Stupeur et tremblements d’Amélie Nothomb : le film

Stupeur et tremblements Monsieur Haneda était le supérieur de monsieur Omochi, qui était le supérieur de monsieur Saito, qui était le supérieur de mademoiselle Mori, qui était ma supérieure. Et moi, je n’étais la supérieure de personne […] Donc, dans la compagnie Yumimoto, j’étais aux ordres de tout le monde. L’adaptation, ou plutôt la très fidèle version cinématographique, du roman d’Amélie Nothomb « Stupeur et tremblements » est sortie le 13 mars sur les écrans français. Alain Corneau joue le jeu jusqu’au bout: les dialogues sont en japonais et, à l’exception de Sylvie Testud, les acteurs sont tous nippons! Les personnes allergiques aux V.O. sous-titrées, veuillez donc vous abstenir!… Sauf si vous savez vous contenter de la voix off, celle de Sylvie Testud lisant les passages les plus savoureux du livre.

Aux scènes d’intérieur tournées dans des bureaux du quartier de la Défense à Paris, viennent se greffer régulièrement des vues aériennes de Tokyo qui nous permettent d’admirer cette ville tentaculaire sous un angle flatteur à chaque fois qu’il prend à l’héroine l’envie irrésistible de se  » défenestrer « . L’histoire, un brin caricaturale, nous dépeint le fonctionnement d’une entreprise japonaise et met en relief avec humour, extravagance et parfois amertume les différences abyssales qui existent entre le monde du travail japonais et le monde du travail occidental. L’incompréhension mutuelle dont les protagonistes font les frais devient alors un formidable prétexte pour la narratrice et héroine pour s’enfoncer dans des délires certes déconcertants mais, ô combien! délectables pour le spectateur. Du thème de la hiérarchie, en passant par celui de la réussite professionnelle des femmes, de la jalousie, jusqu’à celui des brimades, de nombreux aspects des relations humaines dans les compagnies japonaises sont ainsi abordés. Il faut, par ailleurs, souligner la remarquable prouesse accomplie par Sylvie Testud qui a passé les trois mois précédant le tournage à répéter inlassablement son texte et à étudier le japonais plus de 6 heures par jour. Ce texte que l’actrice a appris, puis oublié, puis repris plus tard, le temps de le laisser mûrir dans son inconscient, est effectivement fort bien intériorisé et son jeu est également très juste. Les pièces de Bach pour clavecin interprétées par Pierre Hantai rappellent la passion du réalisateur de « Tous les matins du monde » pour la musique baroque. Si le rapport entre le monde occidental baroque et la civilisation japonaise moderne n’est pas évident, il n’en reste pas moins vrai qu’un charme inattendu se dégage de cette combinaison dans laquelle la musique a une existence propre. Claude de Quinty Ce compte rendu a déjà été publié dans l’ancien portail de france-japon.net.
[ad#horizontal]

Publié par

Christian Bouthier

Au Japon depuis 1982. Traducteur et interprète.

7 réflexions au sujet de « Stupeur et tremblements d’Amélie Nothomb : le film »

  1. J’ai eu la stupéfaction de constater qu’alors que les 1ers romans d’Amélie Nothomb ont été traduits en japonais jusqu’à « Stupeur et tremblement », aucun autre ne l’a été depuis. Le film lui-même n’a jamais été distribué.
    Dur de recevoir une image critique de soi pour les Japonais !

  2. Je cherche précisément une traduction de « Stupeur et tremblements » en japonais. Je ne peux pas déduire du commentaire (1) si les livres traduits comprennent celui-ci ou si les traductions se sont arrêtées avant.

    Si cela existe pourrais- recevoir une piste (éditeur, librairie)?
    Merci

  3. En tout cas pour les japanophiles, le film fait bien ressentir toute la difficulté de jouer le jeu des relations au Japon, même en maîtrisant la langue comme Amélie Nothomb !

  4. Par quelle personne amélie se sent-t-elle trahie ? Pour qu’elle raison ?

    Question du livre pour un devoir :/Je trouve pas la réponse pourtant j’ai lu le livre et vue le film ..

  5. amélie se sen trahie par fubuki
    elle l’a prenait pour son amie mais quand elle a eu enfin l’opportunité d’avoir des tâches (référence à l’épisode avec monsieur tenshi) à effectuer celle – ci a été dénoncée par fubuki

  6. Quelles sont les religions qu’on retrouve dans Stupeur et Tremblements?

    Question du livre aussi pour un devoir 😛 Je trouve pas la réponse pourtant j’ai lu le livre deux fois et vue le film …

  7. Meme si le sujet date LOL Moi je vous recommande de voir le film Japonais et voix off en français avec les sous titres
    Personnellement je cherchais aussi la traduction de la voix off française en japonais vivant moi même a TOKYO avec une femme japonaise ; De plus comme le souligne LE dimna ce film n a pas été distribué ceci explique cela ,et c’est bien dommage !
    Pour répondre a lisa La trahison va au delà de l’environnement du travail En fait et ont le voit a la fin du Film Fubukki et amelie Ces deux personne se connaissent depuis leurs plus jeune enfance La chute du film est que pour moi ,ont peut connaitre un ou une japonaise lorsque l on est très jeune pendant quelques années jusqu;a une pro adolescence ,perdre ensuite cette personne de vue et la retrouver plus tard ,comme c’est le cas dans le film grâce a une embauche d’Amélie ou travaille justement son amie d’enfance C’est une histoire de deux destins que la vie a fait qu’il se séparent a un moment etc….etc…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *