Les Francais font leur Rakugo – Tour du Japon 2017

Tournée triomphale au Japon en ce moment. Après Osaka, Nagoya, Gifu, Fukuoka et Nagano, date unique à Tokyo ce dimanche. Réservez vite !

dimanche 17 décembre
Rakugo Café Jimbocho
Ouverture des portes à 17h30
Spectacle à 18h00
Fin vers 20h00
1500 yens en pré-vente
1800 yens à la porte

Réservation par email
[email protected]

Détails sur
http://cyco-o.com

Les classiques de l’animation japonaise à Lyon du samedi 23 décembre au dimanche 7 janvier

Pendant la période des fêtes et à l’occasion des 100 ans de l’animation japonaise, l’Institut Lumière propose d’en découvrir les plus grands classiques.

Du samedi 23 décembre au dimanche 7 janvier, les réalisateurs les plus réputés tels que Hayao Miyasaki, Osamu Tezuka ou Isao Takahata seront à l’affiche d’une programmation familiale et diversifiée. Pour seulement 4€, les œuvres poétiques Porco Rosso, La Légende de la forêt, Kiki la petite sorcière et Panda petit Panda permettront aux plus petits de rêver tandis que Le Tombeau des lucioles éblouira les plus grands.

Vous trouverez ci-dessous le détail de la programmation :

https://mail.google.com/mail/u/0/#inbox/160503f0b00604ac?projector=1

Plus d’infos et billetterie : http://www.institut-lumiere.org/cinema/jeune-public.html

Réédition du récit de voyage au Japon d’Émile Guimet

PromJap_Couv-rRéédition en un volume en facsimilé du récit de voyage au Japon d’Émile Guimet, illustré par son compagnon de voyage Félix Régamey, paru en 2 tomes en 1878 et 1880.

L’industriel lyonnais Émile Guimet, parti étudier les religions de l’archipel nippon, conte à son retour les péripéties du voyage et la découverte de la vie quotidienne au Japon, bien souvent déconcertante pour un occidental. Il évoque également au fil des chapitres les grands mythes de l’empire du Soleil Levant. Guimet nous entraîne sur les pas des premiers voyageurs occidentaux au Japon, peu après l’ouverture du pays aux étrangers, et fait preuve de beaucoup de sensibilité et d’admiration pour les Japonais, ainsi que d’un solide sens de l’humour.

Un texte sur bien des points encore d’actualité !
Pour le bonheur du lecteur, Guimet a délibéremment écarté la photographie comme source d’illustration. L’ouvrage est ponctué par de superbes culs-de-lampe en forme d’éventail, lettrines, dessins et gravures en pleine page, tous issus de la main de Félix Régamey, et toujours très justes.
Émile Guimet rentrera de son périple avec six cents statues divines, trois cents peintures religieuses japonaises et plus de mille ouvrages, à l’origine de la collection du musée national d’Art asiatiques-Guimet et de sa bibliothèque.

Aux éditions « A propos »

Lyon : festival du cinéma japonais contemporain Kinotayo

Le cinéma Lumière Bellecour accueille pour la 2ème année le festival du cinéma japonais contemporain Kinotayo. Avec 5 films, cette année la programmation est riche et variée , abordant différents thèmes du mercredi 29 novembre au dimanche 3 décembre au Lumière Bellecour. A l’affiche The Long Exuse, Perfect Revolution, Close-Knit, Rage et Oh Lucy !. Tous les films sont suivis d’une projection d’interviews de leurs réalisateurs, et animée par l’Espace Lyon Japon, notre partenaire.

Festival Kinotayo, le meilleur du cinéma japonais
                contemporain au Lumière Bellecour
Festival Kinotayo, le meilleur du cinéma japonais
                contemporain au Lumière Bellecour
Festival Kinotayo, le meilleur du cinéma japonais
                contemporain au Lumière Bellecour
Festival Kinotayo, le meilleur du cinéma japonais
                contemporain au Lumière Bellecour

Association Jipango : ateliers découverte de techniques ancestrales et marché de Noël japonais

Nous relayons des informations de l’association Jipango

Ateliers découverte de techniques ancestrales

Pendant le salon Idées Japon de décembre, comme chaque année, plusieurs ateliers création seront programmés.

Cette année, trois spécialistes venant du Japon présenteront les techniques de fabrication de l’encens oko, la reliure wa-toji, et tenugui, et proposeront des idées pour les remettre au goût du jour.

お香Oko, l’encens

4photos encens bd
Sanae Saito, instructeur certifié pour l’encens japonais, proposera en ateliers la fabrication de 3 styles d’encens.
Neriko : fabriqué avec de la poudre d’encens et de la mélasse. Il est un peu chauffé, ce qui lui donne un parfum de bois aromatique.
Zuko : traditionnellement utilisé pour la purification du corps. Aujourd’hui à la mode, il est appliqué sur les poignets comme fragrance.
Huile Oko : un mélange de senteurs végétales et d’huile.

Durée d’une séance : 1h30 – 2h

Dates et horaires au choix :
Jeudi 7 à partir de 11h45 (neriko), vendredi 8 de 14h (Zuko)  et samedi 9 de 16h30 (huile oko)

Participation : 35 € (matériel inclus) par atelier.
Inscription par mail : [email protected]


和綴じ Wa-toji, reliure de style japonais

watoji 3photos bd
Kanako Arito est la fille de Shunji Arito, qui représente la 3e génération de la société familiale spécialisée depuis plus de 120 ans dans la fabrication de cahiers et de livres avec la technique de wa-toji, la reliure manuelle. Lors du salon Idées Japon, Kanako enseignera les bases du wa-toji avec la technique des 4 trous, le yotsume-toji.

Durée d’une séance : environ 1h

Dates et horaires au choix :
Jeudi 7 à partir de 14h, vendredi 8 de 16h30 et samedi 9 de 11h45

Participation : 30 € (matériel et cahier en papier washi inclus) par atelier.
Inscription par mail : [email protected]


てぬぐい Tenugui
tenugui 4photos

Harumi Sawa Kojima, designer, crée ses produits (vêtements, accessoires et papeteries) avec des tenugui-riénzomé provenant de Nihonbashi Ningyo-cho Todaya Shôten, la maison qui les fabrique depuis 145 ans.
Dans cet atelier, les participants découvriront des techniques de création de porte-feuille et aussi d’emballages pour bouteilles, livres et boîtes.

Dates et horaires au choix :
Jeudi 7 à partir de 16h30, vendredi 8 de 11h45 et samedi 9 de 14h

Participation : 30 € (un tenugui artisanat offert) par atelier.
Inscription par mail : [email protected]

http://www.jipango.com/

^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^

SALON IDEES JAPON

Marché de Noël japonais

Du mercredi 6 au samedi 9 décembre 2017
de 11h30 à 19h30
Petit Cinko et Espace Cinko :
8 – 10 et 12 – 18 Passage Choiseul, Paris 2e.
 Entrée libre

D’une surface totale de 350 m2 (2 espaces), le marché se composera de :
Expo-vente Idées cadeaux japonais,
Espace de découvertes culinaires et de thés japonais, 
Exposition de calligraphie « Les mots du Zen » et
Ateliers création


AU REZ-DE-CHAUSSEE
(Espace Cinko & Petit Cinko)
Expo-vente Idées cadeaux japonais
Plus de 50 stands de créateurs et de spécialistes

L’expo-vente se déploiera au niveau rue des 2 espaces, où les visiteurs pourront faire le plein d’idées cadeaux et échanger avec plus de 50 créateurs et spécialistes qui seront heureux de partager en direct leurs passions et leurs savoir-faire.

acce ayumi dec tissu keiko
dec art misaki
dec papier
adeline art aquaphyte dec

AU NIVEAU – 1
(Espace Cinko)
« 和の味 Wa no aji, saveurs du Japon »
Espace découvertes culinaires et thés japonais
dégustations, démonstrations, vente, consommation sur place…

Il proposera à la fois des stands de pâtisserie, d’alimentation et de thés japonais, etc. ainsi que des dégustations, démonstrations, de la vente et consommation sur place…

nishikidori
dec umaicha dec  dorayaki mayusan  autour riz 1 mochi

http://www.jipango.com/

La démocratie japonaise et les rapports entre hauts fonctionnaires et hommes politiques

cnrs.jpgExtrait de la lettre de novembre 2017 du GIS-Réseau Asie et Pacifique.

La démocratie japonaise et les rapports entre hauts fonctionnaires et hommes politiques

par Arnaud Grivaud, Post-doctorant à l’Inalco

Depuis Max Weber, l’étude des relations qu’entretiennent les hommes politiques avec les hauts fonctionnaires fait partie des thèmes cruciaux de la science politique. Au cœur de cette problématique, on retrouve, en effet, la tension entre la nécessité de disposer d’un gouvernement efficace et celle de respecter le principe de la démocratie représentative.
D’un côté, les hommes politiques sont élus par les citoyens afin de mettre en œuvre les mesures promises lors de leur élection ; de l’autre, les hauts fonctionnaires sont recrutés – souvent sur concours – parce qu’ils disposent de certaines connaissances techniques nécessaires à la réalisation des politiques publiques.
Les responsables politiques mandatés par le Peuple ont généralement besoin d’avoir recours au savoir-faire de ces spécialistes que sont les agents de la haute administration, lesquels doivent s’exécuter en loyaux subordonnés, conformément à l’archétype wébérien de la bureaucratie moderne et au principe hiérarchique. Mais dans le cas où ces derniers tireraient avantage de leur savoir et de l’ignorance relative des élus afin de modifier selon leurs souhaits le contenu des politiques, on pourrait considérer alors que ce sont les hauts fonctionnaires qui gouvernent, au mépris du mandat électif confié aux hommes politiques par les citoyens.
Plus encore que dans d’autres pays, les relations politico-administratives japonaises ont, après la Seconde Guerre mondiale, fait l’objet de très nombreuses études. Jusque dans les années 1970, ces dernières affirmaient généralement que les hauts fonctionnaires étaient en réalité les acteurs dominant la prise de décision (c’est la thèse de la domination bureaucratique, kanryō shihai-ron). La bureaucratie japonaise était puissante et de nombreux hommes politiques influents étaient en fait d’anciens hauts fonctionnaires. Mais à partir de la fin des années 1970, alors que les élus du Parti libéral démocrate (PLD) gagnaient en influence en demeurant au pouvoir depuis la création du parti en 1955, certains chercheurs, comme Muramatsu Michio, ont commencé à nuancer la thèse susmentionnée et à contester le caractère soi-disant non démocratique du système politique japonais. Ils affirmaient pour leur part que les parlementaires du PLD étaient les véritables décideurs, bien qu’en collaboration étroite avec les hauts fonctionnaires (c’est la thèse de la prédominance du parti, seitō yūi-ron).

Accéder à tout l’article

Regardez vos chaînes câblées (dont TV5MONDE) avec l’appli «Hikari TV»

L’appli Hikari TV (ひかりTV) permet de regarder vos chaînes câblées sur un iPad ou autre tablette ou smartphone. Entre autres, vous pouvez regarder TV5MONDE !
Bien sûr, vous devez avoir un abonnement à Hikari TV que vous pouvez regarder chez vous. Pour regarder ailleurs que chez vous avec l’appli, il suffit de taper son code d’abonné dans l’appli pour que les programmes de votre abonnement soient immédiatement disponibles.
Par exemple, je suis maintenant au bureau et pendant la pause, je regarde les infos de Radio Canada sur mon iPad.
Infos sur l’appli Hikari TV ici :
https://www.hikaritv.net/user/various/dokodemo/

Mise à jour de vos informations sur la liste consulaire

Vos informations d’inscription, de renouvellement ou de modification sur la liste consulaire peuvent être réalisées en ligne sur votre compte https://www.service-public.fr/compte/documents du site https://www.service-public.fr/ .

Une diplomatie du respect : Le Japon et le multilatéralisme

Publication récente aux éditionsImage

Trois cas d’étude : l’Assemblée générale des Nations unies, le PNUD et l’AIEA depuis les années 2000

Sarah Tanke

Préface de Pierre Grosser

Le Japon a mis en place une diplomatie multilatérale très active : contributions financières considérables, visibilité importante dans l’aide au développement, engagement pour le désarmement nucléaire, efforts pour obtenir un siège permanent au sein du Conseil de sécurité des Nations unies, etc. Cet ouvrage interroge donc la place que prend le multilatéralisme dans la diplomatie japonaise ainsi que son rôle dans la diplomatie multilatérale globale.

Coll. Questions contemporaines

250 pages • 25 euros• août 2017

EAN : 9782343122182

Extrait de la lettre du GIS-Réseau Asie et Pacifique, septembre 2017 : Les Aïnous

Les Aïnous, peuple aborigène du Japon, face aux défis de la reconstruction identitaire

par Lucien-Laurent Clercq, maître de conférences invité à l’université de Hokkaidô, département des Médias et de la Communication, docteur en anthropologie sociale et ethnologie (EHESS)

La population aborigène aïnoue s’élève aujourd’hui officiellement à environ 25 000 personnes (les données officieuses portent cependant ce chiffre à 250 000 individus), dans un archipel japonais comptant 127,3 millions d’habitants. La grande majorité de ses membres réside à Hokkaidô, la deuxième plus grande île du Japon, peuplée de 5 700 000 habitants et s’étendant sur 83 500 km² en incluant ses terres irrédentes, les fameux territoires du Nord réclamés à la Russie par le Japon (hoppô ryôdo, comprenant les quatre îles Kouriles les plus méridionales : Kounachir, Itouroup, Chikotan et l’archipel des îles Habomai). Il existe également une diaspora aïnoue dont les membres se sont installés dans les principales agglomérations urbaines à travers Honshû pour y chercher du travail et fuir une discrimination longtemps endémique (environ 10 000 personnes vivraient aujourd’hui dans l’agglomération de Tôkyô).

Jusqu’à son annexion par le gouvernement de Meiji en 1868, ce grand territoire septentrional était connu du nom d’Ezo-chi, la terre des Ezo, une région étrangère peuplée par de mystérieux sauvages, dont la pointe la plus au Sud clôturait la lointaine bordure du jeune régime politique moderne japonais. Les rapports entre les Shamo (terme vernaculaire désignant les Japonais) et les Autochtones peuplant cette vaste étendue, qui se nomment eux-mêmes « Ainu » (les hommes) par opposition aux Kamuy, les divinités animistes de leur panthéon, et appellent leur terre Ainu moshiri (la terre des hommes, qui incluait jadis le nord de Honshu, Hokkaidô, les îles Kouriles, Sakhaline et la pointe du Kamchatka), s’inscrivirent longtemps, du point de vue nippon, dans la logique du ka i chitsujo, un système hérité de la Chine ancienne, puis repensé afin de s’adapter au modèle insulaire. Il s’articulait autour d’un centre civilisé et de sa périphérie faite d’une multitude de peuples barbares, dont le degré de sauvagerie s’amplifiait avec l’éloignement. En se basant sur cette situation particulière, certains spécialistes de l’historiographie japonaise ont positionné les Aïnous au même niveau que d’autres ressortissants de pays étrangers, au premier rang desquels figuraient d’importants partenaires commerciaux comme la Corée ou le Royaume des Ryûkyû, eux aussi colonisés par le passé. Ainsi, dès le début des relations entre les deux ethnies, les gens d’Ezo, regroupés en tribus de pêcheurs-chasseurs-cueilleurs, ne sont jamais apparus comme des membres du territoire national, même s’ils n’étaient pas non plus les ressortissants d’un pays tout à fait étranger, en raison de leur proximité géographique et de l’important négoce maritime qu’ils avaient institué entre plusieurs pays.

Lire tout l’article