SEJT : conférence le 20 avril 2007

La SEJT donnera sa prochaine conférence, le vendredi 20 avril à partir de 18h30 (et non 19h comme à l’accoutumée), dans la salle 601 de la Maison franco-japonaise.
Les passionnés d’histoire seront sans doute comblés, puisque Gilles Matalski, enseignant au Lycée franco-japonais, nous parlera des relations entre le Japon et l’Empire austro-hongrois au début de l’époque Meiji. Je suis certain que ce sujet, tout à fait inédit, attirera toute votre attention.
**********************************************
De la monarchie des Habsbourg au Pays du Soleil levant.
Voyageurs austro-hongrois dans le Japon de l’ère Meiji
par Gilles Mastalski

L’ouverture du Japon à l’époque Meiji suscite de l’intérêt dans la plupart des pays du Vieux Continent. L’Autriche-Hongrie, grande puissance européenne de la seconde moitié du XIXème siècle jusqu’à la Première Guerre mondiale, qui la voit disparaître, n’échappe pas à la règle.

Nous nous proposons d’évoquer ici l’itinéraire de trois personnages, sujets de l’empereur François-Joseph, et tous originaires des pays tchèques.

Le premier d’entre eux est le comte Erwin Dubsky (1836-1909), officier dans la marine austro-hongroise, qui visite le Japon en 1874 et en rapporte une collection exceptionnelle de photographies, ainsi que des objets d’art. Il tient par ailleurs un journal de bord où il relate son escale dans l’archipel.

Outre l’origine, la photographie est le point commun entre Dubsky et notre second personnage : le baron Raimund von Stillfried-Ratenicz (1839-1911). Etabli à Yokohama, il y possède l’un des studios les plus en vue dans les années 1870. Ses œuvres demeurent de première importance pour une évocation visuelle du Japon de cette époque.

Nous retracerons enfin l’itinéraire de Josef (Joe) Hloucha (1881-1957), écrivain japoniste voyageur au Japon, les deux n’allant alors pas forcément de pair. De retour à Prague, il ouvre un salon de thé, le Jokohama (Yokohama) et fait construire, non loin de la capitale des pays tchèques, un hôtel et une villa dans le style japonais qui portent le même nom : Sakura.

Cette contribution voudrait être la première d’une série d’études sur les relations entre l’Autriche-Hongrie et le Japon, du début de l’ère Meiji jusqu’à la disparition de la double monarchie.

Publié par

bcg

Au Japon depuis 1982. Traducteur et interprète.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *