Interview de Marguerite France, musicienne, présidente de l’AFJAM

Le Japon la faisait rêver… Aujourd’hui, nous vous présentons Marguerite France, une Française venue au Japon il y a 34 ans.
Exerçant de multiples activités, Marguerite France est une femme d’une énergie époustouflante et d’un charisme extraordinaire : enseignement musical, conférences, concerts, organisations de séjours linguistico-culturels autour de la musique, échanges franco-japonais, sa palette d’activités et d’artiste est très large pour notre plus grand plaisir et celui du public japonais.
Marguerite France est présidente de l’Association Franco-Japonaise des Amis de la Musique (AFJAM) dont le but est d’être  » Un Pont des Arts entre la France et le Japon ».
Dernier détail, elle est aussi webmestre de ses sites internet, une autre de ses passions ! Découvrez la suite et le programme des activités organisées par l’association sur son site web : www.afjam.org

Interview de Marguerite France, musicienne, présidente de l’AFJAM par France-Japon.net on Vimeo.

Publié par

Christian Bouthier

Au Japon depuis 1982. Traducteur et interprète.

11 réflexions au sujet de « Interview de Marguerite France, musicienne, présidente de l’AFJAM »

  1. COUCOU MARGUERITE

    C EST ASTRID (EN SOUVENIR DE gUREANDE) j espere que tu vas bien et que deviens tu ?

  2. coucou Astrid !
    chic de recevoir de tes nouvelles !
    depuis la chute de Guerande, les relevailles sont dures pour la Direction, qui ne se remets pas en question…
    En attendant mieux, je fais mes stages musicaux moi-meme l’annee derniere a Paris, cette annee a Tokyo !!!
    On reste en contact !!!

  3. COUCOU MARGUERITE

    JE SUIS SUPER CONTENTE D AVOIR DE TES NOUVELLES.
    J AI TROUVE PAR HASARD TON MESSAGE.
    TU PEUX M ECRIRE SUR MON ADRESSE E MAIL ET JE VAIS TE REPONDRE AVEC PLAISIR.
    TE RACONTER MA VIE MUSICALE ET MA VIE DE FAMILLE AVEC FABRICE ET NOS DEUX FILLES ELSA ET MARINE.
    BISES
    ASTRID

  4. Dans ma promenade sur le net, je suis tombé sur votre vie qui m’a beaucoup intéressé, et qui m’a permis aussi de voir une photo de mon Père (René Duclos) que je n’avais jamais vue. Plein de choses aussi, puisque j’ai moi-même fait mon traité d’harmonie avec Henri Challan…. Vous savez peut-être que mon Père et Henriette Roget étaient de grands amis. Je l’ai bien connue aussi, mais quand elle est devenue Puig, elle a été très occupée avec sa fille et puis le Japon l’a absorbée, vous le savez mieux que moi. Un des derniers souvenirs n’est pas le meilleur puisqu’elle avait voulu
    tenir l’orgue aux obsèque de mon Père en 1964. Voilà, le monde est petit, mais cela m’a permis d’admirer votre activité et votre action. La Musique, c’est la vie. Bonne continuation

  5. Je serai très heureux de me rendre au Japon et rencontrer certains amis que j’aime depuis quelques années (Guérande stages et aussi des collègues asiatiques).
    Avec Marguerite, nous ne risquons pas de problèmes d’organisation .
    Bisoux et à bientôt
    Francis

  6. Chère Marguerite,
    Suite à un tél.de Aline Leclerc,ma cousine,encore toute meurtrie par la disparition de Zabeth,elle me charge de vous contacter.
    Je vous retrouve telle que je vous ai connue à Tokyo (1986-1998) ambassade de Suisse.Vous vous souviendrez.En pensées avec vous Silvia

  7. Bonjour Marguerite,
    Je suis ravie d’avoir de vos nouvelles à travers ce reportage très sympathique.
    J’avais fait votre connaissance il y a un peu plus de cinq ans au stage de Guérande, que j’ai suivi durant trois années. J’étais élève de Domingo Mujica et je garde à l’esprit le formidable soutien que vous m’aviez apporté à l’orchestre alors même que j’étais la seule altiste et que, contrairement à la majorité des élèves, je ne me destinais pas à une carrière professionnelle dans la musique!
    Je vous suis d’ailleurs très reconnaissante de vos nombreux conseils et suis toujours admirative de votre dynamisme et de vos nombreuses actions au service de la musique.
    Je vous souhaite une bonne continuation.
    Meilleures salutations,
    Anne

  8. Bonjour, Anne ! merci pour ton message !
    Que deviens-tu ?

    Guérande, c’est dommage que ça soit tombé, n’est-ce pas ?

    donnes-moi de tes nouvelles de temps en temps !

    je t’embrasse,

    Marguerite

  9. Bonjour Marguerite,
    J’étudie maintenant les lettres et le droit à Paris.
    Concernant Guérande, effectivement, c’est très dommage! C’était un stage de très haute qualité, d’excellence, qui m’a beaucoup apporté et dont je garde tellement de bons souvenirs!!
    Ca m’a d’ailleurs fait très plaisir de revoir d’anciens membres de ce stage. Il y a quelques années, j’avais revu, par exemple, une brillante violoniste, Asako, dans l’orchestre de Lille…
    Enfin… C’est ainsi…
    Je vous embrasse également
    Anne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *