Institut français de recherche sur le Japon à la Maison franco-japonaise : PROGRAMME OCTOBRE – NOVEMBRE 2019

L’Institut français de recherche sur le Japon (UMIFRE 19) à la Maison franco-japonaise a le plaisir de vous inviter aux manifestations qui auront lieu en octobre et novembre 2019.

Maison Franco-Japonaise de TokyoOCTOBRE 2019

Lundi 7 octobre / 18h30-20h30 / auditorium / avec traduction simultanée
Conférence et dialogue / Waka et haïku : écrire au présent
[Conférenciers] Dany LAFERRIÈRE (écrivain, membre de l’Académie française), Hideo LEVY (écrivain, professeur à l’univ. Hôsei)
[Modérateur] TACHIBANA Hidehiro (professeur émérite de l’univ. Waseda)
https://www.mfj.gr.jp/agenda/2019/10/07/2019-10-07_dany_laferriere/

Jeudi 10 octobre / 9h30-18h / auditorium / en français sans traduction
JFR 2019 /Journée francophone de la recherche
https://www.mfj.gr.jp/agenda/2019/10/10/JFR/
* Informations et inscription sur le site de la JFR
http://www.sciencescope.org/vie-de-lassociation/jfr/jfr2019-80anscnrs/

Mercredi 16 octobre / 18h30-20h30 / auditorium / avec traduction simultanée
Conférence / Les oubliés de la Saint-Valentin ? Regards sur les célibataires dans le monde contemporain
[Conférencier] Romain HURET (EHESS)
[Discutante] ADACHI Mariko (professeure émérite de l’univ. Ochanomizu)
[Modératrice] Sophie BUHNIK (IFRJ-MFJ)
https://www.mfj.gr.jp/agenda/2019/10/16/romain_huret/

Vendredi 18 octobre / 12h30-14h / salle 601 / en anglais sans traduction
Lunch Seminar on Japanese Economy and Society / Minimum Wage in a Deflationary Economy
[Speaker] KAMBAYASHI Ryô (univ. Hitotsubashi)
[Moderator] Jean-Pascal BASSINO (IFRJ-MFJ)
https://www.mfj.gr.jp/agenda/2019/10/18/ls_kambayashi/

Mercredi 23 octobre / 18h30-20h30 / auditorium / avec traduction simultanée
Conférence / Léonard et Machiavel : quand deux génies se rencontrent chez le Prince
[Conférencier] Patrick BOUCHERON (Collège de France)
[Modérateur] FUKUI Norihiko (président de la Fondation MFJ)
https://www.mfj.gr.jp/agenda/2019/10/23/leonard_et_machiavel/
* Informations et inscription sur le site de la Fondation MFJ
https://www.mfjtokyo.or.jp/fr/events/archive/symposium/20191023.html
[Tarif] 1 000 yens (500 yens pour les étudiants, gratuit pour les membre de la MFJ)

Samedi 26 octobre / 14h-18h / auditorium / avec traduction simultanée
Grand débat / Histoire mondiale de la France : pourquoi et comment écrire une Histoire de la France au XXIe siècle
[Conférencier] Patrick BOUCHERON (Collège de France)
[Discutants] KISHIMOTO Mio (prof. émérite de l’univ. Ochanomizu), NARITA Ryûichi (Japan Women’s University)
[Modératrice] HIRANO Chikako (univ. Musashi)
https://www.mfj.gr.jp/agenda/2019/10/26/boucheron_grand_debat/
* Inscription sur le site de la Fondation MFJ
https://www.mfjtokyo.or.jp/fr/events/symposium/20191026.html

NOVEMBRE 2019

Mardi 5 novembre / 18h30-20h30 / salle 601 / avec traduction consécutive
Conférence / La campagne parisienne contre l’importation des perles de culture japonaises, 1918-1940
[Conférencier] William CLARENCE-SMITH (SOAS – University of London)
[Modérateur] Jean-Pascal BASSINO (IFRJ-MFJ)
https://www.mfj.gr.jp/agenda/2019/11/05/william_clarence-smith/

Vendredi 8 novembre / 18h30-20h30 / salle 601 / avec traduction consécutive
Conférence / L’atome et le territoire : regards sur les dynamiques locales du nucléaire
[Conférencier] Teva MEYER (univ. de Haute-Alsace)
[Modérateur] Rémi SCOCCIMARRO (IFRJ-MFJ)
https://www.mfj.gr.jp/agenda/2019/11/08/teva_meyer/

Mardi 12 novembre / 18h30-20h30 / salle 601 / en anglais sans traduction
Conférence / Contemporary Controversies Around Tourism in European Cities
[Conférencier] Mathis STOCK (univ. de Lausanne)
[Modératrice] Sophie BUHNIK (IFRJ-MFJ)
https://www.mfj.gr.jp/agenda/2019/11/12/mathis_stock/

Vendredi 22 novembre / 12h30-14h / salle 601 / en anglais sans traduction
Lunch Seminar on Japanese Economy and Society / Innovation, Internationalization, Diversification, and Ethics in High Technology : the Case of Kyocera
[Speaker] Patrick FRIDENSON (EHESS)
[Moderator] Jean-Pascal BASSINO (IFRJ-MFJ)
https://www.mfj.gr.jp/agenda/2019/11/22/ls_fridenson/

Jeudi 28 novembre / 10h-19h / auditorium / avec traduction simultanée
Colloque international à l’occasion des 10 ans de la Fondation France-Japon de l’EHESS / Faire la ville au XXIe siècle : réponses locales dans un monde global
https://www.mfj.gr.jp/agenda/2019/11/28/ffj-ehess/

L’accès aux manifestations décrites ci-dessus est libre et gratuit (sauf mention contraire), dans la limite des places disponibles. Merci de vous inscrire depuis la page Agenda de notre site web. Diffusé par :
Institut français de recherche sur le Japon à la Maison franco-japonaise (IFRJ-MFJ)
3-9-25, Ebisu, Shibuya-ku, Tokyo 150-0013
Accès : http://www.mfj.gr.jp/acces/
Tél. 81-3-5421-7641 / Fax 81-3-5421-7651
E-mail : contact@mfj.gr.jp

« De Tokyo à Paris à l’ESPACE DENSAN » du 2 octobre 2019 au 20 mars 2020

« ESPACE DENSAN » 8 bis rue Villedo 75001 PARIS
Tél. 01 40 26 66 70 – ouvert du lundi au samedi de 11h à 19h www.espacedensan.com
Maneki neko  DENSAN  bd2

Une nouvelle saison s’annonce à l’ESPACE DENSAN à compter du mois d’octobre 2019 !
Les créations de l’artisanat japonais d’excellence DENSAN exposées au « Japan Traditional Crafts Aoyama Square » à Tokyo arrivent à Paris pour une exposition-vente qui aura lieu de début octobre jusqu’à fin mars 2020 selon plusieurs thématiques.

Située dans le très sélect quartier d’Akasaka en plein cœur de Tokyo, cette galerie showroom est gérée par l’association DENSAN qui fut fondée en 1975 à l’initiative du METI (Ministère de l’Economie, du Commerce et de l’Industrie au Japon).

Le « Japan Traditional Crafts Aoyama Square » a comme particularité d’être le seul espace de l’archipel à rassembler dans un même lieu
les créations des artisans les plus qualifiés de toutes ses régions, soit plus de 6.000 objets artisanaux traditionnels officiellement reconnus et porteurs d’un label de qualité, provenant de 230 lieux différents à travers tout le Japon.

Une occasion unique de pouvoir découvrir tout à la fois les nombreuses catégories d’artisanats fabriqués à la main sur le territoire japonais à l’aide de matériaux naturels : céramique, porcelaine, laque, objets en bois, en bambou, en métal ou en verre, papier washi, tissus, poupées, matériel pour la calligraphie …

En 2018, ce sont 230 catégories d’objets qui ont été désignées par le METI en lien avec un programme gouvernemental pour la diffusion de l’artisanat local et régional à l’échelle mondiale.

Cette sélection opérée parmi plus d’un millier de groupes de produits selon des critères très stricts, représente l’excellence du patrimoine de l’artisanat traditionnel japonais.

Afin d’être officiellement désignés en tant qu’artisanat traditionnel japonais, tous les critères suivants doivent être obligatoirement remplis :
– Objets ayant une utilisation régulière dans la vie quotidienne.
- Objets fabriqués à la main.
- Objets fabriqués selon des techniques traditionnelles datant d’au moins 100 ans. – Matériaux utilisés inchangés depuis au moins 100 ans.
- Fabrication d’une certaine envergure régionale (impliquer 10 entreprises ou 30 personnes au minimum).

Il est vrai que depuis l’antiquité, l’archipel japonais a toujours connu une très forte présence d’artisans sur tout le territoire.
Chaque région détient une tradition bien particulière qui s’exprime à travers des objets, fruit de la transmission des techniques artisanales de génération en génération.
Malgré les changements de mode de vie, le rôle joué par ces objets porteurs de tradition reste encore intimement lié au quotidien des Japonais.
Depuis son ouverture à Paris en octobre 2016 à Paris, l’ESPACE DENSAN a eu pour mission de présenter la fine fleur du patrimoine artisanal nippon avec le privilège d’accueillir régulièrement des maîtres artisans venant de régions très diverses de l’archipel.

Leur présence a réjoui un public toujours très enthousiaste lors de conférences inédites et de workshops qu’ils ont menés, afin de faire découvrir et expérimenter leurs savoir- faire pluriséculaires qui mettent en lumière la beauté au quotidien par la délicatesse de leurs créations.
Pour cette nouvelle saison qui s’annonce, l’ESPACE DENSAN va présenter les créations artisanales venues en direct du « Japan Traditional Crafts Aoyama Square » de Tokyo, avec plusieurs thèmes qui vont se succéder d’octobre 2019 à mars 2020 :

– « Figures du Japon » / en octobre
- « Les objets du shodo ou l’écriture en beauté » / en novembre
-« L’artisanat japonais en fêtes » / en décembre
- « L’élégance nippone des arts de la table » / en janvier
- « Ao : le bleu dans l’artisanat japonais » / en février – mars

« Figures du Japon »
du 2 au 30 octobre 2019
ESPACE DENSAN
8 bis rue Villedo 75001 PARIS
Tél. 01 40 26 66 70 – ouvert du lundi au samedi de 11h à 19h www.espacedensan.com

Afin de débuter cette nouvelle saison DENSAN sous les meilleurs auspices, sa première exposition intitulée « Figures du Japon » est dédiée aux objets
d’artisanat qui portent bonheur dans la culture japonaise.
Parmi la sélection présentée durant le mois d’octobre, voici un choix de quelques objets artisanaux emblématiques porteurs de bons présages dans la vie quotidienne des habitants de l’archipel.

Au Japon, il existe de nombreux porte-bonheur ou « engimono », terme constitué de 2 idéogrammes : engi (le présage ) et mono ( l’objet). Issu du bouddhisme, engi qui signifie « coproduction conditionnée », est associé à la notion d’interdépendance.
Les Japonais considèrent que les bons présages leur portent bonheur et voient la réalisation de leurs souhaits, alors qu’au contraire les mauvais présages causent des choses néfastes.
Les porte-bonheur sont apparus afin d’attirer le bonheur ou chasser le malheur et cette manière de penser est solidement ancrée dans leurs croyances.
Depuis des siècles, ils confient leurs souhaits aux engimono, lors des changements de saison ou de moments spéciaux dans la vie, par exemple pour un mariage ou le jour d’un examen.
Ils peuvent être des amulettes, mais aussi des plats d’alimentation traditionnelle, des animaux, des plantes ou encore des motifs.
Même si les raisons de cette croyance restent floues, il semble que cette culture particulière ait évolué en s’imprégnant du shintoïsme, du bouddhisme et du taoïsme depuis l’époque ancienne.

Maneki-neko
– Artisanat « Seto sometsuke-yaki »
Maneki (inviter) et neko (chat) est l’un des porte-bonheur les plus populaires au Japon. Le chat à la patte droite levée apporte la fortune ou le bonheur et celui avec la patte gauche attire les clients et les passants.
L’histoire du maneki-neko qui remonte au 17e siècle (ère Edo), repose sur la légende la plus connue liée au temple de Gotoku-ji : de retour de la chasse au faucon, le seigneur Naotaka Ii de l’ancienne province de Shiga passait devant ce temple, lorsqu’il trouva un chat blanc qui lui fit des signes en levant les pattes, telle une invitation à y entrer. Intrigué, Naotaka y pénétra, alors que la foudre frappa l’endroit où il se tenait peu avant. Sauvé par le chat, Naotaka choisit le temple comme son bodaji (temple qui s’occupe des morts d’une famille) et en devint le bienfaiteur.
Ce maneki-neko, porteur du label DENSAN, est en céramique « Seto sometsuke-yaki » finement ornée de motifs bleus sur fond blanc, selon la technique du Sometsuke (peinture sur porcelaine) de Gosu (cobalt), provenant de la ville de Seto (préfecture d’Aichi).
Depuis le 11e siècle, la région de Seto qui comprend l’un des six fours historiques de l’archipel, se distingue par la créativité de sa céramique utilisant une vaste gamme de couvertes.
La technique du « Sometsuke de Gosu » qui prit son essor à la fin du 19e siècle, fut reconnue en tant qu’artisanat traditionnel en 1997.

Tengu
– Artisanat « Etchu-washi »Les céramiques qui y sont produites,
Le tengu est associé à la pratique ascète connue sous le nom de shugendo (tradition
spirituelle millénaire qui a précédé les différents bouddhismes japonais), il est souvent
représenté dans le costume de ses disciples, les yamabushi, qui vivaient dans les
montagnes.
De nos jours, toujours considéré comme une créature apportant la protection divine, il est vénéré dans certains temples bouddhistes comme le Takao-san Yakuo-in à Tokyo.
On le retrouve dans le théâtre japonais où la culture du masque est omniprésente depuis des siècles. Il est aussi vendu durant les matsuri ou ennichi (fêtes et festivals populaires traditionnels) durant lesquels on célèbre l’abondance des récoltes, on prie pour une meilleure santé et pour la paix dans la région ou encore pour vénérer les ancêtres.
Le tengu qui nous concerne ici est fabriqué en « Etchu-washi » dans la préfecture de Toyama; il remonte à l’ère Nara (710-794) et a été désigné comme artisanat traditionnel en 1988.
Son procédé de fabrication est semblable à celle des autres washi, papiers japonais traditionnels.
L’Etchu-washi est utilisé pour les shoji (paroi ou porte en washi) ou bien encore pour la restauration de biens culturels.
Il en existe 3 sortes : Gokayama, Yatsuo et Birudan qui représentent des noms de villes de la préfecture de Toyama. Chacun d’eux possède une particularité et une utilisation différente.
Par exemple, le Yatsuo-washi était spécialement employé pour l’emballage des médicaments, ce qui s’explique parce que la préfecture de Toyama était réputée pour la vente de médicaments dès le 17e siècle.

Kokeshi
– Artisanat « Miyagi dento kokeshi »
C’est au milieu de l’ère Edo (1700-1750) que les artisans du bois (ou kijishi) de la région de Tohoku ont commencé à fabriquer des kokeshi comme souvenirs pour les visiteurs qui se rendaient aux onsen (sources chaudes volcaniques) et les rapportaient comme cadeaux, notamment pour leurs enfants.
Dans la région de Tohoku, il existe 11 sortes de kokeshi traditionnelles, mais seules celles confectionnées dans la préfecture de Miyagi ont été désignées comme artisanat traditionnel par le METI en 1981, sous l’appellation « Miyagi dento kokeshi » (kokeshi traditionnelle de Miyagi).
Les « Miyagi dento kokeshi » se répartissent en 5 sortes dont les intitulés correspondent à des lieux où sont situés des onsen : Naruko kokeshi, Sakunami kokeshi, Togatta kokeshi, Yajiro kokeshi et Hijiori kokeshi.
Traditionnellement au Japon, les kokeshi sont décorées principalement à l’aide de la couleur rouge, une légende stipulant que le rouge aidait à éloigner la variole.
Les formes et les motifs sont différents selon les régions, en fonction des techniques de fabrication des kokeshi, transmises de génération en génération dans les familles de kijishi ou par leurs élèves.
La forme de la tête, du tronc, ainsi que les motifs sont des critères propres à chaque style de kokeshi. Par exemple, la particularité des « Naruko kokeshi » est de présenter une tête en forme d’œuf. Fabriquées en bois de cornouiller ou d’érable, les kokeshi sont peintes et décorées notamment de fleurs, puis cirées. En tant qu’engimono, elles sont censées apporter joie et santé aux enfants.

Shisa
– Artisanat « Tsuboya-yaki »
L’origine du shisa provient de la Chine et remonterait au 14e ou 15e siècle ; d’après une légende chinoise, cette créature qui ressemble à un lion, faisait office de gardien pour protéger les tombes des familles royales ou des nobles.
Transmis ensuite à Okinawa, le shisa (terme en dialecte local) avait pour mission de chasser le malheur et de protéger la maison.
Dans le reste du Japon où il est généralement présent dans les temples, il est appelé shishi.
A Okinawa, le shisa est utilisé à l’entrée des temples, sur le toit des châteaux, à l’entrée ou sur le coteau d’un village. Mais c’est dans les maisons, notamment sur le toit, qu’on le trouve le plus fréquemment.
Au début du 17e siècle (avant son rattachement au Japon en 1879), le royaume de Ryukyu (actuels archipel et préfecture d’Okinawa) invita des céramistes coréens venant de Satsuma (actuelle préfecture Kagoshima) pour développer la fabrication de la céramique.
En 1682 (durant l’ère Edo), les 3 fours d’origine ont été rassemblés à Naha dans un même quartier nommé « Tsuboya ».
Fabriqué dans la préfecture d’Okinawa, l’artisanat ici présenté se nomme « Tsuboya- yaki », il fut désigné comme artisanat traditionnel en 1976.
La céramique d’Okinawa se compose de 2 types : « Joyachi » et « Arayachi » Destiné aux objets du quotidien, le type « Joyachi » désigne la céramique avec émail cuite à environ 1.200 degrés, alors que le style « Arayachi », cuit sans émail à environ 1.000 degrés, est destiné à des jarres.
La majorité des créations en céramique « Tsuboya-yaki » sont de type « Joyachi ».

GIS : Lettre de Juillet – Août 2019 Le cas du philosophe japonais KUKI Shûzô

La philosophie au carrefour de l’individuel, du national et de l’universel. Le cas du philosophe japonais KUKI Shûzô (1888-1941)

par Simon Ebersolt, ATER à l’Inalco et co-responsable du Groupe d’étude de philosophie japonaise (IFRAE), spécialiste de philosophie et d’histoire intellectuelle japonaises. Sa thèse de doctorat soutenue en 2017 a été récompensée par la mention spéciale du Prix PSL-Humanités, le Prix Richelieu de la Chancellerie des Universités de Paris, le Prix Okamatsu de la Société française des études japonaises et le Prix Shibusawa-Claudel.

La philosophie japonaise moderne n’est ni une simple réception passive de la philosophie occidentale, ni un simple reflet exotique de traditions « spécifiquement japonaises » ou « orientales » exprimées au moyen de concepts occidentaux. Elle a plutôt été constituée par un dialogue constant et patient que des philosophes ont entretenu avec des communautés philosophiques concrètes, celles du Japon et de l’Europe. Étant donné les intenses échanges entre les philosophes japonais modernes et l’Europe philosophique, l’histoire de la philosophie japonaise est un domaine d’étude fécond qui vise un champ de tension entre d’une part, la prétention de la philosophie, notamment d’individus-philosophes, à l’universalité conceptuelle et, d’autre part, les contacts entre des communautés nationales auxquelles ces individus appartiennent et qui sont caractérisées par des langues et des histoires dynamiques. Il s’agit autrement dit d’un champ de tension entre individus, nations et universel.

De ce point de vue, le cas de Kuki Shûzô 九鬼周造 est passionnant. Ayant étudié au Japon à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle, mais aussi en Europe pendant sept ans (1921-1928), il a évolué entre différentes communautés nationales (ses langues d’écriture, le japonais, l’allemand et le français, expriment sa dimension inter-nationale). Il a revendiqué une certaine spécificité japonaise dans La structure de l’iki (1930), mais aussi une universalité conceptuelle dans Le problème de la contingence (1935). Il ne s’est pas contenté d’assister à des cours de philosophes européens ou de dialoguer avec certains d’entre eux, notamment Bergson, Koyré, Sartre, Husserl et Heidegger (qui se remémorera ses souvenirs de Kuki dans « D’un entretien de la parole »). Kuku était également bien intégré dans le monde intellectuel européen. Il est intervenu en 1928 à la Décade de Pontigny, qui incarnait à l’époque une sorte de République des Lettres. Il a même publié la même année en français un recueil de ses interventions à Pontigny, les Propos sur le temps.

>> Lire la suite en ligne

Contact :
Céline Bénéjean, chargée de communication web : celine.benejean@cnrs.fr

Copyright GIS Asie

Événements d’artisanat japonais « DENSAN » du 18 juin au 30 septembre 2019

Voici les prochains événements d’artisanat japonais DENSAN liés à l’exposition « Savoir-faire intemporels de l’artisanat japonais d’excellence » qui a lieu du 18 juin au 30 septembre à l’ESPACE DENSAN – 8 bis rue Villedo Paris 1er.

L’accès aux événements est possible uniquement sur réservation par mail : rsvp@sasenis.com ou par tél. au 01 40 26 66 70.

Trois maîtres artisans viendront du Japon pour des conférences – démonstrations et des ateliers les 21, 22, 28 et 29 juin prochains pour faire connaître leurs savoir-faire qui ont perduré jusqu’à nos jours tout en s’adaptant à la vie actuelle.

< BEPPU TAKEZAIKU : Le jeune artisan prometteur Takayuki Shimizu qui a remporté de grands prix, animera une conférence sur la vannerie de bambou « Beppu Takezaiku », suivie d’un atelier pour la réalisation d’un panier ou de bijoux en bambou. – Vendredi 21 juin à 16h – conférence + workshop panier – Tarif 30 € (en espèces). – Vendredi 21 juin à 18h – conférence + workshop bijoux – Tarif 15 € (en espèces) – Samedi 22 juin à 14h – conférence + workshop panier – Tarif 30 € (en espèces). – Samedi 22 juin à 17h – conférence + démonstration d’une réalisation de vannerie – Mardi 25 juin de 12h à 18h30 – l’artisan réalisera des petites créations non stop (sans conférence) – entrée libre pour le public sans réservation < OWARI BUTSUGU : Le maître artisan Yasuyuki Iwata nous parlera de la fabrication du Sanbou, petite table pour poser les offrandes dans le shintoïsme, suivi de la démonstration d’une création, puis d’un atelier ludique afin de réaliser des dessous de verre ou des créations à l’aide de petites pièces de bois : plusieurs millions de combinaisons aux compositions personnalisées sont possibles. – Vendredi 28 juin à 16h – Tarif 6 € (en espèces). – Samedi 29 juin à 14h – Tarif 6 € (en espèces). < HATAKA-ORI : L’artisane Miki Miyajima présentera le Hakata-ori », tissage de luxe en soie, suivi d’un workshop avec l’essayage d’un Yukata (kimono d’été) orné d’une ceinture obi réalisée en Hakata-ori, immortalisé par une séance photo conduite par un photographe professionnel. – Vendredi 28 juin à 18h – Samedi 29 juin à 16h DÉTAILS sur les événements

– Takezaiku / Atelier Bamboo Craft Union :
Le « Takezaiku » ou vannerie de bambou remonte à l’époque Muromachi (1336-1573).
Beppu est une ville de l’île de Kyushu connue pour ses nombreux onsen (sources chaudes volcaniques), très fréquentés à l’époque d’Edo (1603-1868) pour leurs vertus curatives par les nombreux visiteurs qui se procuraient les articles des artisans du Beppu Takezaiku, devenu ainsi une industrie locale.
La fabrication du « Beppu Takezaiku » comprend une dizaine d’étapes et il existe plus de 200 sortes de tressages.
Takayuki Shimizu est le directeur de l’Association Beppu Takezaiku qui regroupe 40 artisans. Il a remporté un grand prix à New York et ses objets ont été exposés au Musée Hébert à Grenoble. Les créations de son maître Jin Morigami ont été présentées au Metropolitan Museum of Art à New York et au Musée du Quai Branly lors de la magnifique exposition « Fendre l’air » qui a eu lieu jusqu’à début avril à Paris.
Les objets confectionnés en vannerie de bambou présents à l’ESPACE DENSAN sont des paniers, corbeilles, bijoux et dessous de verres.

– Owari Butsugu / Atelier Iwata Sanbou :
Lié la fabrication d’objets rituels bouddhistes et shintoïstes, l’« Owari Butsugu » remonte au début de la période d’Edo (1600-1868) dans l’ancienne province d’Owari (actuelle préfecture d’Aichi) et s’est développé en tant qu’activité annexe chez les samouraïs de la classe inférieure.
Le « Sanbou » est l’une de ses techniques de fabrication traditionnelle transmise de génération en génération depuis le milieu de l’ère d’Edo (entre 1700-1750), qui utilise du bois de cyprès Kiso-hinoki âgé de 300 ans. Il désigne également une petite table pour poser les offrandes lors des cérémonies shintoïstes.
Créé en 1974, l’Atelier Iwata Sanbou qui comprend 11 personnes, est représenté par Yasuyuki Iwata (7e génération). Il fournit de célèbres temples shintoïstes, ainsi que l’agence impériale comme ce fut le cas à l’occasion de la récente cérémonie d’abdication précédant l’avènement de la nouvelle ère Reiwa.
Mises à part les petites tables Sanbou ornées de motifs de décoration, l’Atelier Iwata Sanbou propose également des rafraîchisseurs à vin, des plateaux
et des dessous de verre en bois de cyprès Kiso-hinoki, ainsi qu’un concept ludique appelé « Pachikumi » comprenant 12 petites traverses de bois
à assembler pour créer plusieurs millions de compositions personnalisées, telles que des dessous de verre ou de plats, ou autres créations de décoration.

– Hakata-ori / Atelier Miki Miyajima :
Le « Hakata-ori » est un tissage de soie, originaire de la ville de Hakata, située dans la préfecture de Fukuoka.
A l’époque de Kamakura (1185-1333), un commerçant de Hakata et un moine bouddhiste se sont rendus en Chine pour apprendre les techniques les plus en vogue à l’époque et en ont rapporté celle du Hakata-ori. Il devint populaire dans tout l’archipel durant l’époque d’Edo (1600-1868), car le seigneur Nagamasa Kuroda d’une ancienne province de Fukuoka l’offrait chaque année au Shogunat Tokugawa.
Considéré comme un tissage de luxe, il est apprécié pour ses qualités de finesse, souplesse et solidité idéale pour la création de « obi », les ceintures de kimonos japonais.
L’artisane Miki Miyajima fabrique le tissage Hakata-ori depuis une dizaine d’années. Elle a collaboré avec des designers notamment de Los Angeles, remporté un concours spécialisé au Japon et diffusé ses créations en Corée et aux USA.
La tisserande nous dévoilera les secrets de ses créations : obi (ceintures de kimonos), chemins de table, pochettes.

L’accès aux événements est possible uniquement sur réservation par mail : rsvp@sasenis.com ou par tél. au 01 40 26 66 70.

La bi-nationalité au Japon : la vérité, enfin !

Cet article de François Roussel, Conseiller Consulaire, fait le point sur la bi-nationalité au Japon.
L’article, très complet et éclairé par un juriste spécialiste de la question est à lire absolument.
Il y a également une version en japonais.
https://solidairesaujapon.com/2019/06/06/etre-binational-au-japon-comment-bien-lire-la-loi-japonaise-sur-la-nationalite/

Salon Idées Japon du 13 au 15 juin 2019

SALON IDÉES JAPON サロン・イデ・ジャポン
3 jours du jeudi 13 au samedi 15 juin 2019 
Dernier appel pour s’inscrire aux ateliers !
 39 ateliers et rencontres à thème
par 14 spécialistes

Ne manquez pas cette occasion proposée uniquement pour le salon de juin ! Nous vous remercions de réserver en avance afin d’assurer une bonne organisation !

ATELIERS et RENCONTRE CULINAIRES avec 5 spécialistes
MISO : Félicie Toczé, auteure de 3 livres liés à la cuisine japonaise dont Japonismes
SHOJIN-DON : Mari Fujii, spécialiste de la cuisine végétarienne shojin
LA MAGIE DU KOJI dans le miso et le saké : Hervé Durand, le premier fabricant de saké en France
VEGE SUSHI : Sanae Sayama, chef à domicile à Paris,
WAGASHI : La chocolatière et pâtissière Mayu, reconnue pour ses gâteaux franco-japonais

CRÉATION par 4 créatrices
Bracelet avec la technique du tressage kumihimo
Carillon à vent et poisson rouge en tissu chirimen
Bracelet utilisant le style de nœud kesa-musubi
Petit sac en forme de omamori, porte-bonheur réaliser à partir d’un tatami-beri
Hashi-oki (porte-baguettes) en forme de poisson rouge créé avec des bandes de papier
Les techniques de pliage et de nouage de ecobags en furoshiki

CULTURE et BIEN-ÊTRE par 4 spécialistes
Le marouflage japonais ura-uchi et les kakejiku
Initiation au sumie, peinture à l’encre
Atelier « Haïku et tanka : écrire autour du poème court japonais »
Shiatsu assis (sur chaise)

RENCONTRES À THÈME par 2 grands voyageurs
Vie et enseignements dans un temple Soto Zen au Japon.
Jardins japonais  Le détail sur
http://www.jipango.com/ateliers
http://www.jipango.com/activites
et ci-dessous (Après les photos de l’exposants)

Expo-vente de style japonais
avec plus de 30 créateurs et spécialistes
& Coin « Brocante » japonaise
Expo-vente (rez-de-chaussée) : 11h30 – 19h30. Entrée libre.
Espace Cinko : 12 18 passage Choiseul, Paris 2e
http://www.jipango.com/exposants
                                                                                                          
Ateliers et rencontres culinaires avec 5 spécialistes MISO : Félicie Toczé, auteure de 3 livres liés à la cuisine japonaise dont Japonismes, recettes végétales d’inspiration japonaise, produit son propre miso (aliment fermenté aux grandes qualités nutritionnelles) avec toutes sortes de graines, comme les pois chiches, les lentilles, les pois cassés. Elle présentera le miso, cet ingrédient essentiel à la cuisine japonaise et différentes variétés artisanales, et montrera comment l’incorporer au quotidien dans des recettes variées, de l’entrée au dessert.
Une occasion rare pour savourer une grande variété de miso : miso de pois chiches, miso de riz, miso d’orge et sésame, miso blanc.

Déjeuners-démonstrations autour du miso : Jeudi 13, vendredi 14 et samedi 15 juin de 12 h à 13 h 30. Participation : 33 € TTC. Dîners-démonstrations. Apprentissage de nouvelles recettes (terrine, pesto, soupe…, dessert) mettant le miso à l’honneur dans la cuisine quotidienne. Présentation de la fabrication de miso aux lentilles corail : les participants pourront rapporter le miso chez eux pour poursuivre le processus de fermentation. Le miso sera consommable après quelques mois. : Jeudi 13 et vendredi 14 juin de 19 h 15 à 21 h 45. Participation : 44 € TTC.
Inscription : jipangocuisine@gmail.com —————————————————————————————————————————————— SHOJIN-DON : Mari Fujii, spécialiste de la cuisine végétarienne shojin
des temples du bouddhisme zen. Avec son mari, qui était le moine en charge de la cuisine dans un temple, ils ont écrit de nombreux livres sur cette cuisine traditionnelle.
Mari s’en inspire toujours aujourd’hui et invente des recettes faciles à préparer et adaptées au rythme de la vie moderne. Son atelier portera sur le shojin-don, un mets équilibré, à base d’ingrédients de saison et servi dans un bol. Elle présentera également des idées d’aliments selon la saison et des informations nutritionnelles. 
Déjeuner-rencontre-démonstration : Samedi 15 juin de 12 h à 13 h 30. Participation : 33 € TTC.
Dîner, démonstration et dégustation pour apprendre à préparer le shojin-don avec un grand choix d’ingrédients et une variété d’assaisonnements. Rencontre avec Mari Fujii. Projection spéciale sur les différents styles de la cuisine shojin au Japon. : Samedi 15 juin de 19 h 15 à 21 h 45. Participation : 44 € TTC.
Inscription : jipangocuisine@gmail.com ——————————————————————————————————————————————       VEGE SUSHI : Sanae Sayama, chef à domicile à Paris,
partage sa passion et son expérience de la cuisine japonaises, ainsi que de l’art traditionnel de la cérémonie du thé et de l’ikebana. Outre la cuisine populaire et quotidienne, elle propose des repas créatifs et des mets accompagnés de saké, au gré des demandes de ses clients. Son atelier sera dédié à la préparation de sushis de styles variés en version végétarienne. (Oshi-zushi : riz et ingrédients pressés dans un moule. Temari sushi : en forme de bol et recouvert de légumes variés… Style onigirazu : le sushi le plus facile à préparer. Enveloppé dans de l’algue nori, il est agrémenté d’ingrédients au choix.
Jeudi 13, vendredi 14 juin de 12 h à 13 h 30. Participation : 30 € TTC.  Inscription : jipangocuisine@gmail.com ——————————————————————————————————————————————
La magie du kôji dans le miso et le saké : dégustation de miso, de kôji et de saké offerte
Hervé Durand de la Kura de Bourgogne (kura signifie « fabrique », en japonais) produit aujourd’hui non seulement du saké, mais aussi de la bière, du miso, des koji, à partir de recettes japonaises authentiques, avec des techniques de fermentation bourguignonnes et des matières premières locales, bio autant que possible. Il dévoilera la magie du koji, essentiel à la production du miso et du saké. Une dégustation de miso, de kôji et de saké sera offerte.
Jeudi 13 juin de 14 h 30 à 16 h. Participation gratuite selon les places disponibles. Inscription : jipangocuisine@gmail.com ————————————————————————————————————————————–
WAGASHI : La chocolatière et pâtissière Mayu possède un vaste répertoire
de macarons aux parfums originaux, de bonbons en chocolat aux saveurs japonaises, de gâteaux traditionnels au azuki (haricot rouge)… Le thème de son atelier sera le mochi (boulette de riz gluant), spécialité du Nouvel An et base de nombreux gâteaux.
Elle enseignera la préparation du mochi en 2 styles : le daifuku fraise et haricot rouge et le dango dumpling aux 3 saveurs (kinako, sésame, sauce de soja).
Jeudi 13 juin de 14 h 30 à 16 h. Vendredi 14 juin de 14 h 30 à 16 h et de 17 h à 18 h 30. Samedi 15 juin de 14 h 30 à 16 h et de 17 h à 18 h 30. Participation : 30 € TTC. Inscription : jipangocuisine@gmail.com Retour de quatre créatrices
qui partagent leur passion de créer !       Atsuko Takenaka, qui crée divers styles de tressages kumihimo pour obijime et des accessoires.
Kumihimo, art du tressage traditionnel par la technique à 3 fils ou plus se croisant alternativement en oblique. Cet art a une longue histoire et a été utilisé dans la pratique du bouddhisme, pour les armures des samouraïs, comme décoration des ustensiles de la cérémonie du thé, pour les ceintures de kimono…
Apprentissage des bases de la technique du tressage kumihimo et réalisation d’un bracelet avec des cordons de soie colorés. (Le disque de tressage sera prêté le temps de l’atelier.) La démonstration du Kumihimo sur Maru-dai (outil traditionnel en bois) vous sera présentée.
Jeudi 13, vendredi 14 et samedi 15 juin, de 10 h à 11 h 30. Participation : 29 € TTC. Inscription : jipangocreation@gmail.com —————————————————————————————————————————————— Kaoru Diop, connue pour ses ravissantes poupées fabriquées en tissus de kimono.
Chirimen, tissu de crêpe, dont le tissage laisse de petites vagues en surface, originairement fabriqué en soie et utilisé pour les kimonos haut de gamme et les furoshiki. Les petits accessoires et poupées créés à partir du tissu chirimen restent populaires grâce à leur toucher et à l’ambiance qu’ils produisent.
Création d’un carillon à vent et d’un poisson rouge en tissu chirimen. Esprit fête foraine d’été japonais. Jeudi 13, vendredi 14 et samedi 15 juin, de 10 h à 11 h 30. Participation : 29 € TTC. Inscription : jipangocreation@gmail.com —————————————————————————————————————————————— Kiriko, de la maison NOZAKY, créatrice de « nœuds-bijoux » inspirés de l’art traditionnel des nœuds.
L’art des nœuds musubi compte plusieurs styles, dont le shutala, qui orne le costume du moine bouddhiste afin d’y attacher des feuillets de sutra. Ce long nœud spectaculaire se compose de plusieurs nœuds différents, et notamment le kesa-musubiqui a une forme ronde avec un beau tressage plat. 
Bracelet utilisant le style de nœud kesa-musubi
Jeudi 13, vendredi 14 et samedi 15 juin, de 10 h à 11 h 30. Participation : 28 € TTC. Inscription : jipangocreation@gmail.com Akiyo Kajiwara, de l’association Talachine, artiste textile et auteure du livre Sacs et rangements à la japonaise. Les tatami-beri sont les bandes de tissu très résistant protégeant les bordures des tatamis. Les différents styles (couleurs, motifs) permettaient de distinguer les classes chez les nobles et les samouraïs. Aujourd’hui, les sacs et les accessoires fabriqués à partir de tatami-beri sont à la mode.
Petit sac en forme de omamori, porte-bonheur japonais à partir d’un tatami-beri avec plusieurs motifs au choix.
Vendredi 14 juin de 17 h 30 à 19 h et samedi 15 juin de 12 h 30 à 14 h. Participation : 26 € TTC. Inscription : jipangocreation@gmail.com —————————————————————————————————————————————— Dans la ville de Fuji (préfecture de Shizuoka), des bandes de papier recyclé sont fabriquées à partir de matières de diverses provenances. À l’origine, le recyclage des briques alimentaires et des sacs en papier avait pour but premier de produire des emballages pour les denrées vendues en vrac.
Hashi-oki (porte-baguettes) en forme de poisson rouge avec des bandes de papier.
Vendredi 14 juin de 12 h 30 à 14 h 30 et samedi 15 juin de 15 h à 17 h.
Participation : 26 € TTC. Inscription : jipangocreation@gmail.com —————————————————————————————————————————————— Le furoshiki (qui signifie « étalé au bain ») est un tissu carré que l’on utilisait à l’époque d’Edo pour emporter ses affaires aux bains publics. Les techniques de pliage et de nouage du tissu permettent de créer des sacs et emballages modulables et réutilisables.
Ecobags en furoshiki, qui permettent de réduire la consommation de sacs plastique. Apprentissage de plus de 10 modèles de sacs.
Vendredi 14 juin de 15 h à 16 h 30 et samedi 15 juin de 17 h 30 à 19 h. Participation : 27 € TTC. (une paire d’anses offerte). Inscription : jipangocreation@gmail.com  CULTURE et BIEN-ÊTRE   Le marouflage japonais ura-uchi et les kakejiku
Qu’est-ce qu’un Hyôgu-shi ?  C’est l’artisan d’art spécialisé dans les techniques de marouflage, de montage et de restauration/conservation des peintures en rouleau, des paravents, des estampes ukiyo-e et de tout objet en papier. Depuis 1995, Jocelyne Derudder se forme au Japon et poursuit ses recherches sur les techniques de montage et la restauration / conservation de ces œuvres singulières.
Elle vous présentera les particularités de ce travail. En première partie: les techniques de marouflage par une démonstration in-situ. En deuxième partie : les kakejiku, l’art du montage, l’évolution des styles dans l’espace et le temps.
Jeudi 13 juin de 16 h à 18 h. Participation : 25 € TTC. Inscription : jipangoculture@gmail.com —————————————————————————————————————————————— Initiation au sumi-e, peinture à l’encre
Atelier animé par Liliane Borodine, qui pratique la peinture traditionnelle asiatique depuis plus de trente ans et a créé l’association Asiart en 1992, pour promouvoir les arts traditionnels asiatiques, les peintures monochrome et couleur, la calligraphie chinoise…
Cours d’initiation et conférence-démonstration au sumie.
Jeudi 13 juin de 14 h à 16 h ou de 17 h à 19 h. Participation : 30 € TTC. (matériel inclus, un pinceau offert). Inscription : jipangoculture@gmail.com —————————————————————————————————————————————– Atelier « Haïku et tanka : écrire autour du poème court japonais »
Brièveté de la forme, évocation des saisons, images poétiques fulgurantes : au-delà de ces aspects classiques, le haïku permet de s’exprimer avec humour ou gravité sur les sujets de la vie quotidienne, les petits et les grands sentiments, le passage du temps…
Initiation à l’écriture de poèmes courts avec les premiers maîtres (Bashô, Buson, Issa, Ryôkan), mais aussi avec des haïkistes de l’ère Meiji (Sôseki, Shiki) et contemporains. Puis appréhension de l’univers du tanka à travers l’œuvre d’Ishikawa Takuboku (1885-1912), surnommé « le Rimbaud japonais ».
Cet atelier est proposé par Aurélie Le Floch, éditrice pour plusieurs maisons d’édition et auteure d’un récit autobiographique (Pour te voir cinq minutes encore, ateliers Henry Dougier, février 2019).
Vendredi 14 juin de 1 6h 30 à 18 h 30, samedi 15 juin de 15 h à 17 h. Participation : 24 € TTC. Inscription : jipangoculture@gmail.com ——————————————————————————————————————————————  BIEN-ÊTRE SHIATSU assis (sur chaise)
Le shiatsu assis réduit les tensions des lignes vertébrales pour corriger la déviation de la colonne et du pelvis, ce qui facilite le fonctionnement harmonieux du système nerveux et des hormones et améliore la circulation du sang et de la lymphe. Ainsi sont soignés la plupart des problèmes corporels. De plus, la force vitale de l’organisme est activée, ce qui permet de prévenir les maladies.
Par Kikuno Iwaoka, praticienne shiatsu de la FFST (Fédération française de shiatsu traditionnel), assistante de Hiroshi Iwaoka au stage Shiatsu myo-énergétique depuis 2002.
Vendredi 14 juin de 17 h 30 à 19 h, samedi 15 juin de 15 h à 16 h 30. Participation : 28 € TTC. Inscription : jipangoculture@gmail.com RENCONTRES À THÈME       La vie et les enseignements dans un temple Sôtô Zen au Japon.
Par Jocelyne Derudder, disciple de Hirano Katsufumi Rôshi, maître Zen qui a officié pendant plus de 20 ans au temple d’Eihei-ji, siège de l’école Sôtô au Japon, fondé par Dôgen Zenji (1200-1253). Jocelyne suis l’enseignement de ce maître au Japon depuis 27 ans, et l’invite tous les ans à Paris pour animer une sesshin afin de perpétuer ce précieux enseignement.
Elle vous présentera son livre : une compilation de l’ensemble de ces enseignements donnés à Paris depuis une douzaine d’années. Ensuite elle présentera l’utilisation de Oryôki et une vidéo montrant l’art culinaire des Temples zen.
Jeudi 13 juin de 19 h 15 à 21 h 45. Participation : 35 € TTC (incluant un repas zen : porridge okayu, umeboshi, tsukemono, soupe). Inscription : jipangoculture@gmail.com ——————————————————————————————————————————————  Jardins japonais
Par Bernard Jeannel, architecte D.P.L.G. et paysagiste, et auteur des livres Jardins japonais en France et Le Ginkgo. Passionné par les jardins japonais, il s’est rendu au Japon plus de 50 fois et il a visité les 200 plus beaux jardins du Japon. Il organise et accompagne des voyages découvertes au Japon.
Conférence-projection sur les différents styles de jardins selon les religions, les commanditaires, les époques : paysages secs, jardins de mousse, bosquets de bambous, jardins de promenade avec lacs…
Vendredi 14 juin de 19 h 15 à 21 h 45. Participation : 38 € TTC. (incluant le dîner « vege-sushis ») Inscription : jipangoculture@gmail.com   Numéro de printemps du Journal Idées Japon
イデ・ジャポン春号 vient de sortir 
DANS CE NUMÉRO :
04 En direct du Japon : Les dernières tendances日本のトレンド情報
06 Nouveautés japonaises en France : Livres, événements, restaurants… 新刊、新店舗情報
10 Dossier : Diversité de la musique japonaise 日本の音楽の多様性
16 Voyage à thème : Jardins au Japon : la sélection du spécialiste 専門家おすすめの日本庭園
18 Rencontre : Créatrices japonaises à Paris 和風作品のクリエーター
20 Cuisine : Spécialistes franco-japonais de l’alimentation japonaise 和風料理のスペシャリストたち
22 Plus de 100 restaurants et salons de thé japonais à Paris. パリの日本食レストラン100店
26 Carnet d’adresses « Le Japon en France » :日本関連の店舗情報
30 Salon Idées Japon : Ateliers création, cuisine, démonstration, dégustation, expo-vente… 6月のサロン・イデ・ジャポン
Consulter au format e-book 電子版
https://issuu.com/journalideesjapon/docs/journal_id_es-japon-printemps_2019
Pour télécharger en PDF ダウンロード版
https://www.ideesjapon.com/
  DÉCOUVERTE – RENCONTRE – APPRENTISSAGE
SALON IDÉES JAPON サロン・イデ・ジャポン
Expo-vente de style japonais
avec plus de 30 créateurs et spécialistes
& Coin « Brocante » japonaise
3 jours du jeudi 13 au samedi 15 juin 2019
Expo-vente (rez-de-chaussée) : 11h30 – 19h30. Entrée libre.
Espace Cinko : 12 18 passage Choiseul, Paris 2e http://www.jipango.com/exposants
http://www.jipango.com/ateliers
http://www.jipango.com/activites

De Renault à Tokyo : les tribulations d’un entrepreneur français dans l’Archipel nippon

Livre jmlisnerDe Renault à Tokyo : Les tribulations d’un entrepreneur français dans l’Archipel nippon

Un livre de Jean-Marc Lisner, aux éditions Blue Lettuce Publishing

Jean-Marc Lisner, un vétéran du Japon vient de publier un livre.

« C’était il y a 33 ans. La France me paraissait déjà malade, et mon travail, chez Renault, sans avenir… Une envie, soudaine, me prit de partir. Ce fut la Sibérie, en train, et le Japon, tout au bout… comme un rêve.
Il fallait que je le réalise. Abandonnant définitivement la régie, ma R5 (mon seul bien à l’époque) et mes certitudes vacillantes, je m’installai là-bas, à Osaka d’abord, puis à Tokyo.
J’y multipliai les aventures et boulots en tous genres, : professeur d’anglais, barman, importateur de meubles… Je m’y mariai, même, avec Mié, ma chère épouse, qui me donnera trois enfants, maintenant grands.
Le Japon était alors en pleine Bulle. Cette période de frénésie économique se mua bientôt en crise. C’est pourtant lors de ce mauvais tournant que je montai mon entreprise, Style France, avec laquelle je vendis la décoration et l’art de vivre à la française dans toutes les grandes villes du Japon.
Je dirige aujourd’hui la filiale nippone du plus grand producteur de vin français, le groupe Castel.
Style France hier, Castel à présent… Je suis devenu un pont entre mes cultures natale et d’adoption.… »

Pays aux traditions millénaires, le Japon vient d’entrer dans une nouvelle ère impériale, Reiwa : « la Vénérable Harmonie ». Est-ce la pensée Zen ? l’harmonie au Japon s’accomode fort bien de la contradiction ! Pays vieillissant, il n’en accueillera pas moins cet automne la Coupe du monde de rugby et l’an prochain les Jeux Olympiques. En quête perpétuelle d’efficience, l’imprévu le désempare : Fukushima en 2011. Sa justice fonctionne, mais sur la base de règles d’un autre âge : Carlos Ghosn aujourd’hui. La déflation de son économie semble perpétuelle mais ses grandes entreprises rayonnent dans le monde entier et restent, pour beaucoup, des modèles enviés.

Ces paradoxes, Jean-Marc Liner, diplômé en économie de la Sorbonne et de Dauphine, a appris à les connaître et à les maîtriser. Dans son livre, De Renault à Tokyo — les tribulations d’un entrepreneur français dans l’Archipel nippon, il évoque son riche parcours au Japon, décrivant notamment en fin connaisseur les grands magasins du pays ou le marché du vin. Il y distille également ses analyses sur la politique ou les problèmes de la société japonaise, et prodigue ses conseils — tout en mettant en garde : « il n’y a pas de truc ! » — pour réussir au Japon.

En vente sur Amazon : https://www.amazon.fr/
Prix : 16.88 €.

Contacts :
Jean-Marc Lisner : lisner@casteljapan.co.jp
François Boucher (Blue Lettuce Publishing) : boucherfran2000@yahoo.fr

Institut français de recherche sur le Japon – PROGRAMME JUIN – JUILLET – SEPTEMBRE 2019

Maison Franco-Japonaise de TokyoInstitut français de recherche sur le Japon (UMIFRE 19)
à la Maison franco-japonaise
PROGRAMME JUIN – JUILLET – SEPTEMBRE 2019

L’Institut français de recherche sur le Japon (UMIFRE 19) à la Maison franco-japonaise a le plaisir de vous inviter aux manifestations qui auront lieu en juin, juillet et septembre 2019.

JUIN 2019
Lundi 3 juin / 18h30-20h30 / auditorium / avec traduction simultanée
Conférence / La démocratie, malade du marché
[Conférencier] Alain SUPIOT (Collège de France)
[Discutant] NISHITANI Osamu (prof. émérite à l’univ. des langues étrangères de Tokyo)
[Modérateur] HASHIMOTO Kazumichi (univ. Waseda)
https://www.mfj.gr.jp/agenda/2019/06/03/alain_supiot/

Vendredi 14 juin / 12h30-14h / salle 601 / en anglais sans traduction
Lunch Seminar on Japanese Economy and Society / The Bank of Japan: Monetary Policy, Central Bank Independence and Central Bank Transparency
[Speaker] Markus HECKEL (DIJ)
[Moderator] Jean-Pascal BASSINO (IFRJ-MFJ)
https://www.mfj.gr.jp/agenda/2019/06/14/ls_heckel/index.php

Mardi 18 juin / 18h30-20h / auditorium / avec traduction simultanée
Conférence / Paysages en suspension : la littérature japonaise au présent. Défis et dynamiques
[Conférencière] Cécile SAKAI (IFRJ-MFJ)
[Modérateur] MIURA Nobutaka (Fondation MFJ)
https://www.mfj.gr.jp/agenda/2019/06/18/sakai_litterature/index.php
* Informations et inscription sur le site de la Fondation MFJ :
https://www.mfjtokyo.or.jp/fr/events/lecture/20190618.html
Tarif : 1 000 yens (500 yens pour les étudiants, gratuit pour les membres de la MFJ)

Lundi 24 juin / 18h30-20h30 / auditorium / avec traduction simultanée
Conférence / La création en sciences sociales
[Conférencier] Ivan JABLONKA (univ. Paris 13)
[Discutant] ONO Masatsugu (écrivain)
[Modératrice] Cécile SAKAI (IFRJ-MFJ)
https://www.mfj.gr.jp/agenda/2019/06/24/ivan_jablonka/index.php

JUILLET 2019

Lundi 1er juillet / 18h30-20h / auditorium / avec traduction simultanée
Table ronde / SARU – Vie et comportements culturels des macaques japonais
[Intervenants] Cédric SUEUR (univ. de Strasbourg), MATSUZAWA Tetsurô (univ. de Kyoto)
[Modérateur] MIYAMOTO Hiroyuki (ex-directeur du JSPS Strasbourg Office)
https://www.mfj.gr.jp/agenda/2019/07/01/saru/index.php
* L’exposition « SARU, singes du Japon » aura lieu du 1er au 12 juillet à la galerie de la Maison franco-japonaise (de 11h à 19h, entrée libre). Un vernissage est prévu après la table ronde.

SEPTEMBRE 2019

Lundi 2 septembre / 10h-18h / salle 601 / en français sans traduction
Journée d’étude / Retour à la terre, pensées utopiques et écologies : comparaison Europe-Japon
https://www.mfj.gr.jp/agenda/2019/09/02/retour_a_la_terre/index.php

Samedi 21 et dimanche 22 septembre / 10h-18h (21/09), 10h-17h (22/09) / avec traduction simultanée pour le 21/09, en japonais sans traduction pour le 22/09
Colloque international / Le patrimoine intellectuel de Katô Shûichi et l’avenir du Japon
https://www.mfj.gr.jp/agenda/2019/09/21/kato_shuichi/index.php
https://www.mfj.gr.jp/agenda/2019/09/22/kato_shuichi/index.php
* Programme détaillé (PDF)
https://www.mfj.gr.jp/agenda/flyerkatoshuichi.pdf
* Informations et inscription sur le site de la Fondation MFJ :
https://www.mfjtokyo.or.jp/fr/events/symposium/20190921c.html
https://www.mfjtokyo.or.jp/fr/events/symposium/20190922a.html
Si vous souhaitez participer les 21 et 22, prière de vous inscrire aux deux dates

Vendredi 27 septembre / 10h-18h / salle 601 / en anglais sans traduction
Workshop / Living in a Nuclear World: Order, Knowledge, and Normalization
https://www.mfj.gr.jp/agenda/2019/09/27/nuclear/index.php
L’accès aux manifestations décrites ci-dessus est libre et gratuit (sauf mention contraire), dans la limite des places disponibles. Merci de vous inscrire depuis la page Agenda de notre site web. Diffusé par :
Institut français de recherche sur le Japon à la Maison franco-japonaise (IFRJ-MFJ)
3-9-25, Ebisu, Shibuya-ku, Tokyo 150-0013
Accès : http://www.mfj.gr.jp/acces/
Tél. 81-3-5421-7641 / Fax 81-3-5421-7651
E-mail : contact@mfj.gr.jp
© 2019, IFRJ-MFJ

Bourse d’études et de recherche au Japon – 2019

Le ministère japonais de l’Education, de la Culture, des Sports, des Sciences et de la Technologie (MONBUKAGAKUSHO, MEXT) offre des bourses d’études et de recherche au niveau master et doctorat à des étudiants français* ayant au moins achevé une licence ou un master au moment de partir pour le Japon. L’objectif est de promouvoir la formation de la jeunesse, les échanges intellectuels et une meilleure compréhension culturelle entre la France et le Japon. Ces bourses concernent l’ensemble des disciplines d’études : sciences, sciences humaines, sciences sociales, y compris les disciplines artistiques.

* Les ressortissants monégasques et andorrans peuvent également postuler à ce programme de bourses en France.

Appel à la vigilance : escroquerie relative à la bourse du Gouvernement japonais.

Qualifications requises

• Être de nationalité française, monégasque, ou andorrane.
• Être né(e) après le 2 avril 1985 inclus.
• Avoir achevé des études de licence ou être jugé(e) avoir le niveau équivalent par l’université japonaise d’accueil avant le départ pour le Japon ; les candidats souhaitant étudier la médecine, la dentisterie, la pharmacie ou la médecine vétérinaire devront avoir achevé leur 5e année d’études + la PACES (1re année commune d’études de santé).
• Pour connaître les autres critères de participation, veuillez vous référer au document « Descriptif et instructions 2020 ».

Calendrier 2019-2020

• 23 avril 2019 : publication de l’offre.
17 mai : date limite du dépôt de dossier.
6 juin : examens écrits d’anglais et de japonais (à la Maison de la culture du Japon, 13h-16h30)..
Mi-juin : annonce des résultats des examens et de la sélection sur dossier.
Les candidats retenus pour passer un entretien recevront une convocation une semaine avant.
• Semaine du 24 juin : entretiens des candidats retenus à l’issue de la sélection sur dossier et examen.
*Les dates des entretiens restent à déterminer mais seront publiées dans les plus brefs délais.
Mi-juillet : annonce des résultats de la première étape de sélection en France.
23 août : date limite pour contacter une/des université(s) japonaise(s) au choix du candidat afin d’obtenir une lettre d’acceptation.
Début février 2020 : annonce des résultats définitifs du MEXT.
Mars 2020 : réunion d’orientation avant le départ pour le Japon.
Début avril/septembre-octobre 2020 : arrivée des boursiers au Japon.

Fichiers à télécharger

Merci de bien vouloir télécharger et remplir les documents suivants : « Application Form for FY2020 », « Placement Preference Application Form for FY2020 », « Field of study and Research Plan », « Certificate of Health » via le lien Study Japan, ainsi que les documents ci-dessous :
• Fiche signalétique 2020 pdf / word
• Check-list 2020 pdf / excel

Pour la constitution de votre dossier, merci de lire impérativement le descriptif ci-dessous :
Descriptif et instructions 2020 pdf / word.

Récapitulatif des pièces à joindre au dossier de candidature 1re pochette 2e à 5e pochettes
1. « Application Form 2020 » 1 original 1 copie par pochette
2. « Placement Preference Form 2020 » 1 original 1 copie par pochette
3. « Field of Study and Study Program » 1 original 1 copie par pochette
3.2 Doctorat : 2 pages de projets de recherche
Master : 1 page de motivations
1 original 1 copie par pochette
4. Résultats scolaires du dernier établissement fréquenté 1 copie certifiée conforme + 1 traduction (1 copie + 1 traduction) par pochette
5. Certificat de diplôme ou attestation provisoire d’obtention de diplôme du dernier établissement fréquenté 1 copie certifiée conforme + 1 traduction (1 copie + 1 traduction) par pochette
6. Lettre de recommandation 1 original + traduction 1 copie par pochette
6.2 Doctorat : lettre d’acceptation d’un professeur au Japon, le cas échéant 1 original 1 copie par pochette
7. « Certificate of Health 2020 » 1 original 1 copie par pochette
8. Rapport d’études, mémoire (ou résumé), le cas échéant : 1 copie 2 copies
9. Certificat(s) de langue japonaise/anglaise : 1 copie 1 copie par pochette
10. Lettres de recommandation de l’employeur, le cas échéant : 1 original + traduction 1 copie par pochette
11. Des exemples de travaux (photos, dessins, enregistrement, etc.), le cas échéant : 1 copie 2 copies
Fiche signalétique 2020 1 original 1 copie par pochette
Photocopie du passeport français 1 copie _
Une enveloppe timbrée : 1 _

* Pour rechercher un professeur dans votre domaine d’études au sein des universités japonaises, merci de consulter les liens suivants : https://www.g-studyinjapan.jasso.go.jp/univ_search/ et http://www.jpss.jp/en/

Attention:
1.Merci de veiller à bien conserver vos documents originaux uniques.

Pour rappel, les documents originaux ne pouvant être dupliqués, tels que les relevés de notes et les diplômes, doivent être fournis sous forme de copies certifiées conformes à l’original. La démarche de certification peut être réalisée soit auprès votre université, soit auprès de la mairie de votre lieu de résidence.
2. Merci de veiller à traduire vos documents en anglais ou en japonais.
Tout document en français doit être traduit, sauf la fiche signalétique et la check-list.

Dépôt du dossier (par voie postale uniquement)

• Date limite d’envoi : le 17 mai 2019 (le cachet de la poste faisant foi)
• Destination :
Service Education
Ambassade du Japon en France
7, avenue Hoche
75008 Paris
*Indiquer sur l’enveloppe « Recherche 2019 »
*Envoi du dossier par voie postale uniquement
Pour toute question, contactez : education1@ps.mofa.go.jp

Voir la page des bourses de l’Ambassade du Japon en France

Annales

Cliquez ici pour consulter des exemples de tests d’anglais et de japonais (catégorie « Research students »).

Les Japonais sont-ils différents ? Un livre de Jean-Luc Azra.

Pour le Français amené à être en contact avec le Japon et les Japonais, la vie quotidienne japonaise est une source permanente de surprise, de mystère, voire de confusion.
Les japonais sont il differents 2
Comprendre et accepter le fonctionnement japonais consiste à entrer dans un monde dont les codes, les schémas de pensée, les habitudes, la gestion de l’espace ou les relations humaines sont radicalement différents des nôtres.
Cette manière proprement japonaise de vivre, d’interagir ou de se positionner socialement est l’objet de la lecture comparée France/Japon menée par Jean-Luc Azra dans cet essai.
L’auteur, qui vit au Japon depuis plus de vingt ans, met en évidence les structures profondes dissimulées derrière l’ordinaire et pointe du doigt les mécanismes à l’oeuvre dans la famille, l’entreprise, l’école, les croyances, les relations amoureuses, la communication, les problèmes de société, etc. « Les Japonais sont-ils différents? » utilise une méthode d’étude hybride combinant témoignages, sociologie et anthropologie, convoquant tout autant les registres du vécu et du scientifique. Son écriture simple et son organisation en fiches s’adressent tant aux amateurs qu’aux spécialistes de la culture japonaise, aux étudiants ou aux enseignants. Il s’impose naturellement comme le livre à consulter avant de voyager ou de s’installer sur l’archipel, ainsi qu’à celles et ceux qui sont amenés à vivre ou travailler avec des Japonais.

Titre : « Les Japonais sont-ils différents ? »
62 clefs pour comprendre le Japon ordinaire
Auteur : Jean-Luc Azra
Éditions Connaissances et Savoirs
Sciences Humaines – 194 pages – 145×210
ISBN : 9782753902015

Le livre est disponible auprès de l’auteur (au Japon). Le contacter par courriel à :
Azra (a) Almalang.com

Si vous résidez en France…
Il est disponible en version papier et version numérique ICI : https://www.connaissances-savoirs.com/les-japonais-sont-ils-differents.html/

ou sur amazon.fr :
https://www.amazon.fr/Japonais-sont-ils-différents-comprendre-ordinaire/dp/2753902011