SEJT: réunion du 6 février 2004

La prochaine réunion de la SEJT aura lieu le vendredi 6 février, à 19h, en salle 601 de la Maison franco-japonaise. Claude Estèbe, photographe et historien, ancien résident de la villa Kujôyama et auteur de deux ouvrages publiés aux éditions Marval (Les derniers samouraïs , 2001, Le Crépuscule des geishas, 2002), viendra nous parler du sujet suivant: « La daguerréotypie au Japon (1853-1860). Premiers contacts avec la photographie. »
Nous espérons vous voir nombreux pour cette conférence qui s’annonce à la fois visuelle et captivante.

Franck Michelin, secrétaire de la SEJT

La daguerréotypie au Japon, par Claude Estèbe

À quand dater les débuts de la photographie au Japon? Les ouvrages japonais sur le sujet commencent avec la description par Ueno Shunnojô – un marchand de Nagasaki – d’une chambre daguerienne qu’il finit par acquérir (en 1848) ; mais posséder un appareil photographique sans savoir s’en servir ni l’utiliser est-ce vraiment de la photographie ? Je serais tenté de faire débuter cette histoire avec un événement à la fois symbolique et précis: la première prise de vue effectuée en public au Japon, le 7 mai 1854, à Shimoda par le daguerréotypiste américain Eliphalet Brown Jr. à la demande du commodore Perry. Devant une foule d’une centaine de personnes réunie au Daian-ji, il photographia quelques courtisanes de Shimoda. Ce qui caractérise peut être le mieux la photographie, comme l’a théorisé Philippe Dubois, plus encore qu’une image indicielle, c’est « l’acte photographique » lui-même.
Les photographies prises ce jour-là ont malheureusement toutes disparues (dans un incendie, en 1861…) mais il reste de nombreux documents sur cet événement: lithographies gravées à partir des daguerréotypes originaux, un rouleau japonais de 1854 et le récit d’un témoin oculaire, le peintre allemand William Heines. Nous présenterons ces documents et les premiers daguerréotypes japonais et tenterons d’en déduire quelques caractéristiques spécifiques à la photographie au Japon en comparant sa réception au début de la photographie en France.

Publié par

bcg

Au Japon depuis 1982. Traducteur et interprète.

Une réflexion sur « SEJT: réunion du 6 février 2004 »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *