GIS : Lettre de Juillet – Août 2019 Le cas du philosophe japonais KUKI Shûzô

La philosophie au carrefour de l’individuel, du national et de l’universel. Le cas du philosophe japonais KUKI Shûzô (1888-1941)

par Simon Ebersolt, ATER à l’Inalco et co-responsable du Groupe d’étude de philosophie japonaise (IFRAE), spécialiste de philosophie et d’histoire intellectuelle japonaises. Sa thèse de doctorat soutenue en 2017 a été récompensée par la mention spéciale du Prix PSL-Humanités, le Prix Richelieu de la Chancellerie des Universités de Paris, le Prix Okamatsu de la Société française des études japonaises et le Prix Shibusawa-Claudel.

La philosophie japonaise moderne n’est ni une simple réception passive de la philosophie occidentale, ni un simple reflet exotique de traditions « spécifiquement japonaises » ou « orientales » exprimées au moyen de concepts occidentaux. Elle a plutôt été constituée par un dialogue constant et patient que des philosophes ont entretenu avec des communautés philosophiques concrètes, celles du Japon et de l’Europe. Étant donné les intenses échanges entre les philosophes japonais modernes et l’Europe philosophique, l’histoire de la philosophie japonaise est un domaine d’étude fécond qui vise un champ de tension entre d’une part, la prétention de la philosophie, notamment d’individus-philosophes, à l’universalité conceptuelle et, d’autre part, les contacts entre des communautés nationales auxquelles ces individus appartiennent et qui sont caractérisées par des langues et des histoires dynamiques. Il s’agit autrement dit d’un champ de tension entre individus, nations et universel.

De ce point de vue, le cas de Kuki Shûzô 九鬼周造 est passionnant. Ayant étudié au Japon à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle, mais aussi en Europe pendant sept ans (1921-1928), il a évolué entre différentes communautés nationales (ses langues d’écriture, le japonais, l’allemand et le français, expriment sa dimension inter-nationale). Il a revendiqué une certaine spécificité japonaise dans La structure de l’iki (1930), mais aussi une universalité conceptuelle dans Le problème de la contingence (1935). Il ne s’est pas contenté d’assister à des cours de philosophes européens ou de dialoguer avec certains d’entre eux, notamment Bergson, Koyré, Sartre, Husserl et Heidegger (qui se remémorera ses souvenirs de Kuki dans « D’un entretien de la parole »). Kuku était également bien intégré dans le monde intellectuel européen. Il est intervenu en 1928 à la Décade de Pontigny, qui incarnait à l’époque une sorte de République des Lettres. Il a même publié la même année en français un recueil de ses interventions à Pontigny, les Propos sur le temps.

>> Lire la suite en ligne

Contact :
Céline Bénéjean, chargée de communication web : celine.benejean@cnrs.fr

Copyright GIS Asie

Publié par

Christian Bouthier

Au Japon depuis 1982. Traducteur et interprète.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *