assurer de mon implication personnelle sur ce sujet, et de la mobilisation de mes équipes pour faire avancer ces dossiers aussi dramatiques que délicats, afin que les droits familiaux les plus fondamentaux puissent être respectés.

Au niveau politique, nous tirons parti de toutes les occasions possibles pour évoquer cette situation inacceptable avec nos interlocuteurs japonais: la semaine dernière encore, je m’en suis longuement entretenu avec le nouvel ambassadeur du Japon à Paris, M. Saïto, qui m’a paru particulièrement sensible à cette question et un des conseillers diplomatiques du Président de la République, actuellement en visite à Tokyo, évoquera ce sujet lors de ses entretiens qui commencent aujourd’hui.

L’Ambassade, ainsi que M. Abassi, démarchent régulièrement le Gaimushô au sujet de la ratification par le Japon de la convention de La Haye, et nous lui avons soumis l’idée d’une commission mixte et paritaire franco-japonaise qui examinerait à intervalle régulier la situation des familles concernées. Je constate aujourd’hui une ouverture de la part du Ministère japonais, et nous avons bon espoir que cette commission puisse être mise en place très prochainement. Enfin, nous avons organisé ces dernières semaines des opérations de communication en lien avec les Ambassades des Etats-Unis, du Canada et du Royaume-Uni, qui ont connu un bon retentissement dans la presse japonaise.

Soyez assuré de ma détermination à continuer dans cette voie, afin de trouver une solution durable et acceptée par tous, et mettre enfin un terme aux souffrances intolérabes vécues par les pères et leurs enfants.

Bien à vous,

Philippe Faure

—-

NDLR de SOS Parents Japan : Contact a bien été pris par le Consulat de Tokyo, et une première réunion, en présence de l’Ambassadeur, devrait avoir lieu vers la mi-juillet à l’Ambassade, réunissant les consuls de France au Japon et leurs collaborateurs d’une part, les parents français et les associations SOS Parents Japan et SOS Papa d’autre part.

A suivre…

Source : sos-parents-japan.org.

Le blog des clés de kanji est de retour !

Le blog http://france-japon.net/cles-de-kanji/ est de retour après une longue absence. Vous trouverez une liste de 98 clés importantes dans le dernier article. Demain, le début d’une série de Quiz sous forme de QCM (Questionnaires à choix multiples). Les derniers articles du blog sont accessibles directement depuis le flux RSS dans la colonne de droite.

Les lexiques sont de retour!

Bonjour. Christian m’invite généreusement à mentionner le retour des lexiques de Québec-Japon sur le nouveau portail. Alors voilà, vous pouvez saisir des termes en français ou en japonais dans la petite case « Lexiques » qui apparaît tout en haut à gauche du portail. Une fenêtre contextuelle affiche alors toutes les lignes des lexiques qui contiennent le terme recherché (jusqu’à un maximum de 25 lignes).

logo wake wakaru

Les lexiques contiennent actuellement 27 880 entrées du français au japonais, et 21 335 entrées du japonais au français (le nombre augmente régulièrement dans ce dernier cas). Nous sommes aussi en train de mettre en place un lien vers les phrases japonaises du projet Tatoeba, ce qui permettra de lire des exemples de phrases où figure le terme recherché. Cette option sera disponible très bientôt à l’adresse principale des lexiques dès que nous aurons réglé quelques problèmes techniques.
Encore une fois, j’invite les personnes intéressées à communiquer avec moi si elles désirent nous aider à enrichir les lexiques. Je m’engage à respecter la propriété des termes ajoutés par les participants, chacun d’eux ayant un accès privé par connexion ftp à un dossier personnel où il peut déposer ses fichiers.

Alain Côté ( alain[arobase]quebec-japon[point]com )

Notre portail dédié à la vie au Japon a changé de look !

Nouveautés du portail : les infos les plus récentes des principaux acteurs de la communauté francophone du Japon ainsi que des nouvelles quotidiennes en français.
Le forum est passé en version phpbb3 et se trouve maintenant à http://france-japon.net/forumjapon/. Pour naviguer dans le portail, un plan du site est à votre disposition en haut à droite ou directement ICI.
L’annuaire de 1200 sites sur le Japon est désormais accessible à cette adresse.
Quelques archives ont été placées ICI.
Nous remercions chaleureusement toute l’équipe des modérateurs pour son aide et ses conseils pour la préparation et la réalisation de la migration de notre portail et du forum.

Un peu de temps libre en ce début d’année 2008 ?

C’est le moment de mettre à jour votre blog ou votre site en y ajoutant un lien vers france-japon.net. Vous pouvez même ajouter plusieurs liens vers les principaux services de notre site: le forum, l’annuaire de 1200 sites, les petites annonces et le wiki. Merci d’avance de votre aide!

Rappel des URL
Lien vers le forum :
http://france-japon.net/forumjapon/
Lien vers l’annuaire de 1200 sites sur le Japon :
http://france-japon.net/annuaire-japon/
Lien vers le wiki du Japon Pratique :
http://france-japon.net/wiki/
Lien vers les petites annonces :
http://france-japon.net/annonces2/
Et bien sûr, le lien vers la page d’accueil avec les nouvelles de la communauté :
http://france-japon.net/

SEJT réunion de janvier 2002

La prochaine réunion de la SEJT aura lieu le vendredi 25 janvier (et non pas le 18 comme annoncé), à 19 heures, salle 601 de la Maison Franco Japonaise (Ebisu, Tokyo). Entrée libre.
Le professeur Thomas Sekine nous parlera de Uno Kozo, économiste important, original, et dont la pensée, encore mal connue, peut donner à réfléchir en cette époque où « post-moderne » semble être le mot-clef. Un pot clôturera cette soirée. Les dernières nouvelles concernant la SEJT et l’annuaire des membres se trouvent à
http://www.mfj.gr.jp/sejt/sejt.html

Uno Kozo (1897-1977), un gourou du marxisme japonais de l’après-guerre, particulièrement admiré par les shinsayoku, les soixante-huitards du Japon, dans les années soixante et soixante-dix, mais de nos jours déjà presque oublié, coula son enfance dans un milieu petit-bourgeois de Kurashiki, durant la première décennie du vingtième siècle, alors que le Japon subissait les lancinantes épreuves de la modernisation à marche forcée. Plus tard, sous l’influence d’idéologies nouvellement importées —- le socialisme et l’anarchisme en particulier —-, il se décida à étudier à fond et à maîtriser Le Capital de Marx. Mais son ambition ne fut réalisée qu’en 1924, en Allemagne. En revenant au Japon après le grand séisme du Kanto, c’est-à-dire au crépuscule de l’époque démocratisante de Taisho, il enseigna à l’Université Tohoku de Sendai, chargé des cours de politique économique. Il se plongea alors dans sa recherche intellectuelle, écrivant peu et restant donc largement inconnu, jusqu’à son arrestation en 1938 sous le chef d’inculpation, peu croyable, d’avoir participé à des activités politiques au Japon de concert avec le Front populaire, mouvement international anti-fasciste. Après sa libération, il vint à Tokyo et travailla pour des centres privés d’études économiques jusqu’à la fin de la guerre. Ce n’est qu’en 1946 qu’il fut rétabli dans ses fonctions universitaires, cette fois à Tokyo, à l’âge de 49 ans. A partir de ce moment, son talent inégalé et longtemps dissimulé put éclore. Il publia prolifiquement, et ses pensées originales fascinèrent les jeunes qui virent en lui un véritable meneur idéologique du Japon.
Mais comme auteur, il reste difficile à comprendre. Peut-être ne l’a-t-on pas bien compris après tout, ce qui expliquerait la brièveté de sa popularité. Sa véritable importance réside, me semble-t-il, dans la découverte de la « dialectique du capital » qui constitue, en somme, le « logiciel » [das Bewegungsgesetse] de la société moderne. Sans bien tout d’abord saisir ce « logiciel », on ne saurait en aucun cas surmonter le capitalisme quelque fervente que soit sa passion révolutionnaire, et le postmodernisme « déconstructeur » ne serait guère qu’un assaut de Don Quichotte contre des moulins à vent.